Navigation – Plan du site
L’historien et les langues

Antoine de Vienne Plancy ou un feuilleton de la langue universelle dans la France du xviie siècle

Fabien Simon
p. 127-137

Résumés

Quatre années, dix numéros et 476 pages : les premiers contours d’un projet de langue universelle particulier sont ainsi tracés. Il est l’œuvre d’Antoine de Vienne Plancy, petit noble de Champagne, inventeur d’une langue donc, publiée entre 1681 et 1685 sous forme de feuilleton, dans un périodique, l’Extraordinaire du Mercure, supplément du Mercure galant. Il est, dans cet article, le cœur d’une étude de cas permettant d’aborder à quoi sert d’inventer une langue et comment s’y prendre pour le faire dans la France du xviie siècle. Est offert un aperçu de cinq années de la vie d’un petit inventeur linguistique français, en prise avec une concurrence européenne, telle qu’elle transparaît dans quelques centaines de feuillets imprimés d’un périodique « mondain ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Merveilles linguistiques et secret de la langue universelle
Un mélange des genres : l’Extraordinaire du Mercure, périodique savant ?
Écrire une histoire immédiate des projets de langue universelle : (ré)inventer une langue
Conclusion

Aperçu du texte

« & que c’estoit la veritable Ecriture de l’esprit, puis qu’elle signifioit immediatement, tout ce qu’il estoit capable de concevoir. » Ainsi se conclut, ou presque, en juillet 1685, après plusieurs centaines de feuillets noircis, le traité sur la langue universelle d’Antoine de Vienne Plancy. De l’auteur, on ne sait à peu près rien si ce n’est qu’il fut « sieur de Fau et de Plancy », comme il le revendique et défend, signant ses lettres depuis « Fau-Cleranton », en Champagne. Son projet est paru dans l’Extraordinaire du Mercure, supplément in-12 du Mercure galant imprimé tous les trois mois entre 1678 et 1685, sous la forme d’un véritable feuilleton de la langue universelle, tenant ses lecteurs en haleine pendant plusieurs années. Il naît au tome 14, en avril 1681, et se clôt au tome 32, en octobre 1685, au terme de dix numéros, quatre années et 476 pages. Sa langue « mathématique », décrite, fragment après fragment, relativement en détail, est un texte pourtant assez méconnu.

L’obj...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Simon, « Antoine de Vienne Plancy ou un feuilleton de la langue universelle dans la France du xviie siècle », Écrire l'histoire, 19 | 2019, 127-137.

Référence électronique

Fabien Simon, « Antoine de Vienne Plancy ou un feuilleton de la langue universelle dans la France du xviie siècle », Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 30 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1956 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1956

Haut de page

Auteur

Fabien Simon

Fabien Simon est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris – Paris Diderot et membre du laboratoire ICT (EA 337). Il est spécialiste d’histoire des savoirs, en particulier de la part prise par les langues dans leur élaboration et leurs circulations (savoirs linguistiques, traductions…). Il a codirigé, avec Liliane Hilaire-Pérez et Marie Thébaud-Sorger, L’Europe des sciences et des techniques (xve-xviiie siècles). Un dialogue des savoirs (Rennes, PUR, 2016), et est l’auteur de plusieurs articles sur les projets de langues universelles du xviie siècle, ou encore sur les collections de langues de l’époque moderne (« Collecting Languages, Alphabets and Texts… », dans Florence Bretelle-Establet et Stéphane Schmitt (dir.), Pieces and Parts in Scientific Texts, Berlin/New York, Springer, coll. « Why the Sciences of the Ancient World Matter », 1, 2018, p. 297-346).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals