Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesL’Histoire parle-t-elle ?

L’historien et les langues

L’Histoire parle-t-elle ?

Langage ou mutisme de l’Histoire
Jürgen Trabant
Traduction de Philippe Forget
p. 171-180

Résumés

Dans ce texte, qui est la traduction de la dernière partie d’une étude de 2002 intitulée Sprache der Geschichte [Le langage de l’Histoire], il s’agit moins de savoir si l’Histoire parle que de s’interroger sur la nature de son langage – avec à la clef cette question imposée par les différentes moutures du linguistic turn : l’Histoire (c’est-à-dire aussi bien la réalité) existe-t-elle autrement qu’à travers le prisme du langage ? Et que signifie dès lors la « scientificité » du discours historiographique ? Jürgen Trabant discute ici différentes thèses, notamment l’influente contribution de Roland Barthes, pour aboutir à la conclusion que l’existence peu douteuse d’une réalité extérieure au langage constitue pour l’écriture de l’histoire davantage un défi qu’une mise en cause.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’allemand par Philippe Forget.

Philippe Forget est agrégé d’allemand. Ses recherches portent principalement sur l’acte de l’interprétation, l’historiographie littéraire et la traductologie. Traducteur et interprète (entre autres) de Goethe, Eichendorff, Hoffmann, Schnitzler et Nizon. Initiateur et organisateur de la première rencontre entre Gadamer et Derrida (1981), il a été professeur invité à la State University de Seattle (1991). Il a déjà donné à Écrire l’histoire une étude (« Le détail qui tue (Le Pen et les médias) », no 3, 2009) et trois traductions (Dietmar Schenk, « Pouvoir de l’archive et vérité historique », no 13-14, 2014 ; Reinhart Koselleck, « Raccourcissement du temps et accélération. Contribution à l’étude de la sécularisation », no 16, 2016, et « Révolution : du concept à la métaphore. Contribution à la sémantique d’un terme autrefois emphatique », no 18, 2018). Derniers ouvrages parus : Labeur, conscience et vérité. Alfred Leroux (1855-1921), archiviste et historien protestant (Limoges, PULIM, 2017) et Joseph Roth. L’exil à Paris (en collaboration avec Stéphane Pesnel, PURH, 2017).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

L’historio-graphe
Envoi

Aperçu du texte

Si par hypothèse, par naïveté ou, pourquoi pas, par métaphore, nous admettons avec Vico que l’Histoire – il s’agit ici de la grande histoire universelle – parle, et si nous nous demandons quel langage elle parle donc aujourd’hui, nous donnerions peut-être une réponse double. Si par langage on entend une langue au sens étroit du terme, nous dirons que l’histoire parle anglais. Philologiquement parlant, l’histoire universelle se rapproche cycliquement de son commencement mythique supposé, le paradis, où précisément se parlait une seule langue. Dans ce cas, jamais l’histoire du monde n’a été aussi proche du paradis qu’aujourd’hui. En revanche, si nous entendons par langage un ensemble de signes à travers lequel l’histoire s’adresse à nous, alors il nous faut dire qu’elle parle le langage de la violence. Le paradis ne pourrait pas être plus éloigné. Le mot le plus important de l’histoire la plus récente serait alors de façon certaine cet événement d’une inconcevable brutalité qu’est le ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jürgen Trabant, « L’Histoire parle-t-elle ? »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 171-180.

Référence électronique

Jürgen Trabant, « L’Histoire parle-t-elle ? »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/1997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.1997

Haut de page

Auteur

Jürgen Trabant

Jürgen Trabant est romaniste, spécialiste de l’histoire du français, d’histoire de la linguistique et d’anthropologie historique du langage. Il a été notamment professeur de linguistique française et italienne à la Freie Universität Berlin (1975-2008), tout en étant Visiting Professor à Stanford (1988-1989, 1991), Naples (2005, 2007) et plus tard Shanghai (2017). Parmi ses travaux nombreux, dont Mithridates im Paradies. Kleine Geschichte des Sprachdenkens (Munich, Beck, 2003), plusieurs sont consacrés en particulier à Wilhelm von Humboldt (Weltansichten. Wilhelm von Humboldts Sprachprojekt, Munich, Beck, 2012). Certains ont été publiés en français, dont Humboldt ou le Sens du langage (Liège, Mardaga, 1992) ou Traditions de Humboldt (préface par Henri Meschonnic, traduction par Marianne Rocher-Jacquin ; Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search