Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Brèves d'histoireRaconter et jouer l’histoire de l...

Brèves d'histoire

Raconter et jouer l’histoire de l’opprimé, est-ce encore l’opprimer ?

La polémique Kanata
Agathe Giraud et Florence Naugrette
p. 207-211

Résumés

À l’été 2018, le spectacle de Lepage avec la troupe du Théâtre du Soleil, Kanata – qui évoque le sort des Autochtones au Canada – est accusé d’appropriation culturelle et annulé au Québec même s’il reste programmé en France : un Blanc n’a-t-il pas le droit de raconter l’histoire des opprimés des Premières Nations ? Le présent article examine les enjeux que soulève cette controverse pour la représentation théâtrale. Même si les revendications des Autochtones à faire reconnaître leur histoire et à obtenir des espaces d’expression sont légitimes, l’accusation d’appropriation culturelle, en mettant sur le même plan identité et culture, interdit toute représentation de l’autre. Comment rendre encore possibles les arts mimétiques si l’on exige identité et appartenance entre le représenté et le représentant ? Plus que la légitimité du créateur à parler de l’autre, il faut interroger le dispositif artistique qui, s’il est maladroit, peut effectivement relayer une forme de racisme, même involontaire. Il n’en est rien pour Kanata.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

Homme de théâtre québécois mondialement connu, Robert Lepage explore la mémoire individuelle, la mémoire collective et leur lien dans nombre de ses spectacles, qui vont du récit de soi intimiste (887, 2015) à la saga épique sur les Chinois émigrés au Canada (La Trilogie des dragons, 1985). En 2014, Ariane Mnouchkine imagine de lui confier les rênes de sa troupe pour ce qui deviendrait quatre ans plus tard Kanata (« village » en iroquois). De l’inspiration épique de La Trilogie des dragons, Kanata devait reprendre la forme sérielle en épisodes pour raconter « l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones ». Cette histoire, mal connue en France, fait en revanche au Canada l’objet d’un travail collectif de mémoire via la Commission de vérité et réconciliation mise sur pied en 2008. La lutte des Autochtones est une question d’autant plus sensible qu’à la dépossession territoriale, à l’humiliation, au génocide, à l’acculturation forcée dans des pension...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agathe Giraud et Florence Naugrette, « Raconter et jouer l’histoire de l’opprimé, est-ce encore l’opprimer ? »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 207-211.

Référence électronique

Agathe Giraud et Florence Naugrette, « Raconter et jouer l’histoire de l’opprimé, est-ce encore l’opprimer ? »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/2009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.2009

Haut de page

Auteurs

Agathe Giraud

Doctorante contractuelle à Sorbonne Université, Agathe Giraud prépare sous la direction de Florence Naugrette une thèse sur la création et la réception des Burgraves de Victor Hugo de 1843 à aujourd’hui. Elle collabore au PRITEPS (Programme de recherches interdisciplinaires sur le théâtre et les pratiques scéniques) à Sorbonne Université.

Florence Naugrette

Professeur à Sorbonne Université, Florence Naugrette y enseigne l’histoire et la théorie du théâtre. Elle est l’auteur de Le Théâtre romantique (Seuil, 2001), Le Plaisir du spectateur de théâtre (Bréal, 2002), Le Théâtre de Victor Hugo (Ides et calendes, 2016). Elle dirige le PRITEPS (Programme de recherches interdisciplinaires sur le théâtre et les pratiques scéniques) à Sorbonne Université.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search