Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Brèves d'histoirePassé glorieux contre mémoire int...

Brèves d'histoire

Passé glorieux contre mémoire interdite : deux cinémas algériens antagonistes

Salima Tenfiche
p. 213-219

Résumés

Après s’être effondré dans les années 1990, le cinéma algérien refait surface sur la scène internationale depuis la fin de la guerre civile (1992-2003). La reprise de la production à partir de 2005 a vu émerger deux cinémas algériens antagonistes en concurrence pour l’écriture de l’histoire nationale. D’un côté, un cinéma de propagande nationaliste, généreusement financé par l’État, réinvestit le passé glorieux de la guerre d’indépendance (1954-1962), afin de mieux occulter les horreurs de la « décennie noire ». De l’autre, un cinéma d’auteur, financé par l’étranger et ancré dans le temps présent, prend en charge la mémoire douloureuse de la guerre civile et donne à voir la déchirure d’une société algérienne contemporaine en état de sidération.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

Glorifier les morts : la tâche du cinéma soutenu par l’État algérien
Se consacrer aux vivants : le cinéma algérien financé et diffusé à l’étranger

Aperçu du texte

« L’histoire de l’Algérie, particulièrement celle de la guerre de libération, ne doit pas être consacrée aux vivants, mais doit glorifier les morts. »
Houari Boumédiène

Glorifier les morts : la tâche du cinéma soutenu par l’État algérien

Depuis le retour à la paix, l’État algérien se ressaisit du cinéma, qu’il avait délaissé à partir de la crise économique des années 1980 puis durant les événements de la « décennie noire » (1992-2003), pour en faire un instrument de propagande. Il réinvestit ainsi l’histoire du pays en remettant à l’honneur la résistance au colonialisme. Afin de recouvrir la mémoire douloureuse de la guerre civile par une séquence du récit national tout aussi douloureuse mais glorieuse, le ministère de la Culture et le ministère des Moudjahidine consacrent chaque année des millions de dollars à la production cinématographique. À l’exception du film de Lofti Bouchouchi Le Puits (2016), à la gloire d’un village mobilisé contre l’armée française, il s’agit de biopics, de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salima Tenfiche, « Passé glorieux contre mémoire interdite : deux cinémas algériens antagonistes »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 213-219.

Référence électronique

Salima Tenfiche, « Passé glorieux contre mémoire interdite : deux cinémas algériens antagonistes »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/2024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.2024

Haut de page

Auteur

Salima Tenfiche

Salima Tenfiche est doctorante contractuelle à l’université Paris Diderot. Sous la direction de Jacqueline Nacache, elle prépare une thèse sur le cinéma algérien contemporain selon une approche politique. Elle s’intéresse aux processus de réappropriation des images de soi ainsi qu’aux relations entre cinématographie nationale et productions transnationales en contexte postcolonial. Elle est l’auteure des articles « La Colline oubliée, une pastorale contemporaine berbère » (à paraître dans Daniela Merolla (dir.), Les Cinémas berbères. De la méconnaissance aux festivals nationaux, Paris, Karthala) et « Watch me if you can ! Un cinéma algérien en quête de diffusion et de réception » (à paraître dans Françoise Naudillon (dir.), Distribution, diffusion et réception des cinémas d’Afrique et du Levant. Actes du colloque, Montréal, Presses de l’université Concordia).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search