Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Brèves d'histoireHistoires désobéissantes

Brèves d'histoire

Histoires désobéissantes

Une déchirure dans l’histoire : enfants de tortionnaires pour les droits de l’homme
Verónica Estay Stange
p. 221-226

Résumés

Ce texte porte sur un collectif unique dans son genre, surgi en Argentine en 2017 mais dont la vocation est de s’étendre à d’autres pays confrontés à des processus de justice et de mémoire semblables : Histoires désobéissantes. Filles, fils et familles de tortionnaires pour la mémoire, la vérité et la justice. Du récit individuel à la parole collective (à travers un livre paru en 2018, Écrits désobéissants), il s’agit de mettre en évidence la puissance de ce mouvement qui par ses contradictions inhérentes pose des questions à portée universelle, tout en contribuant à la réflexion sur la transmission de la mémoire du côté des bourreaux (et non plus seulement des victimes) et à l’approche des zones les plus douloureuses et les plus obscures de la mémoire historique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

Histoires désobéissantes. Filles, fils et familles de tortionnaires pour la mémoire, la vérité et la justice : un intitulé surprenant, inattendu, choquant pour certains. Il s’agit en effet du premier collectif dans l’histoire des meurtres de masse à se constituer en tant que tel autour de descendants de tortionnaires qui, reconnaissant les crimes commis par leurs parents, les condamnent ouvertement au nom de la défense des droits de l’homme. « Est-ce possible ? » se demandent encore les survivants et les victimes dont le groupe a fait siennes les exigences de reconnaissance et de réparation.

Né à Buenos Aires en 2017, le mouvement a choisi ce nom d’Histoires désobéissantes par opposition à la loi dite « de l’obéissance due » qui stipulait que les tortionnaires de la dictature argentine n’étaient pas punissables, car ils avaient agi selon le devoir d’obéissance. Le collectif ainsi nommé réunit des personnes ayant des liens familiaux avec ces criminels, dont certains ont été condamnés,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Verónica Estay Stange, « Histoires désobéissantes »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 221-226.

Référence électronique

Verónica Estay Stange, « Histoires désobéissantes »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/2036 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.2036

Haut de page

Auteur

Verónica Estay Stange

Verónica Estay Stange est docteure en langue et littérature françaises. Entre histoire de l’art et sémiotique, et du romantisme à l’art contemporain en passant par le symbolisme et les avant-gardes, le premier volet de sa recherche porte sur la transversalité des arts, autour du concept de « musicalité ». Le deuxième volet est consacré aux rapports entre art et politique, dans le cadre des réflexions sur la mémoire des grands traumatismes collectifs, notamment en Amérique du Sud. Chargée de cours à Sciences Po Paris et au Nouveau Collège d’études politiques (Paris 8-Paris 10), elle est auteure des livres Sens et Musicalité. Les voix secrètes du symbolisme (Classiques Garnier, 2014) et La Musique hors d’elle-même. Le paradigme musical et l’art contemporain (Classiques Garnier, 2018), ainsi que d’une trentaine d’articles portant sur la mémoire historique et sur l’évolution des formes esthétiques du xixe siècle à nos jours.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search