Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Brèves d'histoireSacrée, l’égalité hommes-femmes ?

Brèves d'histoire

Sacrée, l’égalité hommes-femmes ?

Usages de l’histoire et de l’égalité dans les débats sur les signes religieux au Québec
Camille Robert
p. 227-232

Résumés

Tout comme la France, le Québec a connu d’importants débats sur la laïcité au cours des dernières années. Dans ce contexte, une certaine lecture de l’histoire des femmes et le principe d’égalité entre les sexes ont été utilisés comme arguments pour justifier la mise en place de politiques ciblant particulièrement certains signes religieux, dont le hijab. Or, est-il exact d’affirmer que, historiquement, c’est essentiellement « la religion » qui aurait causé l’oppression des femmes ? Est-ce juste de présumer que, conséquemment, la laïcité garantirait une amélioration de leur condition ? En m’appuyant sur l’histoire des femmes à plusieurs moments de « modernisation » et de « laïcisation » au Québec, je propose de remettre en question ce postulat central aux discours en faveur d’une laïcité républicaine.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

Tout comme la France, le Québec a connu d’importants débats sur les signes religieux au cours des dernières années. La « crise des accommodements raisonnables », qui a débuté au printemps 2006, s’est poursuivie avec la tenue d’une commission publique à travers la province en 2007-2008. En 2013, le gouvernement, alors dirigé par le Parti québécois, a lancé le projet d’une « Charte des valeurs » visant à encadrer les demandes d’accommodements et les signes religieux. Plus récemment, au printemps 2019, le Premier ministre François Legault a déposé un nouveau projet de loi interdisant les signes religieux chez certains employés de la fonction publique, dont les enseignantes et enseignants.

Le hijab, le niqab et le tchador ont occupé une part importante des débats liés aux signes religieux, et les femmes musulmanes en sont venues à symboliser une « menace pour l’égalité durement acquise ». Dans ce contexte, une certaine lecture de l’histoire des femmes au Québec et le principe d’égalité e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Robert, « Sacrée, l’égalité hommes-femmes ? »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 227-232.

Référence électronique

Camille Robert, « Sacrée, l’égalité hommes-femmes ? »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/2046 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.2046

Haut de page

Auteur

Camille Robert

Camille Robert est doctorante et chargée de cours en histoire à l’université du Québec à Montréal. Son projet de thèse porte sur les conflits liés au travail de reproduction sociale dans le contexte du tournant néolibéral de l’État québécois, à travers l’étude de trois grèves dans les secteurs de l’éducation (1982-1983) et de la santé (1986, 1989). Dans le cadre de son mémoire de maîtrise, elle s’est intéressée aux discours et aux mobilisations des féministes québécoises pour la reconnaissance du travail ménager. Ses recherches ont été publiées sous forme de livre aux éditions Somme toute en 2017. Elle a également codirigé un ouvrage collectif sur le travail invisible des femmes au Québec, paru aux éditions du Remue-ménage en 2018. Depuis 2015, elle travaille à titre d’assistante de recherche au Centre d’histoire des régulations sociales. Elle est également conférencière, chroniqueuse, collaboratrice à HistoireEngagée.ca et membre du comité de rédaction de la revue À Bâbord !.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search