Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Brèves d'histoireAntoine de Baecque, du corps de l...

Brèves d'histoire

Antoine de Baecque, du corps de l’histoire au corps de l’historien

Léonard Burnand
p. 237-241

Résumés

Connu à la fois comme critique de cinéma et comme spécialiste de la Révolution française, Antoine de Baecque a consacré ses premiers travaux à l’analyse des métaphores corporelles dans l’imaginaire politique du xviiie siècle. Publiée en 1993 sous un titre emblématique – Le Corps de l’histoire –, sa thèse lui a permis de s’imposer durablement dans ce domaine de recherche. Toutefois, depuis quelques années, un déplacement du champ d’observation est perceptible dans le rapport qu’Antoine de Baecque entretient avec la question du corps. Après s’être longtemps intéressé au « corps de l’histoire », c’est désormais son propre corps d’historien qui est devenu pour lui un important sujet d’écriture, comme en témoignent ses ouvrages récents, tels que La Traversée des Alpes. Essai d’histoire marchée (2014) ou En d’atroces souffrances. Pour une histoire de la douleur (2015).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Plan

« Comment l’histoire prend corps »
L’historien en marche
Le corps sensible de l’historien

Aperçu du texte

À la fois spécialiste d’histoire culturelle du xviiie siècle et critique de cinéma, Antoine de Baecque s’est toujours distingué par l’extrême singularité de son profil et de son parcours de chercheur. En effet, peu d’universitaires se sont risqués comme lui à travailler aussi bien sur la Révolution française que sur la Nouvelle Vague, et lui seul sans doute est capable de passer sans transition de Rivarol à Batman en publiant successivement un essai sur le rire au temps des Lumières et une monographie sur les films de Tim Burton ! Désormais professeur en études cinématographiques à l’École normale supérieure (Paris), ce dix-huitiémiste de formation a occupé au fil des années des fonctions aussi diverses que maître de conférences en histoire moderne, rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, responsable des pages culturelles du journal Libération, ou encore directeur des éditions Complexe. Le caractère particulièrement hétéroclite d’un tel itinéraire pourrait de prime abord donner l’i...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léonard Burnand, « Antoine de Baecque, du corps de l’histoire au corps de l’historien »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 237-241.

Référence électronique

Léonard Burnand, « Antoine de Baecque, du corps de l’histoire au corps de l’historien »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/2066 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.2066

Haut de page

Auteur

Léonard Burnand

Léonard Burnand est directeur de l’Institut Benjamin Constant et vice-doyen de la faculté des lettres de l’université de Lausanne. Docteur en histoire, il est l’auteur de plusieurs livres, dont Les Pamphlets contre Necker. Médias et imaginaire politique au xviiie siècle (Classiques Garnier, 2009). Parmi ses récentes publications, il a codirigé les ouvrages collectifs Comment sortir de l’Empire ? Le Groupe de Coppet face à la chute de Napoléon (Slatkine, 2016) et Germaine de Staël et Benjamin Constant, l’esprit de liberté (Perrin, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search