Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesLecturesLe crâne fendu d’où naquit le fra...

L’historien et les langues
Lectures

Le crâne fendu d’où naquit le français : un tombeau pour Nithard

Bernard Cerquiglini, L’Invention de Nithard (2018)
Amandine Mussou
p. 181-184
Référence(s) :

Bernard Cerquiglini, L’Invention de Nithard, Paris, Éditions de Minuit (coll. « Paradoxe »), 2018, 119 p.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

C’est l’histoire d’une naissance précoce, celle du français, que revisite Bernard Cerquiglini dans cet ouvrage. Près de trente ans après la parution de La Naissance du français, le linguiste rouvre un vieux dossier, celui des Serments de Strasbourg, prêtés le 14 février 842 par les petits-fils de Charlemagne et qu’un de leurs cousins, Nithard, choisit de consigner en langues vulgaires dans son Histoire des fils de Louis le Pieux. Ces quelques lignes perdues au cœur d’une chronique rédigée en latin sont restées célèbres, car, en conférant le prestige de l’écrit à ces alliances proférées en langues française et germanique, elles signent notamment la naissance du français, quelque trente années après que le concile de Tours eut nommé pour la première fois cet idiome (les évêques étaient alors invités à traduire leurs sermons in rusticam Romanam linguam). À la faveur d’une découverte exceptionnelle, celle d’un squelette dans un grenier, Cerquiglini dépoussière ce geste inouï, inaugural,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Mussou, « Le crâne fendu d’où naquit le français : un tombeau pour Nithard »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 181-184.

Référence électronique

Amandine Mussou, « Le crâne fendu d’où naquit le français : un tombeau pour Nithard »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/2081 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.2081

Haut de page

Auteur

Amandine Mussou

Amandine Mussou est maîtresse de conférences en langue et littérature françaises médiévales à l’université Paris Diderot. Spécialiste de l’œuvre d’Évrart de Conty, elle s’intéresse aux rapports entre savoir et fiction à la fin du Moyen Âge ainsi qu’aux écritures allégoriques. Ses recherches portent par ailleurs sur les lectures contemporaines du Moyen Âge. Elle a notamment codirigé, avec Nathalie Koble et Mireille Séguy, Mémoire du Moyen Âge dans la poésie contemporaine (Paris, Hermann, 2014), et, avec Florent Coste, Le Moyen Âge pour laboratoire (Fabula-LHT [en ligne], no 20, 2018, <www.fabula.org/lht/20/>).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search