Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesLecturesFlux et reflux d’une fiction

L’historien et les langues
Lectures

Flux et reflux d’une fiction

Didier Samain
p. 188-194

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

Pour l’historien, les langues, et les systèmes symboliques en général, sont l’objet d’une activité indiciaire ; il y cherche des informations sur les choses. L’ambition du linguiste est plus limitée. Tant qu’il reste dans le cadre de ses fonctions, l’histoire qui l’intéresse est celle des langues elles-mêmes. Mais tout n’est pas toujours aussi simple. Non seulement parce qu’il arrive qu’un linguiste se fasse anthropologue ou historien, mais aussi parce qu’il est arrivé que les linguistes fassent comme les historiens, qu’ils traitent les langues sur un mode indiciaire, quoique pour leurs fins propres : écrire l’histoire, non des choses, mais des langues. Ce paradoxe a un nom, c’est la grammaire historique et comparée, et c’est l’histoire de ce paradoxe qu’on évoquera rapidement. Il fut pour une part conjoncturel.

Le comparatisme a précédé l’histoire. Pour les savants de l’âge classique, l’apparentement de certaines langues (néolatines notamment) relevait de l’évidence immédiate, et ce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Samain, « Flux et reflux d’une fiction »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 188-194.

Référence électronique

Didier Samain, « Flux et reflux d’une fiction »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/2102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.2102

Haut de page

Auteur

Didier Samain

Didier Samain est linguiste et historien des sciences, professeur de sciences du langage à l’ESPE de Paris (Sorbonne Université) et membre du laboratoire d’Histoire des théories linguistiques (UMR 7597 du CNRS). Ses travaux portent principalement sur l’histoire des transferts entre psychologie et linguistique aux xixe et xxe siècles, et sur l’épistémologie des sciences humaines et leur modélisation. Il a aussi publié dans ce cadre plusieurs traductions de chercheurs allemands, notamment l’unique édition critique de la Sprachtheorie de Karl Bühler (1924). Il a récemment codirigé, avec Claude Blanckaert et Jacqueline Léon, l’ouvrage Modélisations et Sciences humaines. Figurer, interpréter, simuler, Paris, L’Harmattan, 2016. Sous presse : Recherches sur les questions fondamentales de la vie du langage, édition bilingue, avec commentaire, notes et glossaire, de Philip Wegener, Untersuchungen ueber die Grundfragen des Sprachlebens (1885), Limoges, Lambert-Lucas.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search