Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesLecturesCh’oe Namsŏn et la syllabe magiqu...

L’historien et les langues
Lectures

Ch’oe Namsŏn et la syllabe magique de l’histoire coréenne

Ch’oe Namsŏn, Thèse sur la culture de b/p/f a/u r/l k/h a/u m/n (1927)
Alain Delissen
p. 197-200
Référence(s) :

Ch’oe Namsŏn, Thèse sur la culture de b/p/f a/u r/l k/h a/u m/n, Séoul, 1927 (1re édition, en japonais, sous le titre Fukan bunkaron, 不咸文化論, Keijō (Séoul), Chōsen shisō tsūshinsha, p. 2-58)

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

On me pardonnera d’inaugurer cette lecture d’un texte « coréen » de la fin des années 1920 par un titre imprononçable, surtraduit, en réalité indécidable. Qu’on me pardonne aussi, pour en faire comprendre le sens, d’insister dans l’exotisme et de faire un pas en arrière, en 1908, avec le premier vers libre de la toute première poésie, libre, coréenne et moderne, d’un jeune homme libre de dix-huit ans : « 텨……ㄹ 썩, 텨……ㄹ 썩, 텩, 쏴……아 / t’yŏ……l ssŏk, t’yŏ……l ssŏk, t’yŏk, ssowa……a ». Avec ces onomatopées fondatrices qui inaugurent, sans manifeste, la nouvelle littérature dans la première revue coréenne moderne, l’océan parle au garçon, sonyŏn. Dans la foulée de la terrible guerre russo-japonaise qui scelle l’effacement de la souveraineté coréenne, il lui dit l’ordre brutal du monde (« Je frappe, je cogne, je détruis ») qui s’avance sous le masque du bon, du juste et du vrai modernes. En littérature comme en histoire, un océan de commentaires accompagne cette naissance tragique. Il leur a so...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Delissen, « Ch’oe Namsŏn et la syllabe magique de l’histoire coréenne »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 197-200.

Référence électronique

Alain Delissen, « Ch’oe Namsŏn et la syllabe magique de l’histoire coréenne »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/2135 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.2135

Haut de page

Auteur

Alain Delissen

Historien, Alain Delissen est directeur d’études à l’EHESS (Paris). Membre de Chine, Corée, Japon (UMR 8173), il est directeur du Centre de recherches sur la Corée et de l’Institut d’études coréennes du Collège de France. Attentif aux enjeux de traduction qui traversent l’approche « aires culturelles » en sciences sociales, il travaille dans deux directions. D’une part, l’histoire sociale et culturelle de la Corée colonisée par le Japon, qu’il aborde par l’histoire urbaine de Séoul ou la mise en place des savoirs coréanologiques en situation coloniale. D’autre part, les formes d’écriture de l’histoire et de présence du passé dans le monde coréen moderne, qui, loin d’être alternatives, dominent la scène historiographique. Il a publié récemment « La patience de l’Autre : Asie, sciences sociales, traduction » (Tracés, hors-série, Traduire et introduire les sciences sociales d’Asie orientale, 2017, p. 263-278, DOI : 10.4000/traces.7221) et « Busan-Séoul et retours : le train emballé de la longue modernité » (Critique, no 848-849, 2018, p. 51-63).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search