Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19L’historien et les languesLecturesLa Babel des sciences

L’historien et les langues
Lectures

La Babel des sciences

Michael D. Gordin, Scientific Babel. The language of science from the fall of Latin to the rise of English (2017)
Sophie Cœuré
p. 200-203
Référence(s) :

Michael D. Gordin, Scientific Babel. The language of science from the fall of Latin to the rise of English, Londres, Profile Books, 2017, 415 p.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

Professeur d’histoire des sciences à l’université de Princeton, Michael Gordin propose un bel essai sur la manière dont on « parle les sciences » (« Talking science »). À partir du constat bien partagé du triomphe de l’anglais global, il repart du latin comme « paradis perdu », s’appuyant sur cette magnifique et pessimiste réflexion de d’Alembert dans le Discours préliminaire de l’Encyclopédie en 1751 : « Ainsi, avant la fin du xviiie siècle, un philosophe qui voudra s’instruire à fond des découvertes de ses prédécesseurs, sera contraint de charger sa mémoire de sept à huit langues différentes ; et après avoir consumé à les apprendre le temps le plus précieux de sa vie, il mourra avant de commencer à s’instruire. » Prenant en compte les sciences « exactes », sans la médecine ni les sciences humaines et sociales, l’auteur s’attache à historiciser la « profusion limitée » des grandes langues véhiculaires savantes (soit par ordre alphabétique français : allemand, anglais, arabe, chinoi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Cœuré, « La Babel des sciences »Écrire l'histoire, 19 | 2019, 200-203.

Référence électronique

Sophie Cœuré, « La Babel des sciences »Écrire l'histoire [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/elh/2153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elh.2153

Haut de page

Auteur

Sophie Cœuré

Sophie Cœuré est professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris Diderot – Université de Paris. S’appuyant pour la première fois sur des archives tant russes que françaises, elle a proposé une analyse pionnière des engagements et des mythologies communistes et soviétiques avec notamment « Cousu de fil rouge ». Voyages des intellectuels français en Union soviétique (dirigé avec Rachel Mazuy, CNRS Éd., 2012), Pierre Pascal. La Russie entre christianisme et communisme (Noir sur Blanc, 2014), La Grande Lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique (1917-1939) (CNRS Éd., 2017). Elle a contribué au renouveau des recherches sur l’histoire politique des archives et des spoliations culturelles dans La Mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, de 1940 à nos jours (Payot & Rivages, 2017). L’histoire est aussi un jeu du destin, et Sophie Cœuré a participé à l’uchronie L’Autre Siècle (Fayard, 2018), en imaginant une Russie où la révolution de 1917 n’aurait pas eu lieu.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • Logo Université de Paris
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search