Navigation – Plan du site
Rire de l’histoire (2)

Le révisionnisme fantaisiste de l’Histoire

Récits et sketches parodiques au xxe siècle
Christian Moncelet
p. 101-111

Résumé

Faire rire en récrivant l’histoire est la fonction du révisionnisme fantaisiste. Loin de disparaître, cette tradition du burlesque à la Scarron prend différentes formes aux xxe et xxie siècles. Cami, Frédéric Dard, Cavanna et beaucoup d’autres (humoristes, chansonniers, dessinateurs, cinéastes) puisent dans l’aventure de la France matière à exercer leur droit de légitime légende pour rire.
Une série de plaisanteries relèvent d’abord de l’inculture, citée ou inventée, de tel ou tel personnage. Le corpus le plus important concerne des pastiches parodiques de livres ou de films d’histoire.
Clio, en petite tenue, révèle des à-côtés de la grande Histoire, des prétendus secrets (souvent d’alcôve ou d’alcool), et rabaisse systématiquement le niveau du mérite des grands qui nous ont gouvernés.
Les grands moments du passé, tels que les entretient la mémoire essentiellement scolaire, sont parfois de simples prétextes à délirer loufoquement, pour le plaisir d’un calembour ou l’alacrité d’une situation anachronique et abracadabrante.
Si subversion il y a, elle est diffuse et sans grande nocivité.

Haut de page

Texte intégral

1Appelons révisionnisme fantaisiste la réécriture et l’interprétation amusantes de l’Histoire. La pratique est ancienne et banale : des écrivains, des humoristes de scène, des dessinateurs, des cinéastes, sans oublier le peuple blagueur, n’ont cessé d’enrichir un corpus disparate et multicolore, dans la tradition ancienne du genre parodique.

2Le révisionnisme de ces historiens farfelus, volontaire ou non, consiste à larguer les amarres de la vérité officielle en injectant des épisodes inédits ou en proposant sur notre passé des éclairages à rêver debout. Ils éclaboussent le conformisme de Clio en créant un nouveau monde grâce à un langage démiurgique et rigolard.

3On se contentera ici d’en proposer une revue aussi large et représentative que possible. Quant à la signification et à la portée de ces parodies où l’esprit du potache n’est jamais loin, on laissera au lecteur le soin d’en juger. Cet iconoclasme joyeux n’est sans doute pas toujours ni totalement inoffensif. Mais il est plus difficile d’apprécier la valeur corrosive, directe ou indirecte, d’une telle entreprise de dérision : dans tous les cas, elle implique le partage d’un même bagage culturel et, chez le public en particulier, elle sert surtout à réaffirmer, même sur le mode burlesque, l’adhésion à cet héritage scolaire.

Goure-toi, cher si cancre !

  • 1 Jean-Charles, La Foire aux cancres, Calmann-Lévy, 1962. Un an après, les fantaisistes Roger Pierre (...)
  • 2 La moisson est suffisamment dense pour que Jérôme Duhamel consacre à la seule discipline historique (...)

4Les collecteurs de perles d’élèves ont un avenir éditorial assuré. Ces ânas – risquons l’orthogreffe – remportent un succès constant. Le pionnier, en France, fut en 1962 Jean-Charles avec son best-seller La Foire aux cancres1. Ce juteux filon continue d’être exploité, notamment par Jérôme Duhamel et Philippe Mignaval2.

  • 3 Jean-Charles, op. cit.
  • 4 Jérôme Duhamel, Le Dico tout fou des écoliers, Albin Michel, 2004.
  • 5 Ibid.

5Cette histoire brille par des amalgames renversants et des explications saugrenues : « Henry IV fut surnommé le Vert galant parce qu’il voulait que chaque Français ait sa poule le dimanche3 » ; « Les rois se faisaient sacrer à Reims pour avoir le champagne moins cher4. » Un parasitage dans la transmission peut entraîner des substitutions : « Charles Martel a vaincu les Arabes à moitié5. » Les victimes de cette histoire en charpie appartiennent au panthéon réduit des grandes personnalités de l’histoire humaine.

  • 6 Chanson Au Lycée Papillon de Georgius et Juel, 1936.

6Certaines perles d’inculture sont inventées par des humoristes, comme ce salmigondis spatiotemporel régurgité par un élève du Lycée Papillon6 :

Vercingétorix, né sous Louis-Philippe,
Battit les Chinois, un soir à Ronc’vaux.
C’est lui qui lança la mode des slip…es
Et mourut, pour ça, sur un échafaud.

  • 7 Patrick Font, album Il fera beau ce soir, 1980.

7Pour bien se différencier du « premier de la classe », qui est très « con », des élèves font exprès de sortir des énormités (chanson de Patrick Font7) :

Henri IV est mort au cours d’une partouze ;
C’est à Waterloo qu’Jeanne d’Arc fut pendue.

  • 8 Ce fut l’un des grands succès du théâtre de patronage dans les années cinquante et soixante.
  • 9 L’Histoire de France vue par San-Antonio, Fleuve noir, 1964.

8Les adultes aussi sont des cancres, témoin Onésime Ballotin, improvisé guide, dans Roncevaux ! Roncevaux ! ou les douze preux, pièce courte de Max Régnier et Pierre Ferrary diffusée à la radio en 19348. Au premier acte, le président du syndicat d’initiative fait la leçon d’histoire à l’ignare Onésime qui prend les « douze pairs » de Roland pour ses « douze pères » !… « Surpris par les Basques… » est compris « par les basques » – d’où ce commentaire : « Les saligauds, ils l’ont attaqué par derrière ! » Et tout du même tonneau, au nom d’un humour qu’on peut juger « résistible », selon le mot de Tristan Bernard. Au deuxième acte, les touristes font les frais de la formation accélérée. « Charlemagne » devient « Antonin Magne » (champion cycliste français des années trente qui participa au Tour de France, lequel passait par les Pyrénées). Onésime accumule les bourdes : « Madame Durandal, une maîtresse femme », Roland souffle dans la trompe de son… « éléphant ». Bérurier, le collègue de San-Antonio, est un autre cancre selon qui « Napoléon et Richelieu [ont délivré] le tombeau du Christ à Mathusalem » : son chef décide donc de l’instruire dans un style qui, contrairement à celui des manuels scolaires, ne « le [fera] pas roupiller9 ».

L’histoire revue et corrisible

Le pacte de risibilité

  • 10 Film de Jean Yanne, 1982.
  • 11 Cavanna, Les Aventures de Napoléon, Belfond, 1988.

9Parfois le titre donne d’emblée le ton, comme Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ10. Toujours, le seul nom de l’auteur, réputé comique, vaut contrat. En outre, des péritextes de rigueur sont chargés de souligner la spécificité de la matière et de la manière. François Ier (film de Christian Jacques, 1937) est présenté, dans le générique, comme une « fantaisie burlesque imaginée par Paul Fékété ». Sur la quatrième de couverture d’une réédition de L’Histoire de France vue par San-Antonio, le narrateur annonce une « fresque farfelue », racontée « à sa manière » qui « se différencie des autres en cela qu’elle est pleine de rires et de culs ». C’est à la dédicace des Aventures de Napoléon11 qu’est dévolue cette fonction par Cavanna :

À l’immortel auteur de l’immortel distique :
Napoléon est mort à Sainte-Hélène
Son fils Léon lui a crevé l’bidon.

  • 12 Robins des bois, L’Histoire de France de avant à maintenant, Canal +, 2004.

10Une autre dédicace joue le même rôle dans L’Histoire de France de avant à maintenant12 ; la bande des « Robins des bois » y précise une orientation à contre-courant :

Cet ouvrage est dédié à tous ceux qui désirent perpétuer l’ignorance et faire de l’enfant, adulte ou non, un inculte de qualité.

Révision à la baisse

11Qui dit parodie dit révision à la baisse. Le rabaissement peut se faire en usant d’un style narratif familier, voire argotique, ou en ramenant les réactions et les comportements au niveau du commun des mortels (selon la recette éprouvée du burlesque de Scarron dans Le Virgile travesti). C’est particulièrement vrai du comédien-humoriste Sim dans Elle était chouette, ma France (1992). Sa méthode étant « l’usurpation d’identité », il « enfile », entre autres, « le costard d’Attila ». Les grands parlent comme lui, en faisant des jeux de mots, tel Clovis à propos de la fondation onéreuse de la basilique Saint-Pierre-et-Saint-Paul : « Un cierge qui me coûte la peau des fesses pour avoir brûlé la chandelle par les deux bouts… » La verdeur de Bigard est similaire. Les gros mots joviaux sont fréquents, tout comme des expressions anachroniques peu soutenues :

Avec Clovis et 3 000 convertis d’un coup, Rémi, l’évêque de Reims, a dû faire péter une paire de roteuses…

12La trivialisation privilégie la vie corporelle. Les grands hommes de l’Histoire ont des handicaps et des besoins, scatologiques ou sexuels, comme tout un chacun. Le corps est omniprésent, ici dans l’apothéose du désir brut, là dans la banalité des fonctions les plus naturelles, ailleurs dans les ratés somatiques, le délitement ou la maladie. Cavanna en fournit de nombreux exemples :

  • 13 Cavanna, op. cit.

Talleyrand boitait et avait mauvaise mémoire, ce qui fait qu’il ne boitait pas toujours du même pied.13

Si à Roncevaux, Roland avait été moins saoul, il aurait soufflé dans son cor au lieu de souffler dans sa longue vue, et Charlemagne l’aurait entendu. (Le Saviez-vous ?)

13La version de Roncevaux livrée par les Robins des bois glisse du calembour anodin vers une scatologie originale (le sens du vent est inversé) :

Roland souffla dans son corps. Personne ne l’entendit, ce qui est bien normal. Souffle toi-même dans ton cul, tu verras si Charlemagne arrive. (op. cit.)

  • 14 Charlie-Hebdo, hors-série no 17, 2002. C’est le dessinateur Wolinski déguisé.

14C’est un Napoléon très alcoolisé et clownesque qui illustra la couverture du numéro 95 de Hara Kiri mensuel avant celle des Aventures de Napoléon par Cavanna14.

Couverture de Hara-Kiri mensuel no 95 (détail)

Couverture de Hara-Kiri mensuel no 95 (détail)
  • 15 Chaval, L’Homme, Albin Michel, 1970.

15Avec les dessinateurs d’humour, le mythe napoléonien a été, souvent, écorné. Le dessinateur Chaval croqua le grand homme, accroupi, déposant au sol des pyramides-étrons15. Siné le saisit au moment où, changeant d’étage vestimentaire, il glisse sa main droite dans la braguette. La vie privée est relatée pour ridiculiser la vie héroïque, jugée frelatée.

À gauche : Chaval, Bonaparte déféquant (détail)
À droite : Siné, Napoléon (détail)

À gauche : Chaval, Bonaparte déféquant (détail) À droite : Siné, Napoléon (détail)
  • 16 De la première moitié du siècle dernier.

16Pour un jeune public, l’obscénité admise est gentillette, très euphémisée. Beaucoup d’enfants d’autrefois16 ont ri d’une curiosité typographique, prétendument authentique, au sujet du baptême de Clovis. On racontait qu’un manuel d’histoire présentait cette coupure de mot en fin de ligne :

                                       […] Clovis embrassa le cul-
te de Clotilde et tous ses guerriers en firent autant.

17Dans les récits pour adultes, la révision à la baisse est essentiellement une révision – gauloisement parlant – à la baise. San-Antonio est très clair :

  • 17 Quatrième de couverture d’une réédition de L’Histoire de France vue par San-Antonio.

Ici, les rois ont un braquemard et les reines une chaglatte. Leur bon peuple également. Et chacun de s’en servir à s’en faire éclater les amygdales sud.17

18Le lecteur a donc droit à des histoires plus culottées que leurs personnages. Parfois le narrateur se contente d’une allusion grivoise, comme Cavanna, liant chant patriotique et chanson leste :

  • 18 Cavanna, op. cit., chap. iii.

Le général Bonaparte, à cheval, suivi de l’armée française, à pied, descendait vers le sud en chantant la « Marseillaise » et « Y’a que la peau de couille pour conserver le tabac ».18

  • 19 Cf. Christian Moncelet, Jacques Rouvière, Redécouvrir Cami, l’humoriste « loufock », Marrimpouey, 2 (...)
  • 20 Le Bon Roi Dagobert (1984), film franco-italien de Dino Risi, avec Coluche, Michel Serrault, Ugo To (...)

19Il faudrait consacrer à l’érotisme chez Cami un long développement19. L’humoriste fit siennes les histoires du passé et les transforma en bouffonneries ahurissantes. Dans le recueil Dupanloup ou les prodiges de l’amour, le roi Henri IV, vieilli, utilise un aphrodisiaque et s’en sert, un jour, pour redresser un pont-levis rouillé (pont-le-vit ?) afin de trouver refuge dans un vieux château. De son côté, Dino Risi donne à voir un « Dagobert » très porté sur la bagatelle20. Parti en pèlerinage à Rome pour se faire pardonner, le « bon roi » y rencontre un pape, lui-même sensuel à souhait, qui se révèle, in extremis, n’être pas le vrai pontife. Jean Yanne n’est pas en reste dans Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ, où il fait de César une folle qui se rend, la nuit, « en loucedé », dans une « discothex » pour gays.

La bouffonnerie aérienne

20D’autres ressorts sont utilisés, qui ne choquent pas les pudibonds et sont recevables par tous : les anachronismes (certains ont été déjà cités) et, dans quelques cas, une allégresse née de l’imagination exubérante.

Affiche du film François Ier (détail)

Affiche du film François Ier (détail)
  • 21 Des adolescents répètent avec un animateur une saynète sur la Révolution de 1789 qui est en fait un (...)

21Soit le film François Ier : l’épisode du voyage temporel est agrémenté d’amalgames, comparables à ceux des opérettes d’Offenbach (La Belle Hélène, 1864) ou de Christiné (Phi-Phi, 1918). Transporté au xvie siècle afin de mieux entrer dans un rôle de théâtre, le héros utilise son inséparable Petit Larousse pour faire des prédictions. Il introduit, aussi, à la cour des Valois, le fox-trot, la java et la belote. L’anachronisme semble un ingrédient obligé. Dans le sketch des Inconnus, « La Révolution française » (1989), Mohamed, qui joue le rôle de Louis XVI (« Louis Croix V bâton ») n’a pas peur de lui faire prendre le métro21.

  • 22 Robins des bois, op. cit.

22Pour les Robins des bois, Marie-Antoinette a été « la première femme d’Eddy Barclay » et « Charlemagne voulait copier Napoléon [en se faisant] sacrer empereur en 80022 ». Jean Yanne truffe les dialogues et les décors de son film historique de références au xxe siècle. Ainsi, les habitants de la cité occupée regardent le « Journalus televisae » et les spectateurs des arènes lisent la publicité fromagère « Panem, vinum, Boursinum » – en écho au célèbre slogan, créé en 1972, Du pain, du vin, du Boursin.

  • 23 Cf. la liste des personnages réquisitionnés par Cami, dans Rolf Lohse, « Pour lire sous la douche » (...)
  • 24 Cami, Le Fils des Trois Mousquetaires.
  • 25 Cami, Voyage inouï de M. Rikiki, La Technique du Livre, 1947.
  • 26 Cf. les volumes de Cami parus chez Jean-Jacques Pauvert en 1972.
  • 27 Cami, Voyage inouï de M. Rikiki, op. cit.

23Cami, unique en son genre – la parodie échevelée –, offre des échappées souveraines. Beaucoup de ses dramaticules mettent en scène des figures de toutes les époques : Noé, Mathusalem, Diogène, Bernard Palissy, Catherine de Médicis, Marguerite de Bourgogne, Louis XI, Louis XIV, Louis XV, Cambronne23… Des énigmes coriaces sont, enfin, résolues : l’embastillé « homme au masque de fer » était en réalité « un homme à la tête de veau »24 !… Un livre entier de science-fiction cocasse, Voyage inouï de M. Rikiki25, enfile des épisodes historiques au gré des déplacements de la famille Rikiki dans une machine volante, « l’écrevisse-à-rebrousser-les-siècles ». Chez l’auteur de Pour lire sous la douche26, aucun problème ne résiste à une astuce époustouflante ; par exemple, pour délivrer le « masque de fer », il suffit d’un aimant à forte attraction magnétique27.

Cami, Le « masque de fer » enfin délivré

Cami, Le « masque de fer » enfin délivré
  • 28 L’un des contes « héroï-camiques » du recueil de Cami Les Amours de Mathusalem (Flammarion, 1925).
  • 29 L’épisode est repris et illustré dans Voyage inouï de M. Rikiki.

24Dans « L’échelle de l’empereur28 », l’écroulement d’un escalier empêche Napoléon de fuir les flammes du Kremlin, d’autant que les Russes, prévoyants, ont fait scier les barreaux des échelles de la ville. Un grognard a l’idée de demander aux plus hauts gradés leurs bâtons de maréchaux, de les fixer à deux montants d’échelle pour permettre à l’Empereur d’échapper à l’incendie29.

Cami, Une échelle de bâtons de maréchaux

Cami, Une échelle de bâtons de maréchaux

25« C’est comme ça qu’on écrit l’Histoire », semble dire Cami, avant Charles Trenet qui proposa, en 1949, une variation sur « Le Roi Dagobert » :

Le bon roi Dagobert
Chantait les chansons à l’envers.
Sur les routes de France,
Mille et une romances
Jaillissaient de lui,
Fraîches comme la pluie.
Les oiseaux étonnés
Le prenaient pour… Charles Trenet.

  • 30 Esspé (référence inconnue).
  • 31 Trez, La Preuve par Trez, Denoël, 1965.

26Pour les humoristes, l’histoire est un réservoir dans lequel on peut puiser, à tout moment, l’accroche d’une plaisanterie textuelle ou d’un gag dessiné. Le seul prérequis est une connaissance largement partagée qui conditionne une compréhension immédiate. Le substrat historique est souvent limité à un détail, à un stéréotype superficiel. Le cas de Napoléon est patent. Quelles variations n’a-t-on pas faites sur son chapeau (son chapeauléon emblématique) et/ou sa gestuelle (la main droite dans le gilet) ? Anachronismes et anatopismes font sourire, avec Esspé (et son impérial détournement de signalisation routière30) ou avec Trez (et sa nudiste non moins impériale31).

À gauche : Esspé, Signalisation (détail)
À droite : Trez, Baigneuse « topless » (détail)

À gauche : Esspé, Signalisation (détail) À droite : Trez, Baigneuse « topless » (détail)

Au commencement était la verve

27Le révisionnisme fantaisiste est volontiers verbal, soit dans les limites d’un démarquage de propos célèbres, soit dans l’explosion débridée d’un imaginaire qui naît de la rencontre de vocables propices. Les citations apocryphes sont drôles quand elles sont le fruit d’une invention, d’une décontextualisation ou d’une déformation :

  • 32 Alphonse Allais aurait créé ce contrepet dans sa jeunesse.

Saint Rémi, à Clovis – Courbe-toi, fier Sicambre !
Clovis, à Saint-Rémi – Cambre-toi, vieux si courbe !32

28Selon San-Antonio, Henri IV, le Vert Galant, parlant de son actif « zigomar-à-tête-chercheuse », a déclaré un jour :

  • 33 L’Histoire de France vue par San-Antonio, rééd., Fleuve noir, 2010.

Jusqu’à quarante ans j’ai cru que c’était un os.33

29Quant à Sim, il fait cadeau d’un calembour à l’évêque Rémi, lors du bain baptismal de Clovis :

Tu veux que je te Reims ?

30Autre possibilité : les paroles sont respectées, mais le contexte de leur profération est ridiculisé par un détail prosaïque :

  • 34 Cavanna, Le Saviez-vous ? Ce texte est repris en épigraphe du chapitre iii des Aventures de Napoléo (...)

Quand Napoléon Bonaparte prononça la fameuse harangue si appréciée des connaisseurs : « Soldats, du haut de ces pyramides quarante siècles vous contemplent », il se tenait debout sur un pied, car il n’y a pas assez de place pour poser les deux sur le haut d’une pyramide.34

31Le même Cavanna synthétise l’apport de Cambronne au stock des paroles historiques :

  • 35 Cavanna, Les Aventures de Napoléon, op. cit., épigraphe du neuvième chapitre.

La garme deurt et ne se prend ras… Heu… La garde a peur et dort en bas… Non… La tarte au beurre ne s’aimante pas… Ah, ça, mais qu’est-ce que j’ai donc ?…. La gare demeure… Oh, et puis, MERDE !35

  • 36 Dans une émission sur Europe 1.

32D’autres paroles sont totalement inventées, et pour cause ! Selon le calembouriste Maurice Biraud36, Napoléon, voyant que Grouchy était devancé par un général prussien, déclara : « Y’a mieux, mais c’est Blücher ! » Pour un révisionniste très farfelu, le contenu historique n’a guère d’importance, il fournit une matière à jeux verbaux. C’est flagrant dans Vercingétorixe (1770), une pièce du marquis de Bièvre dont chaque vers est farci d’un calembour signalé par des italiques :

« De nos pères de bas imitons la constance » […]

« Ne peux-t-on vivre heureux sans elle de dindon »,

« Je méritais plutôt d’être plaint comme un œuf.
Pourquoi ce ton salé ? Prenez un air de bœuf ».

« Je sus, comme un cochon, résister à leurs armes,
Et je pus, comme un bouc, dissiper vos alarmes. »

33Le jeu de mots est aussi la spécialité de Cami, à propos duquel Alexandre Vialatte écrivait :

  • 37 Note dans une chronique de La Montagne (18 nov. 1958).

Jamais nul ne tira si fort sur les cheveux des calembours, jamais nul n’accepta, pour amener un jeu de mots, de bouleverser si violemment l’histoire du monde.37

34Comme dans une fable-express, la chute fonde l’existence et le contenu du récit. Un épisode du Voyage inouï de M. Rikiki est consacré aux Francs repoussant les Huns pour qu’un soldat puisse ainsi s’en glorifier :

Attila n’a pas réussi à dévaluer le Franc !

  • 38 Pef, Les belles lisses poires de France, Gallimard, 1986. Ce livre est dans la continuité de La bel (...)

35Affaire de mots encore, et uniquement, avec Les belles lisses poires de France38 de Pef. L’écrivain pour enfants présente son livre « destiné à l’usage des petites billes et des petits glaçons tordus pour qu’ils marchent droit à l’école » :

Il a reçu l’autorisation de diffusion dans les écoles par les extincteurs de l’Éducation nationale et les groseilliers pédagogiques.

36Les choix sont dictés par les à-peu-près et leur capacité à légitimer telle ou telle isotopie. Ainsi pour les monarques comme Clovis ou François Ier : « Le roi Clou-vis inventa l’armure métallique » ; « François Pommier adorait les fruits. Aussi se fit-il construire des châteaux au bord de la Poire. »

La teneur subversive

37Rire de l’histoire est, en tant que tel, une distanciation subversive, un doute insinué, si peu que ce soit, sur la véracité de toute narration, sur la partialité des choix opérés. Lourde ou légère, la charge satirique est telle que des exercices de style deviennent, éventuellement, exercices de stylet, pour égratigner ceux qui mésusent de leurs connaissances, par abus idéologique de pouvoir, par aveugle conformisme. Chez nos auteurs, les institutions qui décident des contenus sont, de-ci de-là, attaquées, d’où, quelques pointes contre les silences, les oublis ou les partis pris. San-Antonio et Bigard veulent faire entendre la voix des anonymes, des petites gens, des Bérurier et des Bigard d’antan :

  • 39 Propos figurant à la première page de Bigard présente les dessous de l’histoire (Bruxelles/Paris, J (...)

Les Martin, les Chombier, les Bigard, on ne les trouve nulle part dans les manuels scolaires… Fallait bien que quelqu’un s’en occupe non ?… Parce que l’histoire, finalement, c’est eux qui la font.39

  • 40 San-Antonio, op. cit.

38À chacun sa révélation, pour décaper la doxa, fissurer la « bien pensance ». L’entreprise de démystification est assumée par San-Antonio40 :

Un petit travail de réfection m’a permis de constater qu’on nous avait doré l’Histoire de France avec cette même poudre aux yeux qui sert aussi à nous dorer la pilule !

39San-Antonio livre son sentiment personnel sur Napoléon : « Ç’a été un être moins exceptionnel qu’on se plaît à le trémoler. » Cavanna prévient du massacre : « Pour la première fois est retracée dans toute sa sordide vérité la crapuleuse carrière de ce petit militaire félon. »

40Les coups de plume sont, au besoin, de fermes coups de plumeau. Et vole la poussière ! Et Sim de se féliciter dans le chapitre sur le Roi Soleil :

Jamais on ne vous a parlé des rapports de Louis XIV avec sa nourrice. C’est un voile qui devait être soulevé… C’est fait.

41En raison de l’immoralité violente avec laquelle Clovis réagit dans l’épisode du « vase de Soissons », San-Antonio s’en prend à l’institution scolaire :

Ah ! je te jure ; fous-moi ministre de l’Instruction Nationale et tu verras comment que je te ferai sauter ce chapitre des manuels !

  • 41 Diffusée le 26 avril 1964.
  • 42 Pour deux raisons : il n’était pas un descendant de l’empereur et… il n’avait pas de poste de télév (...)

42Prendre des libertés humoristiques avec l’histoire ne va pas sans remous, comme le prouva l’émission télévisée 1 = 3 de Jean Yanne et Jacques Martin41. Dans un esprit rappelant un peu La Passion considérée comme une course de côte de Jarry, quatre cyclistes en costumes d’époque (Napoléon, Cambronne, Masséna et Murat) se mesurent aux Anglais dans le « Premier tour d’Europe cycliste ». L’étape (via les cols de Brienne, Eylau, Wagram et Arcole) relie Iéna à Waterloo. Au sprint final, Blücher, évidemment, l’emporte sur Napoléon. Des téléspectateurs outrés voulurent que Yanne et Martin demandent pardon à l’empereur ; l’un intenta même un procès, qu’il perdit42.

La course Iéna-Waterloo (détail)

La course Iéna-Waterloo (détail)

© INA

  • 43 Jacques Prévert, Paroles, Gallimard, 1949.

43Un esprit d’anarchie rigolarde préside à un révisionnisme qui ne supporte pas la pensée officielle ni le grégarisme révérencieux. C’est celui de Prévert à la fin du poème « Les belles familles43 », quand il commente cavalièrement la série des Louis (de Louis I à Louis XVIII) :

et plus personne plus rien…
qu’est-ce que c’est que ces gens-là
qui ne sont pas foutus
de compter jusqu’à vingt ?

44Le révisionnisme, même le plus bouffon, est d’ailleurs, souvent, un détour tactique pour se moquer du présent. On sait que la chanson enfantine Le bon roi Dagobert, désormais inoffensive, contient des strophes, écrites avant la Révolution, qui se moquaient indirectement de Louis XVI. Indirecte aussi est la satire dans Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ. Yanne est très critique envers la société de son temps : la lâcheté, l’appât du gain, la sournoiserie, les magouilles, ne sont l’apanage d’aucune classe, d’aucun corps social. Les anachronismes, qui font le lien entre passé et présent, bémolisent le sérieux d’une dérision frontale. Comme le dépaysement spatial des contes voltairiens, le dépaysement temporel est un dispositif qui permet d’appréhender le présent, à ceci près que chaque auteur doit négocier avec les contraintes d’une diégèse déjà écrite et transmise par les enseignants et les historiens – comme si l’Histoire était une chose trop sérieuse pour leur être laissée.

Haut de page

Notes

1 Jean-Charles, La Foire aux cancres, Calmann-Lévy, 1962. Un an après, les fantaisistes Roger Pierre et Jean-Marc Thibault jouaient un sketch (« La foire aux cancres ») qui reprenait certaines bourdes. En 1982 parut l’ouvrage bien nommé Vingt cancres après.

2 La moisson est suffisamment dense pour que Jérôme Duhamel consacre à la seule discipline historique un volume entier, L’Histoire de France revue et corrigée (Albin Michel, 2002).

3 Jean-Charles, op. cit.

4 Jérôme Duhamel, Le Dico tout fou des écoliers, Albin Michel, 2004.

5 Ibid.

6 Chanson Au Lycée Papillon de Georgius et Juel, 1936.

7 Patrick Font, album Il fera beau ce soir, 1980.

8 Ce fut l’un des grands succès du théâtre de patronage dans les années cinquante et soixante.

9 L’Histoire de France vue par San-Antonio, Fleuve noir, 1964.

10 Film de Jean Yanne, 1982.

11 Cavanna, Les Aventures de Napoléon, Belfond, 1988.

12 Robins des bois, L’Histoire de France de avant à maintenant, Canal +, 2004.

13 Cavanna, op. cit.

14 Charlie-Hebdo, hors-série no 17, 2002. C’est le dessinateur Wolinski déguisé.

15 Chaval, L’Homme, Albin Michel, 1970.

16 De la première moitié du siècle dernier.

17 Quatrième de couverture d’une réédition de L’Histoire de France vue par San-Antonio.

18 Cavanna, op. cit., chap. iii.

19 Cf. Christian Moncelet, Jacques Rouvière, Redécouvrir Cami, l’humoriste « loufock », Marrimpouey, 2008.

20 Le Bon Roi Dagobert (1984), film franco-italien de Dino Risi, avec Coluche, Michel Serrault, Ugo Tognazzi.

21 Des adolescents répètent avec un animateur une saynète sur la Révolution de 1789 qui est en fait un hypertexte au troisième degré, une « adaptation d’une adaptation d’Alain Decaux ».

22 Robins des bois, op. cit.

23 Cf. la liste des personnages réquisitionnés par Cami, dans Rolf Lohse, « Pour lire sous la douche ». Das Komische in den Werken des Humoristen Pierre-Henri Cami, Bonn, Romanistischer Verlag, 2001, p. 159.

24 Cami, Le Fils des Trois Mousquetaires.

25 Cami, Voyage inouï de M. Rikiki, La Technique du Livre, 1947.

26 Cf. les volumes de Cami parus chez Jean-Jacques Pauvert en 1972.

27 Cami, Voyage inouï de M. Rikiki, op. cit.

28 L’un des contes « héroï-camiques » du recueil de Cami Les Amours de Mathusalem (Flammarion, 1925).

29 L’épisode est repris et illustré dans Voyage inouï de M. Rikiki.

30 Esspé (référence inconnue).

31 Trez, La Preuve par Trez, Denoël, 1965.

32 Alphonse Allais aurait créé ce contrepet dans sa jeunesse.

33 L’Histoire de France vue par San-Antonio, rééd., Fleuve noir, 2010.

34 Cavanna, Le Saviez-vous ? Ce texte est repris en épigraphe du chapitre iii des Aventures de Napoléon.

35 Cavanna, Les Aventures de Napoléon, op. cit., épigraphe du neuvième chapitre.

36 Dans une émission sur Europe 1.

37 Note dans une chronique de La Montagne (18 nov. 1958).

38 Pef, Les belles lisses poires de France, Gallimard, 1986. Ce livre est dans la continuité de La belle lisse poire du prince de Motordu (Gallimard, 1980).

39 Propos figurant à la première page de Bigard présente les dessous de l’histoire (Bruxelles/Paris, Jungle, 2007).

40 San-Antonio, op. cit.

41 Diffusée le 26 avril 1964.

42 Pour deux raisons : il n’était pas un descendant de l’empereur et… il n’avait pas de poste de télévision !

43 Jacques Prévert, Paroles, Gallimard, 1949.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de Hara-Kiri mensuel no 95 (détail)
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre À gauche : Chaval, Bonaparte déféquant (détail) À droite : Siné, Napoléon (détail)
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Affiche du film François Ier (détail)
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/225/img-3.png
Fichier image/png, 245k
Titre Cami, Le « masque de fer » enfin délivré
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/225/img-4.png
Fichier image/png, 110k
Titre Cami, Une échelle de bâtons de maréchaux
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/225/img-5.png
Fichier image/png, 43k
Titre À gauche : Esspé, Signalisation (détail) À droite : Trez, Baigneuse « topless » (détail)
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/225/img-6.png
Fichier image/png, 44k
Titre La course Iéna-Waterloo (détail)
Crédits © INA
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/225/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Moncelet, « Le révisionnisme fantaisiste de l’Histoire », Écrire l'histoire, 10 | 2012, 101-111.

Référence électronique

Christian Moncelet, « Le révisionnisme fantaisiste de l’Histoire », Écrire l'histoire [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/225 ; DOI : 10.4000/elh.225

Haut de page

Auteur

Christian Moncelet

Christian Moncelet est professeur honoraire des universités, spécialiste de la littérature du xxe siècle (René Guy Cadou, Alexandre Vialatte, Cami, André Frédérique…). Il a fait toute sa carrière à Clermont-Ferrand.
Il est aussi écrivain, créateur de livres-objets, appelés insolivres, alliant humour et poésie.
Ses dernières parutions : Les Mots du comique et de l’humour (Belin, 2006), Redécouvrir Cami, l’humoriste « loufock » (avec Jacques Rouvière, Marrimpouey, 2008), L’Esprit au féminin (avec Macha Méril, Le Cherche midi, 2012), La Grammaire parallèle (Chiflet et Cie, 2012) ; il a également codirigé Boucs émissaires, têtes de Turcs et souffre-douleur (Presses universitaires de Rennes, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals