Navigation – Plan du site
Rire de l’histoire (1)

Plonk & Replonk, le pastiche de l’histoire

Bertrand Tillier
p. 147-154

Résumé

Plonk & Replonk élaborent des images relevant de la chronique événementielle, où la nostalgie est cultivée jusqu’à l’absurde et où le sépia des cartes postales 1900 est détourné en « féeries » dérisoires et navrantes. Selon une pratique volontairement grossière du trucage proche du collage, ils proposent des compositions subversives qui sont des pastiches de la peinture d’histoire et de l’image de propagande moderne, qu’ils travestissent littéralement à des fins comiques et dont ils critiquent les procédés mis à nu. Leurs illustrations ont paradoxalement le pouvoir de créer des événements qui n’ont pas existé, dans une économie du carnaval.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plonk & Replonk ont notamment publié, aux éditions Plonk & Replonk (La Chaux-de-Fonds) : Les plus b (...)
  • 2 William Shakespeare, Macbeth, V, 5.

1Depuis le mitan des années 1990, un collectif suisse à dimension variable – les frères Jacques et Hubert Froidevaux en sont les piliers, mais le groupe a aussi compris Laurent Zimmerli, Miguel Morales et Alain Meyer – invente et publie, sous le pseudonyme Plonk & Replonk, une chronique en images élaborée dans les zones indécises où se confondent l’histoire, les légendes, les mythes et les féeries. À coup de fausses cartes postales et d’imagiers kitsch1, Plonk & Replonk ont entrepris de pasticher les représentations de l’histoire en en dévoilant l’envers à des fins comiques. En incipit du premier chapitre de La Face cachée du Léman, intitulé « Mythes, légendes et sornettes », les auteurs parodient Shakespeare en s’emparant de la fameuse phrase prêtée à Macbeth – « La vie est une fable pleine de rage et de fureur, racontée par un idiot et qui ne signifie rien2 » –, qu’ils détournent à des fins programmatiques :

  • 3 La Face cachée du Léman, op. cit., p. 8.

L’histoire est un livre plein de ratures à l’encre jamais sèche, écrite par un canard analphabète ivre, aux yeux bandés, qui nage à reculons la nuit dans l’ouragan, et qui est très distrait.3

  • 4 Les plus beaux dimanches après-midi du monde, op. cit., p. 55.
  • 5 Clément Chéroux, Ute Eskildsen, La Photographie timbrée. L’inventivité visuelle de la carte postale (...)

2Leur procédé est simple : Plonk & Replonk puisent dans les fonds d’archives de l’agence photographique A. et G. Zimmermann de Genève des photographies et des cartes postales anciennes, qu’ils numérisent, retouchent et truquent ensuite grâce au logiciel Photoshop, pour y introduire aisément toutes sortes de modifications par adjonction, déplacement, hypertrophie, suppression, substitution ou hybridation. Par ces manipulations débridées, Plonk & Replonk dévoilent progressivement un monde loufoque et absurde, où l’hippopotame Patapon, pour le besoin d’une photographie, sert de mascotte au « 20e bataillon de Force d’Inertie », dont les soldats prennent la pose sans avoir remarqué qu’un des leurs avait été écrasé par l’animal4 – un monde qui, à bien des égards, renvoie à la poétique ubuesque d’Alfred Jarry tout autant qu’aux détournements de la carte postale 19005 ou aux photomontages dadaïstes, ravivés et aiguisés par les possibilités technologiques numériques.

Patapon, mascotte du 20e bataillon de Force d’Inertie

Patapon, mascotte du 20e bataillon de Force d’Inertie

Extrait de : Les plus beaux dimanches après-midi du monde, 2010.

© Plonk & Replonk

  • 6 Cité par Alain Croubalian, « Trois Jurassiens s’amusent à détourner l’image de la Suisse en carte p (...)
  • 7 Les 1000 & 1 Lundis, op. cit., p. 20.

3En modifiant les images, Plonk & Replonk malmènent et brouillent les repères chronologiques, ruinant toute certitude temporelle. « C’est étrange, les images du début du siècle se mêlent facilement aux images d’aujourd’hui. Grâce à la couleur sépia, on en arrive à ne plus très bien distinguer l’ancien du nouveau. Ce brun très passé a égalisé les époques », observe Jacques Froidevaux6. Les indices du passé et les détails du présent se superposent donc ou se télescopent dans des images dont l’unité se noue autour d’un joyeux désordre cultivé à dessein. Un portrait de famille, aux modèles très frontaux et hiératiques, fixe le photographe presque jusqu’à la grimace, tandis que la légende indique qu’il s’agit d’une « famille du xixe siècle offusquée par le regard porté sur elle par des spectateurs du xxie siècle7 ». Dans une tonalité sépia uniformisante, parfois étendue à un jeu de quelques teintes délavées, Plonk & Replonk instaurent une temporalité inédite, où les approximations sont légion – « à la fin du xixe siècle » est une mention récurrente – et où les dates indiquées avec plus de soin s’obstinent à sonner faux : « Championnat national d’apnée mentale en 1802 », « 1899 : les Alpes sont enfin achevées », ou le « 364837e jour de la grève nationale des patrons coiffeurs »… On ne s’étonnera guère que leur premier ouvrage, Les plus beaux dimanches après-midi du monde, s’ouvre sur un récit de la fondation du monde qui est une relecture de la Genèse :

  • 8 Les plus beaux dimanches après-midi du monde, op. cit., p. 4.

Au début, il n’y avait rien, et on ne savait pas quel jour on était… […] Il n’y avait que néant, un néant sombre et infini, avec des trucs indistincts comme dans une cave mal rangée. Puis Dieu, qui peut-être s’ennuyait (parce que, bon sang qu’est-ce qu’il faisait avant ?), créa le monde en une semaine. En créant le monde en une semaine, il créa la semaine, dégât collatéral qui provoqua le dépliage en accordéon du temps […].8

  • 9 La Face cachée du Léman, op. cit., p. 6.
  • 10 Ibid., p. 5.

4Cette conception du temps qu’il faut étirer pour en dévoiler le creux des plis sied aux images de Plonk & Replonk, qui sont fondées sur une économie de la révélation. Les graphistes revendiquent de regarder « la face obscure » ou « la face cachée » des choses9, dont ils veulent écrire « une histoire parallèle », comme ils le confient à propos du Léman10 :

  • 11 Ibid., p. 6.

[…] dans ce temple du savoir, l’on a, à l’occasion de longs travaux de rénovation, mis à jour un faux plafond, un vrai parquet et une salle entière dissimulée derrière une tapisserie. Son contenu n’a été que partiellement dévoilé. Les quelques pièces et documents exposés ici, pour la première fois devant un public humanoïde, ne représentent que la face visible de l’iceberg, sous lequel se cachent des gouffres de perplexité.11

  • 12 Ibid., p. 5.
  • 13 Ibid., p. 6.
  • 14 Féeries militaires…, op. cit., p. 59-70 ; La Face cachée du Léman, op. cit., p. 6.
  • 15 La Face cachée du Léman, op. cit., p. 6.

5Plonk & Replonk postulent que « tout a été recensé, mesuré, pesé, calculé, publié, enregistré, étiqueté…12 », mais que « l’on ne sait pas et que l’on ne saura jamais TOUT13 », car l’histoire reposerait sur une vaste dissimulation de documents. L’imaginaire des « archives déclassées » – l’expression ponctue leurs recueils14 – hante leurs images, dont la grammaire visuelle multiplie significativement les surgissements, les résurgences, les reflets et les effets de transparences. Ce fantasme des « archives déclassées [qui] refont surface et sèment le doute15 » n’a pas d’autre ambition que de troubler le pouvoir d’attestation prêté à la photographie comme preuve, pour pervertir le réel et lui substituer une doublure décalée mais plausible.

  • 16 Cité par Luc Debraine, « Les cartes postales de Plonk & Replonk tournent & retournent le passé de l (...)
  • 17 Les plus beaux dimanches après-midi du monde, op. cit., p. 90.
  • 18 Ibid., p. 45.
  • 19 Ibid., p. 66.
  • 20 Comprendre : « Tranquille ».
  • 21 Ibid., p. 32.
  • 22 Les 1000 & 1 Lundis, op. cit., p. 39.
  • 23 Ibid., p. 45.
  • 24 Les plus beaux dimanches après-midi du monde, op. cit., p. 29.

6« En regardant les cartes [postales] actuelles, nous nous sommes aperçus qu’elles n’étaient plus événementielles, comme dans le passé. Elles ne sont plus descriptives, elles ne montrent plus des inondations, des événements politiques ou sociaux. Nous nous sommes replacés dans cette tradition », revendique Jacques Froidevaux16. Plonk & Replonk s’attachent donc à créer des événements, qu’ils regroupent parfois dans des séries de fausses cartes dotées de sous-titres qui les marquent comme éléments d’une rubrique ou d’une série : « Métiers d’antan », « L’Histoire à travers le temps »… Leur projet repose sur la gageure d’une maîtrise des régimes d’historicité, comme l’avoue incidemment une image de la « Salle de contrôle du Temps », où des ingénieurs et des techniciens des années 1960 sont assis devant des ordinateurs et des écrans17. Certains de ces événements sont présentés comme « mémorables », telle la fameuse « partie de tir au flan », où l’on voit trois chasseurs et leur chien posant fièrement devant un énorme flan au caramel qu’ils viennent d’abattre d’un coup de fusil18. D’autres sont déclarés « légendaires », comme le marathon Bern-Berne, avec « le passage redouté du Musée des Beaux-Arts », dont une salle est traversée par deux coureurs19 : il s’agit d’une sorte de period room, emblématique de la muséographie de la fin du xixe siècle, visant à caractériser le goût d’une époque reconstituée à travers une mise en scène des œuvres et des objets d’art. Des dates sont posées comme des repères : « Le mythique village de Ruhig20 (23 habitants), où par décision unanime du conseil communal, c’est tous les jours dimanche, depuis 1890 et jusqu’à nouvel avis21 ». Tous ces événements sont donnés pour avoir contribué à inaugurer des ères chronologiques – « Les débuts de l’électronique de précision22 » ou les années de « la prohibition de l’aspirine (1920-1934) », durant laquelle on affinait des aspirines clandestinement23 –, fonder des régimes politiques et inventer leurs pratiques commémoratives. Ainsi, des rituels et des cérémonies sont imaginés, comme dans la scène solennelle de dépôt d’une gerbe de fleurs au pied du « monument à Pas de Chance » par le consul néo-sardanapali, en « hommage des vétérans aux victimes d’accidents stupides24 » : l’assistance est composée d’individus coiffés d’un seau renversé ou pourvus d’une hache plantée dans le crâne, le consul a un pied pris dans une poubelle et l’obélisque chancelant menace de s’écraser avant la fin de l’hommage officiel. Les altérations de l’image et les dysfonctionnements de l’événement n’apparaissent pas au premier regard porté sur cette carte postale, qui emprunte aux formes et aux usages les plus acculturés des communautés pour mieux en détourner les discours et les représentations qui les agrègent. C’est dans un second temps et seulement après la lecture de la légende que l’image révèle sa syntaxe de détails incongrus, pour donner à comprendre la pleine mesure de l’événement représenté, qu’atteste l’évidence de la photographie.

L'hommage des vétérans aux victimes d'accidents stupides

L'hommage des vétérans aux victimes d'accidents stupides

Extrait de : Les plus beaux dimanches après-midi du monde, 2010.

© Plonk & Replonk

7Dans l’imaginaire délirant de Plonk & Replonk, la Suisse n’est pas neutre. Au contraire. Le poncif de la fameuse impassibilité helvétique est retourné en une histoire nationale aussi désopilante que navrante, très mouvementée et qui n’a plus rien de sa légendaire atonie. Le recueil Féeries militaires… s’ouvre ainsi sur un « historique » qui tient lieu de préambule aux accents de manifeste :

  • 25 Féeries militaires…, op. cit., p. 7.

La Suisse n’a pas toujours été un petit pays épargné. Elle a vécu nombre de troubles durant son histoire. […] L’absence tant d’une armée de métier que d’une infrastructure touristique a beaucoup pénalisé ce pays. Cette période [des invasions barbares] a cruellement marqué l’inconscient collectif helvétique. Ces temps sont révolus. La prochaine guerre est inéluctable. Mais cette fois-ci l’armée suisse ne sera pas prise de court. […] Le prochain Napoléon Bonaparte sera suisse ou ne sera pas !25

  • 26 Voir le catalogue de l’exposition L’Événement. Les images comme acteurs de l’histoire, sous la dir. (...)
  • 27 Jean Ammann, « Plonk & Replonk : mort aux souverains poncifs ! », Le Courrier, 13 févr. 2002.
  • 28 « Grand concours populaire de paris stupides. L’heureux gagnant est M. Fritz Gäumann, retraité des (...)
  • 29 Marco Danesi, « Un peu marteau », Domaine public, 8 mars 2002, <www.domainepublic.ch/articles/1018>, cons. 9 janv. 2012.

8Cette véritable hypothèque suisse de l’histoire repose sur le pouvoir d’invention de l’événement par l’image, dans une société médiatique où les faits sont essentiellement vécus, individuellement et collectivement, par le biais de leur mise en représentation, puis par le montage, la circulation et la répétition du produit de cette opération26. Plonk & Replonk relisent l’histoire et en corrigent les annales, pour en réparer les injustices, en rectifier les faits oubliés et en réhabiliter les personnalités ignorées – tel cet Amédée Broll (1720-1765) qui « mit au point un système d’échelles emboîtables capable d’atteindre la lune », qui mourut au neuvième échelon de son invention et dont la postérité fut injustement occultée par Gagarine et Armstrong27. Les graphistes s’appliquent à saturer la Suisse d’événements historiques improbables et loufoques – à l’instar de cette catastrophe ferroviaire ahurissante où l’on voit une locomotive encastrée dans le toit d’un immeuble de quatre étages28 – pour en déborder simultanément les frontières et permettre à chacun, au-delà du « précipité folklorique29 », d’y retrouver des échos d’une histoire commune plus ample que scellent les codifications éculées des images de propagande soumises à des manipulations qui sont autant d’invites à une lecture critique et comique.

9En jouant avec les ressorts de l’imagerie officielle qu’ils forcent – celle des régimes totalitaires comme celle des États démocratiques, de la vieille peinture d’histoire jusqu’au photomontage moderne et à la photographie truquée –, Plonk & Replonk sapent le pouvoir des images, dont ils démontent les mécanismes pour en exposer les incohérences et les incongruités, les artifices et la grossièreté. En écho à cette destitution, ils ravalent la grandeur de l’histoire tissée de gloire et de résistance, de défaites et de victoires, qu’ils font systématiquement bifurquer, dériver et naufrager aux confins de la médiocrité et de la petitesse. Les scènes d’entraînement ou de manœuvres, les figures d’officiers stratèges, les déploiements de matériel, les hauts faits et les cérémonies honorifiques qui ponctuent la suite Féeries militaires…, sont réduits à des clichés et des légendes d’une platitude et d’une littéralité qui leur épargnent toute pompe et les soumettent au régime comique de l’événement défaillant, mesquin et dérisoire.

  • 30 Ibid.
  • 31 Luc Debraine, « De belles cartes postales », Nouveau Quotidien, 17 févr. 1998.
  • 32 Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Éd. de Minui (...)

10Toutefois, Plonk & Replonk ne se posent ni en moralistes ni en démystificateurs. Leurs images contrefaites, publiées dans l’ère du mensonge, n’ont pas la prétention de la vérité. Les graphistes potaches s’appliquent à piétiner joyeusement les imaginaires et les mythologies à l’aide de « malformations impensables [et de] monstruosités foraines30 ». Délibérément, leurs truquages sont flagrants et leurs manipulations apparentes. Si leurs ficelles sont si grosses, c’est pour que leurs images révélant un envers de l’histoire ne puissent être assimilées à l’idéologie du complot ou aux discours révisionnistes. Plonk & Replonk cultivent leur goût du nonsense et de la farce, du « gros mensonge visuel31 » et de l’absurde. Leurs pastiches de l’histoire ne sont pas des alarmes, à destination de leurs spectateurs, face aux dangers de l’image. Dans une époque où les images sont surabondantes et lisses, dématérialisées et moyennes – au sens où Bourdieu entendait la photographie comme « un art moyen32 » –, suspectées d’être instrumentalisées pour abuser ou conditionner les citoyens, Plonk & Replonk tournent en dérision les obsessions contemporaines de l’image néfaste et inquiétante. Ils n’y voient que l’expression d’une forme d’iconophilie, à laquelle ils s’ingénient à opposer leur iconoclasme ludique et débridé.

Haut de page

Notes

1 Plonk & Replonk ont notamment publié, aux éditions Plonk & Replonk (La Chaux-de-Fonds) : Les plus beaux dimanches après-midi du monde, 2005 ; Les 1000 & 1 Lundis, préf. de Pierre Tchernia, 2008 ; La Face cachée du Léman. Mythes, légendes et sornettes, 2008 ; Féeries militaires. 1515-2015 : cinq siècles de résistance héroïque, 2010.

2 William Shakespeare, Macbeth, V, 5.

3 La Face cachée du Léman, op. cit., p. 8.

4 Les plus beaux dimanches après-midi du monde, op. cit., p. 55.

5 Clément Chéroux, Ute Eskildsen, La Photographie timbrée. L’inventivité visuelle de la carte postale photographique, Göttingen, Steidl / Paris, Jeu de Paume, 2007 ; Alain Weill, Photomontages improbables. Tall-tale postcards américaines du début du xxe siècle, Gourcuff-Gradenigo, 2011.

6 Cité par Alain Croubalian, « Trois Jurassiens s’amusent à détourner l’image de la Suisse en carte postale », Journal de Genève, 29 déc. 1997.

7 Les 1000 & 1 Lundis, op. cit., p. 20.

8 Les plus beaux dimanches après-midi du monde, op. cit., p. 4.

9 La Face cachée du Léman, op. cit., p. 6.

10 Ibid., p. 5.

11 Ibid., p. 6.

12 Ibid., p. 5.

13 Ibid., p. 6.

14 Féeries militaires…, op. cit., p. 59-70 ; La Face cachée du Léman, op. cit., p. 6.

15 La Face cachée du Léman, op. cit., p. 6.

16 Cité par Luc Debraine, « Les cartes postales de Plonk & Replonk tournent & retournent le passé de la Suisse », Nouveau Quotidien, 17 févr. 1998.

17 Les plus beaux dimanches après-midi du monde, op. cit., p. 90.

18 Ibid., p. 45.

19 Ibid., p. 66.

20 Comprendre : « Tranquille ».

21 Ibid., p. 32.

22 Les 1000 & 1 Lundis, op. cit., p. 39.

23 Ibid., p. 45.

24 Les plus beaux dimanches après-midi du monde, op. cit., p. 29.

25 Féeries militaires…, op. cit., p. 7.

26 Voir le catalogue de l’exposition L’Événement. Les images comme acteurs de l’histoire, sous la dir. de Michel Poivert, Jeu de Paume / Hazan, 2007.

27 Jean Ammann, « Plonk & Replonk : mort aux souverains poncifs ! », Le Courrier, 13 févr. 2002.

28 « Grand concours populaire de paris stupides. L’heureux gagnant est M. Fritz Gäumann, retraité des chemins de fer », dans Les plus beaux dimanches après-midi du monde, op. cit., p. 25.

29 Marco Danesi, « Un peu marteau », Domaine public, 8 mars 2002, <www.domainepublic.ch/articles/1018>, cons. 9 janv. 2012.

30 Ibid.

31 Luc Debraine, « De belles cartes postales », Nouveau Quotidien, 17 févr. 1998.

32 Pierre Bourdieu (dir.), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Éd. de Minuit (Le Sens commun), 1965.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Patapon, mascotte du 20e bataillon de Force d’Inertie
Légende Extrait de : Les plus beaux dimanches après-midi du monde, 2010.
Crédits © Plonk & Replonk
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre L'hommage des vétérans aux victimes d'accidents stupides
Légende Extrait de : Les plus beaux dimanches après-midi du monde, 2010.
Crédits © Plonk & Replonk
URL http://journals.openedition.org/elh/docannexe/image/267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Tillier, « Plonk & Replonk, le pastiche de l’histoire », Écrire l'histoire, 9 | 2012, 147-154.

Référence électronique

Bertrand Tillier, « Plonk & Replonk, le pastiche de l’histoire », Écrire l'histoire [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/267 ; DOI : 10.4000/elh.267

Haut de page

Auteur

Bertrand Tillier

Bertrand Tillier est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université de Bourgogne et directeur du centre Georges-Chevrier (UMR CNRS 5605). Ses recherches portent principalement sur les rapports entre arts et politique et sur l’histoire de la caricature aux xixe et xxe siècles. Il est l’auteur, entre autres ouvrages, de La Commune de Paris, révolution sans images ? Politique et représentations dans la France républicaine (1871-1914), Champ Vallon, 2004 ; Les Artistes et l’affaire Dreyfus (1898-1908), Champ Vallon, 2009 ; André Gill caricaturiste. Derniers dessins d’un fou à lier, Du Lérot, 2010 (avec Aude Fauvel) ; La Belle Noyée. Enquête sur le masque de l’Inconnue de la Seine, Arkhê, 2011.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals