Navigation – Plan du site
Archives

Essais d’archivage

Chroniques de la Grande Famine chinoise
Céline Barral
p. 149-156

Résumés

Dans un contexte de manque d’archives, les récits individuels de la Grande Famine chinoise (1959-1961) commencent à être répétés, re‑présentés sous diverses modalités par les écrivains, réalisateurs et historiens, sans qu’il s’agisse de les intensifier ou de les authentifier. C’est au contraire comme chroniques qu’ils sont répétés. Le témoignage en chinois de He Fengming, Expérience. Mon année 1957 (Lanzhou, 2001), le récit narrativisé par l’écrivain professionnel Yang Xianhui dans Chroniques de Jiabiangou (Tianjin, 2002) et le film de Wang Bing Fengming, chronique d’une femme chinoise (2007, 180 min), qui semble se contenter de filmer le témoin répétant son témoignage, mettent en perspective la fabrique de l’archive.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Feng Jicai, L’Empire de l’absurde ou Dix ans de la vie de gens ordinaires, trad. du chinois par Mar (...)
  • 2 Voir notamment Annie Bergeret Curien, « Quand la littérature renaissante chinoise véhicule l’histoi (...)
  • 3 Introduction par Wen Huang de Yang Xianhui, The Woman from Shanghai. Tales of Survival from a Chine (...)
  • 4 Yang Jisheng, Stèles. La Grande Famine en Chine (1958-1961), trad. du chinois par Louis Vincenolles (...)
  • 5 Voir par exemple Kimberley Ens Manning, Felix Wemheuer (dir.), Eating Bitterness. New Perspectives (...)

1En 1996, le recueil de témoignages de la Révolution culturelle Dix ans de la vie de cent personnes s’offrait comme « archives (dang’an) du cœur et de l’âme de toute une génération1 ». L’auteur, Feng Jicai, se donnait comme tâche d’« édifier » (jianli) ces archives un peu spéciales, c’est-à-dire de les collecter et de leur donner forme, alors qu’à l’historien véritable était dévolue la tâche d’« édifier les archives des événements » (jianli shijian de dang’an). Historien et écrivain étaient ainsi soumis à un devoir de mémoire. La littérature s’en trouvait définie comme forme d’écriture de l’histoire exigeant de « mettre sa vie en gage » (nazhe shengming zuo diya) pour s’acquitter de cette dette. Ce recueil d’entretiens mis en prose littéraire par un écrivain professionnel relève d’un genre particulier à la littérature de témoignage chinoise, entre journalisme et littérature documentaire2. Le traducteur d’un autre recueil de ce genre, consacré aux victimes du camp de rééducation par le travail de Jiabiangou, dramatiquement touché par la famine de 1958-1961, présente les récits collectés par l’auteur, Yang Xianhui, comme devant tenir lieu d’« archives vivantes », remplaçant les archives officielles du gouvernement provincial du Gansu, inaccessibles3. L’idée de spécialisation du travail, l’écrivain se chargeant des cœurs et des âmes, l’historien des faits, peut sembler caduque après Arlette Farge, Alain Corbin ou Michel Foucault, de même que cette conception du témoignage comme pis-aller, substitut aux archives manquantes. Les archives du Gansu existent bien et sont en partie accessibles ; elles forment la matière du livre de Yang Jisheng, Stèles. La Grande Famine en Chine (1958-1961)4, qui utilise aussi des témoignages individuels publiés. L’ouverture relative des archives pose des problèmes de falsification et d’incomplétude, mais leur usage croisé, prudent, aidé d’une critique historiographique, permet un travail d’historien précis5.

  • 6 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, 2000, p. 201 sq. Voir la critique de cette chr (...)
  • 7 Sur les archives chinoises au sens institutionnel du terme, voir Frank Dikötter, « An essay on the (...)
  • 8 Voir l’enquête de Ralph A. Thaxton Jr. dans le village de Da Fo (Catastrophe and Contention in Rura (...)
  • 9 Sur cette fonction d’exposition et de visibilité de l’art, qui s’oppose en partie à sa fiction mimé (...)

2Si la chronique des écrivains constitue les archives du cœur, en quel sens exact faut-il entendre ici le mot archives ? Ces récits entrent-ils dans la chaîne établie par Paul Ricœur, allant de l’archive à la chronique et au récit historique6 ? On s’intéresse ici à la redite de certains récits singuliers de la Grande Famine et aux effets d’archivage que cette re‑présentation opère. L’archive et la chronique ont en commun d’enregistrer le réel au plus près des événements, en amont du récit reconstruit par l’historien. La chronique a pour singularité d’être un récit qui colle aux lieux et aux événements, au jour le jour, sans distance ni élucidation des rapports causaux ou structurels. Les récits de la Grande Famine, plutôt que de combler un vide d’archives institutionnelles7 ou de mettre en avant la subjectivité individuelle, semblent constituer une mosaïque d’histoires identifiables, de chroniques croisées, qui seront des sources pour l’historien, aux côtés des archives publiques ou privées, des périodiques d’époque, d’interviews orales8. Les régimes de répétition et de circulation de ces récits peuvent apparaître comme autant d’essais d’archivage des témoignages, non pas au sens où ils les enfouiraient (c’est bien au contraire une plus grande visibilité qui est recherchée), mais au sens où ces re‑présentations9 reflètent le principe de mise en série, fondamental dans l’archivage institutionnel.

Récits pluriels de la Grande Famine

3Trois récits au moins nous parviennent de la vie de He Fengming, journaliste au Quotidien du Gansu dans les années 1950, mariée à un éditorialiste du même quotidien, étiquetée « droitière » avec son mari à la suite de la campagne dite des Cent Fleurs et envoyée dans un camp de rééducation par le travail (laojiao) en 1958, dans la préfecture de Dingxi, tandis que son mari est envoyé à Jiabiangou et y meurt de faim en 1960. Le témoignage de He Fengming peut couvrir sa vie entière, de son engagement enthousiaste dans la Révolution à son expérience du camp, sa première réhabilitation, sa mise au placard, les persécutions subies pendant la Révolution culturelle, son envoi à la campagne, ses démarches pour être réhabilitée, puis son œuvre de mémoire dans les années 1990. Ou bien il peut se centrer sur l’année 1957, par quoi tout a commencé. Le récit peut enfin s’acquitter d’une dette à l’égard de son mari, mort au camp bien plus terrible de Mingshui, annexe de Jiabiangou où les « droitiers », qui avaient pour mission de cultiver la terre désertique en bordure du désert de Gobi, moururent de faim en masse en 1959-1960.

  • 10 He Fengming, Jingli. Wode 1957 nian [Expérience. Mon année 1957], Lanzhou, Dunhuang wenyi chubanshe (...)
  • 11 Wang Bing, Jiabiangou / Le Fossé (Wil Productions, 2010, 109 min) et He Fengming / Fengming, chroni (...)
  • 12 Yang Xianhui, Jiabiangou jishi, Tianjin guji chubanshe, 2002 ; rééd. avec modifications sous le tit (...)

4Dans le film de Wang Bing He Fengming (Fengming, chronique d’une femme chinoise, 2007), une femme âgée raconte son histoire, depuis son engagement pour la révolution communiste dans les années 1950, au sortir de l’école, jusqu’au présent. Le spectateur apprend de He Fengming, au bout d’une heure de parole, qu’elle a déjà raconté cela dans un livre récent, écrit après plusieurs années passées à retrouver les codétenus de son mari et chercher sa tombe introuvable. Si ce livre10 est directement une source pour le témoin – en termes de narration, de configuration du récit –, il n’est pas celle du film, réalisé en diptyque avec la fiction Le Fossé / Jiabiangou (2010), qui porte précisément sur les prisonniers « droitiers » de Jiabiangou et Mingshui11. La source de Wang Bing est plutôt le recueil de Yang Xianhui Chroniques de Jiabiangou12. Le récit de He Fengming y est récrit par Yang Xianhui, et c’est à travers lui que Wang Bing rencontre le témoin. Les récits de Yang Xianhui, qui ont commencé à paraître en feuilleton au printemps 2000 dans la revue Shanghai wenxue [Littérature de Shanghai], sont le fruit d’une enquête sur le camp de « droitiers » de Jiabiangou, commencée en 1997 lors du quarantième anniversaire de la campagne « antidroitiers » (1957) qui suivit celle des Cent Fleurs (1956). Parmi ces récits, « Une visite à Jingchao » (« Tanwang Wang Jingchao », non traduit) raconte l’histoire de He Fengming (nommée He Sang), qu’on retrouvera dans Fengming, chronique d’une femme chinoise.

Un récit premier ?

  • 13 Yang Xianhui, « Tanwang Wang Jingchao » [Une visite à Wang Jingchao], dans Jiabiangou jishi, op. ci (...)

5Parmi ces différents récits, y en a-t-il un qui soit premier, qui se constitue en archive des autres ? Le récit de Yang Xianhui s’achève par l’évocation du livre de He Fengming : « Ces deux dernières années, elle a écrit un livre qui a pour titre Expérience. Mon année 1957. Elle écrit nuit et jour13. » Antériorité ou concomitance des récits ? Quant au film de Wang Bing Fengming, chronique d’une femme chinoise, ses spectateurs remarquent aisément l’antériorité du livre du témoin, qui explique le caractère étrangement net et chronologique, sans hésitation ni retours intempestifs du récit de la femme dont la parole constitue la quasi-intégralité de ce film de deux heures trente.

  • 14 Id., « L’évasion », dans Le Chant des martyrs, op. cit., p. 286.

6Il est souvent question dans les nouvelles de Yang Xianhui, dans le film de Wang Bing, d’autres récits, écrits par les témoins eux-mêmes. Ces premiers récits, répétés, oralisés et textualisés, ont visiblement eu cette épaisseur propre à faire archive. Ou plutôt les personnes qui les portent sont devenues, pour Yang Xianhui, pour Wang Bing, les archives elles-mêmes. L’écrivain et le réalisateur retournent aux témoins, les font répéter. Pourquoi faire répéter au témoin plutôt que de se saisir de son texte, archive inscrite ? Le témoignage est promesse et Paul Ricœur a insisté sur l’importance de la répétition avant toute inscription. Prime ici le modèle judiciaire, qui dissocie celui qui témoigne de l’instance d’enregistrement. Wang Bing ne mène aucune enquête, ne situe pas le témoignage de He Fengming dans une perspective historienne, n’interroge pas son authenticité. Yang Xianhui, lui, pose parfois la question de ce qui permet le témoignage, soulignant la manière de ne pas bloquer celui-ci et rappelant les réticences rencontrées14, mais il n’intègre pas le témoignage écrit de celle qu’il interviewe dans la construction de son texte.

  • 15 Le texte est mentionné à la fin de Fengming, chronique d’une femme chinoise, mais sans être cité, p (...)
  • 16 Yang Xianhui, « Gaobie Jiabiangou » (« L’adieu à Jiabiangou », non traduit), dans Jiabiangou jishi  (...)

7Nombreux sont les témoignages directement écrits par les témoins et qui sont mentionnés dans ces reconfigurations littéraires et filmiques. L’évasion du camp de Jiabiangou représentée dans Le Fossé et évoquée dans Fengming, chronique d’une femme chinoise, mais aussi racontée par son auteur, Gao Jiyi, dans deux récits de Jiabiangou jishi (« Le festin de pommes de terres » et « L’évasion »), a fait l’objet d’un témoignage autographe intitulé Taowang [La Fuite]15. D’autres « auteurs », archivistes de leur témoignage, sont mentionnés dans la dernière nouvelle du recueil de Yang Xianhui16.

  • 17 Yang Xianhui, « La montre », dans Le Chant des martyrs, op. cit., p. 368.
  • 18 Id., « Je hais la lune », ibid., p. 209.
  • 19 Wang Bing, He Fengming, film cité, 62’.

8Sont aussi mentionnées dans les récits de Yang Xianhui et dans les films de Wang Bing d’autres formes d’archives : dossiers médicaux des victimes de la famine à Jiabiangou, falsifiés à la fermeture du camp en janvier 1961 parce que les dirigeants avaient peur de « voir tant de morts non naturelles se retrouver un jour dans les livres d’histoire17 » ; dossiers individuels archivant la vie de chacun et laissant la trace des « crimes » passés, susceptibles de ressurgir à chaque « mouvement » (yundong) de masse18 ; lettres ouvertes par la censure – alors, « comment dire quelque chose de personnel après ça19 ? » demande He Fengming, qui pour la première fois, et la seule, invoque ici la privation des droits civiques.

Yang Xianhui : la reconfiguration littéraire du témoignage

9Comme tous ces textes, le livre de mémoires de He Fengming est mentionné mais n’est cité ni dans la nouvelle de Yang ni dans le film de Wang Bing.

  • 20 L’expression zhai maozi, littéralement « arracher le chapeau », désigne au figuré la suppression d’ (...)

10« Une visite à Wang Jingchao », la nouvelle de Yang Xianhui, reconfigure le récit-chronique de He Fengming. Le récit commence à la première personne, celle du narrateur-intervieweur. Le texte s’ouvre sur un point de discussion : le climat des régions du Gansu, dans le nord-ouest de la Chine, est-il d’une extrême sécheresse, comme le croit le narrateur ? He Sang se souvient au contraire de toute la neige de l’hiver 1960, lorsqu’elle reçut la lettre de son père l’alarmant sur l’état de son mari au camp de Mingshui. Le récit relate la visite à Wang Jingchao, du moment où He Sang quitte son camp de la Ferme ouvrière no 10 jusqu’à celui où elle repart en train du camp de Mingshui, sans avoir pu trouver la sépulture de son mari. Il donne, en reconfigurant l’histoire vécue sur les plans narratif (par de nombreuses analepses), énonciatif et sur celui des images, un sens global au souvenir, qui semble être d’interroger la culpabilité et la dette de He Sang. Le motif récurrent de la neige, qui fait obstacle au voyage de secours, confère à l’ensemble du récit une forte dramatisation et une portée symbolique. L’accent est mis sur le dilemme auquel furent confrontées les femmes de droitiers à l’époque : choisir entre leurs devoirs d’épouse et l’injonction maoïste de « tracer une frontière claire » (hua qing jiexian) avec le conjoint étiqueté droitier. S’ajoute au corps de la nouvelle un long addendum (fuji) au style beaucoup plus libre et rapide, où le « je » est cette fois investi par He Sang, qui devient chroniqueur ; le récit se poursuit de septembre 1961, lorsque « les chapeaux de droitiers furent supprimés20 » (zhai maozi), aux années 1990, temps du travail de mémoire. Il juxtapose les grands tournants de l’histoire et les tournants de l’autobiographie : He Sang est prise dans la tourmente de la Révolution culturelle, doit subir le travail contrôlé à la campagne, ne vient faire réviser son dossier que lorsqu’elle entend dire que les choses s’améliorent, en 1972. Le texte se clôt sur le rappel du cadre de l’entretien et sur l’expression de l’admiration de l’auteur pour l’énergie et le courage de cette femme qui consacre sa retraite à écrire son livre pour l’« offrir [le dédier, xian] au peuple, à la société ».

Fengming, chronique d’une femme chinoise de Wang Bing : la re‑présentation du récit

  • 21 Wang Bing, He Fengming, film cité, 41’.

11Par rapport au récit de Yang Xianhui, le geste du réalisateur Wang Bing consiste non seulement à oraliser le témoignage et à le situer dans le présent d’une énonciation, d’un décor, mais aussi à refuser toute complexité narrative, pour revenir à une chronique linéaire, commençant par l’abandon de l’université en 1949 et retraçant conjointement la vie de He Fengming et l’histoire de la République populaire de Chine de 1957 à nos jours. Le rapport propre à la chronique entre trajectoire individuelle et événements historiques y est souligné dans l’évocation par He Fengming de sa participation en 1957, juste avant la campagne antidroitière, à la grande exposition agricole de Pékin, où elle représente le Gansu ; une place plus importante est accordée aussi aux articles de son mari – qui par sa fonction d’éditorialiste au journal se trouvait plus exposé qu’elle, chargée des articles sur l’agriculture –, écrits dans la droite ligne de la critique de Mao envers les contradictions dans la bureaucratie21.

12L’art de la chronique au xxe siècle pourrait se résumer par une certaine tension entre naturalisation de l’histoire et parodie d’une telle naturalisation. Le film tourne autour d’une phrase clé, le glissement de la « lutte » (douzheng) du domaine politique (les « séances de lutte par la critique », etc.) au domaine anthropologique (la « lutte pour la survie », 1’12). He Fengming y insiste à plusieurs reprises. Entre la première partie et la seconde s’insinue une distanciation ironique vis-à-vis de l’enchaînement de l’histoire. Les étapes de la Révolution culturelle sont ensuite mentionnées (2’27’04), mais He Fengming ne se souvient plus précisément du numéro de la directive de Lin Biao qui déclencha le mouvement d’envoi dans les campagnes, et le ton de sa voix se fait parodique. Ainsi, le film de Wang Bing accentue le caractère de chronique du récit.

  • 22 Sur les cadrages et la dynamique du film, voir Sebastian Veg, « The limits of representation : Wang (...)
  • 23 Jean-Louis Comolli, « L’anti-spectateur. Sur quatre films mutants », Images documentaires, no 44, 2 (...)
  • 24 Marie-Pierre Duhamel-Muller, « Récits d’amertume. Wang Bing, de He Fengming à Jiabiangou (Le Fossé) (...)
  • 25 Roland Barthes, Carnets du voyage en Chine, Chr. Bourgois / IMEC, 2009, p. 69 entre autres. Qian Li (...)

13Comment toutefois justifier le psittacisme qui fait répéter au témoin un récit déjà écrit par elle-même, et qui s’en trouve comme récité ? On peut expliquer ce choix par la dédramatisation opérée par le montage22, par la remarquable dissociation de l’enregistreur et de l’enregistrée. L’idée a été avancée par Jean-Louis Comolli qu’il y avait dans l’effacement du réalisateur une volonté de supprimer le « pour autrui » du film, le spectateur donc, et de « faire archive23 ». La répétition s’explique aussi par la nécessité de donner à entendre ailleurs qu’en Chine ce témoignage. Pourtant, à distance, répété et filmé, celui-ci semble se retourner contre lui-même, devenir archive d’autre chose : on a insisté sur les objets présents dans le salon, sur les traces du discours maoïste (les fameuses « briques » repérées par Barthes), sur la profession intellectuelle du témoin. Ce récit trop construit rappelle les « récits d’amertume » (suku24) encouragés pendant l’ère maoïste pour valoriser les réalisations de la RPC au regard de la misère ancienne, ceux que Barthes nomme le « laïus25 ». Le rapport entre la chronique et la représentation de sa diction produit un dérèglement des attendus du récit.

Autres « essais » d’archivages

  • 26 Wang Bing, Wumingzhe / L’Homme sans nom (2009), Paris, Centre national du cinéma et de l’image anim (...)
  • 27 Voir Yang Xianhui, « Une visite à Wang Jingchao », récit cité ; et Wang Bing, He Fengming, film cit (...)
  • 28 Wang Bing, ibid., 2’07’28 et 2’10’22.
  • 29 Yang Xianhui, « Les ramasseurs de fumier », dans Le Chant des martyrs, op. cit.

14Il est permis de voir dans le deuxième film concomitant de Wang Bing, L’Homme sans nom (2009)26, lui aussi documentaire d’un type nouveau, un essai d’archivage de la Grande Famine concurrent. Avant de représenter par la fiction, dans Jiabiangou / Le Fossé (2010), l’annexe Mingshui du camp de Jiabiangou et la famine qui y sévit, Wang Bing trouve dans un homme énigmatique et solitaire de notre époque une autre manière de montrer le corps, les gestes de survie, la précarité extrême d’une existence. L’habitat de cet homme sans nom, s’il est adossé à d’étranges ruines, n’est pas un vulgaire trou ni une grotte, mais un habitat troglodyte comme ceux de Jiabiangou ou des villages pendant la Révolution culturelle, décrits par He Fengming : les diwozi (tranchées creusées dans la terre, recouvertes de branches en guise de toit27) et les yaodong, sortes de cavernes plus petites, à flanc de ravine, à l’intérieur bombé en arches (gongxing), sans briques ni murs, et closes par des édredons pour bloquer le froid28. De même, quand « l’homme sans nom » ramasse des excréments sur les routes et dans les rues de la ville proche, pour en faire du fumier sur son carré de terre, le film fait écho au geste des « droitiers » de Jiabiangou envoyés à la ville de Jiuquan ramasser du fumier en vue de leur transfert à Mingshui et de l’entreprise agricole qu’ils sont censés y mener. L’homme sans nom peut se regarder ainsi comme un représentant des « droitiers » de Jiabiangou « ramasseurs de fumier29 ». L’Homme sans nom donne un nouveau régime de représentation à ces fragments de témoignages, qui ne sont donc pas les éléments de la vie d’un premier ou d’un dernier homme, d’un être post-apocalyptique.

  • 30 Voir Zhou Xun (dir.), The Great Famine in China (1958-1962). A documentary history, New Haven (Conn (...)
  • 31 C’est pourquoi Georges Didi-Huberman oriente la dimension de chronique de ce film dans un sens plus (...)

15Cependant l’homme qui fait cuire ses nouilles dans une poêle n’est pas soumis à l’interdiction de cuisiner et de posséder des ustensiles de cuisine personnels, qui fut en vigueur à l’époque où les cuisines de la Commune populaire avaient remplacé tous les foyers familiaux30. Dire que L’Homme sans nom re‑présente encore (hors de toute mimèsis) la Grande Famine, n’est possible que dans la limite d’une reconnaissance des changements des cadres politiques, économiques et sociaux (du hors-champ)31.

  • 32 Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Gallimard, 1975, p. 131‑132.

16« L’homme sans nom », en chinois wumingzhe, « celui sans nom », pourrait être regardé comme une archive de la Grande Famine, en dehors de toute fiabilité de la référence. Nous sommes alors loin de la « crédibilité référentielle », de cet « extra-texte nécessaire » au discours historique, que Michel de Certeau prête aux citations, à « la multiplication des noms propres, des descriptions et du déictique », à tout le langage externe de la chronique que le récit historiographique se doit de reprendre, créant « l’illusion réaliste » grâce à laquelle il devient savoir sur cette chronique32. Wang Bing dévoile un à un des modes d’archivage distincts et tous problématiques : un film de fiction qui sonne faux, Le Fossé ; un témoignage qui semble une récitation, He Fengming ; enfin, un film qui, selon notre hypothèse, montre la Grande Famine à partir d’une situation intempestive, L’Homme sans nom. L’archivage se donne alors non comme archéologie d’un récit originaire, mais comme multiplication mosaïque de récits croisés, chez Yang Xianhui, essais pluriels de re‑présentation, chez Wang Bing.

Haut de page

Notes

1 Feng Jicai, L’Empire de l’absurde ou Dix ans de la vie de gens ordinaires, trad. du chinois par Marie-France de Mirbeck et Étiennette Nodot, Bleu de Chine, 2001, p. 13 sq. (Yibaigeren de shinian, Jiangsu wenyi chubanshe, 1997).

2 Voir notamment Annie Bergeret Curien, « Quand la littérature renaissante chinoise véhicule l’histoire », dans Duanmu Mei, Hugues Tertrais (dir.), Temps croisés. I, Maison des sciences de l’homme, 2010, p. 51-68, ici p. 66 sq.

3 Introduction par Wen Huang de Yang Xianhui, The Woman from Shanghai. Tales of Survival from a Chinese Labor Camp, trad. du chinois par Wen Huang, New York, Pantheon Books, 2009.

4 Yang Jisheng, Stèles. La Grande Famine en Chine (1958-1961), trad. du chinois par Louis Vincenolles et Sylvie Gentil, Seuil, 2012, p. 287-300 (Mubei, 2008).

5 Voir par exemple Kimberley Ens Manning, Felix Wemheuer (dir.), Eating Bitterness. New Perspectives on China’s Great Leap Forward and Famine, Vancouver, University of British Columbia, 2011.

6 Paul Ricœur, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, 2000, p. 201 sq. Voir la critique de cette chronologie intrinsèquement liée à la question du témoignage par Étienne Anheim, « Singulières archives. Le statut des archives dans l’épistémologie historique, une discussion de La Mémoire, l’histoire, l’oubli de Paul Ricœur », Revue de synthèse, t. 125, 2004, p. 153-182. De l’antériorité entre archive et document, on dira soit que le document est constitué en archives par les actes de conservation, de classement et d’inventaire – les archives sont « le produit d’une construction juridique » (Étienne Anheim, Olivier Poncet, « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire », Revue de synthèse, t. 125, 2004, p. 1-14, ici p. 3, 8) –, soit qu’à partir d’une sélection dans les archives on constitue des documents – exploitables à des fins historiennes, pédagogiques, littéraires, commémoratives –, soit enfin que la définition d’archives est si large qu’elles ne se distinguent plus des documents (ibid., p. 7).

7 Sur les archives chinoises au sens institutionnel du terme, voir Frank Dikötter, « An essay on the sources », dans id., Mao’s Great Famine, New York, Walker, 2010, p. 341‑348.

8 Voir l’enquête de Ralph A. Thaxton Jr. dans le village de Da Fo (Catastrophe and Contention in Rural China, Cambridge University Press, 2008). La Grande Famine y est replacée dans l’histoire longue, de 1920 à 1993, et l’approche monographique adopte une méthodologie subtile d’histoire orale.

9 Sur cette fonction d’exposition et de visibilité de l’art, qui s’oppose en partie à sa fiction mimétique, je pense à l’usage du mot re‑présentation que fait Jean-Luc Nancy dans Au fond des images (Galilée, 2003), mais ici ce n’est pas un régime d’intensification.

10 He Fengming, Jingli. Wode 1957 nian [Expérience. Mon année 1957], Lanzhou, Dunhuang wenyi chubanshe, 2001, 2006.

11 Wang Bing, Jiabiangou / Le Fossé (Wil Productions, 2010, 109 min) et He Fengming / Fengming, chronique d’une femme chinoise (Wil Productions, 2007, 184 min), Paris, Capprici, 2012.

12 Yang Xianhui, Jiabiangou jishi, Tianjin guji chubanshe, 2002 ; rééd. avec modifications sous le titre Gaobie Jiabiangou, Shanghai wenyi chubanshe, 2003 ; rééd. Jiabiangou jishi, Guangzhou, Huacheng chubanshe, 2008. En français : Le Chant des martyrs, trad. non intégrale et de l’anglais par Patricia Barbe-Girault, Balland, 2010.

13 Yang Xianhui, « Tanwang Wang Jingchao » [Une visite à Wang Jingchao], dans Jiabiangou jishi, op. cit., 2008.

14 Id., « L’évasion », dans Le Chant des martyrs, op. cit., p. 286.

15 Le texte est mentionné à la fin de Fengming, chronique d’une femme chinoise, mais sans être cité, pas plus qu’il ne l’est dans les nouvelles de Yang Xianhui.

16 Yang Xianhui, « Gaobie Jiabiangou » (« L’adieu à Jiabiangou », non traduit), dans Jiabiangou jishi : un certain Wang Yongxing publie après son séjour en camp de rééducation plusieurs textes dont un poème qui, exception notable, est cité par Yang Xianhui en clôture de son recueil. De style classique, ce poème explore à travers des variations sur les caractères chinois les noms de la catastrophe, Mingshui, Jiabiangou, et dit l’insuffisance de ces signifiants pour porter témoignage de l’histoire des lieux.

17 Yang Xianhui, « La montre », dans Le Chant des martyrs, op. cit., p. 368.

18 Id., « Je hais la lune », ibid., p. 209.

19 Wang Bing, He Fengming, film cité, 62’.

20 L’expression zhai maozi, littéralement « arracher le chapeau », désigne au figuré la suppression d’une étiquette infamante ou d’un chef d’accusation. C’est la première étape vers la réhabilitation.

21 Wang Bing, He Fengming, film cité, 41’.

22 Sur les cadrages et la dynamique du film, voir Sebastian Veg, « The limits of representation : Wang Bing’s labour camp films », Journal of Chinese Cinemas, vol. 6, no 2, 2012, p. 173‑187.

23 Jean-Louis Comolli, « L’anti-spectateur. Sur quatre films mutants », Images documentaires, no 44, 2002, p. 9‑40.

24 Marie-Pierre Duhamel-Muller, « Récits d’amertume. Wang Bing, de He Fengming à Jiabiangou (Le Fossé) », Trafic 78, été 2011, p. 44-47, ici p. 47. L’auteur propose de regarder Le Fossé et He Fengming comme des archives implicites non pas de ce qui s’y trouve raconté, mais des formes de récit et de diction, du langage lui-même. À l’inverse, Michel Bonnin préconise d’ôter des récits de témoignage les marques stylistiques et les tournures stéréotypées du langage communiste pour accéder à l’archive elle-même, dès lors exploitable par le récit historien (Génération perdue. Le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne en Chine (19681980), EHESS, 2004, p. 22 sq.).

25 Roland Barthes, Carnets du voyage en Chine, Chr. Bourgois / IMEC, 2009, p. 69 entre autres. Qian Liqun insiste au contraire sur ce qui, dans le discours de He Fengming, dénonce ce langage stéréotypique (préface de Yang Xianhui, Jiabiangou jishi, op. cit., 2008).

26 Wang Bing, Wumingzhe / L’Homme sans nom (2009), Paris, Centre national du cinéma et de l’image animée, 2013, 97 min. Le film fut présenté en 2009, conjointement avec He Fengming, à la Galerie Chantal Crousel à Paris.

27 Voir Yang Xianhui, « Une visite à Wang Jingchao », récit cité ; et Wang Bing, He Fengming, film cité, 1’34’28. Elle les évoque pleins des édredons de ceux qui sont morts.

28 Wang Bing, ibid., 2’07’28 et 2’10’22.

29 Yang Xianhui, « Les ramasseurs de fumier », dans Le Chant des martyrs, op. cit.

30 Voir Zhou Xun (dir.), The Great Famine in China (1958-1962). A documentary history, New Haven (Conn.) / Londres, Yale University, 2012.

31 C’est pourquoi Georges Didi-Huberman oriente la dimension de chronique de ce film dans un sens plus anthropologique : « Épilogue de L’Homme sans nom », dans Peuples exposés, peuples figurants, Minuit, 2012, p. 235‑257.

32 Michel de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Gallimard, 1975, p. 131‑132.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Barral, « Essais d’archivage », Écrire l'histoire, 13-14 | 2014, 149-156.

Référence électronique

Céline Barral, « Essais d’archivage », Écrire l'histoire [En ligne], 13-14 | 2014, mis en ligne le 10 octobre 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/491 ; DOI : 10.4000/elh.491

Haut de page

Auteur

Céline Barral

Doctorante en littérature comparée à l’université Paris Diderot, ATER à l’université Paris 8, Céline Barral prépare sous la direction de Catherine Coquio une thèse sur « Le “tact” du polémiste : trois polémistes du début du xxe siècle, du local au mondial. Charles Péguy, Karl Kraus, Lu Xun ». Elle a publié sur le même thème « La littérature chinoise d’après 1978 face à l’histoire : entre l’impératif de “réhabilitation” et l’impossible “objectivité” », Fabula / Les colloques, Littérature et histoire en débats, <www.fabula.org/colloques/document2077.php>, cons. 10 juin 2014.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals