Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

La fin de l’histoire n’aura pas lieu

Ludivine Bantigny
p. 19-26

Résumés

« La fin de l’histoire » selon Francis Fukuyama ne doit pas s’entendre au sens d’une fin des événements. Pour le philosophe du Département d’État américain, c’est là bien plutôt l’avènement d’un idéal régulateur, le capitalisme libéral en démocratie, auquel on ne saurait plus guère penser d’alternative. Le point de vue est radicalement antimarxiste, posthégélien, idéaliste ; il consacre le triomphalisme du néolibéralisme comme pensée unique. La réception de l’essai est nuancée, car certains commentateurs, notamment chez les conservateurs, opposent Huntington à Fukuyama. Les historien(ne)s hésitent pour leur part à entrer dans le débat. In fine, c’est Jacques Derrida qui déconstruit le mieux le récit de Fukuyama et propose une tout autre vision de l’histoire, ouverte et révolutionnaire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Philosopher pour le Département d’État
Le monde de la posthistoire
Fin de l’histoire ou choc à venir ?
Fin de l’histoire et mépris des historiens
Envoi : Derrida vs Fukuyama

Aperçu du texte

Le fukuyamisme est un exorcisme. Et ce qu’il entend conjurer n’est rien moins que l’histoire, le dissensus, le politique. Si le monde tel qu’il le décrit n’a pas encore atteint la pure harmonie, il s’est débarrassé de certains spectres, le marxisme en premier lieu. Dans l’histoire comme l’entend Fukuyama, l’économie n’existe pas : « L’essentiel de la vie politique est totalement non économique. » S’il en était encore besoin, l’expert du Département d’État américain enfonce ce qu’il croit être le dernier clou du cercueil marxien : « Marx is dead », avait proclamé le magazine Time en 1977 ; douze ans plus tard, Francis Fukuyama espère chasser définitivement ce démon-là. L’histoire est arrivée au port, elle a atteint le rivage de sa fin. Du moins est-ce le cas pour une partie de l’humanité, cet Occident que Fukuyama campe en élite historique : « L’avant-garde de l’histoire humaine est parvenue au terme. »

Ainsi va le postmodernisme dans ses visions de la fin : comme on le dit aux États-...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludivine Bantigny, « La fin de l’histoire n’aura pas lieu », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 19-26.

Référence électronique

Ludivine Bantigny, « La fin de l’histoire n’aura pas lieu », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/570 ; DOI : 10.4000/elh.570

Haut de page

Auteur

Ludivine Bantigny

Ludivine Bantigny est maîtresse de conférences à l’université de Rouen, chercheuse au GRHis (Groupe de recherche d’histoire) et au Centre d’histoire de Sciences Po. Ses recherches portent sur l’histoire des générations, des engagements politiques et de la conscience historique. Elle travaille actuellement sur 1968 en analysant les projets politiques, le rapport au temps et les avenirs imaginés au cœur de l’événement. Elle a notamment publié La France à l’heure du monde. De 1981 à nos jours (Seuil, 2013) ; Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, xixe-xxie siècle) (dir., avec Arnaud Baubérot, PUF, 2011) ; Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France (xixe-xxie siècle) (dir., avec Ivan Jablonka, PUF, 2009) et Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des Trente Glorieuses à la guerre d’Algérie (Fayard, 2007).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals