Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

L’ère anthropocène : pour en finir avec la fin de l’histoire. Entretien avec Jean-Baptiste Fressoz

Par Muriel Louâpre
Jean-Baptiste Fressoz et Muriel Louâpre
p. 53-60

Résumés

De crise environnementale en prédictions anxiogènes, le discours apocalyptique est devenu un genre contemporain en vogue, non sans analogie avec ce qui a pu se passer au xixe siècle alors que s’imposait l’idée d’une autonomisation de l’homme vis-à-vis de l’histoire naturelle. Pour l’historien des techniques qui a réédité, avec François Jarrige, La Fin du monde par la science d’Eugène Huzar, la redécouverte de ces discours oubliés fait comprendre surtout les phénomènes qui ont permis l’occultation des donneurs d’alerte – et de questionner leurs avatars contemporains. La théorie de la modernité réflexive, en particulier, quand elle justifie la création d’une technonature, prolonge et célèbre cette séparation. Or si nous sommes bien entrés dans une ère postgéologique, l’anthropocène, dans laquelle l’action humaine transforme la planète à très longue échelle, reconstituer les « grammaires environnementales » du passé permettrait de mieux comprendre ce qui se joue dans la crise environnementale contemporaine, qualifiée ici de « fin du monde slow motion »

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte


Et si la fin de l’histoire signifiait la réintégration de l’histoire humaine à l’histoire naturelle ? L’introduction du concept d’anthropocène, qui définit une nouvelle ère « postgéologique » où la planète est transformée par l’homme, ouvre la voie à une redéfinition des relations entre l’homme et la nature, tout autant que des temporalités. Jean-Baptiste Fressoz, historien des sciences et des techniques, revient sur les implications historiographiques et politiques de l’événement anthropocène.


Vous avez écrit un livre placé sous le signe d’une catastrophe, L’Apocalypse joyeuse. Pourquoi avoir choisi un tel titre ?

Le titre est une réaction à la littérature sociologique sur la modernité réflexive qu’on trouve chez des auteurs tels Anthony Giddens ou Ulrich Beck : on vivrait une époque apocalyptique, mais le fait de s’en rendre compte est finalement rassérénant et surtout très gratifiant. Ne sommes-nous pas la toute première génération à comprendre ce que nous faisons à la nature et à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Fressoz et Muriel Louâpre, « L’ère anthropocène : pour en finir avec la fin de l’histoire. Entretien avec Jean-Baptiste Fressoz », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 53-60.

Référence électronique

Jean-Baptiste Fressoz et Muriel Louâpre, « L’ère anthropocène : pour en finir avec la fin de l’histoire. Entretien avec Jean-Baptiste Fressoz », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/589 ; DOI : 10.4000/elh.589

Haut de page

Auteurs

Jean-Baptiste Fressoz

Jean-Baptiste Fressoz est historien des sciences, des techniques et de l’environnement, chargé de recherche au CNRS (Labex Sciences, innovation et techniques en société), et chercheur au centre Alexandre-Koyré (EHESS). Derniers ouvrages parus : Introduction à l’histoire environnementale (en collaboration ; La Découverte, 2014) et L’Événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous (avec Christophe Bonneuil, Éd. du Seuil, 2013).

Muriel Louâpre

Muriel Louâpre est maître de conférences en littérature française à l’université Paris Descartes et membre du CERILAC (Paris Diderot). Ses recherches concernent l’écriture de l’histoire au xixe siècle ainsi que la dimension littéraire des savoirs (équipe ANR DFG « Biolographes » dirigée par Gisèle Séginger). Dernier ouvrage paru : La Poésie scientifique, de la gloire au déclin (avec Hugues Marchal et Michel Pierssens, Épistémocritique, 2014).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals