Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

Crépuscule disciplinaire ? Quand tout est fini, c’est l’aurore… Entretien avec Dominique Pestre

Par Sophie Wahnich
Dominique Pestre et Sophie Wahnich
p. 61-68

Résumés

Avant de déplorer la fin d’une discipline, il faut comprendre ce qui l’a organisée et ce qui l’organisera sur un plan non seulement épistémologique, mais social et politique. Si une séquence de l’Histoire s’achève avec la fin de la guerre froide en 1989, mais de fait aujourd’hui aussi avec de nouvelles turbulences révolutionnaires et contre-révolutionnaires, le discours historique se reconfigure. Loin d’en avoir fini avec les savoirs sur le passé, la discipline historienne se doit à nouveau de prendre en charge son propre présent de questionnement pour réagencer le questionnaire posé à ses objets. Si les techniques savantes sont des choix de société et de futurs, elles ne sont pas socialement innocentes. Les « boîtes noires » scientifiques méritent donc, en démocratie, d’être ré‑ouvertes et discutées. Peut-être l’histoire disciplinaire en est-elle là. Il s’agit ainsi avec Dominique Pestre d’observer la fin d’une époque disciplinaire plutôt que la fin d’une discipline, du point de vue des science studies, avec l’expertise des science studies.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

Dominique Pestre travaille en historien sur les sciences physiques contemporaines, en philosophe et politiste sur les sciences comme enjeu politique et social. Selon lui, la production des savoirs intéressants est socialement distribuée, elle ne relève pas des seuls scientifiques organisés en laboratoires et académies. L’histoire, comme les autres savoirs, peut être déclarée savoir intéressant, important, actuel, ou au contraire inintéressant, périmé, inactuel. Il importe d’être attentif à ce qui ordonne de tels jugements dans le déploiement même de l’Histoire. Avant de déplorer la fin d’une discipline, il faut comprendre ce qui l’a organisée et ce qui l’organisera sur un plan non seulement épistémologique, mais social et politique. Si une séquence de l’Histoire s’achève, alors le discours historique se reconfigure. Loin d’en avoir fini avec les savoirs sur le passé, la discipline historienne se doit à nouveau de prendre en charge son propre présent de questionnement pour réagencer ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Pestre et Sophie Wahnich, « Crépuscule disciplinaire ? Quand tout est fini, c’est l’aurore… Entretien avec Dominique Pestre », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 61-68.

Référence électronique

Dominique Pestre et Sophie Wahnich, « Crépuscule disciplinaire ? Quand tout est fini, c’est l’aurore… Entretien avec Dominique Pestre », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/592 ; DOI : 10.4000/elh.592

Haut de page

Auteurs

Dominique Pestre

Dominique Pestre, directeur d’études à l’EHESS, est l’un des principaux représentants français de l’histoire sociale et culturelle des sciences. Physicien de formation, il a dirigé le Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de La Villette, puis le centre Alexandre-Koyré. Ses travaux portent sur la sociologie des sciences, les controverses scientifiques, les science studies. Il a publié récemment Introduction aux science studies (La Découverte, 2006) ; Historical Perspectives on Science, Society and the Political. Report to the Science, Economy and Society Directorate (European Commission, 2007), édité la même année par la Commission européenne sous le titre Science, Society and Politics. Knowledge Societies from an Historical Perspective ; Sciences, technologies, savoirs en sociétés. Questions actuelles, approches historiques (dir.), numéro spécial de Science et devenir de l’homme, no 57-58, 2008 ; À contre-science. Politiques et savoirs des sociétés contemporaines (Éd. du Seuil, 2013).

Sophie Wahnich

Sophie Wahnich est directrice de recherche au CNRS en histoire et science politique, au Tram/IIAC de l’EHESS. Spécialiste de la période révolutionnaire, elle interroge depuis l’expérience cosmopolitique du xviiie siècle les représentations actuelles de l’altérité, de la violence, de la guerre, en mettant au cœur du questionnement le rôle d’une raison sensible à l’œuvre. Elle a publié de nombreux ouvrages sur ces domaines de recherche : Les Émotions, la Révolution française et le présent (CNRS Éd., 2009) ; L’Impossible Citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française (A. Michel, 1997, 2010) ; La Longue Patience du peuple. 1792, naissance de la République (Payot, 2008) ; La Liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme (La Fabrique, 2003).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals