Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

Le paradoxe de l’avènement d’un événement : la « fin de l’histoire » à l’épreuve de la chute du Mur

Laurent Fleury
p. 79-87

Résumés

Cet article critique la rhétorique aporétique de la fin de l’histoire en posant le problème de l’irruption d’un événement, la chute du mur de Berlin, et de l’avènement concomitant du discours de la « fin de l’histoire ». Énigmatique est en effet la concomitance paradoxale de cet événement historique et de l’avènement d’un discours qui en nie la logique. L’avènement d’un tel syntagme trahit, en une figure proche du déni, l’existence même de ce qu’il semble vouloir nier : l’histoire. Or, en affirmant au contraire, et en actes, la puissance de celle-ci, l’événement de la chute du Mur rappelle plutôt l’inanité d’une conception prétendant prophétiser l’avènement de sa « fin ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

La chute du Mur ou l’irruption de l’histoire
Pluralité interprétative : révolution et histoire
La fin de l’histoire : une rhétorique aporétique

Aperçu du texte

Un fait, un discours, une énigme. Le fait historique tient dans l’événement de la chute du mur de Berlin. Le discours, idéologique, soutient concomitamment l’avènement de « la fin de l’histoire ». L’énigme naît du paradoxe qu’au moment où la chute du Mur signale la présence de l’histoire quelques voix ont cru pouvoir y déceler la « fin » de celle-ci. Énigme de la conjonction des contraires, d’un événement qui dément l’avènement sans pour autant entamer la force d’évidence avec laquelle la figure discursive s’est donnée à écouter. Comprendre cette énigme suppose de percevoir cette « acoustique de l’histoire » à laquelle nous invitait Kracauer. Comment expliquer et comprendre cette concomitance qui lie l’événement de la chute du mur de Berlin et la résurgence d’un discours posant, dans un paradoxe inouï, l’avènement de la « fin de l’histoire » ?

Birgit Kinder, Test the rest, 1990

Birgit Kinder, Test the rest, 1990

La chute du Mur ou l’irruption de l’histoire

Le 9 novembre 1989, les Berlinois ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Fleury, « Le paradoxe de l’avènement d’un événement : la « fin de l’histoire » à l’épreuve de la chute du Mur », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 79-87.

Référence électronique

Laurent Fleury, « Le paradoxe de l’avènement d’un événement : la « fin de l’histoire » à l’épreuve de la chute du Mur », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/601 ; DOI : 10.4000/elh.601

Haut de page

Auteur

Laurent Fleury

Professeur à l’université Paris Diderot, Laurent Fleury dirige le master « Sociologie et anthropologie : politique, culture, migrations » et la spécialité de master « Politiques culturelles ». Agrégé de sciences sociales, docteur en science politique, il est chercheur au Laboratoire de changement social et politique (LCSP). Il y développe une sociologie politique de la culture. Il a publié Max Weber (PUF, 2009), Le TNP de Vilar. Une expérience de démocratisation de la culture (PUR, 2006), Le Cas Beaubourg. Mécénat d’État et démocratisation de la culture (A. Colin, 2007), Sociologie de la culture et des pratiques culturelles (A. Colin, 2011), Sociology of Culture and Cultural Practices: The Transformative Power of Institutions (Lanham (Md.), Lexington Books, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals