Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

La Fin du monde. Essai sur les apocalypses culturelles (extraits)

Ernesto De Martino
Traduction de Giordana Charuty
p. 101-108

Résumés

Lorsqu’il disparaît brutalement en mai 1965, l’anthropologue italien Ernesto De Martino laisse le manuscrit inachevé d’une vaste enquête qui sera publiée douze ans plus tard par l’éditeur Einaudi : La fine del mondo. Contributo all’analisi delle apocalissi culturali [La Fin du monde. Essai sur les apocalypses culturelles]. Une version réduite, et recomposée à partir des dossiers d’archives, de cette recherche méconnue dans le monde intellectuel français paraîtra dans la collection « Translations » des éditions de l’EHESS, sous la direction de Giordana Charuty, Daniel Fabre et Marcello Massenzio. Nous en présentons ici quelques extraits.

Haut de page

Notes de la rédaction

Extraits présentés et traduits de l’italien par Giordana Charuty

Giordana Charuty est anthropologue, membre du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (Lahic-IIAC). À partir de terrains ethnographiques en Europe méditerranéenne, elle a publié de nombreuses études sur les définitions sociales et les traitements rituels de la folie, les transformations du christianisme coutumier, les usages religieux de l’écriture, l’approche biographique en histoire de l’anthropologie. Elle a, notamment, publié : Folie, mariage et mort. Pratiques chrétiennes de la folie en Europe occidentale (Seuil, 1997) ; Ernesto De Martino. Les vies antérieures d’un anthropologue (Parenthèses, 2009) ; « Les trois anges de Séraphine de Senlis », Gradhiva, no 20, Création fiction, 2014, p. 108‑137.

Nous remercions les éditions Einaudi de nous avoir aimablement autorisés à traduire et publier ces extraits.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Formules cycliques du temps
L’apocalypse culturelle chrétienne
L’héritage mythique du marxisme
Les réveils de Proust
Être présent au monde

Aperçu du texte

De Martino a inscrit son enquête dans la conjecture intellectuelle qui a vu l’intérêt de nombreux ethnologues et historiens se fixer, au milieu des années cinquante, sur les messianismes révolutionnaires du tiers monde. Ainsi, à la suite des travaux de l’africaniste Vittorio Lanternari, De Martino prévoyait de consacrer un chapitre aux rapports entre mouvements apocalyptiques et décolonisation. Mais l’ambition de son projet va bien au-delà. Il s’agit de comparer les ressources culturelles offertes par des formations sociales aussi diverses que le prophétisme apocalyptique du christianisme primitif, les mobilisations millénaristes du tiers monde ou l’émergence du mouvement communiste international, à travers leur manière de penser l’historicité, pour répondre à ce que l’auteur identifie comme un risque anthropologique permanent : la perte de la présence au monde. Ce risque est mis à nu dans les récits cliniques d’« expérience vécue de fin du monde » documentés, entre les années 1920 ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ernesto De Martino, « La Fin du monde. Essai sur les apocalypses culturelles (extraits) », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 101-108.

Référence électronique

Ernesto De Martino, « La Fin du monde. Essai sur les apocalypses culturelles (extraits) », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/605 ; DOI : 10.4000/elh.605

Haut de page

Auteur

Ernesto De Martino

Ernesto De Martino, anthropologue (1908-1965)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals