Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

D’un ton anti-apocalyptique : Après la fin du monde de Michaël Foessel et Récit d’un désastre de Michaël Ferrier

Catherine Coquio
p. 119-128

Résumés

Le texte dit l’intérêt et les limites de l’anti-apocalyptisme contemporain en lisant le livre de Michaël Foessel Après la fin du monde. Critique de la raison apocalyptique, d’inspiration kantienne, en contrepoint de celui de Michaël Ferrier, Fukushima. Récit d’un désastre, qui relève de l’essai littéraire et du témoignage : avec ces deux ouvrages, on a deux critiques très différentes d’une culture apocalyptique qui a atteint son pic en 2012, année de parution de ces deux livres. Ce contrepoint fait saisir les apories de l’anti-apocalyptisme philosophique au regard de certains événements vécus de l’intérieur ou au plus près, en l’occurrence la catastrophe nucléaire et écologique, qui engage une autre écriture de l’histoire et un autre rapport au temps.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Contrepoint
Un plaidoyer pour le « monde » contre la « fin du monde ». Questions à Michaël Foessel
Le « monde » et la « vie ». Poétique et politique
Croire au monde

Aperçu du texte

« It is easier to imagine the end of the world than to imagine the end of capitalism. »
Fredric Jameson
(« Future City », New Left Review, no 21, 2003)

L’année 2012, on s’en souvient, a été celle d’un festival d’apocalypses, et la fameuse prophétie maya du « Cinquième Soleil » n’y a joué le rôle que de signal déclencheur : les ingénieurs culturels pourvoyant aux joies troubles des nantis du monde étaient prêts depuis longtemps pour la fête posthumaine, et, avec cette mobilisation de l’eschatologie au service du divertissement de masse, une étape a dû être franchie dans la très riche histoire culturelle occidentale de l’apocalypse.

Celle-ci s’était depuis longtemps déjà installée dans le registre de « l’Apocalypse sans royaume ». Cette formule utilisée par Günther Anders à propos de l’après-Hiroshima (La Menace nucléaire, 1981), actualisée par les penseurs du « catastrophisme éclairé » (Jean-Pierre Dupuy), l’a été autrement en littérature par d’innombrables fictions de la fin du monde in...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquio, « D’un ton anti-apocalyptique : Après la fin du monde de Michaël Foessel et Récit d’un désastre de Michaël Ferrier », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 119-128.

Référence électronique

Catherine Coquio, « D’un ton anti-apocalyptique : Après la fin du monde de Michaël Foessel et Récit d’un désastre de Michaël Ferrier », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/610 ; DOI : 10.4000/elh.610

Haut de page

Auteur

Catherine Coquio

Professeur de littérature comparée à Paris Diderot, Catherine Coquio anime avec Claude Millet l’axe « Écrire et penser avec l’histoire » du CERILAC. Ses travaux portent sur la modernité et le nihilisme européens, les formes littéraires du témoignage historique. Parmi ses publications : Rwanda. Le réel et les récits (2004) ; La Littérature en suspens. Écritures de la Shoah (2015) ; Le Mal de vérité ou l’Utopie de la mémoire (2015). A notamment (co)dirigé : L’Histoire trouée (2003) ; Retours du colonial ? (2008) ; La Question animale (2011) ; Roms, Tsiganes, Nomades, un malentendu européen (2014) ; Littérature et histoire en débats (2014). A créé aux éditions Classiques Garnier et dirige avec Lucie Campos et Emmanuel Bouju la collection « Littérature, histoire, politique ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals