Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

Apocalypse, messianisme et « présentisme »

Remarques sur le temps messianique au Moyen Âge et chez quelques penseurs contemporains
Patrick Henriet
p. 129-137

Résumés

Le discours apocalyptique est souvent pensé par les contemporains comme prophétique et linéaire. Or pour les chrétiens anciens, plus qu’un moyen de prévoir le futur, l’Apocalypse était un lieu de révélation des choses cachées. Le temps était quant à lui perçu selon un modèle typologique qui n’avait pas grand-chose à voir avec nos schémas chronologiques unilinéaires modernes. Un bon exemple de ce type de raisonnement est fourni par le dossier du Commentaire de l’Apocalypse de Beatus de Liébana (Espagne, fin du viiie siècle) et par les enluminures qui l’accompagnèrent pendant plusieurs siècles. Ces images, qui étaient connues de plusieurs artistes du xxe siècle, dont Picasso, qui s’en inspira pour son Guernica, trouvent une curieuse résonnance chez un certain nombre de penseurs contemporains du fait messianique (Rosenzweig, Benjamin, Scholem, Agamben, etc.). Nous proposons donc d’utiliser la catégorie du messianisme pour comprendre la pensée apocalyptique médiévale et nous concluons en rappelant que tous ces discours ont en commun de bien marquer « la profondeur de l’instant au détriment des “grands récits” construits sur un enchaînement bien ordonné de causalités ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

À la fin du viiie siècle (776 pour la première édition), un moine de la Liébana (Asturies) nommé Beatus rédigea un commentaire de l’Apocalypse qui, pour l’essentiel, reprenait les textes d’exégètes antérieurs. Ce commentaire n’était donc guère original sur le fond, mais il connut en péninsule Ibérique un grand succès puisqu’on en conserve plus de trente manuscrits, complets pour la plupart d’entre eux. La diffusion des Beatus (on donne en effet à ces manuscrits le nom de l’auteur supposé du Commentaire) resta essentiellement péninsulaire, mais certains exemplaires furent copiés dans le sud-ouest de la France et en Italie.

Lorsque en 1935 le peintre Fernand Léger, de passage à New York, interrogea Meyer Schapiro, grand historien marxiste de l’art, pour savoir quelle œuvre celui-ci l’emmènerait voir dans sa ville s’il ne disposait que d’un après-midi, Schapiro répondit sans hésitation qu’il convenait de donner la priorité au manuscrit 644 de la Morgan Library, un Beatus du xe siècle. I...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Henriet, « Apocalypse, messianisme et « présentisme » », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 129-137.

Référence électronique

Patrick Henriet, « Apocalypse, messianisme et « présentisme » », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/612 ; DOI : 10.4000/elh.612

Haut de page

Auteur

Patrick Henriet

Patrick Henriet est directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Il est spécialiste des textes hagiographiques et de la façon dont les clercs ont construit et interprété le monde jusqu’au Moyen Âge central, particulièrement mais non exclusivement en péninsule Ibérique (où il a vécu dix ans). Il est l’auteur d’un livre sur La Parole et la Prière au Moyen Âge (Bruxelles, De Boeck Université, 2000) et de plus d’une centaine d’articles. Il termine actuellement l’édition d’un remarquable recueil des miracles d’Isidore de Séville (début du xiiie siècle) et dirige l’édition commentée des œuvres narratives de Valère du Bierzo (viie siècle), le seul auteur du haut Moyen Âge à avoir écrit des traités autobiographiques. Il s’intéresse également aux rapports entre littérature, fait historique et idéologies (travaux sur Proust, sur Péguy, recherches en cours sur George Sand ou encore Léon Bloy).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals