Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

Terminer la Révolution française, en finir avec la révolution

Sophie Wahnich
p. 139-147

Résumés

La fin de l’histoire dans la période révolutionnaire prend trois formes de gestion des émotions disruptives, celles qui produisent des secousses, des turbulences, voire des événements. Le déni de ces émotions accompagne la volonté d’interrompre un mouvement de libération. Le désir de justice doit alors être forclos par la répression, la peur et l’oubli. C’est ce qu’on peut observer après la fuite du roi en 1791. La volonté de produire une symbolique nouvelle conduit à vouloir que l’expression obligatoire des sentiments soit la nouvelle main invisible. Les institutions civiles fabriqueraient une hégémonie culturelle. Ce rêve d’une société qui n’aurait plus besoin d’être gouvernée a surgi au printemps de l’an II (1794). À défaut, en 1798, il s’agit de gouverner les émotions des gouvernants en faisant en sorte que leur intérêt particulier de propriétaires les pousse à vouloir la stabilité du régime. Là s’achève l’adéquation entre les noms de République, de démocratie et de gouvernement populaire, qui reposait non sur la propriété, mais sur l’égalité des cœurs et des intelligences.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Terminer la révolution, en finir avec l’ambition révolutionnaire
Terminer la Révolution, faire entrer la Révolution dans les mœurs
Les mœurs introuvables, retour au carcan des institutions politiques

Aperçu du texte

Très tôt dans la période révolutionnaire, des acteurs ont cru que la Révolution était achevée, c’est-à-dire que ses objectifs étaient atteints et acquis, au moins pour un moment.

C’est le cas des Lyonnais en juillet 1789. Ils pensent que la réunion des trois ordres est une victoire qui permet de considérer que la barrière d’octroi est obsolète, qu’un autre monde est déjà là. Mais l’ancien n’a pas si vite laissé la place au neuf, et s’ensuit une répression féroce de ceux qui ont cru que l’histoire s’achevait en leur faveur.

Les émigrés partent dès le 14 juillet 1789 pour la même raison, pensant que leur monde est désormais déchu. Quand ils reprennent ouvertement les hostilités, la Convention riposte, le 22 octobre 1792, en les bannissant à perpétuité. Leurs châteaux sont promis à la démolition. Et pourtant, ils sont de retour dès le Consulat et affluent avec la Restauration, où ils reçoivent un milliard à partager entre cinquante mille nobles, pour indemnité. La fin de l’histoire ne se...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Wahnich, « Terminer la Révolution française, en finir avec la révolution », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 139-147.

Référence électronique

Sophie Wahnich, « Terminer la Révolution française, en finir avec la révolution », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/614 ; DOI : 10.4000/elh.614

Haut de page

Auteur

Sophie Wahnich

Sophie Wahnich est directrice de recherche au CNRS en histoire et science politique, au Tram/IIAC de l’EHESS. Spécialiste de la période révolutionnaire, elle interroge depuis l’expérience cosmopolitique du xviiie siècle les représentations actuelles de l’altérité, de la violence, de la guerre, en mettant au cœur du questionnement le rôle d’une raison sensible à l’œuvre. Elle a publié de nombreux ouvrages sur ces domaines de recherche : Les Émotions, la Révolution française et le présent (CNRS Éd., 2009) ; L’Impossible Citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française (A. Michel, 1997, 2010) ; La Longue Patience du peuple. 1792, naissance de la République (Payot, 2008) ; La Liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme (La Fabrique, 2003).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals