Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire

Les temps de l’apocalypse parisienne de 1871

Éric Fournier
p. 159-166

Résumés

Les récits versaillais de la Commune de 1871 mobilisent les motifs et les trames apocalyptiques. L’insurrection est décrite comme une catastrophe inouïe, à l’égal de l’Apocalypse, événement par définition unique. L’incendie de Paris, inédit dans l’histoire des révolutions parisiennes, fait écho aux images bibliques, et nombre de témoins versaillais admettent avoir été saisis d’un bref vertige apocalyptique pendant la Semaine sanglante. Mais ces récits font aussi preuve d’une réelle capacité d’invention. L’usage du motif apocalyptique réside ici dans sa capacité à ne pas clore un cycle mais à conjurer la fin de l’histoire, à souligner la force de Paris et de son « mythe ». L’apocalypse imaginée et conjurée de 1871, contrairement à l’aphorisme de Malraux, « a un futur » : celui de la modernité parisienne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Rythmes d’une apocalypse
La fabrique de l’apocalypse
Les usages d’une apocalypse conjurée

Aperçu du texte

En mai 1871, lors de la bataille de Paris, les communards incendient plus de deux cents bâtiments et monuments, confrontant les acteurs de cette guerre civile à la possibilité de la destruction intégrale de la capitale, et également à une fin de l’histoire tant le « mythe de Paris » (Walter Benjamin) s’est déployé sous le Second Empire, faisant de cette ville la « capitale du xixe siècle », le microcosme de la civilisation et de la modernité européennes. Sa disparition signifierait alors la fin d’un temps et d’un monde. Les récits de la fin apocalyptique de Paris – nés avec les Lumières, amplifiés par le romantisme et réactualisés lors des percées haussmanniennes – deviennent vite un lieu commun permettant d’éprouver le « mythe de Paris » en le confrontant au cycle des civilisations. Et lorsque advient la Semaine sanglante, les témoins cultivés peuvent ressentir un vague sentiment de déjà-vu, plus précisément de déjà-lu. Une attention particulière aux trames et motifs apocalyptiques...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Fournier, « Les temps de l’apocalypse parisienne de 1871 », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 159-166.

Référence électronique

Éric Fournier, « Les temps de l’apocalypse parisienne de 1871 », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/616 ; DOI : 10.4000/elh.616

Haut de page

Auteur

Éric Fournier

Maître de conférences à Paris 1 après avoir enseigné seize ans en lycée, Éric Fournier travaille sur un xixe siècle incertain, ses marges et ses possibles, ses images et ses sensibilités, à travers une approche sociale culturelle. Il a publié « La Commune n’est pas morte ». Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours (Libertalia, 2013) ; La « Belle Juive ». D’« Ivanhoé » à la Shoah (Champ Vallon, 2011) ; La Cité du sang. Les bouchers de La Villette contre Dreyfus (Libertalia, 2008) ; Paris en ruines. Du Paris haussmannien au Paris communard (Imago, 2007).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals