Navigation – Plan du site
La fin de l’histoire
Lectures

Orphéotopie ou l’Histoire aux enfers

Michèle Riot-Sarcey, Le Réel de l’utopie. Essai sur le politique au xixe siècle (1998)
Olivier Le Trocquer
p. 194-198
Référence(s) :

Michèle Riot-Sarcey, Le Réel de l’utopie. Essai sur le politique au xixe siècle, Paris, A. Michel (Histoire), 1998, 306 p.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

Se replonger dans Le Réel de l’utopie de Michèle Riot-Sarcey, c’est se confronter avec elle à la difficulté de lire le passé autrement que comme ce qui a été, devait avoir lieu, et s’est déroulé dans le sens apparemment linéaire du « progrès de l’histoire ». Avec ce livre, Riot-Sarcey a choisi de se confronter à l’une des périodes les plus difficiles à aborder, peut-être, de ce point de vue : le premier xixe siècle. Non seulement parce que beaucoup de choses ont été déjà écrites sur lui. Mais parce que, d’une certaine façon, l’impression a persisté pendant longtemps, bien à tort, d’une période où les jeux étaient déjà faits : la Révolution et sa résorption avaient eu lieu. Et la « révolution industrielle » s’y épanouit, semblant donner au « sens » de l’Histoire sa direction unique, son Sens, contre lequel « on » peut se rebeller, mais en vain : le « progrès ».

Tout le travail de Michèle Riot-Sarcey, par une écriture aussi belle qu’exigeante, consiste à suspendre le sens annoncé de la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Le Trocquer, « Orphéotopie ou l’Histoire aux enfers », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 194-198.

Référence électronique

Olivier Le Trocquer, « Orphéotopie ou l’Histoire aux enfers », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/641

Haut de page

Auteur

Olivier Le Trocquer

Agrégé d’histoire, Olivier Le Trocquer travaille comme chercheur associé sur la seconde moitié du xixe siècle, en particulier sur 1870‑1871 (du renversement du Second Empire à la Commune de Paris). Ses objets de recherche sont l’événement, la mémoire, l’écriture de l’histoire et le rapport à l’archive. Il a participé à plusieurs ouvrages collectifs. Les plus récents : Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France (dir. Laurence De Cock, Fanny Madeline, Nicolas Offenstadt et al., Agone, 2008) ; La République dans tous ses états (dir. Claudia Moatti, Michèle Riot-Sarcey, Payot, 2009) ; Autogestion. Hier, aujourd’hui, demain (dir. Lucine Collonges, Syllepse, 2010) ; Histoire d’un trésor perdu. Transmettre la Révolution française (dir. Sophie Wahnich, Prairies ordinaires, 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals