Navigation – Plan du site
Brèves d’histoire

Une falsification historique : les conservateurs canadiens, la guerre de 1812 et la conférence de Québec de 1864

Étienne Beaulieu
p. 223-226

Résumés

Depuis leur prise de pouvoir en 2006, les conservateurs de Stephen Harper ont entrepris une vaste refonte de l’histoire canadienne dans le but de transformer en profondeur l’identité même du pays. La bataille se déroule surtout sur le terrain des commémorations et des budgets gouvernementaux consacrés aux dates traditionnelles des événements appartenant à l’histoire des provinces fondatrices du centre (Ontario et Québec), qui se voient minimisées, au profit de nouvelles dates, comme la guerre de 1812 ou la conférence de Québec de 1864.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Aperçu du texte

Depuis leur prise de pouvoir en 2006 à titre de gouvernement minoritaire du Canada, puis d’un gouvernement majoritaire en 2011 et jusqu’à maintenant, les conservateurs de Stephen Harper ont entrepris une vaste refonte de l’histoire canadienne dans le but de transformer en profondeur l’identité même du pays. Issu d’une entente électorale entre l’Alliance canadienne (parti formant l’opposition officielle entre 2000 et 2003) et le parti progressiste-conservateur (le parti traditionnel tory existant de 1867, date de la fondation de la Confédération canadienne, à 2003), ce parti s’appuie sur une base électorale provenant principalement de l’Ouest canadien, en premier lieu de la province de l’Alberta, dont le nom même et l’histoire renvoient à la couronne britannique, plus précisément à la quatrième fille de la reine Victoria, la princesse Louise Caroline Alberta, duchesse d’Argyll.

Rien n’est dépourvu de signification dans cette origine géographique et idéologique des néoconservateurs de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Beaulieu, « Une falsification historique : les conservateurs canadiens, la guerre de 1812 et la conférence de Québec de 1864 », Écrire l'histoire, 15 | 2015, 223-226.

Référence électronique

Étienne Beaulieu, « Une falsification historique : les conservateurs canadiens, la guerre de 1812 et la conférence de Québec de 1864 », Écrire l'histoire [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/elh/675 ; DOI : 10.4000/elh.675

Haut de page

Auteur

Étienne Beaulieu

Écrivain, professeur et éditeur, Étienne Beaulieu s’est mérité les prix Jacques-Cartier (Lyon-Montréal), Alfred-DesRochers et le Grand Prix de la Ville de Sherbrooke pour son récit intitulé Trop de lumière pour Samuel Gaska (Montréal, Lévesque, 2014). Il vient de faire paraître un recueil d’essais L’Âme littéraire (Montréal, Nota bene, 2014). Son essai Sang et lumière. La communauté du sacré dans le cinéma québécois (Québec, L’instant même, 2007) a été finaliste au prix Victor-Barbeau de l’Académie des lettres du Québec et au prix Spirale – Éva-Le-Grand en 2008. Sa thèse La Fatigue romanesque de Joseph Joubert (1754‑1824) a été publiée aux Presses de l’université Laval (Québec) en 2007. Cofondateur des cahiers littéraires Contre-jour en 2002, il est responsable de l’édition critique des œuvres de Joseph Joubert aux Classiques Garnier (Paris) et dirige aux éditions Nota bene deux collections : « La ligne du risque » et « Romantismes ».

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals