Navigation – Plan du site
Le détail (1)

Les débuts de la micro-histoire

Edoardo Grendi, la micro-analyse et « l’exceptionnel normal »
Pierre Savy
p. 65-66

Résumé

(à venir)

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur lui, voir en particulier Osvaldo Raggio, Angelo Torre, « Prefazione », dans Edoardo Grendi, In (...)
  • 2 Respectivement Il Cervo e la Repubblica. Il modello ligure di antico regime, Turin, Einaudi, 1993 ; (...)
  • 3 « Il testo fondativo della microstoria » ; Osvaldo Raggio, Angelo Torre, « Prefazione », op. cit., (...)

1Le texte que nous traduisons aujourd’hui de l’italien, plus de trente ans après sa publication initiale dans les Quaderni storici, la revue emblématique de la micro-histoire italienne, est l’œuvre de l’historien italien Edoardo Grendi (1932-1999), dont le travail demeure mal connu en France1. Auteur de nombreux articles, Grendi a aussi publié quelques livres importants – en particulier, en 1993, une étude micro-historienne classique portant sur la communauté de Cervo, illustration du « cas ligure » de construction de l’État, ou, en 1997, une grande étude sur la famille des Balbi2. On le voit ici engagé dans une proposition historiographique forte : « Micro-analyse et histoire sociale » est un de ses derniers textes théoriques, et l’un des rares écrits programmatiques des micro-historiens. En somme, ce qui est la fin de la période théoricienne de Grendi est aussi le début de la micro-histoire, dont cet article ancien et célèbre a pu être défini comme « le texte fondateur3 ».

  • 4 « Grendi non aveva certamente il talento di un “good novelist”, una delle qualità che Gene Brucker (...)

2À bien des égards, c’est aussi un document. Grendi expose un certain état de l’historiographie, avant l’épanouissement et le succès de la « micro-analyse » : la langue, les références, le fond même ne sont plus tout à fait les nôtres. L’auteur évoque « l’enchevêtrement critique devant lequel nous nous trouvons » : mais le lecteur de 2009 se dit qu’il ne se trouve vraiment pas devant le même « enchevêtrement critique » ! On pourrait annoter cet article, dire qui sont Leach, Wolf et Cole, Le Couturier, etc., et ce que nous disent leurs travaux. On devrait même le faire, n’était la crainte d’alourdir un texte déjà long : nous nous remettons donc sur le lecteur du soin d’identifier et de comprendre ces multiples références. En outre, ce texte est elliptique, dense, technique, d’autant que Grendi n’était certes pas un romancier, une certaine représentation « littéraire » du micro-historien dût-elle en souffrir4. D’ailleurs, l’un des mérites de cette publication est peut-être de présenter une facette moins connue en France de l’expérience collective diverse que fut la micro-histoire : peu romanesque, on vient de le dire, mais aussi plus socio-économique que culturelle.

  • 5 Edoardo Grendi, « Repenser la micro-histoire ? », dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La mi (...)
  • 6 Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échel (...)

3Dans cette proposition théorique appuyée sur quelques exemples, Grendi défend la micro-analyse, dont il attend des « révélations » et des « illuminations historiques », contre l’approche traditionnelle et alors dominante en histoire sociale, dans laquelle l’étude des données ne tenait pas compte de leur détermination spatiale et de l’échelle d’observation et les « agrégeait » dans des catégories préétablies qui laissaient de côté bien des aspects du monde social. Il s’agit, dans les reconstructions d’histoires de famille – ou même, quand « une heureuse coïncidence documentaire » le permet, d’histoires individuelles « typiques ou exceptionnelles » –, de multiplier les objets d’histoire, saisis par les catégories plus fines que l’on peut adopter dans le cadre d’une étude de cas : en somme, il ne s’agit de rien de moins que de faire surgir des réalités nouvelles. Or le détail est peut-être le point à partir duquel il est possible de dessiner ces nouvelles « configurations » sociales : c’est dans ce texte que fut forgée la fameuse formule d’« exceptionnel normal » (le texte parle en fait du « document exceptionnel » qui « peut se révéler exceptionnellement “normal” »). Oxymore qui devint célèbre, mais dont Grendi lui-même écrivit plus tard qu’il « a sans nul doute été surévalué », tout en en proposant une explication très éclairante : « Le témoignage-document peut être exceptionnel parce qu’il évoque une normalité, une réalité si normale qu’elle demeure habituellement tue5. » D’autres interprétations ont été proposées de ce « diamant obscur » qui « a fait couler beaucoup d’encre6 », notamment l’idée que serait « exceptionnel » ce qui, quoique « normal », résiste à ce travail d’intégration des historiens et peut être « récupéré » grâce à l’adoption d’un modèle nouveau intégrant choix et parcours individuels. Une forme d’attention à un type de « détail » qui a profondément marqué la production historiographique.

Haut de page

Notes

1 Sur lui, voir en particulier Osvaldo Raggio, Angelo Torre, « Prefazione », dans Edoardo Grendi, In altri termini. Etnografia e storia di una società di antico regime, éd. par Osvaldo Raggio et Angelo Torre, Milan, Feltrinelli, 2004, p. 5-37, ainsi qu’Osvaldo Raggio, « La storia come pratica. Omaggio a Edoardo Grendi (1932-1999) », Quaderni storici, no 100, 1999, p. 3‑10.

2 Respectivement Il Cervo e la Repubblica. Il modello ligure di antico regime, Turin, Einaudi, 1993 ; et I Balbi. Una famiglia genovese fra Spagna e Impero, Turin, Einaudi, 1997.

3 « Il testo fondativo della microstoria » ; Osvaldo Raggio, Angelo Torre, « Prefazione », op. cit., p. 14, note 28.

4 « Grendi non aveva certamente il talento di un “good novelist”, una delle qualità che Gene Brucker ha individuato nello stile della “Italian microhistory”. » Ibid., p. 30, note 82.

5 Edoardo Grendi, « Repenser la micro-histoire ? », dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 1996, p. 233-243, p. 238.

6 Jacques Revel, « Micro-analyse et construction du social », dans Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles…, op. cit., p. 15-36, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Savy, « Les débuts de la micro-histoire », Écrire l'histoire, 3 | 2009, 65-66.

Référence électronique

Pierre Savy, « Les débuts de la micro-histoire », Écrire l'histoire [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/elh/943 ; DOI : 10.4000/elh.943

Haut de page

Auteur

Pierre Savy

Pierre Savy est ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire et ancien membre de l’École française de Rome. Il a soutenu en 2004 une thèse d’histoire du Moyen Âge. Il est actuellement maître de conférences à l’université Paris Est–Marne-la-Vallée, où il poursuit des recherches sur l’Italie de la Renaissance ; il a coordonné avec Marco Gentile la publication de Noblesse et États princiers en Italie et en France au xve siècle (Rome, 2009). Il travaille aussi sur les identités juives et chrétiennes au Moyen Âge et à l’époque moderne et a dirigé avec David Schreiber le dossier « Des Juifs contre l’émancipation. De Babylone à Benny Lévy », Labyrinthe (no 28, 2007). Il est membre des conseils de rédaction d’Écrire l’histoire et de Labyrinthe.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • Logo CERILAC
  • OpenEdition Journals