Navigation – Plan du site

Introduction

Laurence Machet et Antoine Ventura
p. 3-8

Texte intégral

1Le thème de ce neuvième numéro de la revue Elohi, Peuples indigènes et environnement, « Voyageurs et naturalistes », est celui d’un atelier qui s’est tenu lors du Congrès Mexicain d’Éthnobiologie organisé à l’université de Merida (Yucatan), du 19 au 23 septembre 2016, sous l’égide de l’AEM, Asociación Etnobiológica Mexicana.

2Tout comme le colloque international « Peuples indigènes et ressources du vivant » organisé en octobre 2013 par un partenariat entre les universités Bordeaux-Montaigne et Aix-Marseille, cette manifestation fut l’occasion pour des spécialistes de champs disciplinaires très variés de confronter leurs points de vue et leurs méthodes.

3L’atelier « Voyageurs et naturalistes » s’est, quant à lui, plus spécifiquement intéressé aux récits, produits de l’époque du premier contact jusqu’au xixe siècle, par des Occidentaux découvrant le continent américain, sa diversité biologique, ses populations autochtones et ses richesses archéologiques.

4Si le terme de voyage convoque immédiatement les notions de déplacement, d’expédition, de découverte, voire d’exploration, celui de naturaliste nécessite une clarification. Qu’est-ce qu’un voyageur naturaliste ? En quoi sa qualité de naturaliste influence-t-elle la perception du voyageur et, par conséquent, son récit ?

5Le récit de voyage, genre très vaste, se définit a minima comme un compte-rendu factuel écrit à la première personne et relatant l’expérience personnelle de l’auteur (Hooper & Youngs : 2). Il peut prendre la forme d’un carnet de route écrit, ou prétendument écrit, au fur et à mesure des déplacements de son auteur, ou bien d’un ouvrage rédigé a posteriori. L’une de ses caractéristiques est de répertorier ce qu’expérimente le voyageur, et tout particulièrement ce qu’il voit (Siegel : 2). Cela étant, l’affaire, là encore, peut s’avérer bien vaste. Pour la fin de l’époque moderne et les débuts de la période contemporaine – ayant pour point d’articulation la figure de Humboldt, pour les américanistes –, les voyageurs « apparaissent comme de plus en plus savants et leur science reste pluridisciplinaire. Ils sont à la fois historiens, géographes, anthropologues, juristes, économistes, naturalistes, physiciens, mathématiciens et linguistes. » (Mauro : 231)

  • 1 Paru pour la première fois, en 1735, sous le titre Systema Naturae, sive, Regna tria naturae system (...)

6L’histoire naturelle est, quant à elle, selon la définition très large qu’en donne Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon, « une Histoire immense, elle embrasse tous les objets que nous présente l’Univers » (Buffon tome 1, 43). Celui que Carl von Linné, l’auteur de Système de la nature1 nomme Historiens naturalis, l’historien de la nature, décrit le plus précisément possible l’aspect visible du monde, ce qui fait de lui selon les mots de Michel Foucault « […] l’homme du visible structuré et de la dénomination caractéristique » (Foucault : 174).

7Dans le contexte de la « découverte » puis de l’exploration du continent américain, il est donc peu surprenant de voir histoire naturelle et récit de voyage coexister et se développer un type particulier d’écriture de la nature, mêlant observations biologiques, géologiques, ethnographiques voire archéologiques d’une part, et idées reçues et réactions subjectives d’autre part (Fritzell : 112 ; Youngs : 9). N’oublions pas qu’il s’est agi, pour les Européens, de comprendre l’inconnu à partir du connu, à partir de leur propre culture biblique, méditerranéenne, médiévale et renaissante (donc, également grecque et romaine) – voir Gomez : 111 et suivantes ; de même O’Gorman.

8D’ailleurs, sans trop de difficulté, on pourrait ou devrait faire entrer dans la catégorie de la littérature de voyages, avant même qu’elle devienne un genre institué (disons, au xviiie siècle, d’après ce que nous en dit Juan Pimentel : 213 et suivantes), non seulement la correspondance des navigateurs et des conquérants (parmi les plus célèbres, Colomb et Cortès), mais aussi tous les rapports et autres récits (relaciones) établis par un personnel mandaté à cet égard, voire toute cette catégorie d’écrits désignés comme relaciones geográficas, sorte d’enquête par questionnaire menée à partir du milieu du xvie siècle par les représentants de la couronne sur l’ensemble du territoire acquis à l’autorité espagnole dont on souhaitait avoir une connaissance qui fût la plus précise possible (Mignolo : 70-75 ; de même Jiménez de la Espada pour la compilation concernant la vice-royauté du Pérou).

9L’un des objectifs de la littérature de voyage, dans sa définition étroite et plus contemporaine, est d’introduire le lecteur à l’autre : « travel books […] dramatize(d) an engagement between the self and the world », comme l’exprime Casey Blanton (Blanton : XI). Face à l’expérience de l’altérité, qu’il s’agisse de celle de l’environnement non-humain ou des populations indigènes, les voyageurs naturalistes se trouvent cependant confrontés à un problème épistémologique, rendu d’autant plus manifeste par l’inadéquation de leur langage. Comment rendre compte de ce que l’on ne peut pas, ou seulement imparfaitement, nommer ? Si les premiers voyageurs-naturalistes eurent souvent recours aux termes autochtones, allant jusqu’à intégrer des lexiques rudimentaires à leurs ouvrages, la tendance fut par la suite au contraire de substituer les codes européens aux savoirs indigènes, en particulier à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, lorsqu’a commencé de se dessiner la deuxième découverte (ou redécouverte) du continent américain par les Européens (Bertrand et Vidal : 7-12 ; voir aussi Potelet et Farré), et une fois diffusée la proposition de nomenclature de Linné, qui eut un succès immédiat de par sa simplicité.

  • 2 Mary Louise Pratt définit ainsi le concept : « the strategies of representation whereby European bo (...)

10L’histoire naturelle, en s’attachant à décrire le plus précisément possible, dans la langue du voyageur ou bien en latin, les objets et sujets rencontrés, devient alors un outil d’appropriation symbolique de la nature indigène et, de fait, se mue en un corollaire de la colonisation (Pratt : 35). Utiliser le système de classification de Linné, en disqualifiant au passage la connaissance séculaire qu’avaient les populations indigènes de leur environnement, c’est faire passer cet environnement de ce qui est, aux yeux des Européens, l’inconnu, le chaos, à la « civilisation ». Il s’agit bien d’une forme de conquête ou plutôt, toujours selon les termes de Mary Louise Pratt, d’une anti-conquête2 contribuant à créer « a utopian, innocent vision of European global authority » (Pratt : 39).

11Ainsi, soit en filigrane soit explicitement, la question qui est posée au long de ce dossier, à travers le temps et les études de cas, est d’ordre ethno-historique : c’est la question du sort fait aux savoirs autochtones dans un complexe de productions écrites principalement européennes sur les réalités naturelles du continent américain.

12On trouvera, dans le dossier ici présenté, une étude générale dont l’amplitude s’étend des débuts de l’époque moderne au xixe siècle, suivie de trois études de cas où sont examinées les publications de voyageurs naturalistes ayant œuvré entre la toute fin du xviiie siècle et les débuts du xixe siècle, et publié dans la première partie du xixe siècle. L’étude globale qui ouvre le volume a pour but d’esquisser à grands traits et de façon incomplète la matière livresque qui relève de cette double thématique du voyage et des sciences de la nature, en Amérique, et plus particulièrement dans l’Empire espagnol des Indes occidentales. Les trois études de cas qui suivent sont consacrées, respectivement, à l’ornithologue Alexander Wilson (Paisley 1766-1813), à Alexander von Humboldt (Berlin, 1769-1859) et ses travaux sur la Nouvelle-Espagne (futur Mexique), ainsi qu’aux écrits de John L. Stephens (New Jersey, 1805-1852), célèbre auteur d’ouvrages sur ses voyages et visites des plus grands sites archéologiques de Mésoamérique.

13Antoine Ventura, dans l’exposé intitulé “Viajeros y naturalistas (s. XV-XIX, Europa-América) o cómo viajar sin precauciones por un tema torrentoso”, évoque tour à tour les principaux auteurs ayant écrit sur leurs voyages vers et dans le continent américain, en particulier dans les Empires espagnol et portugais, et ceux dont les œuvres démontrent qu’ils ont eu, d’emblée, un intérêt pour les spécificités naturelles des contrées conquises, explorées et parcourues. Du couple traditionnel conquérants et missionnaires des débuts de l’époque moderne, on en arrive au profil double du voyageur savant et, souvent, voyageur naturaliste des grandes expéditions organisées au xviiie siècle, par la Grande-Bretagne, la France et l’Espagne. On aperçoit, dès les xvie et xviie siècle, l’importance des Indes dans la reconfiguration culturelle de l’Europe et, en particulier, comment les savoirs américains, notamment médicaux (patrimoine bio-culturel), sont délestés de leurs marques culturelles et intégrés aux savoirs européens ; ce que les approches de Buffon, Linné et leurs nombreux disciples, au siècle des Lumières et par la suite, accentuent encore. Le parcours se termine dans le courant du xixe siècle en se centrant progressivement sur le Mexique – où l’intérêt pour les vestiges archéologiques prend le pas sur l’intérêt pour la nature – et en faisant un double bilan, littéraire et ethno-historique à la fois, sur la variété formelle des publications issues des voyages et des explorations, et sur les effets de la domination multiséculaire de l’Europe sur l’Amérique.

14L’article de Laurence Machet « Nation Building and the place of Native Americans in Alexander Wilson’s American Ornithology » s’interroge précisément sur la place accordée par Alexander Wilson aux savoirs et populations indigènes. Si l’objet avoué de l’ouvrage publié entre 1808 et 1814 est de dresser un inventaire aussi précis que possible de la faune aviaire américaine, le voyageur-auteur utilise également l’histoire naturelle comme vecteur d’un message politique. Les oiseaux, leurs modes de vie ou leurs combats pour défendre un territoire lui permettent, souvent par opposition avec l’Europe, d’évoquer de manière métaphorique les luttes de la jeune république américaine et de définir une identité politique ancrée dans le biologique. L’article s’interroge toutefois sur l’intention fédératrice de cet ouvrage tant les populations amérindiennes semblent au premier abord totalement exclues du portrait du pays que dresse l’auteur.

15L’article de Lee Schweninger, « A Return to Nature’s Order : Indigenous Peoples and the Politics of Alexander von Humboldt’s Political Essay on the Kingdom of New Spain » s’intéresse quant à lui à la manière dont Alexander von Humboldt, écrivant à peu près à la même période qu’Alexander Wilson, présente, par le biais de ses descriptions statistiques et démographiques de la terre, de la flore (y compris des cultures) et des peuples, sa vision des politiques coloniales affectant les peuples indigènes dans son livre Political Essay on the Kingdom of New Spain (1811). L’auteur de l’article soutient que Humboldt combine une approche exclusivement scientifique avec une attitude romantique. L’association de ces deux éléments se solde par ce qui était pour la fin du dix-huitième siècle une vue progressiste et éclairée des peuples indigènes. Le Political Essay de Humboldt appelle à une compréhension plus complète des indigènes Mexicains, incluant leur histoire, leur culture et leur situation vis-à-vis des changements dans leur environnement et dans la nature du lien politique entre eux-mêmes et le gouvernement colonial en Nouvelle Espagne (le Mexique et les États-Unis du sud-ouest en ce temps-là).

16L’intérêt de John L. Stephens, voyageur et diplomate américain, pour les vestiges mayas, dont il retrace la découverte dans Incidents of Travel in Central America, Chiapas, and Yucatan, publié en 1841 puis, deux ans plus tard, dans Incidents of Travel in Yucatan, se double-t-il d’un réel intérêt pour les populations indigènes du Mexique ? C’est une des questions que pose Lionel Larré dans son article « “Snatched from oblivion” : John L. Stephens, wilderness, and Maya history ». Si chez Humboldt le scientifique le dispute au romantique, ce qui a pour résultat une vision plutôt éclairée des populations indigènes rencontrées, le double statut de Stephens, à la fois homme de sciences et homme politique, a-t-il un impact identique sur son traitement des Indiens du Mexique ? Selon l’auteur de l’article, Stephens peine à réconcilier son intérêt pour l’antique civilisation Maya et sa condescendance à l’égard des Indiens qu’il côtoie quotidiennement lors de ses fouilles.

17Dans la section Varia, on trouvera un article de trois collègues mexicains de l’Université Autonome du Yucatán, Mauricio López Barreto, Nayely Melina Reyes Mendoza et Miguel Pinkus Rendón, “Patrimonio biocultural y participación comunitaria en Yucatán : una propuesta para la evaluación de políticas públicas”, portant sur la conception d’un outil d’évaluation des politiques publiques qui s’adressent aux habitants de communautés rurales du Yucatán dans le but de doter lesdits habitants de moyens matériels (semences, outils, animaux) pour les aider à développer une certaine autosuffisance agricole. L’étude d’évaluation interroge l’efficacité du dispositif dans une zone précise, le district de Yaxcabá (environ 15 000 habitants de langue maya, au sud-est de Mérida), et signale la nécessité de prendre en compte les savoirs et traditions locales et d’impulser des dynamiques collectives afin d’assurer une meilleure implication des individus dans le développement de ces programmes et de faire que ces programmes aient, dans le même temps, une dimension écologique de conservation du patrimoine biologique et culturel.

Haut de page

Bibliographie

BERTRAND Michel, VIDAL Laurent (eds). À la redécouverte des Amériques. Les voyageurs européens au siècle des indépendances. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2002.

BLANTON Casey B. The Self and the World. New York : Routledge, 2002.

BUFFON, Georges Louis Leclerc, Comte de. Œuvres Complètes. Paris : Bureau de la Société des Publications Illustrées, 1839.

FOUCAULT Michel. Les Mots et les choses. Paris : Gallimard, 1972.

GOMEZ Thomas. L’invention de l’Amérique. Mythes et réalités de la Conquête. Paris : Aubier, 1992, réédition coll. « Champs Flammarion », 1996.

JIMÉNEZ DE LA ESPADA Marcos [1881-1897]. Relaciones geográficas de Indias : Perú. Madrid : Atlas, 1965 (3 vols.).

MAURO Frédéric. Voyageur et reporter en Amérique au xixe siècle. In Jeanine POTELET, Joseph M. FARRÉ, Mundus Novus. Nouveaux Mondes (xvie-xxe s.). Hommage à Charles Minguet. 229-238.

FRITZELL Peter A. Nature Writing and America: Essays upon a Cultural Type. Ames : Iowa State University Press, 1990.

HOOPER Glenn & YOUNGS Tim (eds). Perspectives in Travel Writing. Aldershots : Ashgate, 2004.

O’GORMAN Edmundo. La idea del descubrimiento de América. Historia de esa interpretación y crítica de sus fundamentos. México : Centro de Estudios Filosóficos, 1951.

MIGNOLO Walter. « Cartas, crónicas y relaciones del descubrimiento y la conquista ». In Luis Iñigo Madrigal (ed.). Historia de la Literatura Hispanoamericana. Tomo I. Época colonial. Madrid : Cátedra, 1982. 57-116.

PIMENTEL Juan. Testigos del mundo. Ciencia, literatura y viajes en la Ilustración. Madrid : Marcial Pons, 2003.

POTELET Jeanine, FARRÉ Joseph M. (eds). Mundus Novus. Nouveaux Mondes (xvie-xxe s.). Hommage à Charles Minguet. Nanterre : Alca XX, 1993.

PRATT Mary Louise. Imperial Eyes – Travel Writing and Transculturation. New York : Routledge, 1992.

SIEGEL Kristi (ed.). Issues in Travel Writing: Empire, Spectacle and Displacement. New York : Peter Lang, 2002.

YOUNGS Tim. Cambridge Introduction to Travel Writing. Cambridge : Cambridge University Press, 2013.

Haut de page

Notes

1 Paru pour la première fois, en 1735, sous le titre Systema Naturae, sive, Regna tria naturae systematice proposita per classes, ordines, genera, & species (Leiden, Apud Theodorum Haak, Ex Typographia Joannis Wilhelmi de Groot) et dont le but était de créer de l’ordre là où auparavant régnait le chaos de la nature et des dénominations diverses.

2 Mary Louise Pratt définit ainsi le concept : « the strategies of representation whereby European bourgeois subjects seek to secure their innocence in the same moment as they assert European hegemony » (Pratt : 7).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Machet et Antoine Ventura, « Introduction », ELOHI, 9 | -1, 3-8.

Référence électronique

Laurence Machet et Antoine Ventura, « Introduction », ELOHI [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/elohi/975

Haut de page

Auteurs

Laurence Machet

EA 4196 CLIMAS, EA 3656 AMERIBER, Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Antoine Ventura

EA 4196 CLIMAS, EA 3656 AMERIBER, Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUB-CLIMAS

Haut de page
  • Logo Université Bordeaux Montaigne
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Climas (Cultures et Littératures des Mondes Anglophones)
  • Logo Ameriber (Amérique latine, Pays ibériques)
  • Logo Institut des Amériques
  • OpenEdition Journals