Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Introduction

Introduction

« La démangeaison d’écrire »1
Marie-Gabrielle Lallemand et Miriam Speyer
p. 7-14

Texte intégral

  • 1 La critique de la « démangeaison d’écrire » apparaît dans diverses œuvres de la seconde moitié du X (...)

1Entre le moment où ce numéro a été programmé et le moment de sa publication, Alain Viala est décédé. Avant tout, nous tenons ici à lui rendre hommage, lui dont les travaux nous sont toujours d’un grand profit intellectuel. Ceux-ci, dont certains déjà anciens, sont toujours actuels. Somme toute, il est pour nous un classique : ses travaux ont contribué à notre formation et, à notre tour, nous en recommandons la lecture à nos étudiants.

  • 2 Édition citée dans l’ensemble de cette introduction : Alain Viala, Naissance de l’écrivain : sociol (...)

2Comme on le sait, dans Naissance de l’écrivain2, son analyse de l’émergence du premier champ littéraire, grâce à l’apparition d’un public autre que celui des clercs et de la Cour, « public élargi », pour reprendre ses termes, l’a amené à distinguer parmi les écrivains, d’une part les « occasionnels » et les « amateurs » et d’autre part, les « professionnels ». Les occasionnels sont ceux qui « ne deviennent auteurs qu’à l’occasion d’une autre activité sociale » (p. 179), que ce soit un avocat qui publie un traité de jurisprudence, un religieux qui publie des ouvrages de piété ou un mondain qui publie des œuvres pour le divertissement du salon qu’il fréquente. Les amateurs, eux, ne font pas de la littérature le fondement de leur activité sociale mais s’en approprient le prestige. Ce faisant, ils jouissent des avantages que leur octroie leur talent sans subir les inconvénients liés à la profession littéraire. Ils ont de plus grandes compétences littéraires que celles des occasionnels et donnent des œuvres de plus d’importance : « Ils “ont du métier”, même s’ils ne traitent pas la littérature comme un métier » (p. 181). Comme l’amateurisme jouit d’un grand prestige, nombre d’écrivains de profession en adoptent les signes, récusant leur professionnalisme.

3Alain Viala dans cet ouvrage a mis en lumière l’intérêt de textes qui, alors qu’une transformation profonde des belles-lettres s’opère, sont écrits par les tenants des partis qui s’opposent, comme la Nouvelle allégorique ou Histoire des derniers troubles arrivés au Royaume d’éloquence d’Antoine Furetière, Le Parnasse réformé et La Guerre des auteurs anciens et modernes de Gabriel Guéret, dont les titres annoncent que cette transformation est perçue de manière très conflictuelle dans le tout petit monde que constituent ceux qu’intéressent alors les belles-lettres. Une mutation majeure est advenue au tournant du siècle : un « Parnasse réformé » est apparu, ainsi le qualifie Gabriel Guéret, un « nouveau Parnasse » dont les Muses sont galantes, pour reprendre les mots de Charles Sorel (« Le nouveau Parnasse ou les Muses galantes », Œuvres diverses ou discours mêlés), et pour renvoyer au travail de Delphine Denis sur la catégorie littéraire « galante » qui s’institue (Le Parnasse galant. Institution d’une catégorie littéraire au XVIIe siècle, Paris, H. Champion, 2001). Un nombre important des auteurs du nouveau Parnasse sont, en effet, des occasionnels et des amateurs, qu’ils le soient ou qu’ils se prétendent tels.

*

4Les articles rassemblés dans le présent numéro d’Elseneur entrent en dialogue avec les recherches d’Alain Viala, parfois explicitement, parfois implicitement mais toujours effectivement, comme on le verra en les lisant. Sous le titre de ce numéro, Pratiques d’amateurs, se trouvent rassemblées des études d’œuvres dont les auteurs sont des occasionnels ou des amateurs, selon la typologie établie dans Naissance de l’écrivain. Le cas de Samuel Chappuzeau est particulier : il écrit pour vivre mais se distingue en tant que polygraphe tant sont divers les textes qu’il publie, dont les prêches qui paraissent en 1657, quoiqu’il ne soit ni pasteur ni théologien, qui sont ici étudiés par Christabelle Thouin-Dieuaide pour qui Chappuzeau est « un professionnel de l’amateurisme ».

  • 3 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye – Rotterdam, A. et R. Leers, 1690 ; « Celui qui (...)

5Certains d’entre ces amateurs ne sont pas connus en tant qu’auteurs, comme Mme de Maintenon, certains même sont anonymes comme les auteurs des nouvelles du Mercure galant. Leur situation est d’une grande variété, qui va de l’éclat de la très haute noblesse, avec la Grande Mademoiselle, à l’obscurité sociale des anonymes du Mercure galant. Certains ont été publiés avec succès de leur vivant, à son corps défendant pour Bussy-Rabutin, ils sont alors devenus « auteurs » selon l’acception prise par le mot au XVIIe siècle (« en fait de Littérature, se dit de tous ceux qui ont mis en lumière quelque livre. Maintenant on ne le dit que de ceux qui en ont fait imprimer », Furetière, Dictionnaire universel3), d’autres l’ont été plus tardivement, comme Tallemant des Réaux ou Peiresc. Si certains se sont satisfaits d’être des auteurs occasionnels ou amateurs, d’autres ont entrepris d’acquérir reconnaissance sociale ou gains financiers, ou encore les deux, par leurs écrits. Ils y sont parvenus, c’est le cas de Charles-Claude Genest, qui écrit pour les Divertissements de Sceaux (Claudine Nédelec), ou ont échoué, comme Mme de La Calprenède, qui a cependant signé de son nom, à l’instar d’une professionnelle des lettres, Les Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane (Nathalie Grande). L’amateurisme noble au XVIIe siècle, toutefois, comme le montre Yohann Deguin à partir de l’examen de deux cas, celui de la Grande Mademoiselle et de Bussy-Rabutin, va de pair « avec une pratique toujours plus appliquée de l’écriture ». Dans le cas de ces aristocrates, il n’exclut pas l’ambition littéraire, la constitution d’une œuvre, le désir d’approbation et de reconnaissance.

  • 4 Sur le sujet, voir l’ouvrage de Delphine Denis mentionné plus haut.

6Comme le rappellent les exemples aussi divers que ceux de Mme de La Calprenède (Nathalie Grande), de Mme de Maintenon (Anne Boiron), de Bussy-Rabutin, d’Anne Marie Louise d’Orléans (Yohann Deguin), l’amateur ne se spécialise pas mais pratique les genres les plus divers, avec une prédilection pour les genres que l’on a qualifiés de « mondains »4. La lettre est l’un d’eux, mais elle est aussi une pratique ordinaire des humanistes. Le savant Nicolas-Claude Fabri de Peiresc est un épistolier prolixe. Comme le montre Julien Gominet-Brun, Peiresc, quel que soit le sérieux avec lequel il organise ses expérimentations scientifiques, en rend compte en amateur. Loin de chercher à composer une œuvre savante, il privilégie les formes autrement plus souples de la lettre et la relation, dans lesquelles il agrémente les observations scientifiques de son propre style, amusé, plaisant, romancé parfois. Sa pratique de l’écriture épistolaire s’inscrit en effet « dans un espace culturel hybride, à la croisée du monde savant et de la société mondaine ».

7Le choix du manuscrit, de la correspondance notamment, garantit à l’œuvre une diffusion plus confidentielle. Il maintient encore son auteur dans le statut de personne privée, à l’abri du reproche d’une quelconque prétention auctoriale. Le mode de diffusion de l’œuvre a en effet partie liée avec le statut de son scripteur : l’amateur veut contrôler la diffusion, de là le refus de l’impression, ce que fait Tallemant des Réaux pour ses Historiettes (Lilia Coste), et le choix de la circulation limitée aux happy few du manuscrit, ou le choix d’une diffusion confidentielle de l’imprimé dans le cas d’Anne Marie Louise d’Orléans.

  • 5 Les Isles Le Bas, L’Apollon français, ou l’Abrégé des règles de la poésie française, Rouen, J. Cour (...)

8Les amateurs sont encore des « Curieux »5, pour qui la composition est un divertissement, voire un délassement pour vaincre l’oisiveté. Il est par exemple connu depuis longtemps que les mémoires de la Grande Mademoiselle, de Bussy ou encore de Retz, sont (aussi) les produits du désœuvrement du disgracié. Mais, comme le souligne Claudine Nédelec, le jeu théâtral est proprement une pratique de société importante dès le XVIIe siècle, et nul besoin d’être comédien professionnel pour figurer jusque dans les tragédies les plus fameuses du temps, dont Polyeucte ou La Marianne. Le théâtre amateur, montre-t-elle de plus, est encore une ressource pour la fiction comique. Curieux créatifs en effet que ces dramaturges de fiction que sont Cléante dans Le Bourgeois gentilhomme ou Anselme et Hircan dans Le Berger extravagant qui partent de la folie des extravagants pour la transformer, pour ces derniers, en réalité vécue.

9Il est aussi question de la frontière entre le réel et la fiction dans l’article de Marie-Gabrielle Lallemand qui montre que les nouvelles et histoires publiées dans le Mercure galant relèvent pleinement de la fiction du non-fictif. Les contributeurs du périodique, parisiens, provinciaux, étrangers, transforment leur vécu en narration, dont la part d’histoire factuelle et celle de fiction sont indissociables. Le Mercure galant, périodique dans lequel les lecteurs sont explicitement appelés à contribuer, est un support de diffusion parfaitement adapté aux productions des occasionnels et des amateurs. L’effervescence du public est même si importante que l’éditeur publie entre 1678 et 1685 quatre Extraordinaires par an, composés exclusivement de productions qui lui ont été envoyées.

*

10Se pose la question de la valeur à accorder à ce genre de productions, particulièrement si elles sont imprimées. Le jugement de l’abbé de Villiers dans les Entretiens sur les contes de fées (1699) est sans appel :

  • 6 Pierre de Villiers, Entretiens sur les contes de fées, p. 61-62.

Le Parisien : Il y a à Paris une infinité de poètes qui se destinent à travailler pour le théâtre sans avoir jamais appris les règles du poème dramatique, et sans vouloir les apprendre.
Le Provincial : On en voit aussi dans la province. Il y a actuellement auprès de chez moi un commis des Aides qui travaille à une tragédie : ce commis n’a jamais étudié que l’arithmétique ; il se croit pourtant capable de faire une pièce de théâtre, parce qu’il a lu, et qu’il sait peut-être par cœur deux ou trois pièces de théâtre6.

  • 7 Jean-Charles Monferran, L’École des Muses…, p. 294.
  • 8 A. Phérotée de La Croix, L’Art de la poésie française, Lyon, T. Amaulry, 1675, « Préface », n. p.
  • 9 Michel de Mourgues, Traité de la poésie française, Paris, G. de Luyne, 1685, « Préface », n. p.
  • 10 Les Isles Le Bas, L’Apollon français…, cité par Jean-Charles Monferran dans L’École des Muses…, p.  (...)
  • 11 Voir par exemple « Lettre sur la poésie française » (janvier 1704), « Discours, dans lequel on fait (...)

11Mais si l’exemple de la tragédie, genre noble par excellence, est sans aucun doute frappant, il apparaît que les amateurs sacrifient plus souvent à des formes moins prestigieuses, et moins exigeantes. Parmi les pièces en vers, le bout-rimé est pratiqué par ces « versificateurs », terme fréquemment utilisé pour qualifier les auteurs de pièces poétiques de piètre qualité. Or, comme le remarque Miriam Speyer, les amateurs ne se servent pas de la seule contrainte des rimes, mais recourent volontiers à un moule compositionnel particulier, qui met véritablement la composition de sonnets en alexandrins à la portée de tous. Cet amateurisme tous azimuts s’accompagne d’un mouvement de vulgarisation par la production notable d’ouvrages didactiques dans les domaines de la rhétorique et de la poétique. Jean-Charles Monferran observe dans L’École des Muses que les arts poétiques du XVIIe siècle se distinguent par leur « caractère didactique et prescriptif »7. Cette évolution, dont on trouve des signes dès les années 1620, s’accentue dans le dernier tiers du siècle. Elle confirme à quel point la production littéraire amatrice est alors une réalité, mais constitue également une tentative de réguler une pratique qui risquerait de devenir par trop anarchique. Aussi Phérotée de La Croix entend-il donner « au Public »8 un abrégé des règles principales de la poésie française. L’abbé Michel de Mourgues destine son Traité de la poésie française (1685) explicitement à la « jeunesse qui n’a encore presque point de lecture, & en particulier [à] la jeunesse de la Province »9. Les Isles Le Bas, dans L’Apollon français (1674), vise, quant à lui, à « faciliter aux Curieux & donner à connoistre mesme au sexe feminin le veritable usage »10 de la poésie. En même temps, des textes explicatifs apparaissent aussi dans le Mercure galant. Contrairement aux traités cependant, ces précis poétiques empruntent volontiers des formes plus souples, comme la lettre ou le discours, et des registres moins sérieux, voire badins, comme la satire ou le voyage allégorique11. Dans ce périodique, qui s’appuie sur la production amatrice jusqu’à en faire son modèle économique, voisinent ainsi productions d’amateurs et productions pour amateurs (en herbe), une caractéristique qui fait que le Mercure peut être considéré comme le lieu de publication privilégié de la littérature et des pratiques galantes d’occasionnels et d’amateurs.

  • 12 Christophe Schuwey, Un entrepreneur des lettres au XVIIe siècle. Donneau de Visé, de Molière au “Me (...)

12Donneau de Visé est un « professionnel des lettres », pour reprendre la périphrase par laquelle le désigne Christophe Schuwey12, qui tantôt publie des œuvres personnelles ou écrites en collaboration avec Thomas Corneille, tantôt publie les œuvres de contributeurs dans le Mercure galant, périodique qui succède aux recueils collectifs pour la publication des œuvres d’auteurs non professionnels (Alain Viala, Naissance de l’écrivain, p. 124-132 : « Aux origines de la presse »). Au cours du siècle, alors que le nouveau Parnasse galant détrônait l’ancien, une modification corollaire s’effectuait dans le marché de la librairie, qui, à la fin du siècle, a amené l’abbé de Villiers à se déchaîner contre les productions des amateurs, renvoyant cette fois aux auteurs qui n’ont pas les compétences requises pour publier des livres de qualité. C’est que « la rétribution des auteurs par les libraires ne tenait pas compte de la hiérarchie des genres » (Alain Viala, Naissance de l’écrivain, p. 104). C’est bien ce que déplore l’abbé de Villiers. Le livre à succès, le livre qui fait recette et que recherchent les libraires n’est plus le réceptacle d’un savoir détenu par un auteur qui consacre sa vie à la science, mais un objet qui se vend et dont la valeur n’est plus que marchande. Le reproche n’est pas nouveau, on le trouve notamment dans l’Art poétique de Boileau, lequel, confiant dans le mécénat d’État, accable ceux qui d’« un art divin » font « un métier mercenaire » (chant IV, v. 132). Mais, dans les Entretiens, particulièrement dans le cinquième (« Sur les moyens dont on se sert pour faire valoir et débiter les livres qui ne peuvent se soutenir par eux-mêmes »), sont inventoriées avec une précision de spécialiste du marketing les techniques utilisées pour engager les lecteurs à l’achat de livres-marchandises (titres et tables des matières attrayants, divulgation véritable ou supposée de l’actualité scandaleuse, qualité du papier et de l’impression, recours aux illustrations, publicité par voie d’affiches, ciblage du public féminin, remise en circulation passant pour une réédition), avec, toujours, la conviction sous-jacente qu’un livre fait pour être un succès commercial ne peut être qu’un mauvais livre, insupportable aux lecteurs qui ont du goût et de la culture, un jugement qui aura la vie longue.

*

  • 13 René Le Pays, Amitiés, amours et amourettes, « Au lecteur », n. p.

13À travers le personnage d’Oronte dans le Misanthrope, Molière fait rire de ces amateurs poètes, qui « par la seule démangeaison […] de [s’]ériger en Autheur »13, importunent leur entourage avec force de petites pièces en vers ou en prose. Le dramaturge rend ainsi compte, par la satire, d’une pratique répandue dans la « France galante ». Mais, comme les précieuses, tous les amateurs ne sont pas ridicules, et leurs œuvres méritent notre intérêt.

Haut de page

Notes

1 La critique de la « démangeaison d’écrire » apparaît dans diverses œuvres de la seconde moitié du XVIIe siècle. C’est ainsi que, dans Le Misanthrope [1666], Alceste met en garde Oronte contre les « démangeaisons qui nous prennent d’écrire » (I, 2, v. 346), que, dans le « Dialogue de la Rime & de la Raison » (Mercure galant, décembre 1678), la Rime se plaint que « dans leur démangeaison […] rien ne […] réprime » les versificateurs du temps, et que le Parisien, dans les Entretiens sur les contes de fées de l’abbé de Villiers, fustige l’ignorance de ceux que « la démangeaison d’écrire » pousse à écrire sur « toutes sortes de sujets » sans en entendre aucun (Paris, J. Collombat, 1699, p. 43). Quant à René Le Pays, il avoue, dans l’« Au lecteur » d’Amitiés, amours et amourettes, souffrir lui-même de cette « démangeaison […] de [s’]ériger en Autheur » (Paris, C. de Sercy, 1665, n. p.) qui est la raison pour laquelle il donne ses ouvrages au public.

2 Édition citée dans l’ensemble de cette introduction : Alain Viala, Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985. La pagination sera donnée entre parenthèses à la suite des citations.

3 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye – Rotterdam, A. et R. Leers, 1690 ; « Celui qui a composé quelque Livre imprimé », Pierre Richelet, Dictionnaire français, Genève, J.-H. Widerhold, 1680.

4 Sur le sujet, voir l’ouvrage de Delphine Denis mentionné plus haut.

5 Les Isles Le Bas, L’Apollon français, ou l’Abrégé des règles de la poésie française, Rouen, J. Courant, 1674, cité par Jean-Charles Monferran dans L’École des Muses. Les arts poétiques français à la Renaissance (1548-1610) : Sébillet, Du Bellay, Peletier et les autres, Genève, Droz, 2011, p. 297.

6 Pierre de Villiers, Entretiens sur les contes de fées, p. 61-62.

7 Jean-Charles Monferran, L’École des Muses…, p. 294.

8 A. Phérotée de La Croix, L’Art de la poésie française, Lyon, T. Amaulry, 1675, « Préface », n. p.

9 Michel de Mourgues, Traité de la poésie française, Paris, G. de Luyne, 1685, « Préface », n. p.

10 Les Isles Le Bas, L’Apollon français…, cité par Jean-Charles Monferran dans L’École des Muses…, p. 297.

11 Voir par exemple « Lettre sur la poésie française » (janvier 1704), « Discours, dans lequel on fait voir l’utilité & la nécessité de la rhétorique » (juillet 1706), « La défense des bouts-rimés » (mai 1695) ou encore « De l’origine de la poésie » (Extraordinaire du Mercure galant, octobre 1684), etc.

12 Christophe Schuwey, Un entrepreneur des lettres au XVIIe siècle. Donneau de Visé, de Molière au “Mercure galant”, Paris, Classiques Garnier, 2020.

13 René Le Pays, Amitiés, amours et amourettes, « Au lecteur », n. p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Gabrielle Lallemand et Miriam Speyer, « Introduction »Elseneur, 38 | 2023, 7-14.

Référence électronique

Marie-Gabrielle Lallemand et Miriam Speyer, « Introduction »Elseneur [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/elseneur/1393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elseneur.1393

Haut de page

Auteurs

Marie-Gabrielle Lallemand

Université de Caen Normandie

Marie-Gabrielle Lallemand, professeure de littérature française à l’université de Caen Normandie, spécialiste du XVIIe siècle, travaille plus particulièrement les narrations fictionnelles en prose, et plus particulièrement encore les longs romans. Elle a publié sur le sujet un ouvrage de synthèse en 2013 (à Paris, chez Classiques Garnier), Les Longs Romans du XVIIe siècle (Urfé, Desmarets, Gomberville, La Calprenède, Scudéry), ainsi que de nombreux articles.

Articles du même auteur

Miriam Speyer

Université de Rouen Normandie

Docteure en langue et littérature françaises, Miriam Speyer est professeure agrégée à l’université de Rouen Normandie. Après sa thèse, consacrée aux recueils collectifs de poésie au XVIIe siècle, ses recherches, d’un angle plus stylistique, portent sur les stratégies de composition des petites pièces galantes de cette époque. Elle s’intéresse également aux échanges culturels entre la France et l’Allemagne galantes dans le dernier tiers du XVIIe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search