Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Des bottes de sept lieues pour le...

Des bottes de sept lieues pour le Parnasse ?

Réflexions autour du bout-rimé dans la seconde moitié du XVIIe siècle
Seven League Boots for Parnassianism? Thoughts about Bouts-Rimés Poetry in the Second Half of the 17th Century
Miriam Speyer
p. 65-82

Résumés

En tant que jeu poétique, le sonnet en bouts-rimés est une forme prédestinée à la composition amatrice. Au cours du dernier tiers du siècle, son attrait augmente encore par la mise en place de concours et prix, souvent promus par le Mercure galant. L’article montre que nombre de poètes occasionnels, en plus de composer leur pièce avec les rimes imposées, empruntent volontiers un moule préconfiguré. Si celui-ci, d’une simplicité frappante, ne permet guère de remporter les prix, il semble une voie sûre pour composer des sonnets et des alexandrins réguliers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Élite des bouts-rimés de ce temps, Paris, au Palais, 1649, « Advis au lecteur », n. p.
  • 2 Mercure galant, mars 1695, p. 14.
  • 3 Jean-François Sarasin, « Dulot vaincu, ou la défaite des bouts-rimés », in Les Œuvres de Monsieur S (...)

1Le sonnet en bouts-rimés fait l’objet d’appréciations diverses au XVIIe siècle. Il est tantôt valorisé comme offrande indispensable pour être « bien receu chez les Dames »1 ou comme source des « plus belles pensées [de] l’Esprit »2, tantôt condamné comme rejeton du « Royaume des fous »3 ou passe-temps pour les nuls. Mais en dépit même des jugements les plus négatifs, il est amplement pratiqué et imprimé au cours du siècle. La troisième partie des Poésies choisies (1656) se clôt par exemple sur la série des vingt-cinq bouts-rimés sur la mort du perroquet de Mme du Plessis-Bellière, dans le troisième tome du Recueil de pièces galantes en prose et en vers (recueil dit « La Suze-Pellisson ») de 1668 se succèdent trente-sept sonnets de cette facture et le siècle voit la publication d’au moins deux recueils spécialisés, L’Élite des bouts-rimés de ce temps en 1649 et le Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume sur les bouts-rimés “Pan, Guenuche, &c.” en 1683.

  • 4 Voir Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume sur les bouts-rimés “Pan, (...)

2La manière dont ces productions sont présentées change au fur et à mesure que le siècle avance. Tandis que L’Élite des bouts-rimés (1649) recueille des textes d’auteurs renommés du temps – sur la page de titre, on lit les noms de Tristan, Benserade, Sarasin ou Boisrobert –, les bouts-rimés dans le recueil « La Suze-Pellisson » de 1668 sont tous anonymes. C’est aussi le cas de nombreux poèmes du Recueil de sonnets de 1683. D’autres, dans cette même publication, portent des signatures qui, en plus du nom, précisent aussi la fonction et / ou la ville des auteurs, comme « Montaoui, Doyen des Conseillers au Presidial de Toulouse », « L. Delaistre, Avocat au Parlement », « De Trossy, Chanoine de Senlis » ou « Girault le jeune, de Paris »4. Les poésies sont ainsi présentées explicitement comme des productions d’auteurs occasionnels. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, le sonnet en bouts-rimés devient, en raison même des contraintes qui le régissent, une forme appréciée et pratiquée par les amateurs.

Le sonnet en bouts-rimés, une forme pour les amateurs

  • 5 Sur la date de la mort du perroquet et la vague de sonnets que cette circonstance a fait naître, vo (...)
  • 6 Poésies choisies, III, Paris, C. de Sercy, 1656, p. 374 (mes italiques). À propos de la mode des so (...)
  • 7 Jean-François Sarasin, « Dulot vaincu, ou la défaite des bouts-rimés », p. 133.

3La publication imprimée de la série de bouts-rimés sur la mort du perroquet dans la troisième partie des Poésies choisies (recueil dit « Sercy en vers ») en 1656 est annoncée doublement. L’avis « Au lecteur » la présente comme un argument de vente, et pour cause : la fin de l’année 1653 a vu un engouement pour la composition de sonnets sur les rimes chicane, capot, pot, soutane5… Ce sont proprement ces sonnets qui ont donné lieu peu après à la composition, par Sarasin, du « Dulot vaincu », poème héroï-comique contre les bouts-rimés. La lettre « À M. D. » qui introduit la série dans le recueil de Sercy rappelle l’effervescence produite par le jeu poétique : « Monsieur, je vous envoye ce sonnet en Bout-rimé pour vous convier d’en faire un sur le mesme subjet, toute la Cour & tout Paris en a faict […] »6. Un ensemble de sonnets porte certes la signature de poètes dont on trouve d’autres pièces dans le recueil, dont Cebret, Benserade ou Boisrobert, mais le « sonnet en blanc »7 attire dès 1653 (aussi) les amateurs ou, comme le note l’épistolier, « tout Paris ».

  • 8 Mercure galant, avril 1694, p. 114.
  • 9 Entre 1694 et 1704, le Mercure galant publie chaque année au printemps (entre janvier et avril) les (...)

4Au cours du dernier tiers du siècle, le statut du bout-rimé comme forme à destination des amateurs se confirme. L’assemblée des Lanternistes de Toulouse propose annuellement un prix « à celuy qui aura mieux remply des Bouts-rimez »8. Dès la seconde année de son existence, ce prix est annoncé dans le Mercure galant, qui publie également le(s) sonnet(s) primé(s)9. À l’occasion de la première publication dans le périodique, le rédacteur de l’annonce attire l’attention sur le fait qu’un bout-rimé réussi ne requiert pas un talent poétique particulier, mais simplement un peu d’application :

  • 10 Mercure galant, avril 1694, p. 118-119 (mes italiques).

Tout devient aisé par l’application. Ce n’est qu’à force de travail, & à la sueur de l’esprit, s’il est permis d’user de ce terme, qu’on peut venir à bout de toute sorte de Poësie. Les difficultez qu’on y trouve, ne viennent que du penchant que l’on a à ne pas se peiner10.

  • 11 Voir l’Extraordinaire du Mercure galant, quartier de janvier 1682 (t. 17), p. 224-225, ainsi que le (...)

Une dizaine d’années plus tôt, un prix similaire donne lieu à la publication, en janvier 1683, du Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume sur les bouts-rimés “Pan, Guenuche, &c.”. Plusieurs annonces et commentaires sont publiés dès l’année précédente dans le Mercure, qui en imprime aussi certains sonnets11.

  • 12 « Au reste comme cecy a été écrit pour une jeunesse qui n’a encore presque point de lecture, & en p (...)
  • 13 Ibid., p. 150.

5Plusieurs textes théoriques de cette époque présentent le bout-rimé comme forme adaptée pour les poètes peu expérimentés. Dans son Traité de la poésie française (1685) destiné explicitement aux débutants12, l’abbé de Mourgues décrit le bout-rimé de manière quelque peu dépréciative comme un exercice pour les « petits versificateurs »13. Quelques années plus tard en revanche, la forme se voit érigée en voie royale pour l’apprentissage de la poésie. La Fèvrerie écrit dans « La Deffense des Bouts-rimez », publiée dans le Mercure galant :

  • 14 Mercure galant, mai 1695, p. 139-141 (mes italiques).

Tout le monde n’a pas de genie pour les Impromptu ; […] mais pour remplir des Bouts-rimez il ne faut qu’un peu d’esprit & de feu d’imagination, & sçavoir la mesure des Vers, on fait un Sonnet dans un moment. […] C’est mesme un fort bon moyen pour apprendre à faire des Vers & à composer juste, parce qu’on apprend par là tout d’un coup la rime, la mesure du Vers, & la suite, & la liaison du discours, sans parler de la composition du Sonnet, qui de tous les petits Poëmes est le plus ingenieux, & le plus difficile. Les Bouts-rimez en sont comme le canevas, & quand ils sont bien disposez, cela donne une grande facilité pour en faire un bon14.

  • 15 Voir à ce sujet Kim Gladu, La Grandeur des petits genres. L’esthétique rococo à l’âge de la galante (...)
  • 16 Sur les rimes pan, guenuche, etc., voir par exemple le Mercure galant de mai 1682, p. 38-45 ; sur l (...)
  • 17 Mercure galant, juillet 1682, p. 13-23.

6Et ce sont en effet des amateurs qui exercent leur veine poétique à travers cette forme15, en témoignent notamment les productions dans le recueil de 1683, certains sonnets en bouts-rimés compris dans le Mercure16 ou encore la « Lettre de la Lorraine Espagnolete »17, une lectrice de Besançon qui relate sa décision de composer elle-même un bout-rimé, qu’elle joint à son envoi.

Des bouts-rimés « médiocres » : le sonnet à l’infinitif

  • 18 Dans le Mercure, on trouve d’elle une énigme (juin 1679, p. 311-312) ainsi que trois lettres-relati (...)

7L’épistolière est une amatrice. Si son nom apparaît à plusieurs reprises dans le Mercure galant entre 1679 et 168218, la plupart de ses compositions sont en prose, et elle n’est jamais présentée comme femme de lettres professionnelle. Dans sa lettre sur les bouts-rimés, la dernière à être signée de son nom dans le périodique, elle souligne de plus son statut d’autrice occasionnelle.

8Après avoir relaté comment elle a eu connaissance d’un concours de bouts-rimés au sujet du jugement de Pâris sur les rimes annexe, turbot, convexe, sabot, etc., elle annonce qu’elle va joindre plusieurs poèmes à son envoi et précise :

  • 19 Mercure galant, juillet 1682, p. 15-16 (mes italiques).

Le premier des deux Sonnets […] sur les mesmes Rimes, est à la gloire du Roy. […] J’ay mieux aimé travailler sur ce grand Sujet, que de m’appliquer à celuy que l’on avoit proposé pour la Médaille. La satisfaction que l’on a de réüssir dans l’un, a je-ne-sçay-quoy qui flate beaucoup plus que la récompense que l’on promet pour l’autre. Une Fille doit ignorer la signification du mot de Paralaxe. Je me le suis fait expliquer. L’on m’a dit qu’il marquoit la diférence qu’il y a entre les Astres, pour leur élevation ; & que celuy qui faisoit le moins de paralaxe, estoit le plus élevé. C’est ce qui m’a donné lieu d’appliquer ce mot au Soleil, qui fait le corps de la Devise du Roy19.

Son propre sonnet suit :

  • 20 Ibid., p. 17-18.
SONNET EN BOUTS-RIMEZ, A la gloire du Roy.
Avoir joint à la France Annexe sur Annexe,
Ouvrir entre deux Mers un passage au Turbot,
Porter son nom plus haut que l’étoillé Convexe,
Rendre heureux ses Sujets jusqu’aux Portes- Sabot ;
Estre adoré par tout de l’un & l’autre Sexe,
Mieux manier un Dard, que l’Ouvrier son Rabot ;
Exercer un pouvoir, qui jamais ne nous vexe,
Bannir de ses Etats le destin de Nabot ;
C’est estre ce Soleil qui luit sans paralaxe,
Ce Roy qu’on louë en tout, que jamais on ne taxe,
Qui fait cueillir en paix l’Olive & le Verjus.
Héros, qui n’aimes point une gloire postiche,
Pendant que tes Voisins sont presque tous en friche,
L’Abondance est chez Toy, d’Ypres jusqu’à Fréjus20.

9La composition sépare nettement les quatrains du sizain. Les huit premiers vers commencent tous par un infinitif suivi de la complémentation verbale et éventuellement d’un complément circonstanciel (CC). Il arrive qu’une expansion du nom (voir la relative au v. 7) ou une comparaison (v. 3 et 6) s’y ajoutent. Ces syntagmes régis par l’infinitif occupent tous un alexandrin entier, sont syntaxiquement indépendants les uns des autres et constituent une énumération. Leur fonction syntaxique devient claire au début du sizain : avec les vers 9-11, ils forment une structure pour établir l’équivalence entre deux éléments selon le modèle X, c’est Y. L’ensemble ressemble à la structure emphatique de la dislocation, dans laquelle les deux quatrains constituent l’antécédent du pronom démonstratif ce : les vers 1-8 énumèrent des qualités qui sont présentées, dans les vers 9-11, comme constitutives du roi parfait. Le sonnet se clôt par une apostrophe directe au souverain qui souligne encore la tonalité élogieuse du poème.

10La structure syntaxique et poétique du sonnet de cette lectrice de Besançon est particulièrement simple. Les vers des quatrains n’entretiennent pas de lien syntaxique entre eux, chaque vers correspond à un syntagme complet. L’introduction de « c’est » à l’attaque du vers 9 marque une rupture syntaxique, qui coïncide parfaitement avec la rupture entre les quatrains et le sizain que prévoit la forme poétique du sonnet. Dans le sonnet de la Lorraine Espagnolete, on observe une facilité supplémentaire. Les vers 9-14 ne forment pas un sizain, mais se composent de deux tercets indépendants l’un de l’autre tant d’un point de vue syntaxique que d’un point de vue énonciatif. La pièce apparaît ainsi comme le résultat d’un véritable jeu modulaire, dont, en fonction de la forme poétique visée, on peut retrancher ou ajouter des vers à plaisir.

11En 1682, le sonnet en bouts-rimés de la Lorraine Espagnolete n’est pas le premier à suivre une telle structure, et il ne sera pas le dernier. Une recherche dans le Mercure galant et dans les recueils collectifs de poésies de la seconde moitié du XVIIe siècle – avant la fondation du périodique en 1672, ces compilations représentaient le lieu de choix pour la publication imprimée de productions de poètes occasionnels –, permet de constater que ce « sonnet-définition » à l’infinitif (infinitifs à l’attaque des vers 1-8, réinterprétation / définition à l’aide d’une structure emphatique dans le sizain) fournit le canevas pour nombre de bouts-rimés.

12Le Recueil de pièces galantes de 1668 reproduit un ensemble de sonnets sur les rimes bivouac, Affrique, musique, mic mac… Le deuxième tome de ce recueil contient un sonnet dont la structure est quasi identique à celle employée par la Lorraine Espagnolete :

  • 21 Recueil de pièces galantes en prose et en vers, II, Paris, G. Quinet, 1668, p. 173 (mes italiques). (...)
Estre un Soleil en paix, un Mars au bivouac,
Vaincre plus promptement qu’un Scipion d’ Affrique,
Regler mieux son Estat qu’un papier de Musique,
Avoir de la franchise & sçavoir le mic mac.
Establir le commerce au païs du Tabac,
Conduire ses projets selon la Politique
Rendre d’or & d’azur ce qu’on trouve de brique,
Se faire aimer ab hoc, & desirer ab hac.
Donner au mal extréme un extréme remede,
Choisir mieux tous ses gens que Jupin Ganimede,
Parler juste, & n’avoir quolibet ny rebus,
Reduire les traittans à manger leur esclanche,
C’est le portrait d’un Roy qui nâquit le Dimanche,
Prés duquel d’autres Rois sont des Rois de bibus21.

Dans ce poème, l’énumération des qualités à l’infinitif s’étend même au-delà des quatrains, tandis que leur interprétation, et attribution au souverain, est retardée et n’intervient qu’au treizième vers.

13Il arrive que les auteurs introduisent de légères variations, comme on l’observe par exemple dans les bouts-rimés recueillis par Mignon. Ainsi le sonnet suivant, anonyme, redouble l’interprétation par « c’est » :

  • 22 Il s’agit de la ville de Laon.
  • 23 Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume…, p. 7 (mes italiques). Pour d’ (...)
Estre plus fier qu’Alcide, & craint que le Dieu Pan,
Enchaîner l’heresie ainsi qu’une Guenuche
Destruire en ses Estat l’empire de Satan,
Regner également sous le fer, sous la pluche.
Voir cent peuples liguez plus timides qu’un Fan,
Paroistre moins encor que des esseins de ruche,
Voir l’Univers entier aussi soûmis que Lan22,
Et l’Aigle enfin reduit à voler en Autruche.
C’est d’un Roy qui peut tout, à qui de vaincre est hoc,
A qui tout l’Orient doit estre un jour sans troc ;
La Gloire luy consacre & son Temple & sa niche.
C’est ce Heros parfait obéy sur un Par,
Dont les travaux guerriers ne laissent rien en friche,
Et dont les volontez s’expliquent par un Car23.

Une autre variation, menue elle aussi, s’observe aux vers 7-8. Contrairement aux vers qui précèdent, ils sont syntaxiquement liés : le verbe voir, qui ouvre le vers 7, a deux compléments d’objet direct (COD), répartis sur les deux vers et coordonnés par et.

14De tels liens syntaxiques ponctuels entre les vers se trouvent déjà dans certains des sonnets en bouts-rimés publiés dans le recueil dit « La Suze-Pellisson » de 1668. Dans « Aimer les campements […] », c’est par exemple le cas des vers 3-4 et 5-8. Chacun des vers constitue toutefois bien un syntagme complet, par exemple un complément circonstanciel :

  • 24 Recueil de pièces galantes en prose et en vers, III, p. 127 (mes italiques). Voir aussi, pour des r (...)
Aimer les campemens, les fourneaux, le bivouac,
Faire gemir le Turc en Hongrie, en Affrique,
Et des Canons bruyants par l’affreuse Musiquea,
Faire qu’on n’entend plus cabale ny Micmac.
La nuit dedans la hute où l’on sent le Tabac,
Le jour dans le Conseil en sage Politiqueb,
Faire que les complots que l’Ennemy fa- brique,
Tout sans dessus-dessous sont Abhoc & abhacc.
C’est ainsi que mon Roy de nos maux le Remede
Plus puissant que ce Dieu qui ravit Ganimede,
Surpasse en grands explois ces fables, ces Rebus.
Il hacha ces Geants comme un hachis d’ Eclanche,
Ceux que LOUIS soûmet dansent Feste & Dimanche,
Contans leurs maux passez comme maux de Bibus24.
a. CC de manière introduit par par.
b. Parallélisme, 2 CC de temps et de lieu.
c. Suite de la complétive introduite par Faire.
  • 25 Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume…, p. 23.
  • 26 Ibid., p. 149.

15La construction assurant le passage de l’énumération à l’interprétation peut elle aussi varier. Dans le sonnet ci-dessus, la dislocation est remplacée par une extraction (c’est… que / qui…), permettant, elle aussi, d’exprimer l’emphase. Au vers 9, « c’est ainsi » résume en quelque sorte l’énumération des exploits guerriers de Louis XIV formulée à l’aide d’un infinitif pour les mettre en relief et, partant, souligner la vaillance du souverain. Ce type de variation se rencontre aussi dans quelques autres sonnets, qui utilisent par exemple « Tel est… »25 ou « Est d’un roi… »26.

16Ce moule de composition est particulièrement présent dans les années 1680. Dans ces années-là, il est même si répandu qu’il donne lieu à une composition en provençal sur les bouts-rimés pan, guenuche, etc., proposés par Mignon (les infinitifs sont soulignés, le passage à l’interprétation est en italiques) :

  • 27 Mercure galant, juin 1682, p. 21-23. Ce sonnet, quoique composé dans le cadre du concours proposé p (...)
SONNET PROVENCAL sur les Bouts-rimez de Pan.
Faire entendre per tout lou Parrapata pan,
Si juga d’au Lion coumo d’uno Guenucho,
Estre amat como un Dieu, & crench como Satan,
Jusquos eis bords glassars, donte ven la Pelucho ;
Rire de l’Enemy, quand seis Explois lou fan
Fondré comoun Eissame, quand soüerte de la Ruche ;
Combatré Hyver, Stiou, & trionfa tout l’ An,
Tenir l’Aigle plus bas que noun voeto l’ Autruche ;
En tout temps, en tou luec, s’y faire dire d’ hoc,
Aver ço qu’és de drech, senso perto ny troc,
Es ço que moun Rey fa, lors que la Pas dé- nicho.
Din lou monde atamben eou noun a pa soun Par,
Eou pou mettre quand vou cent Provinços en fricho,
Parço que sa valour es l’appuy de son Car27.
  • 28 Voir Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique [1961], Paris, PUF, 1998, « Sonnet », (...)
  • 29 Voir « Converser agréablement […] » (anonyme) dans Poésies choisies, III, et « Être reine, être bel (...)

17Que les variations interviennent dans les quatrains ou dans le sizain, elles demeurent toutes ponctuelles. Le canevas de base, une série d’infinitifs suivis de compléments inscrits dans une structure permettant d’établir l’équivalence, est toujours clairement identifiable. Ce canevas frappe par sa simplicité : le lien syntaxique entre les vers est minimal, la rupture constitutive du sonnet est programmée par le moule même. Il reproduit de plus la répartition canonique entre des quatrains descriptifs et un sizain davantage argumentatif28. Sans surprise, ce moule reste, au XVIIe siècle, réservé au sonnet : dans les recueils collectifs ne se trouvent ni épigrammes, ni stances employant cette structure, et seulement deux madrigaux29.

  • 30 Recueil de pièces galantes en prose et en vers, II, p. 173 ; III, p. 29 (« C’est là du grand Colber (...)
  • 31 Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume…, p. 2, 16.

18Les alexandrins, de plus, se composent sans grand effort. Au moment de l’établissement de l’équivalence, le poète peut recourir presque à un hémistiche préconfiguré. Dans les sonnets encomiastiques par exemple, ce premier hémistiche correspond fréquemment à « C’est le portrait d’un Roy »30, avec comme variantes, de six syllabes toujours : « C’est l’ouvrage du Prince », « C’est l’ouvrage d’un Roy »31, etc.

19Les vers des quatrains s’ouvrent sur un infinitif et se caractérisent ainsi par des structures parallèles. Mais plus frappant encore est que les poètes recourent aux mêmes simples procédés pour remplir les douze syllabes du vers. Dans le sonnet ci-dessus, on constate une prédilection pour l’amplification, par le biais de la coordination ou de la juxtaposition de deux ou trois éléments similaires : « les campemens, les fourneaux, le bivouac » (v. 1), « en Hongrie, en Affrique » (v. 2), « plus cabale ny Micmac » (v. 4). Au début du second quatrain, cette stratégie de composition à l’aide de structures parallèles s’étend même au vers entier : « La nuit dedans… / Le jour dans… ».

20Le poème « Estre plus fier qu’Alcide […] » cité ci-dessus multiplie, lui, les comparatifs. Les vers 1-8 sont quasi tous calqués sur la structure suivante :

  1. Infinitif, suivi d’un complément / d’un attribut ;

  2. Adverbe de comparaison (plus, moins, aussi, ainsi) + adjectif ;

  3. Complément du comparatif.

À cela s’ajoute, dans ce sonnet encore, le recours à des rythmes binaires (v. 1, 4). Dans d’autres sonnets en bouts-rimés composés selon ce canevas que nous avons pu identifier, les auteurs complètent les douze syllabes de l’alexandrin parfois par des relatives (ci-dessus : « Exercer un pouvoir, qui jamais ne nous vexe ») ou des compléments circonstanciels, s’ils n’ont pas recours au comparatif ou au rythme binaire décrits ci-dessus.

21Autrement dit, si la répartition syntaxique de l’ensemble sur les deux hémistiches varie d’un sonnet et d’un vers à l’autre, la similitude des constructions syntaxiques au sein des sonnets invite à penser qu’il n’est pas nécessaire d’être un grand poète pour arriver à écrire de tels alexandrins.

*

22La simplicité de la structure fait enfin que certains poètes occasionnels y recourent à plusieurs reprises. Dans le Mercure de juin 1682 sont imprimés deux sonnets similaires, dont un en bouts-rimés, du même abbé Plomet :

Vouloir tranquillement achever sa carriere
En quelqu’endroit du Monde où l’on soit confinéa ;
Se plaindre rarement d’estre peu fortuné ;
Ne donner à ses Vers qu’une tendre matiere ;
Sans songer si l’on a plus ou moins de lumiere,
Tenir son esprit libre, & son cœur peu gesné ;
A ne loüer jamais s’estre déterminé,
Trouvant l’or toutefois meilleur que la poussiereb ;
Faire durer autant que l’on peut ses beaux jours ;
A ce qu’il plaist au Sort se conformer toûjours,
Et sans fuir la vertu, ne point briguer l’estime ;
Avant l’heureux Cartel, qu’un Héros tel que toy
Vient de nous présenter, pour animer la Rime
A parler de LOUIS, c’estoit là mon employ.
a. Groupe prépositionnel, CC de lieu, continue v. 1.
b. Participe apposé, CC concessif, continue v. 7.
  • 32 Mercure galant, juin 1682, p. 275-278.
Avoir pour ascendant, ou Mars, ou Jupiter,
Sçavoir qu’un Alambic sert au Pharmacopole,
Que l’on doit bride en main faire agir le Frater,
Que Perse, ou Juvenal, fut traduit par Nicole ;
Que décider le Dogme appartient au Pater,
Qu’il n’est qu’un Bernardi pour faire un caracole,
Que le plus saint Docteur se plaist à disputer,
Et que peu de Patrons regardent leur Boussole ;
Cela ne suffit pas pour se rendre immortel.
La Raison doit au cœur présenter le Cartel,
Y placer la Justice, en faire son affaire ;
Mais quand on entreprend de chanter par ses Vers
Les vertus d’un grand Roy qui charme l’ Univers,
Publions qu’on ne peut trop dignement le faire32.

Le premier sonnet présente toutes les caractéristiques du canevas décrit. L’auteur n’introduit qu’une petite variante au moment de l’établissement de l’équivalence, dans la mesure où la dislocation est retardée par un complément circonstanciel de temps qui s’étend sur les vers 12-14 (« Avant… parler de LOUIS »). Dans le second sonnet se superposent deux structures parallèles : les deux premiers vers sont composés autour d’un infinitif, placé à l’attaque du vers, les vers 3-8 sont tous des subordonnées conjonctives pures introduites par que, COD de l’infinitif savoir qui se trouve au début du vers 2. Dans le sizain, on retrouve la reprise canonique des deux quatrains par le pronom démonstratif cela et leur interprétation.

*

  • 33 Voir ibid., p. 274-286.

23Structure souvent empruntée pour la composition de sonnets en bouts-rimés, ce canevas ne permet cependant que de produire des sonnets médiocres. En effet, aucun des sonnets primés, que ce soit dans le recueil de Mignon de 1683 ou lors de la décennie de concours des Lanternistes à Toulouse, ne présente cette structure simple. Si, dans le Mercure, on trouve une présentation élogieuse du sonnet « Avoir pour ascendant, ou Mars ou Jupiter […] » cité ci-dessus et composé dans le cadre d’un prix proposé par le duc de Saint-Aignan, c’est le poème « Admirons icy-bas l’ordre de Jupiter […] », une composition sans infinitifs et sans recours à la dislocation, qui obtient le prix33.

Un canevas ancien ?

24L’exploration des publications des années 1660-1690 a montré la popularité du moule. Dans ce dernier tiers du XVIIe siècle, celui-ci est notamment emprunté pour la composition de bouts-rimés, forme doublement attirante pour les amateurs : non seulement les contraintes imposées par le genre poétique et les rimes peuvent faciliter la composition, mais l’inscription des compositions dans des concours représente une motivation supplémentaire.

25Mais le moule du sonnet à l’infinitif n’est pas réservé aux bouts-rimés, en témoigne le sonnet « Vouloir tranquillement achever sa carriere […] » cité ci-dessus.

26Les recueils collectifs de poésies du milieu du siècle publient en effet un ensemble de sonnets composés selon le moule étudié. Les Muses illustres contiennent le sonnet suivant, signé F. O. (François Ogier), qui présente encore la même architecture d’ensemble :

  • 34 Les Muses illustres, Paris, P. David – L. Chamhoudry, 1658, p. 281. Pour des sonnets similaires, ib (...)
N’aimer que ta personne & mespriser le bien,
Estimer ton esprit bien plus que ton visage,
Rechercher ton amour, fuïr le mariage,
Afin que mon honneur ne ruinât le tien.
Se mocquer des cacquets & priser moins que rien,
De mes cruels parents la colere & la rage,
Me resoudre de vivre en un deser sauvage,
Et de trouver la Cour en ton seul entretien.
Errer de Ville en Ville, & puis sans reconnoitre,
Au seul clein de tes yeux me jetter dans un Cloistre,
Mourir à tout le monde & ne vivre qu’à toy ;
Hair mon propre cœur, s’il n’estoit pas fidelle,
Bref de tes volontez me prescrire une loy,
C’est, mon cher Alidor, ce qu’aimer on appelle34.

27C’est encore cette structure qui est employée pour la composition de diptyques de sonnets. Les deux sonnets ci-dessous (signés « Acante ») se succèdent par exemple dans Les Œuvres diverses tant en vers qu’en proses :

Sonnet
Cherir une beauté cent fois plus que soy-mesme,
L’adorer sans desir ; la servir sans espoir ;
Se tenir trop heureux du plaisir de la voir ;
Et s’immoller pour elle avec un zele extréme.
Priser ce qu’elle escrit autant qu’un diadème ;
De son empire seul connoistre le pouvoir ;
Rechercher avec soin ce qu’elle peut vouloir ;
Et trouver à la faire une gloire supréme.
Luy consacrer sa plume avecque ses souhaits ;
Publier ces vertus, admirer ces attraits ;
Et n’avoir que pour elle une ardeur infinie.
Ah mon cœur ! si c’est là ce qu’on appelle aimer :
Si pur que soit le feu qui nous vient enflamer,
Nous sommes criminels, nous aimons Uranie.
  • 35 Les Œuvres diverses tant en vers qu’en proses, dédiées à Madame de Mattignon. Par Octavie (dit « Re (...)
Sonnet contraire
Declarer en tous lieux que l’on sert une belle ;
Et la servir de vray, mais avec interest ;
La promener souvent, la voir quand il nous plaist ;
Tousjours de plus en plus s’enhardir avec elle.
L’admirer, la quitter pour une bagatelle ;
N’aimer de sa beauté que l’esclat qui paraist ;
Estouffer son ardeur aussi-tost qu’elle naist ;
Exiger cent faveurs pour demeurer fidelle.
Ne se contenter pas de luy baiser la main
Trancher du famillier, & faire du hautain ;
Et la gesner enfin avecque tyranie.
S’il se faut en aimant à ces loix conformer ;
Ha ! je puis bien mon cœur advertir Uranie,
Que tu ne l’aime point, & ne veux point l’aimer35.

Dans les deux poèmes, l’interprétation de l’énumération à l’infinitif est insérée dans une hypothétique (signalée par des italiques), mais la structure de base reste la même. C’est elle aussi qui fournit les quatrains de deux sonnets irréguliers publiés de manière anonyme en 1665 :

L’Amour commode
Sonnet
Aimer tout ce qu’on croit aimable,
N’estre jamais sans un Amant,
Ecouter ses soûpirs, écouter son tourment,
Est-il rien de plus doux & de plus agreable ?
Ne pas paroistre impitoyable
A son triste gemissement
Adoucir son embrazement,
Estre dans sa presence amoureuse & traitable.
Philis en fait de mesme, & son cœur amoureux
Souffre des transports rigoureux […].
  • 36 Le Nouveau Parnasse des Muses galantes, ou les Divertissements de la poésie française, Paris, E. Lo (...)
L’Amour incommode
Sonnet
Suivre l’Amour & son Empire,
Suivre son pouvoir & sa loy,
Engager son cœur & sa foy
A qui pour un autre soupire.
Aimer Cliton, ne l’oser dire,
En faire son Maistre & son Roy,
Vivre pour luy sans estre à soy,
Est-il de plus rude martire ?
Si tu m’en crois, Philis, guéris de ce tourment,
Quitte Cliton […]36.

La deuxième partie du moule est absente de « L’Amour commode », le propos contenu dans les quatrains n’est rappelé que par la locution verbale faire de même (v. 9). Dans le sonnet contraire, la série de vers à l’infinitif s’interprète comme énumération de compléments du comparatif formulé au vers 8. Il n’en demeure pas moins que les deux sonnets reproduisent une structure binaire dans laquelle la deuxième partie du poème (v. 9-14 dans « L’Amour commode », v. 8-14 dans « L’Amour incommode ») permet de comprendre le sens de l’énumération d’actions qui se fait dans la première, c’est-à-dire les quatrains.

*

  • 37 Voir, par exemple, « Estre appelé d’un Roy […] » du « Sieur Rousselet » dans Le Parnasse des plus e (...)

28Certes, les recueils collectifs du début du XVIIe siècle, dont le contenu est davantage le fait de poètes à proprement parler, contiennent aussi quelques sonnets qui suivent le canevas décrit37. Au vu du grand nombre de sonnets composés et imprimés dans les recueils, la saillance de cette structure de sonnet en particulier demeure toutefois réduite. Il n’en va pas de même dans la seconde moitié du siècle, où le nombre de ce genre de sonnets, qu’ils soient composés sur des rimes imposées ou non, est bien plus important.

  • 38 Voir Delphine Denis, Le Parnasse galant…, notamment chap. 3, « L’auteur et le groupe ».

29La seconde moitié du siècle, sous l’influence de la galanterie, se caractérise par l’effervescence littéraire, poétique, et la réversibilité des rôles de lecteur et d’auteur38. À ce moment-là, le nombre de productions de poètes occasionnels qui arrivent sous presse croît significativement. Celles-ci, souvent brèves, sont notamment intégrées dans des recueils collectifs ou, pendant le dernier quart du siècle, dans le Mercure galant. L’hypothèse qu’il y ait un lien entre le nombre croissant d’écrivains amateurs et de sonnets composés selon un même moule simple paraît dès lors probable.

  • 39 Le sonnet apparaît dans le cadre d’un litige avec son frère, qui a donné lieu à plusieurs factums ( (...)

30La simplicité poétique et syntaxique du canevas est certainement une des raisons qui explique son attractivité à partir des années 1660. Mais à cela s’ajoute l’influence d’un modèle précis. En 1653, Charles de Sercy imprime dans la première partie des Poésies choisies un sonnet de Des Yveteaux, connu à l’époque pour avoir fait scandale39 :

  • 40 Poésies choisies, I, Paris, C. de Sercy, 1653, p. 78.
Avoir peu de parens, moins de train que de rente,
Et chercher en tout temps l’honneste volupté,
Contenter ses desirs, maintenir sa santé,
Et l’ame de procez & de vices exemptea.
A rien d’ambitieux ne mettre son attente,
Voir ceux de sa maison en quelque authorité,
Mais sans besoin d’appuy garder sa liberté,
De peur de s’engager à rien qui mécontenteb.
Les Jardins, les Tableaux, la Musique, les Vers,
Une table fort libre & de peu de couverts,
Avecque plus d’amour pour soy que pour sa Dame.
Estre estimé du Prince, & le voir rarement,
Beaucoup d’honneur sans peine, & peu d’enfans sans femme,
Font attendre à Paris la mort fort doucement40.
a. Coordination, 2e COD de maintenir.
b. CC de cause, se rattache à v. 7.

31Les vers 1-8 se développent à partir d’infinitifs, et nombre d’entre eux forment des ensembles syntaxiquement indépendants. Les vers 9-13 sont occupés par une énumération d’éléments divers qui s’analysent tous comme des sujets du verbe faire placé à l’attaque du vers 14, qui formule la conclusion du poème. Cette conclusion, qui donne un sens à l’énumération qui précède, ne se fait certes pas sous la forme d’une dislocation comme dans la plupart des sonnets des années 1660 à 1690, mais le fonctionnement est similaire. De plus, bien que les quatrains se terminent chacun par un point, la construction syntaxique avec l’infinitif invite à lire l’ensemble du poème comme une accumulation de sujets syntaxiques, dont le prédicat n’est précisé qu’au dernier vers.

  • 41 Voir Poésies choisies, I, 2e éd., Paris, C. de Sercy, 1653, p. 79 (« Vivre en Sardanapale, & croire (...)

32Dès la réédition augmentée du recueil de Sercy, qui paraît également en 1653, le sonnet est suivi d’une « Réponse », signée O. G. (Ogier de Gombauld)41. Ce diptyque de sonnets est repris quinze ans plus tard dans le recueil « La Suze-Pellisson » de 1668.

  • 42 Voir par exemple, Recueil de pièces galantes en prose et en vers, Paris, G. Quinet, 1666, p. 36 ; G (...)
  • 43 Au sujet de ce recueil, nous nous permettons de renvoyer à notre article « Le “Recueil La Suze-Pell (...)
  • 44 Recueil de pièces galantes en prose et en vers, Paris, G. Quinet, 1674, I, p. 70 et IV, p. 45.

33Mais c’est la fortune du sonnet de Des Yveteaux qui est particulièrement remarquable : celui-ci est repris dans toutes les éditions du « La Suze-Pellisson » de 1666 jusqu’au XVIIIe siècle42. Au cours du dernier tiers du XVIIe siècle, ce recueil se mue en conservatoire et devient, partant, une forme d’ouvrage de référence pour la poésie galante du milieu du XVIIe siècle43. Par son lieu de publication même, et sa présence dans l’imprimé – le recueil « La Suze-Pellisson » est réédité plusieurs fois dans les années 1660, puis au moins une fois par décennie jusqu’à la fin du siècle –, ce sonnet jouit d’une large diffusion et d’une bonne visibilité. Celle-ci augmente de plus au fil des rééditions : si 90 des 275 pièces (32,7 %) du recueil de 1668 sont des sonnets (environ la moitié de ces sonnets sont des bouts-rimés), la réédition de 1684 ne contient plus que neuf sonnets (dont un bout-rimé), ce qui correspond à 3,5 % des pièces du recueil. Dans le recueil de 1691, ce taux augmente légèrement (5,8 %), mais les sonnets demeurent nettement minoritaires. Quant au recueil de 1674, il contient « Avoir peu de parents […] » même deux fois44.

*

  • 45 La forme est aussi pratiquée, mais avec parcimonie, par les poètes de la Pléiade, voir « Être indig (...)
  • 46 Voir, au sujet des liens entre le sonnet de Plantin et celui de Des Yveteaux, Georges Mongrédien, « (...)
  • 47 Le Portefeuille de Monsieur L. D. F. ***, Carpentras, D. Labarre, 1694, p. 44-45.

34Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la structure du sonnet à accumulation d’infinitifs n’est pas nouvelle. Les recueils collectifs de la première moitié du siècle contiennent certaines compositions qui suivent ce moule, et même les poètes de la Pléiade s’en sont déjà servis45. Le sonnet de Des Yveteaux même n’est peut-être pas original, mais une imitation du sonnet « Avoir une maison commode, propre & belle […] » de l’imprimeur anversois Plantin46. Or, si Plantin meurt en 1589, ce n’est qu’en 1694, au moment même où ce canevas connaît sa plus grande popularité, que son sonnet est publié, de manière anonyme, dans Le Portefeuille de Monsieur L. D. F. ***47, un recueil collectif.

*

35Le canevas, somme toute peu poétique, frappe encore aujourd’hui par sa simplicité. Difficile alors de conclure autrement, que par une production proprement amatrice. Preuve en est :

Être en son cabinet, invoquant le dieu Pan
Et tout l’Olympe aussi, mais non pas la Guenuche,
Maudire poésie, et vers, rime et Satan,
Qui par ces rimes-ci mettent le cerveau en pluche.
Avoir les cheveux gris, non la vigueur d’un fan
N’avoir pas une idée où trouver vers en ruche,
Envisager partir, pour le moins jusqu’à Lan
Ou peut-être plus loin, au pays de l’ Autruche
Devoir face à la rime avouer d’être hoc
Vouloir poser la plume et l’échanger en troc
C’est ainsi que j’étais, mais j’ai trouvé la niche :
L’infinitif me vient, ses compléments et Par,
L’emphase arrive en fin, le vers n’est plus en friche ;
Mais en langue des dieux, finit-on par un Car ?
Haut de page

Notes

1 L’Élite des bouts-rimés de ce temps, Paris, au Palais, 1649, « Advis au lecteur », n. p.

2 Mercure galant, mars 1695, p. 14.

3 Jean-François Sarasin, « Dulot vaincu, ou la défaite des bouts-rimés », in Les Œuvres de Monsieur Sarasin, Paris, A. Courbé, 1656, p. 137 (volet « Poésies de Monsieur Sarasin »).

4 Voir Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume sur les bouts-rimés “Pan, Guenuche, &c.”, Paris, G. Quinet, 1683, p. 37, 53, 69, 87.

5 Sur la date de la mort du perroquet et la vague de sonnets que cette circonstance a fait naître, voir Albert Mennung, Jean-François Sarasin’s Leben und Werke, seine Zeit und Gesellschaft, Halle, M. Niemeyer, t. 2, 1904, p. 388-391.

6 Poésies choisies, III, Paris, C. de Sercy, 1656, p. 374 (mes italiques). À propos de la mode des sonnets en bouts-rimés et leur pratique dans les assemblées mondaines, voir Alain Génetiot, Les Genres lyriques mondains (1630-1660). Étude des poésies de Voiture, Vion d’Alibray, Sarasin et Scarron, Genève, Droz, 1990, p. 37-39 et Delphine Denis, Le Parnasse galant : institution d’une catégorie littéraire au XVIIe siècle, Paris, H. Champion (Lumière classique ; 32), 2001, p. 256-276.

7 Jean-François Sarasin, « Dulot vaincu, ou la défaite des bouts-rimés », p. 133.

8 Mercure galant, avril 1694, p. 114.

9 Entre 1694 et 1704, le Mercure galant publie chaque année au printemps (entre janvier et avril) les bouts-rimés choisis par la compagnie toulousaine.

10 Mercure galant, avril 1694, p. 118-119 (mes italiques).

11 Voir l’Extraordinaire du Mercure galant, quartier de janvier 1682 (t. 17), p. 224-225, ainsi que les numéros du Mercure galant de mai 1682, p. 38-45, de juin 1682, p. 17-21, de janvier 1683, p. 326-327, et d’avril 1683, p. 8-9. Je remercie Pauline Odeurs de m’avoir signalé ces occurrences.

12 « Au reste comme cecy a été écrit pour une jeunesse qui n’a encore presque point de lecture, & en particulier pour la jeunesse de la Province, on s’est vû obligé de descendre à certain détail, que ceux qui ont lu, pourront traiter de minuties […] », Michel de Mourgues, Traité de la poésie française, Paris, G. de Luyne, 1685, « Préface », n. p.

13 Ibid., p. 150.

14 Mercure galant, mai 1695, p. 139-141 (mes italiques).

15 Voir à ce sujet Kim Gladu, La Grandeur des petits genres. L’esthétique rococo à l’âge de la galanterie, Paris, Hermann (La République des Lettres), 2019, p. 72-75. Sur la composition de petites pièces poétiques comme activité sociale, et le caractère proprement sériel de ces poèmes, voir Delphine Denis, « Pour une approche sérielle de l’énigme au XVIIe siècle », in Séries et variations : études littéraires offertes à Sylvain Menant, Luc Fraisse (dir.), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2010, p. 109-122.

16 Sur les rimes pan, guenuche, etc., voir par exemple le Mercure galant de mai 1682, p. 38-45 ; sur les prix des Lanternistes, voir par exemple les numéros de juillet 1694 (p. 11-14), d’août 1694 (p. 68-74), et de septembre 1695 (p. 139-144).

17 Mercure galant, juillet 1682, p. 13-23.

18 Dans le Mercure, on trouve d’elle une énigme (juin 1679, p. 311-312) ainsi que trois lettres-relations en lien avec l’Espagne : « Lettre touchant les festes d’Espagne » (août 1679, p. 274-310), « Lettre sur les rêjouissance [sic] faites à Madrid, & sur la Mort de D. Jean » (octobre 1679), « Relation touchant le voyage de la Reyne d’Espagne » (janvier 1680, p. 89-211).

19 Mercure galant, juillet 1682, p. 15-16 (mes italiques).

20 Ibid., p. 17-18.

21 Recueil de pièces galantes en prose et en vers, II, Paris, G. Quinet, 1668, p. 173 (mes italiques). Selon le Dictionnaire universel de Furetière (La Haye – Rotterdam, A. et R. Leers, 1690), « bibus » est un terme ironique, que l’on emploie pour « des choses que l’on veut mespriser ». Quant à « esclanche », il s’agit d’un synonyme de « gigot ».

22 Il s’agit de la ville de Laon.

23 Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume…, p. 7 (mes italiques). Pour d’autres sonnets composés selon le canevas décrit, voir aussi p. 31, 154, 156 ou Plaisirs de la poésie française, s. l. n. d., p. 100.

24 Recueil de pièces galantes en prose et en vers, III, p. 127 (mes italiques). Voir aussi, pour des réalisations similaires, le Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume…, p. 2, 14, 149.

25 Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume…, p. 23.

26 Ibid., p. 149.

27 Mercure galant, juin 1682, p. 21-23. Ce sonnet, quoique composé dans le cadre du concours proposé par Mignon, n’est pas compris dans le Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume… de 1683.

28 Voir Henri Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique [1961], Paris, PUF, 1998, « Sonnet », § 23.

29 Voir « Converser agréablement […] » (anonyme) dans Poésies choisies, III, et « Être reine, être belle […] » (Madeleine de Scudéry) dans Recueil de poésies chrétiennes et diverses, II, Paris, P. Le Petit, 1671, p. 176.

30 Recueil de pièces galantes en prose et en vers, II, p. 173 ; III, p. 29 (« C’est là du grand Colbert ») ; Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume…, p. 31, 154.

31 Recueil de sonnets, composés par les plus habiles poètes du royaume…, p. 2, 16.

32 Mercure galant, juin 1682, p. 275-278.

33 Voir ibid., p. 274-286.

34 Les Muses illustres, Paris, P. David – L. Chamhoudry, 1658, p. 281. Pour des sonnets similaires, ibid., p. 288 (sur des plaisirs amoureux) ou Recueil de pièces galantes en prose et en vers, III, p. 29 (éloge de Colbert).

35 Les Œuvres diverses tant en vers qu’en proses, dédiées à Madame de Mattignon. Par Octavie (dit « Recueil d’Octavie »), Paris, J. Le Gras, 1658, p. 32-33 (mes italiques).

36 Le Nouveau Parnasse des Muses galantes, ou les Divertissements de la poésie française, Paris, E. Loyson, 1665, p. 25-26 (mes italiques).

37 Voir, par exemple, « Estre appelé d’un Roy […] » du « Sieur Rousselet » dans Le Parnasse des plus excellents poètes de ce temps, II, Paris, M. Guillemot, 1607 (deuxième volet, f. 11ro). D’autres sonnets de ce type se trouvent dans les recueils sortis de l’atelier parisien de Toussaint du Bray : deux sonnets de La Picardière dans le Nouveau recueil des plus beaux vers de ce temps, 1609 (p. 287 et 305), quatre dans Les Délices de la poésie française, ou Second recueil […], 1620, dont un sonnet d’Urfé (p. 30), un de Méziriac (p. 533) et deux de Hodey (n. p.).

38 Voir Delphine Denis, Le Parnasse galant…, notamment chap. 3, « L’auteur et le groupe ».

39 Le sonnet apparaît dans le cadre d’un litige avec son frère, qui a donné lieu à plusieurs factums (voir Lettre de M. le président de La Fresnaye à M. Des Yveteaux son frère, vers 1645, ARS 4-FM-34354) et dont Tallemant des Réaux rend compte dans son historiette consacrée au poète (Historiettes [1834], Antoine Adam [éd.], Paris, Gallimard [Bibliothèque de la Pléiade], t. 1, 1960, p. 140-145). À ce sujet, voir aussi les précisions que donne Georges Mongrédien dans son édition des Œuvres complètes de Nicolas Vauquelin, seigneur Des Yveteaux, Genève, Slatkine Reprints, 1967, p. 122-126.

40 Poésies choisies, I, Paris, C. de Sercy, 1653, p. 78.

41 Voir Poésies choisies, I, 2e éd., Paris, C. de Sercy, 1653, p. 79 (« Vivre en Sardanapale, & croire en Epicure »). Dans la première édition de cette partie, le sonnet est annoncé à la table, mais absent du recueil.

42 Voir par exemple, Recueil de pièces galantes en prose et en vers, Paris, G. Quinet, 1666, p. 36 ; G. Quinet, 1674, t. 1, p. 70 ; G. Quinet, 1684, t. 2, p. 76 ; G. Cavelier, 1691, t. 2, p. 76 ; Trévoux, 1725, t. 2, p. 111.

43 Au sujet de ce recueil, nous nous permettons de renvoyer à notre article « Le “Recueil La Suze-Pellisson”, première anthologie de poésies galantes ? », in Usages du copier-coller aux XVIe et XVIIe siècles : extraire, réemployer, recomposer, Marie-Gabrielle Lallemand, Miriam Speyer (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2021, p. 155-178.

44 Recueil de pièces galantes en prose et en vers, Paris, G. Quinet, 1674, I, p. 70 et IV, p. 45.

45 La forme est aussi pratiquée, mais avec parcimonie, par les poètes de la Pléiade, voir « Être indigent, & donner tout le sien » dans Les Amours de Ronsard, ou les sonnets 85, 86, 113 et 121, composés tous de manière parallèle, dans Les Regrets de Du Bellay.

46 Voir, au sujet des liens entre le sonnet de Plantin et celui de Des Yveteaux, Georges Mongrédien, « Le sonnet de Plantin : curieuses imitations », in Sept études publiées à l’occasion du quatrième centenaire du célèbre imprimeur anversois Christophe Plantin, Bruxelles, Musée du Livre, 1920, p. 43-57 et Chris Coppens, « Le (vrai) bonheur de ce monde : Plantijns sonnet in alle staten », Den Gulden Passer, no 85, 2007, p. 43-59. Étant donné que des sonnets épicuriens adoptant la même structure que Plantin se trouvent déjà dans les recueils collectifs des années 1607-1630, la thèse selon laquelle le sonnet de Des Yveteaux en serait la première imitation, que défendent les deux articles, nous paraît discutable. Une étude plus approfondie des compositions du premier tiers du siècle reste cependant à mener.

47 Le Portefeuille de Monsieur L. D. F. ***, Carpentras, D. Labarre, 1694, p. 44-45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miriam Speyer, « Des bottes de sept lieues pour le Parnasse ? »Elseneur, 38 | 2023, 65-82.

Référence électronique

Miriam Speyer, « Des bottes de sept lieues pour le Parnasse ? »Elseneur [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/elseneur/1419 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elseneur.1419

Haut de page

Auteur

Miriam Speyer

Université de Rouen Normandie

Docteure en langue et littérature françaises, Miriam Speyer est professeure agrégée à l’université de Rouen Normandie. Après sa thèse, consacrée aux recueils collectifs de poésie au XVIIe siècle, ses recherches, d’un angle plus stylistique, portent sur les stratégies de composition des petites pièces galantes de cette époque. Elle s’intéresse également aux échanges culturels entre la France et l’Allemagne galantes dans le dernier tiers du XVIIe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search