Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Le Mercure galant : place aux ama...

Le Mercure galant : place aux amateurs

The Mercure Galant: Make Way for the Amateurs
Marie-Gabrielle Lallemand
p. 83-100

Résumés

Dès sa fondation en 1672 par Donneau de Visé, le Mercure galant accorde une place importante aux « histoires » et aux « aventures » : des narrations en prose brèves qui sont affichées comme des narrations vraies, et il engage corollairement ses lecteurs à devenir auteurs, notamment par l’envoi d’histoires. Cet article s’intéresse à la contribution respective des auteurs amateurs et de Donneau de Visé à ces nouvelles, et à la façon dont évolue cette contribution au fil du temps. Il se concentre ensuite sur les caractéristiques de ces nouvelles, qui ne sont pas sans incidence sur l’évolution des fictions narratives en prose. Dans les premières années de parution du Mercure galant, le fossé entre le panégyrique du siècle que livrent les informations officielles, et la représentation de leur siècle que livrent les amateurs dans leurs histoires est grand, parfois abyssal. Les nouvelles ont permis à des amateurs de mettre au jour le romanesque de leur monde et, grâce au Mercure galant, de le publier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les volumes de l’année 1677, année de la reprise de la publication, ont pour titre : Nouveau Mercur (...)

1Après des débuts un peu difficiles, la parution s’interrompant entre décembre 1673 pour ne reprendre qu’en 1677, chaque mois, le Mercure galant1, en un volume de plusieurs centaines de pages, offre à ses lecteurs des informations de nature très variée, allant de la politique à la mode, faisant se succéder au sein d’un même volume, par exemple, la relation de la première d’un spectacle et celle de la prise d’une ville, l’annonce du mariage de célébrités du temps et celle de la promotion de dignitaires de l’Église, sans oublier les nombreuses pièces de vers et les histoires.

  • 2 Monique Vincent, Le “Mercure galant” : présentation de la première revue féminine d’information et (...)

2Entre 1672, date de la fondation du Mercure galant, et 1710, date de la mort de son fondateur, Donneau de Visé, ont été publiées dans cette revue près de quatre cents nouvelles, selon le recensement effectué par Monique Vincent : « toute une Amazonie à redécouvrir et à intégrer dans l’histoire du roman »2. Les titres successifs de la revue soulignaient cette importance des histoires. À sa parution, en effet, le périodique s’intitule Le Mercure galant contenant plusieurs histoires véritables et tout ce qui s’est passé depuis le premier janvier 1672 jusqu’au départ du Roi. Le tome suivant, le premier de l’année 1673, présente un titre plus précis : Le Mercure galant contenant plusieurs histoires véritables et autres choses curieuses avec tout ce qui s’est passé à la cour et à l’armée et dans plusieurs cours de l’Europe depuis le départ du Roi jusqu’à son retour. Le titre du tome 5 l’est encore plus : Le Mercure galant contenant tout ce qui s’est passé dans les armées du Roi et dans les ruelles pendant l’année 1673 avec une douzaine d’histoires nouvelles et un grand nombre de pièces galantes tant en prose qu’en vers.

  • 3 Jean de La Bruyère, « Des ouvrages de l’esprit », 46, in Les Caractères, Robert Garapon (éd.), Pari (...)
  • 4 La quatrième partie de son ouvrage Un entrepreneur des lettres au XVIIe siècle. Donneau de Visé, de (...)
  • 5 « Les bibliothèques sont remplies de livres qui n’ont jamais été lus, alors que les livres lus […] (...)
  • 6 Christophe Schuwey, Un entrepreneur des lettres…, p. 436-437.

3Le succès du périodique est immense, à la mesure de la virulence des critiques de La Bruyère, pour qui le Mercure galant est « immédiatement au-dessous du rien »3. Son importance ne peut donc être négligée, et le projet qu’a mené à bien récemment Christophe Schuwey, celui de « faire table rase des préjugés critiques à l’égard du périodique et de reprendre [l]e dossier à zéro »4, est on ne peut plus opportun. De la même façon en effet, comme le rappelait Henri-Jean Martin, qu’on ne peut négliger les ouvrages de la Bibliothèque bleue pour la connaissance des pratiques de lecture de la première modernité5, on ne peut négliger le Mercure galant6, notamment pour ce qui concerne la fiction narrative en prose et son évolution. Les nouvelles du Mercure galant connaissent en effet une large diffusion, du fait du prix abordable et fixe du périodique entre autres raisons. Ce sont les nouvelles de ce périodique collaboratif qui vont ici nous intéresser, et particulièrement les nouvelles des premières années de sa publication.

La collaboration des lecteurs amateurs

4Donneau de Visé, avant qu’il ne fonde le Mercure galant, avait déjà compilé des histoires qui lui avaient été rapportées pour en faire un livre. C’est ce que lui reproche en 1669 Gabriel Guéret dans un passage de La Promenade de Saint-Cloud où il est question des trois tomes des Nouvelles galantes, comiques et tragiques parus la même année :

  • 7 Gabriel Guéret, La Promenade de Saint-Cloud, Georges Monval (éd.), Paris, Librairie des bibliophile (...)

– Aussi, répondis-je, ne voyez-vous pas que De Visé ait pris cette qualité [d’auteur] dans ses Nouvelles galantes. Il n’y a même pas mis son nom, et il n’a pas voulu s’engager dans leur mauvaise fortune.
– Il a eu raison, dit Cléante, car elles ne sont pas de lui et il ne peut passer tout au plus que pour en être le compilateur. J’en nommerois bien quelqu’une qui vient immédiatement de moi ; et j’y reconnais encore le même tour que j’y donnai dans une compagnie où il étoit7.

Dès le premier tome du Mercure galant, il est fait appel à la collaboration des lecteurs, dans l’avis du libraire au lecteur, pour commencer :

  • 8 « Le libraire au lecteur », 1672, t. 1, n. p.

Ceux qui auront quelques Galanteries, & quelque chose de curieux, qui méritera d’être sçeu, pourront me l’apporter, & je feray en sorte que l’Autheur en entretienne la Personne à qui il s’adresse dans ses Lettres8.

À la suite de cet avis, le Mercure est présenté par Donneau de Visé lui-même qui feint d’être le destinateur d’une lettre de nouvelles qu’il adresse à une amie parisienne partie demeurer en province. Il est question des nombreux récits d’aventures que l’épistolier va recueillir pour sa destinataire et qu’il lui transmettra au fil des lettres qui constitueront les numéros de la revue :

  • 9 « Dessein de l’Ouvrage », 1672, t. 1, n. p.

[…] j’espere vous écrire souvent quelques Avantures nouvelles en forme d’Histoires. Paris est assez grand pour m’en fournir ; il y arrive chaque jour des choses assez considérables ; & ceux qui voient un peu le Monde apprenent souvent des avantures extraordinaires, & en sont de mesme quelquefois les témoins ; & je ne doute point que je ne puisse vous faire part presque chaque Semaine d’une Histoire nouvelle. Quand Paris n’en fourniroit pas toûjours la Matiere, je ne puis manquer d’en apprendre du grand nombre d’Etrangers qui sont dans cette grande Ville9.

  • 10 Voir Christophe Schuwey qui, dans la partie de son livre consacrée au Mercure galant, travaille sur (...)
  • 11 Octobre 1677, « Avis », fin de volume, n. p.

5En 1677, à la reprise de la publication, les lecteurs sont de nouveau sollicités. Dans le premier tome paru cette année-là, est mise en scène une compagnie réunie chez une duchesse qui en vient à parler du Mercure galant. Cette compagnie envisage de faire parvenir des informations au périodique, ce qui est une façon d’inciter les lecteurs à faire de même10. En 1677, à la fin du tome d’octobre du Nouveau Mercure Galant, une excuse nous renseigne sur l’adhésion des lecteurs contributeurs au projet de Donneau de Visé : ceux qui lui ont fait « la grace de [lui] envoyer des Historiettes, des vers, & d’autres Pieces Galantes » sont en effet priés « de ne point s’impatienter s’ils ne les trouvent pas dans ce volume »11. Dans cette excuse et par la suite, l’épistolier fait régulièrement état de l’abondance de la matière qu’il veut transmettre à son amie.

  • 12 Monique Vincent, « Petite sociologie des oubliés », in Le “Mercure galant” : présentation…, p. 533- (...)
  • 13 C’est Donneau de Visé lui-même qui attribue cette nouvelle à Perrault. Sur cette attribution, en fa (...)
  • 14 P. 218 (« Le mariage impromptu. Histoire »). Les titres donnés sont ceux des tables des matières de (...)
  • 15 P. 25 (« Le masque démon. Histoire »).

6Certains de ces collaborateurs ont été des hommes de lettres ayant alors pignon sur rue. On fait souvent mention de Fontenelle et Perrault, mais des femmes, notamment Madeleine de Scudéry, Catherine Bernard, Mme Deshoulières, ont aussi été des contributrices du périodique qui visait particulièrement le public féminin. Toutefois si Monique Vincent peut consacrer un chapitre aux auteurs de poésies amateurs, dont les noms sont régulièrement donnés avec les pièces qu’ils proposent à la publication12, c’est impossible pour les auteurs des nouvelles. Quelques-unes ont pu être attribuées à de « grands auteurs » : Fontenelle (« Histoire de mon cœur », janvier 1681, « Histoire de mes conquêtes », février 1681), Perrault13 (« Histoire de la marquise-marquis de Banneville », août et septembre 1696). Rarissimes sont les amateurs ayant envoyé ou transmis des histoires qui sont identifiés : Mme de Grignan pour l’histoire de novembre 1706. Les auteurs amateurs sont parfois des provinciaux, ce dont témoignent les titres de certaines nouvelles : « Histoire de Rouen » (novembre 1677), « Les apothicaires de Marseille » (juin 1679) et des incipit : « La chose s’est passée à Troyes, & il vous sera aisé d’en être éclaircie » (novembre 1678)14, « Ce qui est arrivé à Morlaix, en Basse Bretagne, est fort singulier » (mars 1679)15.

  • 16 Dans les autres textes où il est fait référence à cette instance d’énonciation, on trouve aussi « L (...)
  • 17 Juin 1678, « Préface », n. p. La préface du numéro de juillet fait en plus état d’une sélection : « (...)

7Par ailleurs, nous n’avons que des renseignements épars et peu nombreux sur les interventions de l’« Autheur », ainsi que se désigne Donneau de Visé dans les textes préfaciels16, ou de ses collaborateurs, dont, en premier lieu, son associé, Thomas Corneille. On peut considérer comme certain le fait que Donneau de Visé utilisait, dans les premières années de la publication, des histoires que lui envoyaient des amateurs. Un commentaire comme celui-ci en atteste : « On prie de nouveau qu’on ne s’impatiente point pour les Histoires et pour les Enigmes, chacun peut s’assurer qu’il aura son tour »17.

  • 18 Septembre 1678 (« Histoire d’une promesse de mariage volée »), p. 104.

8Les formules d’introduction récurrentes comme « Voicy ce qu’on m’en apprend »18 ne nous renseignent pas sur l’instance qui prend en charge ce qui relève de l’elocutio. Toutefois le commentaire qui précède une lettre contenant « Le bal de campagne ou les illustres vendanges » (octobre 1677) nous fait comprendre que l’« Autheur » réécrivait les histoires qui lui étaient communiquées :

  • 19 P. 84.

Si vous avez esté satisfaite, comme je n’en doute pas, de cette ingénieuse Satire, vous ne le serez pas moins d’une Lettre qui m’est tombée depuis trois jours entre les mains. On ne me l’a donnée que pour m’y faire lire une Avanture de Vendanges qu’on me permettoit d’embellir, & j’en trouve le stile si pur, que je croirois la défigurer, si j’entreprenois d’y changer la moindre chose. Voyez-la telle qu’elle a esté écrite par un fort galant Homme qui a bien voulu que son Amy m’en ait fait part19.

Cette lettre est reproduite en caractères italiques pour bien marquer qu’elle l’est verbatim, elle est précédée d’une suscription (« Lettre de Mr Le*** à Mrs de *** ») et datée du 6 octobre 1677, ce qui la distingue des autres histoires. Finalement, dans l’avis au lecteur du numéro de décembre de cette même année, il est déclaré clairement que les nouvelles sont retouchées :

  • 20 N. p.

Pour les Histoires envoyées par des Particuliers, on croit devoir avertir une fois pour toutes, que si on y retouche, c’est seulement pour les mettre dans le stile serré du Mercure, qui doit estre le mesme par tout, ou pour oster quelquefois des choses qui sont trop libres, ou qui satirisant trop, pourroient chagriner les Intéressez20.

Cela est confirmé dans divers commentaires qui introduisent les histoires, comme celui du numéro de décembre 1677 qui sert à enchaîner une pièce de vers dont le style est jugé plein de grâce et une nouvelle que l’« Autheur » va rapporter :

  • 21 Décembre 1677, p. 208.

Je voudrois en avoir autant [de grâce] à vous conter dans le mien [mon style] une Aventure de Musique qui a causé depuis peu tant de grands embarras à bien des Gens21.

Il s’agit d’opérer un lissage stylistique pour faire de l’assemblage des morceaux un tout et ce n’est pas une mince affaire selon ce que déclare l’« Autheur » dans la préface du numéro de décembre 1678. Il y répond à ceux qui estiment pouvoir faire aisément ce qu’il fait, puisqu’il ne s’agit, selon eux, que d’un travail de compilation :

  • 22 « Préface », n. p.

Si ce qu’ils publient estoit vray, tout le Livre ne seroit pas escrit d’un mesme stile, & quoy qu’on y pust mettre des Memoires quelque-fois mieux écrits que n’est le Mercure, il ne laisseroit pas d’estre une espece de Monstre, à cause de l’inegalité de ses parties22.

9Quant à la matière des histoires, elle lui est fournie par deux voix. Certaines histoires, on l’a dit, se fondent sur des lettres ou des « mémoires » écrits qui lui ont été communiqués :

  • 23 Septembre 1677, p. 92. Cf. aussi : « Ceux qui envoyent des Memoires dans les derniers jours du Mois (...)

Ainsi je ne doute point qu’il ne se trouve des Incrédules sur l’Histoire de la Fausse Provençale. Quoy qu’en vous l’écrivant je n’aye fait que suivre les Memoires qui m’en ont esté donnez […]23.

Mais nombre des histoires qu’il rapporte sont la transposition à l’écrit de contes que l’on fait dans les milieux que lui ou ses collaborateurs fréquentent. Incidemment mais régulièrement, nous est rappelé que dans ces milieux, on raconte beaucoup de petites histoires :

  • 24 1673, fin du t. 5, p. 267-268. La nouvelle qui est annoncée se trouve en tête du tome suivant (« Le (...)

Comme je m’informe avec soin de tout ce qui se passe de nouveau, afin de vous en faire part, j’appris dernierement que la Ruelle d’Alcidalis que vous connoissez, estoit devenuë fort celebre depuis que vous estes partie de Paris. Je ne manquay pas d’aller aussi-tost chez elle ; j’y trouvay de fort beau monde, & comme parmy tant de Personnes, il se trouve toûjours des Gens qui sçavent quelques Histoires, je trouvay moyen de conter une de celles que je vous ay mandées, me doutant bien que ceux qui en sçavoient, ne manqueroient pas d’en raconter apres moy. Je ne me trompay point, & dés que j’eus achevé un jeune Homme qui m’avoit paru assez galant, raconta l’Histoire suivante, & commença de la sorte24.

10Et savoir raconter des histoires fait de celui qui a ce talent un convive apprécié :

  • 25 Juin 1677, p. 47-48 (« Histoire d’un cavalier trompé par sa débauche »). Autre exemple, ce commenta (...)

[…] je ne puis me defendre de m’arrester encor un moment icy pour vous faire rire d’une Avanture dont un Cavalier que vous connoissez a toutes les peines du monde à se consoler : c’est celuy qui au dernier Voyage que vous fistes icy, vous dit tant d’agreables Bagatelles aux Thuilleries. Vous sçavez, Madame, combien sa conversation est enjoüée. C’est un talent merveilleux pour se faire souhaiter par tout. Il dit les choses finement, fait un Conte de bonne grace, & il seroit presque sans defaut, s’il n’avoit pas celuy de se mettre quelquefois de trop bonne humeur quand il reçoit un Défy dans la Debauche. […] il ne s’est jamais fait d’affaires, que celle que je vais vous conter25.

  • 26 Voir Monique Vincent, Donneau de Visé et le “Mercure galant”, p. 315-322.
  • 27 Il est impossible dans le cadre d’un article d’envisager l’ensemble du corpus. Nous avons retenu ce (...)
  • 28 Dans l’histoire d’avril 1688, une riche héritière sans beauté ni autres qualités menace l’union d’u (...)
  • 29 L’histoire de juin 1688, par exemple, est introduite par « J’ai à vous apprendre » (p. 207). Notons (...)

11Au fil des ans, une transformation importante des histoires s’effectue26. C’est ce qui peut s’observer par comparaison des numéros des années 1672-1678, 1688, 1698 et 170827. Les nouvelles de 1688 en effet sont moins nombreuses que dans la première période : il n’y en a pas dans tous les numéros (aucune dans ceux de janvier, mars et mai) et il n’y en a jamais qu’une seule par numéro. Toutes ont pour titre la seule indication générique : « Histoire ». Dans les premières années de parution, l’usage du titre thématique (par exemple, « La femme aux deux maris », 1673, tome 4) était de règle, parfois complété d’un sous-titre rhématique (« Nouvelle »). Ces histoires sont en moyenne plus longues que celles parues dans les années 1672-1678 : de 18 à 42 pages. Cette longueur s’explique par le fait que ce sont des histoires complètes dont le sujet est une intrigue amoureuse menée jusqu’à son dénouement. Elles se présentent, sauf exceptions, comme des histoires exemplaires, et illustrent non une leçon de morale chrétienne mais les mœurs du temps. L’argent dans ces intrigues matrimoniales est d’une importance capitale et l’on ne s’y embarrasse pas de regrets hypocrites quand l’obstacle à la réalisation du mariage débarrasse opportunément le plancher28, et ce explicitement : nul besoin de savoir lire entre les lignes. Si les histoires sont plus développées, c’est aussi que le psycho-récit y est plus important, de même que les paroles rapportées au discours indirect, ce qui rapproche ces récits des nouvelles galantes contemporaines. Ces histoires en effet ne jouent pas clairement avec la fiction du non-fictif : leur ancrage dans le réel est bien moins sensible que dans les premières nouvelles. Par ailleurs, leur parenté avec d’autres œuvres littéraires est parfois très sensible, que ce soit la comédie, notamment avec la mise en scène de figures d’avare à haut potentiel comique (juin et novembre 1688), ou la nouvelle galante, à intrigue romanesque complexe comme celle des nouvelles espagnoles (décembre 1688). Généralement, l’histoire est fondée sur un caractère qui présente une excentricité faisant son intérêt. En 1688 donc, il y a un genre de la nouvelle du Mercure galant. Un type d’histoire s’est imposé, tant pour le sujet que pour son traitement et la vision du monde plaisamment désenchantée qui y est donnée. On peut avancer l’hypothèse que ce sont des nouvelles dans lesquelles l’intervention de l’« Autheur » est très importante, voire qui sont de la plume de celui-ci. Qu’il ne soit plus fait mention, pour introduire l’histoire, de sa transmission par une formule comme « Je viens d’apprendre » nous y incite fortement29, de même que le fait qu’on n’y trouve plus de protestations de véracité.

  • 30 Sans doute est-ce lié à la fin de la collaboration au Mercure galant de Thomas Corneille en 1696. V (...)
  • 31 Par comparaison, on compte 25 nouvelles en 1677 et 29 en 1678, selon le relevé de Monique Vincent.
  • 32 Le relevé de Monique Vincent en compte treize, mais l’histoire de novembre 1709 est un résumé des M (...)

12L’évolution que l’on observe en 1688 s’accentue en 169830 : le corpus devient de plus en plus restreint et homogène. Six nouvelles pour l’ensemble de l’année31, occupant de 22 à 34 pages, qui sont des histoires complètes, s’achevant par le mariage ou la prise de voile (juin 1698). Toutes illustrent une sentence liminaire plus soucieuse de la morale que ne le sont celles de 1688. Elles mettent en scène des personnages appartenant à un milieu de moins en moins précis mais de plus en plus restreint : dame, cavalier, jeune demoiselle, veuve et gentilhomme, un même personnel revient d’histoire en histoire. On n’y trouve plus de caractères comiques extravagants et l’argent n’est plus mis au premier plan dans les intrigues amoureuses qui se développent d’histoire en histoire, et se terminent toujours bien. Une radicalisation de la bienséance s’observe donc dans le corpus de 1698. Dix ans plus tard, en 1708, aucun numéro du Mercure galant ne contient de nouvelle. Entre 1700 et 1710, en effet, le périodique ne publie que douze histoires32.

13La comparaison engage à conclure que les premières nouvelles sont proches de leur source et de la matière brute que l’épistolier prend le soin de lisser pour l’insérer dans son périodique. On peut les considérer comme des récits d’amateurs et s’intéresser à ce qui les caractérise.

Factuel ou fictionnel

14L’épistolier, les premières années, n’a de cesse d’attester de la véracité des récits qu’il donne :

  • 33 1672, t. 1, p. 44 (« Histoire des bas de soie verts »).

Puis que je dois commencer les Nouvelles que je me suis engagé de vous écrire chaque Semaine par quelque Avanture extraordinaire, en voicy une veritable, & qui aura sans doute de quoy vous divertir33.

  • 34 1673, t. 6, p. 100 (« L’échange. Nouvelle »).

Voicy une Nouvelle que l’on vient de m’apprendre ; & comme on m’a assuré qu’elle estoit veritable, & mesme qu’elle estoit arrivée à Roüen, j’ay crû que je vous en devois faire part34.

  • 35 Avril 1677, p. 84-85 (« Aventure de l’épée »).

Au reste, Madame, avant que de reprendre les matieres de la Guerre, vous sçaurez qu’on vous a dit vray, en vous disant que le jeune Marquis dont vous me demandez des nouvelles a eu depuis peu quelque Démeslé de jalousie, & puis que vous voulez que je vous l’explique, en voicy les particularitez35.

Un des moyens que l’épistolier utilise pour accréditer l’histoire qui va être racontée est de déclarer ne pas tout savoir, façon de se distinguer de l’omniscient narrateur de fiction :

  • 36 Mai 1678, p. 66-67 (« L’amante fidèle »).

Quelques uns prétendent qu’il y ait un mariage secret. C’est une circonstance dont je ne suis pas assuré. Je sçay seulement […]36.

  • 37 Il y a des exceptions, par exemple l’« Histoire de la veuve et de Mr. de la Forest » (juillet 1677)
  • 38 Cela lui permet de faire de certains de ces récits des énigmes et l’on sait que l’énigme est une de (...)
  • 39 1673, t. 4 : « Léonidas. Nouvelle », « La femme aux deux maris. Nouvelle », « L’échange par hasard. (...)
  • 40 Madeleine de Scudéry, Clélie : histoire romaine. Seconde partie, 1655, Chantal Morlet-Chantalat (éd (...)
  • 41 1673, t. 6, p. 100-109. L’excipit est : « Le Procez est encor indécis, & cette cause sans doute div (...)

Toutefois, l’épistolier supprime les noms propres37 et recourt à des périphrases pour désigner les personnes dont on raconte les aventures (un cavalier, une veuve, un conseiller, l’épouse d’un officier…)38 ou à des noms de fantaisie (Léontidas, Licaste, Lucinde, Argimon…)39. L’inscription dans la réalité contemporaine et la prise en considération des realia engagent à considérer ces narrations comme factuelles. De même le souci de donner de la vraisemblance aux histoires les plus incroyables, dont la nouvelle « L’échange » donne un exemple. Elle raconte comment deux hommes s’entendent pour troquer leur épouse respective. Une histoire d’échange d’épouses se trouve dans la deuxième partie de Clélie (« Histoire de Césonie »). Mais là où le contexte antique va permettre à la romancière de ne faire qu’évoquer l’aspect juridique d’une telle décision40, la narration dans la nouvelle du Mercure s’attarde à préciser par quelle bévue de clerc de notaire un tel échange a pu prendre une forme légale41.

  • 42 Joël Zufferey, Le Discours fictionnel : autour des nouvelles de Jean-Pierre Camus, Louvain, Peeters (...)

15Récit factuel ou fictionnel ? Rien ne peut nous engager à fournir une réponse tranchée. Il en va de ces nouvelles comme de celles de Jean-Pierre Camus, selon l’analyse qu’en fait Joël Zufferey42 : leur statut de narration véritable ou de fiction varie en fonction du contexte historique dans lequel se fait leur lecture. De nos jours, la critique considère ces histoires comme des fictions, mais il est loin d’être sûr qu’elles étaient à l’époque de leur publication lues comme telles.

16Histoires d’amateurs, histoires authentiques, du moins déclarées telles, elles présentent des particularités intéressantes, qui ne seront pas sans incidence sur l’évolution de la fiction narrative en prose.

Ce que l’amateurisme rend possible

  • 43 P. 76.

17Contrairement à l’auteur de fiction narrative, l’amateur n’est pas tenu de livrer un récit achevé. L’inachèvement du récit est même parfois rendu nécessaire par le strict respect de la vérité : on en est là au moment où l’histoire est publiée. À titre d’exemples, mentionnons celle de décembre 1677, « Histoire de musique », dont la fin est suspendue à l’arrangement d’un duel, celle de juin 1678, « Histoire des faux cheveux », qui s’achève sur un procès en cours, ou encore celle de décembre 1678, « Les amants pèlerins », qui s’achève ainsi : « Si j’en apprens quelque chose, je vous le feray sçavoir, & vous nommeray alors les illustres Personnes qui ont part à ce que je viens de conter »43.

  • 44 Pour la période qui nous concerne, « le moment anecdotique », pour reprendre l’expression de Karine (...)

18D’autres récits achevés sont brefs, à l’instar des anecdotes. Ce type de récit est de pratique courante, il constitue même une catégorie de récits inventoriée par les folkloristes (les contes-nouvelles). Histoires brèves et n’exposant qu’un événement précis, de nombreux amateurs sont tout à fait compétents pour en produire de fort intéressantes. Le Mercure galant, parce qu’il est fait comme un journal de petites pièces rassemblées, peut les accueillir en grand nombre dans une version écrite. Dans les premières années du Mercure galant, ce type d’histoire est abondant : « Aventure d’un bel esprit » (1673, tome 6), « Aventure de l’épée » (avril 1677), « Nouvelle » (mai 1677), « Histoire du singe » (septembre 1677), « La ressemblance » (août 1678), etc. Grâce à elles, le Mercure galant s’apparente à une chronique de son temps qui enregistre en direct non seulement l’histoire officielle mais également l’histoire des particuliers de Paris et de province. Ces histoires et aventures privées se concentrent sur un fait curieux, sans développer une intrigue. On pourrait qualifier nombre d’entre elles de faits divers galants, dans la mesure où, sans enjeu politique, satisfaisant la curiosité du public, elles concernent la vie privée quotidienne, mêlent vérité et fiction et sont médiatisées par le périodique44.

19Les faits divers rapportent ce qui dans la vie ordinaire est extraordinaire. En 1656, Segrais, par le biais d’un dialogue sur le roman que tiennent la princesse Aurélie et ses compagnes, posait la question de savoir si le romanesque était compatible avec un contexte contemporain, ce dont est convaincue Aplanice, qui souhaite que l’on écrive des nouvelles inscrites dans le présent ou le passé proche :

  • 45 Jean Regnault de Segrais, Les Nouvelles françaises ou les Divertissements de la princesse Aurélie, (...)

Et combien, repartit Aplanice, est-il venu d’aventures à notre connaissance qui ne seraient point désagréables, si elles étaient écrites ? Sait-on toutes les actions particulières45 ?

Les histoires du Mercure galant répondent à cette attente. Divers récits témoignent du fait que leurs auteurs tendaient à faire de la vie un roman. L’« Aventure d’une belle morte d’amour » (août 1678) est à cet égard fort intéressante : on ne meurt pas d’amour que dans les romans. La première belle morte d’amour est une jeune fille « de qualité » qui a cru que son amant, qui l’aime fidèlement depuis cinq ans, l’abandonnait. Une fois cette histoire achevée, on lit :

  • 46 P. 230-231.

On meurt de joye comme de douleur. Quoy que la preuve que je vous en vay donner soit d’une Personne dont la condition est tres-mediocre, elle ne laisse pas de faire connoistre la verité de ce que je vous dis46.

Et c’est l’« Aventure d’une nourrice morte de joie » qui suit, avant que ne soit donné un dernier exemple, celui de la fille d’un conseiller à la cour des aides de Montpellier, Mlle de Grasset, qui meurt de joie le jour de son mariage avec M. de Martigny. On trouve donc dans la vie courante des histoires tout aussi intéressantes que celles des romans. Et tout aussi invraisemblables :

  • 47 C’est une prostituée.
  • 48 Septembre 1677, p. 90-92 (« Histoire du faux milord »).

Au reste, Madame, doutez tant qu’il vous plaira que le Solitaire dont vous avez appris l’avanture par ma derniere Lettre, ait passé si aveuglement de l’Indifférence à l’Amour, je puis vous assurer qu’il n’y a rien de plus vray que le Procés intenté par le Pere pour faire casser son Mariage. S’il y a quelque chose qui vous blesse dans la Personne qu’il avoit choisie pour faire renoncer son Fils à l’insensibilité47, vous ne devez point vous en prendre à moy, qui aime mieux vous conter les choses dans leurs plus veritables circonstances, que de les falsifier pour les embellir. Il en arrive tous les jours de si extraordinaires, que toutes vrayes qu’elles sont, elles semblent quelquefois s’éloigner du vray-semblable. Ainsi je ne doute point qu’il ne se trouve des Incrédules sur l’Histoire de la Fausse Provençale. Quoy qu’en vous l’écrivant je n’aye fait que suivre les Memoires qui m’en ont esté donnez, vous aurez peut-estre peine vous-mesme à vous persuader qu’un Mary puisse parler à sa propre Femme, & s’imaginer qu’elle ne la soit pas. Mais outre le Langage Provençal qui luy devoit estre inconnu, & les autres particularitez qui établissent le Fait, combien avons-nous veu de Gens se tromper à la ressemblance des traits ? L’Affaire de Martin Guerre qui a fait autrefois tant de bruit au Parlement de Toulouse, en est une preuve incontestable, & en voicy un exemple fort récent dont je vous vay faire le détail en peu de mots48.

  • 49 C’est le titre d’une des nouvelles espagnoles insérées dans Le Roman comique de Scarron (livre 1, c (...)
  • 50 « J’en ay huit ou dix [histoires] à vous mander qui les doivent beaucoup divertir [les amies provin (...)
  • 51 La matrice.

20C’est bien le potentiel romanesque du quotidien que les premières histoires du Mercure galant explorent, et avec succès. Tantôt, ce sont des topoï du roman dont on a des équivalents dans la vie courante, par exemple, la rencontre de la belle par le cavalier égaré dans une forêt (« Aventure de chasse », mai 1678) ou la passion pour une amante invisible (« Aventure arrivée aux bains d’Aix en Savoie », septembre 1678)49. Le plus souvent cependant dans les premières histoires, ce sont des aventures qui n’ont rien à voir avec celles des fictions romanesques idéalisantes et qui, de ce fait, ne sont pas topiques50. Les histoires des premières années sont d’une grande variété, ce qui ne peut être que le cas s’il s’agit d’histoires vraies collectées ici ou là. Plus ou moins longues, développant des intrigues diverses, mettant en scène des personnages de caractère et de milieu divers, les premières histoires du Mercure galant sont toujours, du fait de leur variété, très intéressantes pour nous, lecteurs contemporains. Certes on trouve quelques petites histoires galantes, tout à fait dans l’esprit des fictions galantes contemporaines, comme l’« Histoire des quatre bouquets » (août 1677), « Le bal de campagne » (octobre 1677), la « Dispute d’Apollon et de l’Amour sur des vers d’Iris » (décembre 1677), la « Nouvelle aventure de l’Opéra » (mars 1678) ou encore l’« Histoire du cadran et de l’horloge d’amour » (avril 1678). Mais plus nombreux dans ces premières histoires sont les caractères et les situations originaux. C’est tantôt l’histoire d’un cadet qui parvient à convaincre son frère aîné de rentrer dans les ordres pour récupérer l’héritage (« Histoire de l’heureux hypocrite », avril 1677), tantôt l’histoire d’une femme bigame qui fait mourir la dupe qu’elle a épousée pour se sortir de la misère, de concert avec son premier et véritable mari (« La femme aux deux maris. Nouvelle », 1673, tome 4), tantôt l’histoire d’une débauche au cours de laquelle des femmes et des hommes sont dans un tel état d’ivresse qu’ils en viennent à faire de l’adultère un divertissement (« La folie. Nouvelle singulière », 1673, tome 6), tantôt l’histoire d’un vieux garçon qui ne veut pas renoncer à épouser la fille de petite vertu que son père lui a fait rencontrer pour l’inciter à quitter le célibat (« Histoire du solitaire », avril 1677) ou encore l’histoire d’une femme bafouée qui manigance pour faire mourir celui qui l’a abandonnée et celui qui l’a ensuite épousée (« Les assassinats », 1673, tome 6). On rencontre dans certaines de ces histoires des personnages en proie à des lubies qui confinent à la névrose, telle la femme qui, prise du « mal de mère », devient sadique (« Le mal de mère »51, 1673, tome 6), tel le cavalier qui a la phobie du sang (« Aventure d’un cavalier saigné par une belle », juillet 1678), ou cet autre cavalier qui veut que la beauté de son épouse doive tout à la nature (« Histoire des dents crues fausses », septembre 1678).

  • 52 Ce « stile serré » est celui adopté par l’« Autheur » du Mercure galant qui n’est pas obligatoireme (...)
  • 53 Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusq (...)
  • 54 Ibid., p. 203-221.
  • 55 Madeleine de Scudéry, “De l’air galant” et autres conversations (1653-1684) : pour une étude de l’a (...)
  • 56 La raillerie est le sujet d’une conversation de la neuvième partie [1653] d’Artamène ou le Grand Cy (...)
  • 57 Nathalie Grande, Le Rire galant. Usages du comique dans les fictions narratives de la seconde moiti (...)
  • 58 Une même irrévérence se retrouve dans le théâtre de la fin du siècle, ce qui a été souligné de long (...)

21Une autre caractéristique de ces récits est leur relatif dépouillement52. La présence abondante du discours direct, qui allonge considérablement les narrations fictionnelles du temps, n’est pas ici de mise. On trouve bien sûr des cas de discours retranscrits directement mais ils sont rares et courts. Le discours indirect domine. Finis les longs dialogues et les longs monologues qui constituent une part importante des narrations galantes, dont La Princesse de Clèves. Cette caractéristique qui rapproche les histoires du Mercure galant de la narration historique, duquel la harangue a été progressivement évacuée au fil du siècle, est rendue nécessaire par le fait que les nouvelles du périodique sont considérablement plus courtes que les nouvelles galantes publiées séparément. D’une manière générale d’ailleurs, l’introspection est limitée : la narration expose les pensées et les sentiments, mais ne s’y attarde pas. Ce qui est alors frappant, toujours par comparaison avec les fictions contemporaines, c’est la neutralité de la narration. Là encore, cela est dû au statut des histoires : vraies, elles informent de ce qui se passe d’intéressant sans obligatoirement avoir pour visée l’édification du lecteur. Cela est particulièrement frappant dans les récits qui rapportent des sentiments et des comportements scandaleux, comme « La veuve par hasard » (décembre 1678), qui met en scène une orpheline sans fortune qui se résout à épouser un vieux gentilhomme riche, dans un récit qui adopte le point de vue cynique de la belle, point de vue sur lequel repose le comique de la narration. Les nouvelles du Mercure galant ne donnent en effet jamais dans le pathos. On n’entendra donc pas la belle orpheline pleurer sur la cruelle nécessité de devoir épouser un barbon. Elles sont empreintes de ce comique caractéristique de l’esthétique galante : le choix de l’enjouement, non celui du comique grossier, quand bien même les situations s’y prêteraient aisément (« Histoire du collier de perle », 1672, tome 1 ; « Histoire de la fille soldat », 1672, tome 1 ; « Les femmes sont souvent cause de la perte des hommes », 1673, tome 6 ; « L’amant ventousé. Histoire », novembre 1677). Ce Mercure est en effet galant : Alain Viala a montré que l’adjectif était employé dans les titres de certains livres pour simplement signifier qu’ils sont à la mode53. Mais ce même spécialiste de la galanterie a aussi montré l’importance de « l’envers galant », par inversion des critères de la galanterie54 : non la « belle galanterie » telle que l’a théorisée Madeleine de Scudéry dans la fameuse conversation « De l’air galant », cet enjouement propre à la sociabilité mondaine qui exclut toute « façon de parler populaire et basse, qui ne remplit l’imagination que de vilaines choses »55, cet art de « la fine raillerie »56, pour reprendre les termes mêmes de Madeleine de Scudéry. Nathalie Grande, dans un ouvrage qui permet de mieux comprendre ce que nous observons dans les nouvelles du Mercure galant, emploie comme équivalent moderne le terme de « badinage »57, en l’occurrence un badinage désinvolte jusqu’à l’irrévérence dont elle relève des exemples dans les fictions narratives de la seconde moitié du XVIIe siècle58.

Conclusion

  • 59 Ces nouvelles sont aussi livrées dans La Gazette, qui a été créée en 1631 par un médecin que protég (...)
  • 60 Dictionnaire universel de Furetière (La Haye – Rotterdam, A. et R. Leers, 1690), art. « Nouvelle »  (...)
  • 61 Il faut de plus considérer que l’« Autheur » opère une censure : « […] il y a des choses tres-spiri (...)

22On trouve donc dans le Mercure galant des nouvelles générales, publiques, celles de politique59 et celles ayant trait à la vie culturelle, ainsi que des nouvelles privées, qui vont devenir publiques une fois parues dans le Mercure : les histoires qu’on peut y lire60. Le fossé entre le panégyrique du siècle que livrent les informations officielles, et la représentation de leur siècle que livrent les amateurs dans leurs histoires est grand, parfois abyssal. Cela tient sans doute à la nécessité de livrer des histoires qui vont attiser la curiosité des lecteurs, mais la simple coexistence dans le Mercure galant de deux représentations du Grand Siècle est en soi fort éclairante sur ledit siècle61.

23Le public et le privé sont bien distincts dans le Mercure galant. À cet égard, les histoires qu’on y trouve prennent le contrepied des histoires galantes qui mettent en scène des grands de ce monde dont les actions politiques, relevant de la sphère publique, sont motivées par l’amour, un sentiment qui, lui, relève de la sphère privée. Mme de Villedieu, qui s’est fait une spécialité de ce genre d’histoires, en donne de nombreuses à l’époque où commence la publication du périodique (Journal amoureux, 1669 ; Annales galantes, 1670 ; Les Amours des grands hommes, 1671, etc.). Cette distinction du public et du privé dans le Mercure galant est liée au fait que le périodique fait le panégyrique de l’action politique de son temps et des hommes d’État qui la mène. Or, il n’y a pas de héros pour son valet de chambre…

  • 62 Avec, par exemple, en 1672, les Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière de Mme de Villedi (...)

24Dès l’origine, Donneau de Visé avait pour intention de donner à la postérité les mémoires de son temps, à une époque où l’intérêt pour les mémoires de particuliers grandissait et où la fiction allait commencer à utiliser ce genre afin de passer pour vraie62. Avec le Mercure galant, Donneau de Visé compilait les matériaux pour établir l’histoire de son temps :

  • 63 1672, t. 1, p. 13. Voir aussi, dans le premier tome de l’année 1677 : « Outre les choses curieuses (...)

Si je puis venir à bout de mon dessein, & que vous conserviez mes Lettres, elles pourront dans l’avenir servir de Memoires aux Curieux, & l’on y trouvera beaucoup de choses qui ne pourront se rencontrer ailleurs, à cause de la diversité des matieres dont elles seront remplies […]63.

Mais les mémoires de son temps, tels que les conçoit Donneau de Visé dans les premières années du Mercure galant, même s’ils accordent à l’histoire officielle une part importante, ne se limitent pas à elle, loin de là. À l’instar des mémoires de particuliers, ils donnent une place au privé, par le biais des nouvelles. Au fil du temps, cependant, le Mercure galant, devenu une véritable institution, évacue ce pan de l’histoire de son temps.

25La diversité caractérise les nouvelles des premières années de publication du périodique et c’est particulièrement ce qui amène le lecteur à les considérer comme vraies, tant la convention galante est prégnante dans les fictions du temps, même dans celles qui s’en jouent. La question de savoir si ce sont des narrations historiques ou des narrations fictionnelles, finalement indécidable, invite surtout à mettre en relation les histoires du Mercure galant avec les fictions contemporaines qui jouent de la fiction du non-fictif (roman mémoire, roman épistolaire) pour engager le roman à investir de nouveaux territoires. Le Mercure galant a en tout cas permis à des amateurs de mettre au jour le romanesque de leur monde et, surtout, de le publier.

Haut de page

Notes

1 Les volumes de l’année 1677, année de la reprise de la publication, ont pour titre : Nouveau Mercure galant.

2 Monique Vincent, Le “Mercure galant” : présentation de la première revue féminine d’information et de culture, 1672-1710, Paris, H. Champion, 2005, p. 11. Cet ouvrage est issu de la thèse pionnière de Monique Vincent, Donneau de Visé et le “Mercure galant”, soutenue en 1986 et publiée en 1987 par l’Atelier national de reproduction des thèses (université de Lille 3). Cette thèse comporte un résumé de toutes les nouvelles parues dans le Mercure galant (t. 1, p. 387-675), outil fort utile pour travailler sur ce corpus. Très utile également, l’édition numérique des articles relatifs à la vie culturelle dans le Mercure galant, notamment les nouvelles, de l’Observatoire de la vie littéraire (OBVIL) : https://obvil.sorbonne-universite.fr/corpus/mercure-galant/.

3 Jean de La Bruyère, « Des ouvrages de l’esprit », 46, in Les Caractères, Robert Garapon (éd.), Paris, Classiques Garnier, 1990, p. 83.

4 La quatrième partie de son ouvrage Un entrepreneur des lettres au XVIIe siècle. Donneau de Visé, de Molière au “Mercure galant” (Paris, Classiques Garnier, 2020) accomplit ce projet (p. 318-447).

5 « Les bibliothèques sont remplies de livres qui n’ont jamais été lus, alors que les livres lus […] ont, pour beaucoup, disparu » (Henri-Jean Martin, « Une vision totale du livre », Bulletin des bibliothèques de France, t. 49, no 5, février 2004, p. 21-23).

6 Christophe Schuwey, Un entrepreneur des lettres…, p. 436-437.

7 Gabriel Guéret, La Promenade de Saint-Cloud, Georges Monval (éd.), Paris, Librairie des bibliophiles, 1888, p. 42. Voir Christophe Schuwey, Un entrepreneur des lettres…, p. 93.

8 « Le libraire au lecteur », 1672, t. 1, n. p.

9 « Dessein de l’Ouvrage », 1672, t. 1, n. p.

10 Voir Christophe Schuwey qui, dans la partie de son livre consacrée au Mercure galant, travaille sur la dimension fondamentalement collaborative du périodique.

11 Octobre 1677, « Avis », fin de volume, n. p.

12 Monique Vincent, « Petite sociologie des oubliés », in Le “Mercure galant” : présentation…, p. 533-571.

13 C’est Donneau de Visé lui-même qui attribue cette nouvelle à Perrault. Sur cette attribution, en fait problématique, voir la préface que Joan DeJean donne à sa traduction de cette nouvelle : Histoire de la marquise-marquis de Banneville, New York, Modern Language Association of America, 2004. On trouve ces nouvelles dans l’Anthologie des nouvelles du “Mercure galant” (1672-1710) établie par Monique Vincent et publiée à Paris par la Société des textes français modernes en 1996.

14 P. 218 (« Le mariage impromptu. Histoire »). Les titres donnés sont ceux des tables des matières de chaque volume. Nous en modernisons l’orthographe.

15 P. 25 (« Le masque démon. Histoire »).

16 Dans les autres textes où il est fait référence à cette instance d’énonciation, on trouve aussi « L’Autheur du Mercure galant ». Voir sur le sujet les articles réunis par Déborah Blocker et Anne Piéjus dans le numéro 270 de XVIIe siècle (intitulé Auctorialité, voix et publics dans le “Mercure galant”), 2016, particulièrement l’introduction.

17 Juin 1678, « Préface », n. p. La préface du numéro de juillet fait en plus état d’une sélection : « on a deja dit que tout ce qui est bon aura son tour », n. p.

18 Septembre 1678 (« Histoire d’une promesse de mariage volée »), p. 104.

19 P. 84.

20 N. p.

21 Décembre 1677, p. 208.

22 « Préface », n. p.

23 Septembre 1677, p. 92. Cf. aussi : « Ceux qui envoyent des Memoires dans les derniers jours du Mois, ne doivent pas se plaindre s’ils ne les trouvent pas employez » (« Préface », n. p., avril 1678).

24 1673, fin du t. 5, p. 267-268. La nouvelle qui est annoncée se trouve en tête du tome suivant (« Le mal de mère »). Un rapprochement à cet égard est à faire avec les historiettes rassemblées par Tallemant des Réaux.

25 Juin 1677, p. 47-48 (« Histoire d’un cavalier trompé par sa débauche »). Autre exemple, ce commentaire : « Toute la Compagnie demanda aussi-tost l’explication de ces paroles, & se fit repéter l’Histoire que l’un de ces deux Hommes venoit de raconter à l’autre ; & si ma mémoire ne m’a point trompé, voicy ce qu’il dit » (1673, t. 2, « Histoire de Viergette », p. 36). Il arrive que les mémoires reçus soient abrégés par l’« Autheur ». Dans le volume de juillet 1678, l’épistolier précise en introduction qu’ayant encore tant de choses à apprendre à sa destinataire, il va « couper court sur une petite Avanture qui s’est passée depuis peu dans une ville où il y a Parlement » (p. 285, suit l’« Aventure du cavalier saigné par une belle ») et il supprime la fin de l’histoire qui lui a été transmise : « Je passe tout ce qui suivit un Incident si peu commun » (p. 295). Il n’y a que deux courtes histoires dans ce numéro (11 et 10 pages). C’est aussi un travail d’abréviation qu’évoquent des formules comme « Voicy l’Avanture en peu de mots » (août 1678, p. 219, suit l’« Aventure d’une belle morte d’amour »).

26 Voir Monique Vincent, Donneau de Visé et le “Mercure galant”, p. 315-322.

27 Il est impossible dans le cadre d’un article d’envisager l’ensemble du corpus. Nous avons retenu ce créneau parce qu’il correspond à la mise en place du périodique qui en 1672-1673 puis en 1677 cherche et éprouve une formule éditoriale qui sera stabilisée en 1678. Nous avons ensuite comparé les nouvelles parues pendant les quatre premières années (1672, 1673, 1677 et 1678) avec celles parues dix, vingt et trente ans plus tard.

28 Dans l’histoire d’avril 1688, une riche héritière sans beauté ni autres qualités menace l’union d’un jeune homme avec la cousine de cette héritière, douée, elle, de toutes les qualités, sauf la fortune. La mort de l’héritière règle le problème : « Il n’y avoit pas sujet d’en estre faché. Elle n’avoit nulles bonnes qualitez & son Tuteur estant Frere de son Pere, les grands biens qu’elle laissoit regardoient sa Fille » (p. 272). Il en est de même dans l’histoire de novembre 1688 : le père avare n’est regretté ni de sa femme ni de sa fille, dit explicitement le texte.

29 L’histoire de juin 1688, par exemple, est introduite par « J’ai à vous apprendre » (p. 207). Notons que dans ces numéros de 1688 et dans les numéros ultérieurs, l’épistolier ne se soucie plus d’assurer une transition entre les différents morceaux qui composent le périodique. On y passe du coq à l’âne incessamment : un alinéa sert à passer d’une pièce à l’autre.

30 Sans doute est-ce lié à la fin de la collaboration au Mercure galant de Thomas Corneille en 1696. Voir Monique Vincent, Donneau de Visé et le “Mercure galant”, p. 305-306.

31 Par comparaison, on compte 25 nouvelles en 1677 et 29 en 1678, selon le relevé de Monique Vincent.

32 Le relevé de Monique Vincent en compte treize, mais l’histoire de novembre 1709 est un résumé des Mémoires de la comtesse de Tournemir parus en 1708, et peut donc être considérée comme un compte rendu d’ouvrage récent. C’est seulement cette histoire que l’épistolier déclare être véritable.

33 1672, t. 1, p. 44 (« Histoire des bas de soie verts »).

34 1673, t. 6, p. 100 (« L’échange. Nouvelle »).

35 Avril 1677, p. 84-85 (« Aventure de l’épée »).

36 Mai 1678, p. 66-67 (« L’amante fidèle »).

37 Il y a des exceptions, par exemple l’« Histoire de la veuve et de Mr. de la Forest » (juillet 1677).

38 Cela lui permet de faire de certains de ces récits des énigmes et l’on sait que l’énigme est une des rubriques à succès du Mercure galant et de ses Extraordinaires : « Voilà, Madame ce qu’on m’assure estre vray dans toutes ses circonstances. Le Cavalier ne vous sçauroit estre inconnu, & je vous satisferay sur son nom quand il vous plaira » (août 1678, p. 171, commentaire sur « La ressemblance. Histoire »). Monique Vincent (Donneau de Visé et le “Mercure galant”, p. 416) nous apprend que dans le numéro de février 1682, page 266, le nom du cavalier est donné : M. de Martigny. L’épistolier sème souvent des indices dans ses récits, par exemple dans celui de l’« Aventure arrivée aux bains en Savoie » (septembre 1678) : nous apprenons que le héros est d’une bonne maison noble de la région de Lyon, qu’il est venu depuis peu à Paris, qu’il a un père malade qui l’a accompagné aux bains en Savoie, etc. Une des raisons de l’anonymisation des histoires nous est suggérée par la fin des « Amants pèlerins » (décembre 1678) : si l’aventure ne se termine pas par un mariage, il vaut mieux être discret.

39 1673, t. 4 : « Léonidas. Nouvelle », « La femme aux deux maris. Nouvelle », « L’échange par hasard. Nouvelle ».

40 Madeleine de Scudéry, Clélie : histoire romaine. Seconde partie, 1655, Chantal Morlet-Chantalat (éd.), Paris, H. Champion, 2002, p. 469.

41 1673, t. 6, p. 100-109. L’excipit est : « Le Procez est encor indécis, & cette cause sans doute divertira bien des Juges, & leur pourra tenir lieu de Comedie le jour qu’elle sera plaidée ».

42 Joël Zufferey, Le Discours fictionnel : autour des nouvelles de Jean-Pierre Camus, Louvain, Peeters, 2006.

43 P. 76.

44 Pour la période qui nous concerne, « le moment anecdotique », pour reprendre l’expression de Karine Abiven, voir l’étude de cette dernière, L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. De Tallemant des Réaux à Voltaire (1650-1750), Paris, Classiques Garnier, 2015.

45 Jean Regnault de Segrais, Les Nouvelles françaises ou les Divertissements de la princesse Aurélie, Roger Guichemerre (éd.), Paris, Société des textes français modernes (STFM), t. 1, 1990, p. 20-21.

46 P. 230-231.

47 C’est une prostituée.

48 Septembre 1677, p. 90-92 (« Histoire du faux milord »).

49 C’est le titre d’une des nouvelles espagnoles insérées dans Le Roman comique de Scarron (livre 1, chapitre 9) mais on trouve ce topos ailleurs, par exemple dans l’« Histoire de Timante et de Parthénie » (Georges et Madeleine de Scudéry, Artamène, troisième partie, livre 1).

50 « J’en ay huit ou dix [histoires] à vous mander qui les doivent beaucoup divertir [les amies provinciales de la destinataire], & je suis seur qu’elles en trouveront parmy ce nombre, dont les Incidens sont si nouveaux, qu’ils n’ont aucune ressemblance avec toutes les Histoires qui jusqu’icy ont été imprimées » (1673, t. 5, p. 2-3) ; « Je viens d’apprendre une Histoire dont les Incidens sont si nouveaux, que je ne croy pas que vous ayez jamais rien entendu de pareil. La voicy, vous en jugerez & vous verrez qu’elle n’a rien de commun avec toutes celles qui grossissent tant de Volumes » (1673, t. 6, p. 139, « La folie. Nouvelle singulière »).

51 La matrice.

52 Ce « stile serré » est celui adopté par l’« Autheur » du Mercure galant qui n’est pas obligatoirement celui des auteurs – amateurs – des textes qui lui sont transmis mais, quoi qu’il en soit, il se distingue de celui des auteurs contemporains des nouvelles galantes (voir, par exemple, l’anthologie de Marc Escola, Nouvelles galantes du XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2004).

53 Alain Viala, La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, PUF, 2008, p. 41.

54 Ibid., p. 203-221.

55 Madeleine de Scudéry, “De l’air galant” et autres conversations (1653-1684) : pour une étude de l’archive galante, Delphine Denis (éd.), Paris, H. Champion, 1998, p. 108.

56 La raillerie est le sujet d’une conversation de la neuvième partie [1653] d’Artamène ou le Grand Cyrus des Scudéry. Le texte de cette conversation est repris et augmenté en 1680, dans le tome 2 du recueil Conversations sur divers sujets (Paris, C. Barbin). Voir l’édition critique qui en a été donnée par Delphine Denis dans “De l’air galant” et autres conversations

57 Nathalie Grande, Le Rire galant. Usages du comique dans les fictions narratives de la seconde moitié du XVIIe siècle, Paris H. Champion, 2011, p. 23.

58 Une même irrévérence se retrouve dans le théâtre de la fin du siècle, ce qui a été souligné de longue date par la critique, notamment par André Blanc dans sa thèse sur Dancourt, Le Théâtre de Dancourt, Lille – Paris, Atelier national de reproduction des thèses (université de Lille 3) – H. Champion, 1977.

59 Ces nouvelles sont aussi livrées dans La Gazette, qui a été créée en 1631 par un médecin que protégeait Richelieu, Théophraste Renaudot. Il s’agissait de l’organe quasi officiel du Conseil du Roi détenant le monopole de l’information diplomatique et parfois des affaires intérieures.

60 Dictionnaire universel de Furetière (La Haye – Rotterdam, A. et R. Leers, 1690), art. « Nouvelle » : « Advis qu’on donne, ou qu’on reçoit de bouche, ou par escrit, de l’estat de quelque chose, d’une action faite depuis peu » et « une histoire agreable et intriguée, ou un conte plaisant un peu estendu, soit qu’elle soit feinte, ou veritable ».

61 Il faut de plus considérer que l’« Autheur » opère une censure : « […] il y a des choses tres-spirituelles & tres-bien tournées qui ne sont pas bonnes à imprimer. On ne sçauroit avoir trop de circonspection à rendre le Mercure digne d’estre toûjours lû dans des lieux d’où la moindre liberté le banniroit » (« Au Lecteur », décembre 1677, n. p.).

62 Avec, par exemple, en 1672, les Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière de Mme de Villedieu.

63 1672, t. 1, p. 13. Voir aussi, dans le premier tome de l’année 1677 : « Outre les choses curieuses dont on le [le Mercure galant] remplira, & qui pourront servir de mémoires à ceux qui travailleront un jour à l’Histoire de nostre Siecle […] », p. 19. Pour ce qui concerne l’historiographie, rappelons qu’entre 1697 et 1703, Donneau de Visé publie à ses frais dix tomes des Mémoires pour l’Histoire de Louis le Grand, compilation du Mercure galant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Gabrielle Lallemand, « Le Mercure galant : place aux amateurs »Elseneur, 38 | 2023, 83-100.

Référence électronique

Marie-Gabrielle Lallemand, « Le Mercure galant : place aux amateurs »Elseneur [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/elseneur/1421 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elseneur.1421

Haut de page

Auteur

Marie-Gabrielle Lallemand

Université de Caen Normandie

Marie-Gabrielle Lallemand, professeure de littérature française à l’université de Caen Normandie, spécialiste du XVIIe siècle, travaille plus particulièrement les narrations fictionnelles en prose, et plus particulièrement encore les longs romans. Elle a publié sur le sujet un ouvrage de synthèse en 2013 (à Paris, chez Classiques Garnier), Les Longs Romans du XVIIe siècle (Urfé, Desmarets, Gomberville, La Calprenède, Scudéry), ainsi que de nombreux articles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search