Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Une amatrice malgré elle ? Mme de...

Une amatrice malgré elle ? Mme de La Calprenède

Mme de La Calprenède, a Reluctant Amateur?
Nathalie Grande
p. 101-114

Résumés

Mme de La Calprenède (1618 ?-1668) porte un nom d’écrivain célèbre : celui de son mari, Gautier de Costes de La Calprenède. Mais elle a elle-même pris part à la vie littéraire, comme le montrent les témoignages qui font d’elle une précieuse active à Paris à la fin des années 1650, et les textes qu’elle a laissés : un recueil de poésies, un portrait, un début de roman. Quand elle a l’audace de signer par son nom, quand elle varie les genres d’écriture, quand elle expérimente des formes nouvelles ou quand elle dédie simultanément un texte à une princesse et au public en général, sa posture d’écrivaine présente des signes qui s’apparentent à des pratiques professionnelles. Cependant, d’autres caractéristiques comme la multiplication des formes de signature, le fait que la littérature n’a occupé qu’un temps limité dans sa vie et l’absence de recherche d’un gain financier, la ramènent vers une posture d’amatrice. Elle témoigne ainsi du désir de femmes issues de la noblesse de passer du statut d’amatrice au statut d’autrice reconnue, en somme d’opérer un transfert entre divertissement mondain et reconnaissance publique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Plusieurs graphies se trouvent.
  • 2 Voir Georges Molinié, « La Calprenède, ou l’héroïsme en question », Littératures classiques, no 15, (...)
  • 3 Disponible en ligne sur le site Gallica.

1Madeleine de Lyée1 (1618 ?-1668) porte un nom d’épouse bien connu des spécialistes de la fiction narrative au XVIIe siècle, car Gautier de Costes de La Calprenède (1609-1663), cadet de Gascogne monté à Paris pour faire une carrière militaire, se rendit célèbre par sa plume, comme dramaturge mais surtout comme romancier : les dix volumes de Cassandre (1642-1645), les douze volumes de Cléopâtre (1646-1658), les sept volumes de Faramond (1661-1663 : ce « roman national » avant l’heure resta inachevé, un disciple achevant le cycle des douze volumes) lui valent d’être un représentant émérite du roman héroïque2. Mme de La Calprenède a cependant d’autres mérites que celui d’épouse pour figurer dans l’histoire littéraire. Elle a elle-même publié, et à plusieurs reprises. En effet, elle est parfaitement repérée comme romancière elle-même, autrice des Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane (Paris, Charles de Sercy, 16613), et d’autant plus facilement que, contrairement à l’usage, elle a fait figurer son nom d’épouse sur la page de titre de l’ouvrage. Si cette œuvre n’a pas eu le succès escompté (ce roman est inachevé), il n’empêche qu’il n’est qu’un exemple parmi une production plus large car, sous différentes signatures, Madeleine de Lyée est à l’origine de plusieurs textes et s’était acquis une certaine réputation, comme le montrent divers témoignages contemporains. Elle entre ainsi pleinement dans les critères de l’amateurisme tels que les définissait Alain Viala :

  • 4 Alain Viala, Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minui (...)

Le terme d’amateur n’est ici pertinent qu’en sa rigueur. Un noble qui rime un poème de salon n’est auteur que de façon incidente, occasionnelle ; les amateurs ont des compétences littéraires plus affirmées et donnent des œuvres autrement importantes, soit en volume, soit en retentissement. Ils « ont du métier », même s’ils ne traitent pas la littérature comme un métier. Et leur participation s’inscrit en général dans une certaine durée : elle dessine ainsi une forme de trajectoire. Leur production littéraire ne vient pas modifier leur position sociale : ils sont déjà nantis par ailleurs d’un statut solide4.

2Pourtant, le cas de Mme de La Calprenède est peut-être plus complexe qu’il n’y paraît d’abord. Certains indices invitent à s’interroger sur le rapport à l’écriture de celle qui fut l’épouse d’un vrai professionnel de l’écriture. Son exemple ne témoignerait-il pas aussi du désir d’un certain nombre de femmes issues de la noblesse de passer du statut d’amatrice au statut d’autrice reconnue, en somme d’opérer un transfert entre divertissement mondain et reconnaissance publique ?

Les miroirs de la pratique littéraire : témoignages contemporains

3De son temps, Mme de La Calprenède est connue sinon reconnue comme femme de lettres et femme d’esprit. Différents textes témoignent de sa fréquentation des cercles cultivés et d’une pratique littéraire assidue ; on trouve ainsi sa trace, sous différents noms, dans les principaux documents qui rendent alors compte de la vie littéraire.

  • 5 Pour rappel, ses « historiettes » n’étaient pas écrites pour être imprimées et il ne prenait donc g (...)

4Le texte vraisemblablement le plus ancien où elle apparaît est dû au chroniqueur Tallemant des Réaux. Avec sa plume toujours mordante5, il signale les ambitions d’écrivaine de Mme de La Calprenède, mais sans confirmer ses talents :

  • 6 Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes [1834], Antoine Adam (éd.), Paris, Gallimard (Bibliothèque (...)

Elle fait assez mal des vers et assez mal de la prose. On a imprimé quelque chose d’elle qui s’appelle le Décret d’un cœur amoureux, où l’on décrète d’un cœur6.

  • 7 Les Œuvres diverses tant en vers qu’en proses, dédiées à Madame de Mattignon. Par Octavie, Paris, J (...)

5Tallemant des Réaux renvoie à un court texte publié en 1658 dans un recueil collectif intitulé Les Œuvres diverses tant en vers qu’en proses, dédiées à Madame de Mattignon. Par Octavie (« À Paris chez Jacques Le Gras »), texte réédité en 1661 dans Le Recueil des pièces en prose les plus agréables paru chez Charles de Sercy. Tallemant des Réaux se trompe d’ailleurs dans le titre, puisque le texte s’intitule en fait « Le décret d’un cœur infidèle » ; en deux pages, vers puis prose, l’autrice y file la métaphore judiciaire à propos d’un différend amoureux7.

  • 8 L’expression est de Myriam Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France (...)

6Autre mention contemporaine, Somaize lui consacre un article dans son Dictionnaire des Précieuses (1661), répertoire de référence pour cerner la « nébuleuse précieuse »8. Elle y apparaît sous le pseudonyme de « Calpurnie », nom à mettre en rapport avec les sonorités de son nom d’épouse, comme le texte le suggère par une allusion à ses problèmes conjugaux avec « Calpurnius » :

  • 9 Antoine Baudeau de Somaize, Le Dictionnaire des Précieuses [1661], C.-L. Livet (éd.), Paris, P. Jan (...)

CALPURNIE est une précieuse connue de toute la Grèce. Elle a donné durant quelque temps trêve à ses écrits pour penser aux affaires que lui donnait son divorce avec Calpurnius, son mari, dont elle est séparée ; mais enfin elle pense plus que jamais à faire voir la délicatesse de sa plume, et a déjà commencé par les nouvelles qu’elle a données depuis peu de jours au public. Sa ruelle a été des plus fréquentées et des plus fameuses de la petite Athènes, où les précieuses sont en grande vogue et où elle loge9.

  • 10 Voir Laurence Plazenet, « Un faux problème d’attribution : Les Nouvelles ou les Divertissements de (...)

7Sous le déguisement onomastique, on apprend donc qu’elle loge au faubourg Saint-Germain (la « petite Athènes »), qu’elle y reçoit dans sa « ruelle », ce qui témoigne d’un ethos mondain, mais aussi qu’elle vient de publier des nouvelles, ce qui renvoie directement au titre de son roman (car il s’agit plutôt d’un roman que de nouvelles, même si savoir de quel genre relève le texte est une question en soi10) paru la même année que le dictionnaire de Somaize.

8En 1663, elle figure dans un autre recensement, Le Cercle des femmes savantes, bref dialogue en vers dédié à la comtesse de Fiesque, où l’auteur, Jean de La Forge, imagine un échange entre Mécène, Virgile et Livie pour présenter, sous des noms de fiction, les dames ayant une production littéraire, tandis qu’une clef complète le texte pour que le lecteur puisse identifier les personnes citées. Mme de La Calprenède y apparaît sous le nom de Délie :

  • 11 Jean de La Forge, Le Cercle des femmes savantes, Paris, J.-B. Loyson, 1663, « Clef des Noms des Sav (...)

La beauté de son Esprit paraît dans ses écrits, où elle a pris la peine de faire son Portrait elle-même ; et ce n’a pas été sans raison, car il n’y avait qu’elle seule capable de se peindre dignement11.

  • 12 Sur l’attribution de ce texte, voir Sara Harvey, “Divers portraits” : étude et édition critique, th (...)
  • 13 Sur ce recueil, voir Nathalie Grande, « L’avènement du portrait littéraire au milieu du XVIIe siècl (...)

9Là encore, l’éloge conjugue les qualités de l’esprit et les qualités de la plume, par référence cette fois non à sa poésie ou à son roman, mais à son portrait (d’ailleurs vraisemblablement un autoportrait12) qui figure dans les Divers portraits, recueil rassemblé par Segrais en 1659 sous l’égide de Mlle de Montpensier13.

10Dernière mention contemporaine, mais déjà rétrospective, Charles Sorel la cite dans sa Bibliothèque française (1667), dans son chapitre sur les « romans héroïques » :

  • 14 Charles Sorel, La Bibliothèque française (1667), Filippo d’Angelo, Mathilde Bombart, Laurence Giava (...)

Les Dames se sont aussi mêlées fort heureusement de ces sortes d’ouvrages. […] Pour La Princesse Alcidiane, elle est de Madame de La Calprenède ; La Cléobuline est de Madame de Marcé, et l’Alcidamie de Mademoiselle Desjardins. On est bien aise de voir ce que leur sexe est capable de produire en cette occasion14.

11Présente dans les différents ouvrages qui cartographient le champ littéraire du milieu du XVIIe siècle, Mme de La Calprenède laisse plusieurs textes publiés, en vers et en prose. On ne peut donc réduire sa participation à la vie littéraire à une pratique occasionnelle car elle s’est fait remarquer des observateurs avertis du champ littéraire (Tallemant des Réaux, Somaize, Segrais, La Forge, Sorel). Sa fréquentation des salons et la diversité d’une production littéraire s’étendant à différents genres (poésie galante, fiction narrative, portrait) tendent à laisser entrevoir un engagement si intense, une pratique si assidue, que l’amatrice chez elle semble laisser deviner une professionnelle en puissance.

Un nom d’autrice qui est un nom d’auteur (et vice versa !)

  • 15 Voir Nathalie Grande, « Signer et publier », in Stratégies de romancières, de “Clélie” à “La Prince (...)

12La question de la signature est déterminante pour décider de la posture auctoriale d’un écrivain ou d’une écrivaine : signer ou ne pas signer dit l’intention d’afficher publiquement ou pas son statut d’écrivain/e15. Le cas de Mme de La Calprenède est très riche d’enseignements à cet égard.

  • 16 Sur la difficulté particulière pour les femmes de signer et leurs différentes postures possibles vi (...)

13Tout d’abord, on peut remarquer qu’elle est désignée par différents pseudonymes aux consonances précieuses : elle est « Délie » dans Le Cercle des femmes savantes tandis que Somaize la nomme « Calpurnie » dans son Dictionnaire des Précieuses. De manière plus remarquable, elle multiplie elle-même les signatures : elle figure sous le nom d’« Octavie » sur la page de titre du recueil des Œuvres diverses tant en vers qu’en proses ; elle signe du nom d’« Isabelle » son portrait dans les Divers portraits ; elle affiche le nom de « Madame de La Calprenède » sur la page de titre des Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane, ce qui ne l’empêche pourtant pas d’utiliser le pseudonyme de « Délie » pour en signer la dédicace « à la princesse Alcidiane ». La multiplicité onomastique n’est évidemment pas faite pour aider à la repérer, et de ce point de vue, on constate un trait clairement amateur : un ou une professionnel/le aura tendance à privilégier un nom de plume et à s’y tenir pour conserver la notoriété acquise16. Pourtant, en suivant l’ordre chronologique des œuvres, on constate que l’évolution des noms dessine une trajectoire orientée : d’abord « Octavie », un prénom à consonance antique, qui inscrit l’autrice de plain-pied dans l’imaginaire antique des romans héroïques tels que les écrit son époux ; puis « Isabelle », prénom qui suggère une connotation galante et contemporaine, logique s’agissant d’un recueil de portraits référentiels ; enfin le très inattendu « Madame de La Calprenède », qui contrevient à la règle de modestie imposée aux productions féminines en général, et au code qui interdit aux femmes nobles de publier sans déroger.

  • 17 Madeleine de Scudéry quant à elle avait trouvé la parade pour contourner les deux contraintes en me (...)
  • 18 Et l’on sait que le catalogue de Claude Barbin faisait la part belle aux autrices. Voir à ce sujet (...)
  • 19 Insistance bien inutile : comme souvent pour les autrices, son œuvre lui a été enlevée pour être at (...)

14Cette transgression, dont on trouve un autre exemple chez Mme de Villedieu, implique une visée de notoriété qui rapproche Mme de La Calprenède de la démarche d’une professionnelle de l’écriture17. Il est vraisemblable de penser que cette recherche de notoriété personnelle est redoublée par l’usage d’un nom déjà bien connu sur les étals des libraires, ce qui serait une autre manière d’attirer l’attention du public potentiel. C’est d’autant plus sensible sur la page de titre que la typographie place sur deux lignes différentes « Par Madame / De La Calprenède ». Un client peu attentif pourrait ne voir que le nom bien connu du romancier alors au faîte de sa gloire (il commence en 1661 à publier Faramond). Le privilège vient confirmer l’intention d’afficher le nom de l’autrice : pris par Claude Barbin en septembre 166018, et ensuite rétrocédé à Charles de Sercy, il donne au libraire le droit d’« imprimer, vendre et débiter un Livre intitulé Les Nouvelles de la Princesse Alcidiane, par Madame de la Calprenède ». Il est rare qu’un nom d’auteur soit mentionné dans le privilège pris par un libraire. On peut en déduire que si ce nom apparaît ici, comme sur la page de titre, c’est parce que l’autrice a insisté pour qu’il soit mentionné. Cette volonté de signer son œuvre et d’être bien identifiée comme autrice nous apparaît comme un coup de force qui implique une grande audace chez Madeleine de Lyée19. Mais peut-être certaines circonstances peuvent aussi expliquer cette insistance.

  • 20 Voir à ce sujet les notes rédigées par Antoine Adam dans Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, (...)

15Quand Madeleine de Lyée épouse Gautier de Costes de La Calprenède en 1648, elle est déjà deux fois veuve et n’a pas une très bonne réputation… Mais qui trouve grâce aux yeux de Tallemant des Réaux ? Selon ce dernier en tout cas, Madeleine de Lyée, fille unique d’un gentilhomme normand, aurait eu une première liaison en 1638 (« mariage de Jean des Vignes » dit Tallemant des Réaux) avec un certain La Lande « hobereau de son voisinage », avant d’épouser en 1639 « un vieux cavalier bien riche et bien vérolé, nommé Vieuxpont ». Une deuxième union, avec Arnould de Braque (aussi orthographié Brac), a eu lieu en 1643, le décès prématuré de l’époux la laissant rapidement veuve (selon Tallemant des Réaux, le mari aurait été assassiné par un ancien amant de sa femme20). En tout cas, Madeleine de Lyée, dame de Saint-Jean-de-Livet et du Coudray, à nouveau veuve en 1645, épouse en décembre 1648 Gautier de Costes de La Calprenède, qui lui n’avait jusque-là jamais convolé. Toujours selon Tallemant des Réaux, la littérature n’aurait pas été étrangère à cette union :

  • 21 Ibid., p. 586. Tallemant des Réaux raconte grosso modo la même histoire à propos du mariage de Geor (...)

Calprenède allait chez une madame Boiste, où une petite étourdie de veuve, appelée Mme de Brac, le vit ; elle était folle de ses romans, et elle l’épousa, à condition qu’il achèverait la Cléopâtre ; cela fut mis dans le contrat21.

16Cette affirmation, si saugrenue soit-elle, trouve une forme de confirmation dans le recueil des Œuvres diverses tant en vers qu’en proses sous la forme d’un « Remerciement de la France à Octavie ». Dans une prosopopée en alexandrins, la France vient remercier Octavie d’avoir intercédé en faveur de l’achèvement du roman :

  • 22 Les Œuvres diverses tant en vers qu’en proses…, p. 43.

Mais hélas ! cette amour, non plus que cette attente,
Jamais, ou de longtemps, ne se verrait contente :
Si par un mouvement aux nôtres tout pareil,
Vous n’aviez à nos vœux mêlé votre conseil.
Et par votre pouvoir, et par votre courage
Obligé son Auteur à finir cet ouvrage.
Je vous adresse donc tous mes remerciements,
Puisqu’ainsi je vous dois tous mes contentements […].
Il vous était facile, en usant de vos droits,
D’imposer à ce cœur de plus étroites lois.
Un seul trait de vos yeux, le moindre de vos charmes,
Pouvaient de ses Héros laisser rouiller les armes.
Si vous l’aviez voulu tout entier posséder,
Tout entier à vos vœux on l’aurait vu céder22.

  • 23 Ibid., p. 73.

17Qu’il s’agisse d’une clause de contrat ou d’un engagement nuptial, il est certain que les dix volumes de Cassandre étaient parus en quelques années (1642-1645), alors que les douze volumes de Cléopâtre (1646-1657) ont demandé plus de temps à leur auteur. Il n’est d’ailleurs pas impossible que Mme de La Calprenède ait participé à la rédaction de ce roman : c’est en tout cas ce que suggère un autre poème des Œuvres diverses où Octavie et Lucidor (nom codé pour Gautier de La Calprenède) sont appelés les « nobles parents de Cléopâtre »23.

  • 24 Qui donnera naissance à une fille, Jeanne de Costes, en 1653.
  • 25 Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 584-588.

18Pourtant, l’idylle romanesque24 n’a pas duré dans le couple. Tallemant des Réaux, tout en signalant que le couple a conjointement cherché à dénigrer le roman de leurs concurrents, les Scudéry, ne cache pas les tensions conjugales dans le texte qu’il consacre à La Calprenède25 :

  • 26 Ibid., p. 588. Les « cravates » sont des militaires à cheval : « en termes de Guerre, [ce] sont des (...)

Quelque temps après qu’il fut marié, [La Calprenède] alla voir le petit Scarron. […] Lui et sa femme allaient par les maisons remarquant les fautes du Grand Cyrus : depuis ils se sont brouillés lui et elle, et on dit même incommodés.
Depuis quelque temps ils se sont séparés. Il dit qu’elle a fait plus de ravage sur ses terres qu’un régiment de Cravates26.

  • 27 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, art. « Incommoder ».
  • 28 Pour mémoire, Gautier de La Calprenède s’éteint en 1663 et Madeleine de Lyée en 1668. Cette brouill (...)

19L’adjectif « incommodé » a alors un sens intensif, plus fort que le sens actuel. Selon Furetière, « incommoder » c’est « importuner, nuire, faire de la peine et du mal »27. On passe ainsi de la « brouille » aux « ravages ». Les époux se sont en tout cas séparés, vraisemblablement à la fin de la décennie 165028, et on ne trouve plus trace d’autres publications de Mme de La Calprenède après son roman.

20En revanche, il est cocasse de relever que son mari se serait approprié ses noms et titres. Toujours selon Tallemant des Réaux, La Calprenède, de petite noblesse et sans terre, n’aurait pas hésité à accoler à son nom après son mariage les titres de sa femme :

  • 29 Ibid., p. 588.

La Calprenède a fait imprimer un roman de Pharamond, et, dans la préface, il prétend qu’on fait tort à ses livres de les appeler romans au lieu d’histoires. Là, il met son nom et ses qualités aussi bien que Scudéry : Par Me Gaultier de Coste, chevalier, seigneur de la Calprenède, Toulgou, Saint-Jean de Livet et Vatimesnil. Il n’y a que la Calprenède de son estoc29.

21Mais, sauf erreur de notre part, il s’agit encore d’un ragot et aucune page de titre de nous connue ne met en avant un tel nom – et d’ailleurs La Calprenède ne fait pas mentionner son nom sur la page de titre, et signe certaines dédicaces de simples initiales (« L C »).

Une carrière d’amatrice

22Quoi qu’il en soit de la réussite ou de l’échec de ce mariage, une chose est sûre : c’est sans doute grâce à lui que Madeleine de Lyée est passée d’un intérêt mondain pour la littérature comme loisir lettré à une pratique d’amatrice, et peut-être à une tentation professionnelle. Alors qu’avant son mariage, elle n’a rien fait paraître, c’est après quelques années de son union avec Gautier de La Calprenède que son nom est cité et qu’elle commence à publier.

  • 30 Voir Nathalie Grande, Stratégies de romancières…, p. 217-223.
  • 31 Selon les notes d’Antoine Adam dans Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 1382.

23Sans aucun doute, elle a bénéficié de la fréquentation quotidienne d’un professionnel de l’écriture. La présence d’un mentor masculin, époux, parent ou ami proche, qui accepte de partager savoir et savoir-faire, met à disposition une bibliothèque, donne des conseils stylistiques, et fait accéder l’apprentie écrivaine à la formation intellectuelle nécessaire à l’écriture, est un trait récurrent des trajectoires d’écrivaine30. Pour rappel, leur sexe interdisait aux jeunes filles d’avoir accès à une formation intellectuelle, sauf exception familiale. Madeleine de Lyée, même venant de la petite noblesse normande, n’a pas bénéficié d’un milieu particulièrement favorable à cet égard, à la différence de Gautier de La Calprenède, qui, tout cadet de Gascogne qu’il était, a été envoyé par ses parents dans un collège toulousain avant de monter à Paris faire carrière. On peut imaginer que les premières années de mariage furent pour Madeleine de Lyée l’occasion de rattraper son retard culturel. Logiquement, cela implique (pour elle comme pour les autres écrivaines, qu’elles soient occasionnelles, amatrices ou professionnelles) un accès tardif à l’écriture : elle serait née vers 1618-162031, aurait donc eu au moins trente ans au moment de son mariage avec le romancier. Son premier texte connu paraît en 1658, c’est-à-dire à un moment où elle dépasse l’âge de quarante ans, autant dire un âge que peu de personnes atteignent au XVIIe siècle. La brièveté de ses mariages successifs, qui lui a évité les grossesses à répétition, lui a sans doute épargné la mort prématurée à laquelle la majorité des épouses étaient destinées.

  • 32 Selon le site Geneanet, les bans de son premier mariage avec Jean de Vieuxpont en 1639 ont été publ (...)

24Mais outre le gain culturel et le perfectionnement stylistique que sa vie conjugale avec le romancier a pu lui apporter, il est également certain que ce mariage lui a ouvert un réseau parisien, où la provinciale qu’elle était (et qu’elle est restée jusqu’à son second mariage, semble-t-il32) a été initiée aux pratiques des cercles mondains les plus dynamiques, sur le plan culturel en général et littéraire en particulier. Nul doute que cette fréquentation, qui l’amène elle-même à recevoir comme le dit Somaize (« Sa ruelle a été des plus fréquentées et des plus fameuses de la petite Athènes, où les précieuses sont en grande vogue et où elle loge »), fait d’elle la précieuse capable de rimer et de rassembler autour d’elle un cercle de poètes qui lui permet de publier Les Œuvres diverses tant en vers qu’en proses : un recueil collectif certes, mais qui présente de manière assez contradictoire un nom sur la page de titre : « Par Octavie ». Cette Octavie, qui affiche son nom et valorise donc son rôle, signe aussi la dédicace « à Madame de Mattignon », où elle explique qu’elle rassemble les « productions d’un esprit éclairé » nommé Acanthe, dont on comprend qu’il est défunt. Octavie / Mme de La Calprenède est au centre du recueil, qui dessine une sorte de trajectoire narrative semée de poésies diverses, que le prosimètre permet d’insérer dans un contexte biographique. Le texte d’ouverture, « Les amours d’Acanthe », à la première personne, s’adresse ainsi à elle, et les textes qui suivent l’évoquent, s’adressent à elle ou viennent de sa plume. Il s’agit donc bien d’un recueil collectif, mais centré autour d’elle, ce qui légitime la présence de son pseudonyme sur la page de titre. On peut imaginer que l’entremise de Gautier de La Calprenède et sa connaissance du monde de la librairie n’ont pas été étrangères à la transformation de productions de salon, destinées à un cercle étroit, en publication, propre à toucher un public élargi, en somme un passage du monde de l’amateurisme à la voie professionnelle.

25La deuxième participation de Mme de La Calprenède à un recueil collectif consiste dans le portrait qu’elle écrit pour le recueil des Divers portraits commandité par Anne Marie Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier. Dans ce cadre très particulier, où les participantes et participants habilités à accompagner et soutenir la plume de la Grande Mademoiselle, reçoivent un honneur insigne, Mme de La Calprenède joue habilement le jeu du portrait. Elle est déjà présente dans le titre, les initiales du « Portrait de M. D. L. C. » la désignant assez clairement ; mais elle est aussi présente dans le texte en multipliant les références à ses pseudonymes précieux qui fonctionnent comme autant de masques qui la démasquent. En effet, si le texte n’est pas explicitement signé, il invite à aller lire les portraits que la « charmante Délie » a « ramassé[s] », portraits où « les hommes sont des Catons, ou des Césars pour le moins, & les femmes des Lucrèces, ou des Octavies ». Surtout, l’autrice profite de l’occasion pour faire un autoportrait sous un nouveau nom de plume, cette fois « Isabelle ». Et, parmi les diverses qualités que se donne la mystérieuse « Isabelle », l’esprit n’est pas en reste, ni le goût des lettres :

  • 33 Sara Harvey, “Divers portraits” : étude…, p. 415-416.

Nous pouvons dire avec vérité, qu’Isabelle a de l’esprit autant qu’on en peut avoir, & de cet esprit brillant, esprit du monde & de conversation : elle n’a jamais eu assez de patience ou d’application pour apprendre les choses curieuses ; & l’on voit bien que si elle en voulait prendre la peine, elle y réussirait assurément, ayant beaucoup de vivacité pour comprendre les choses les plus difficiles, beaucoup de mémoire pour les retenir, & beaucoup de facilité & d’agrément pour les débiter : mais cette humeur négligente qu’elle a naturellement pour toutes les choses qui lui font de la peine, l’empêche de s’appliquer sérieusement à ce qu’on ne peut apprendre qu’avec beaucoup de soin : elle n’entend ni l’Espagnol, ni l’Italien, mais elle parle fort bien sa langue naturelle, & écrit même en vers & en prose aussi correctement que les hommes les plus accomplis peuvent écrire. […] Elle a assez de curiosité pour toutes les choses qui se savent dans le monde, ou pour des nouvelles, ou pour des vers, & pour toutes les galanteries qui courent les ruelles33.

26Comme l’analyse Sara Harvey dans son étude critique des Divers portraits :

  • 34 Ibid., p. 422.

Le texte occupe une place importante dans le recueil en raison de son originalité. D’une part, l’auteur renverse la technique de l’autoportrait fictif pratiqué exclusivement par Mademoiselle : sous couvert d’un portrait d’autrui, l’auteur nous livre le sien propre. Madame de La Calprenède est, d’autre part, le premier portraitiste du recueil à formuler une critique de la mode du portrait. Elle est également la seule à proposer un portrait prosimètre. À ces éléments s’ajoutent un langage coloré, un ton humoristique, un vocabulaire varié et des références littéraires nombreuses34.

27Le ton employé par Mme de La Calprenède et l’aisance stylistique qu’elle déploie montrent sa virtuosité littéraire dans une pratique amatrice, indispensable s’agissant de participer au loisir lettré d’une princesse du sang.

  • 35 Voir les arguments avancés par Laurence Plazenet, « Un faux problème d’attribution… », p. 345-346.

28Le portrait a dû plaire, suffisamment en tout cas pour autoriser Mme de La Calprenède à placer son premier roman (qui sera aussi son dernier) sous le patronage de la Grande Mademoiselle. En effet, la « princesse Alcidiane » que Les Nouvelles prétendent divertir semble bien être un pseudonyme renvoyant à la duchesse de Montpensier35. D’une part, le titre est décalqué du titre du recueil de nouvelles écrit par Segrais quelques années plus tôt : Les Nouvelles françaises ou les Divertissements de la princesse Aurélie (1656) ; d’autre part, Mme de La Calprenède, sous le nom de Délie, adopte dans sa dédicace « À la princesse Alcidiane » la traditionnelle posture de modestie féminine qui justifie qu’elle ait osé publier par le commandement qu’elle en a reçu d’une personne d’une qualité telle qu’elle ne pouvait se dérober :

  • 36 Les Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane, Paris, C. de Sercy, 1661, n. p.

Si je cherchais d’autre gloire que celle de vous plaire et de vous obéir, mal aisément m’eut on fait résoudre d’exposer au public un ouvrage qui n’a jamais été entrepris que par votre ordre et pour votre divertissement. C’est aussi le seul motif qui m’a fait écrire ces nouvelles où vous trouverez sans doute beaucoup plus de vérité que d’art et d’invention36.

Ces réticences de convention sont réitérées dans la préface au lecteur :

  • 37 Ibid., n. p.

Une puissance à laquelle je ne pus désobéir, me force à t’exposer un petit ouvrage que je n’ai fait que par jeu, et sans aucun dessein de le laisser voir qu’à celle qui peut tout sur moi, et à deux de mes chères amies seulement ; si tu trouves qu’il te soit ennuyeux, que l’art et l’invention lui manque[nt], accuse moins mon ignorance que l’obéissance aveugle que j’ai pour mon Alcidiane, qui dans l’ordre qu’elle m’a donné d’écrire les choses comme elles s’étaient passées, ne m’a laissé que la liberté de cacher les noms des personnes qui ont quelque part aux nouvelles37.

  • 38 Ibid., n. p.

29La modestie de convention cadre pourtant mal avec une signature sur la page de titre, d’autant plus surprenante que Mme de La Calprenède est alors brouillée avec son mari ; ce nom est donc à comprendre plutôt comme un argument commercial que comme l’hommage littéraire et conjugal qu’il aurait pu être. Cette distance (qui explique peut-être que « l’art et l’invention » puissent lui manquer) est confirmée par la préface au lecteur, où l’autrice explique qu’elle a choisi de situer son récit à Forges, lieu « fort propre à y faire rencontrer [s]es Aventurières, sans les faire courir par le monde, ni les exposer sur la mer »38. La pointe satirique montre que l’apprentie romancière est visiblement revenue de son goût pour le grand roman héroïque où son époux s’était illustré (et pour lequel elle l’aurait peut-être épousé, si on admet la légende sur la continuation de Cléopâtre comme clause du contrat conjugal).

  • 39 René Démoris, Le Roman à la première personne. Du Classicisme aux Lumières, Paris, A. Colin, 1975, (...)

30De fait, Les Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane s’inscrivent dans le renouvellement poétique qui travaille la fiction narrative au début des années 1660. On y trouve à la fois des bergers et des nymphes dignes de la veine pastorale, des cavaliers et des dames aux noms de roman (Clytie, Léonice, Lydas, etc.) et une structure faite d’une alternance de récits à la première personne et de conversations qui évoquent irrésistiblement l’univers du roman long. Et en même temps, ces récits à clefs n’échappent pas à une vraisemblable trivialité inconnue dans le long roman. C’est en particulier le cas dans le troisième récit, « Histoire du Fier », où Lydas, amoureux d’Aminthe et éconduit par elle, se console en séduisant la tante de cette dernière ; et quand il retrouve Aminthe, qui a entre-temps épousé un bourgeois, il la convainc de se laisser enlever pour s’enfuir avec lui, une aventure à coup sûr indigne d’une héroïne de roman. René Démoris avait lui aussi remarqué la « rupture avec les conventions admises » qui rend possible l’apparition d’un personnage de séducteur patenté39.

31Mais il y a un problème : c’est que là s’arrêtent Les Nouvelles, au moment où le changement de ton introduit par le récit rétrospectif du héros masculin détonnait par rapport au début plus conventionnel. Des quatre cavaliers arrivés ensemble à la page 218, un seul aura raconté son histoire avant la page finale :

  • 40 Les Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane, p. 629.

De sorte que les belles Nymphes perdant le dessein d’aller jusques au bord de leur agréable ruisseau, et d’ailleurs l’heure du dîner étant assez proche, elles jugèrent à propos de reprendre le chemin de leurs Cabanes, et qu’après leur repas elles s’y assembleraient pour apprendre du Chevalier Sage, du Tendre, et de l’Éloquent, les rares et merveilleuses aventures40.

  • 41 Et même pour la grande romancière, le tournant ne fut pas facile et elle ne retrouva pas le succès (...)

32Les lecteurs et les lectrices ne connaîtront jamais la suite, jamais écrite ou jamais publiée. On peut s’interroger sur cette interruption du récit, qui correspond au dernier texte connu de la nouvelle romancière. Est-ce faute de succès commercial qu’une suite ne fut pas entreprise ? Malgré la protection affichée par la dédicace, Mme de La Calprenède n’a en effet jamais été une proche de la Grande Mademoiselle. Privée par ailleurs du réseau et des conseils littéraires de son époux, la nouvelle romancière n’a peut-être plus assez été soutenue pour être publiée sans un indubitable succès. Le livre, qui ne connaît aucune réédition, ne semble justement pas avoir rencontré le succès. La forme, tendue entre des directions antagonistes, entre un cadre romanesque et des récits insérés relevant de la nouvelle, parallèlement au contenu contradictoire, entre un début qui relève de la chronique de cour à clefs avec une stylisation pastorale et une fin qui prend une tournure satirique, unissait peut-être trop de paradoxes pour rencontrer son public. Au même moment, Madeleine de Scudéry opérait elle-même une réforme de son écriture, mais elle passait pour cela de la complexité du roman long (Clélie, 1654-1660) à une forme simple et cohérente : Célinte paraît en 166141, la même année que Les Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane.

*

  • 42 Alain Viala, Naissance de l’écrivain…, p. 180.

33Au terme de ce parcours, nous pouvons dresser un rapide bilan. La trajectoire littéraire de Mme de La Calprenède présente un certain nombre de signes qui s’apparentent à des pratiques professionnelles : l’audace de signer par son nom, la polygraphie, l’expérimentation de formes renouvelées, le désir de s’assurer une protection princière tout en adressant l’œuvre au public en général. D’autres caractéristiques s’éloignent de la posture professionnelle : la multiplication des formes de signature, le fait que la littérature n’a occupé qu’un temps limité dans sa vie (sa période de publication s’étend sur trois courtes années dans une vie qui a dû atteindre la cinquantaine), et surtout l’absence de recherche d’un gain financier. Pour Mme de La Calprenède, « pratiquer la littérature consistait à s’en approprier le prestige mais sans en faire l’élément principal d’un statut social »42. Son mariage avec Gautier de La Calprenède lui a donné des moyens et peut-être une envie de professionnalisation ; mais par manque de talent ou par manque de nécessité ou par manque d’audace, elle n’a pas franchi le pas que fort peu de femmes – et d’hommes – ont franchi au XVIIe siècle. Mme de La Calprenède se situe dans ce vaste espace qui s’étend entre auteurs et autrices occasionnel(le)s et professionnel(le)s, un espace non uniforme, que les termes d’amateurs et d’amatrices désignent de manière trop univoque pour rendre compte de la diversité des façons d’incarner cette posture.

Haut de page

Notes

1 Plusieurs graphies se trouvent.

2 Voir Georges Molinié, « La Calprenède, ou l’héroïsme en question », Littératures classiques, no 15, octobre 1991, p. 111-118 et Marie-Gabrielle Lallemand, Les Longs Romans du XVIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2013.

3 Disponible en ligne sur le site Gallica.

4 Alain Viala, Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985, p. 181.

5 Pour rappel, ses « historiettes » n’étaient pas écrites pour être imprimées et il ne prenait donc guère de précaution dans ses jugements. Voir Marie-Gabrielle Lallemand, « 1834 : les Historiettes de Tallemant des Réaux font scandale », Elseneur, no 15-16, 2000, Postérités du Grand Siècle, Suzanne Guellouz (dir.), p. 173-190.

6 Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes [1834], Antoine Adam (éd.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), t. 2, 1961, p. 588.

7 Les Œuvres diverses tant en vers qu’en proses, dédiées à Madame de Mattignon. Par Octavie, Paris, J. Le Gras, 1658, p. 152-153. Son nom est également cité dans un autre recueil de poésie la même année : Nouveau cabinet des muses ou l’Élite des plus belles poésies de ce temps, Paris, veuve d’E. Pepingué, 1658 (disponible en ligne sur le site de la bibliothèque municipale de Lyon).

8 L’expression est de Myriam Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, Paris, H. Champion (Lumière classique ; 25), 1999.

9 Antoine Baudeau de Somaize, Le Dictionnaire des Précieuses [1661], C.-L. Livet (éd.), Paris, P. Jannet, 1856, t. 1, p. 53.

10 Voir Laurence Plazenet, « Un faux problème d’attribution : Les Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane de Madame de La Calprenède », XVIIe siècle, no 195, avril-juin 1997, p. 341-360.

11 Jean de La Forge, Le Cercle des femmes savantes, Paris, J.-B. Loyson, 1663, « Clef des Noms des Savantes de France », n. p.

12 Sur l’attribution de ce texte, voir Sara Harvey, “Divers portraits” : étude et édition critique, thèse de littérature, Université Laval (Québec), 2008, p. 421-422.

13 Sur ce recueil, voir Nathalie Grande, « L’avènement du portrait littéraire au milieu du XVIIe siècle, de Georges et Madeleine de Scudéry à la Grande Mademoiselle », in Usages du portrait littéraire. Faire voir, révéler, émouvoir, Fabienne Bercegol (dir.), Paris, Hermann, 2023, p. 145-160.

14 Charles Sorel, La Bibliothèque française (1667), Filippo d’Angelo, Mathilde Bombart, Laurence Giavarini, Claudine Nédelec, Dinah Ribard, Michèle Rosellini, Alain Viala (éd.), Paris, H. Champion, 2015, p. 244. Nous avons volontairement poursuivi la citation afin que le lecteur et la lectrice puissent apprécier la misogynie du propos de Sorel, au moment même où il n’exclut pas les femmes de sa Bibliothèque.

15 Voir Nathalie Grande, « Signer et publier », in Stratégies de romancières, de “Clélie” à “La Princesse de Clèves”, Paris, H. Champion (Lumière classique), 1999, p. 281-304.

16 Sur la difficulté particulière pour les femmes de signer et leurs différentes postures possibles vis-à-vis de cette question, voir Nathalie Grande et Edwige Keller-Rahbé, « Villedieu, ou les avatars d’un nom d’écrivain(e) », Littératures classiques, no 61, printemps 2007, p. 5-32.

17 Madeleine de Scudéry quant à elle avait trouvé la parade pour contourner les deux contraintes en mettant sur sa page de titre le nom de son frère : « Par M. de Scudéry, gouverneur de Notre-Dame de La Garde ». Voir à ce sujet Nathalie Grande, « Un parcours éditorial : Madeleine de Scudéry et ses libraires », in Les Arrière-boutiques de la littérature. Auteurs et imprimeurs aux XVIe et XVIIe siècles, Edwige Keller-Rahbé (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail (Cribles XVIe-XVIIIe), 2010, p. 71-86.

18 Et l’on sait que le catalogue de Claude Barbin faisait la part belle aux autrices. Voir à ce sujet Nathalie Grande, « Claude Barbin, un libraire pour dames ? », Revue de la Bibliothèque nationale de France, no 39, 2011, Les Femmes auteurs et le livre, du Moyen Âge aux lendemains de la Révolution, Martine Reid (dir.), p. 22-27.

19 Insistance bien inutile : comme souvent pour les autrices, son œuvre lui a été enlevée pour être attribuée à un homme de son entourage, en l’occurrence son époux. Voir à ce sujet la mise au point de Laurence Plazenet, « Un faux problème d’attribution… ». Sur cette signature, voir aussi les commentaires de Myriam Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres…, p. 387.

20 Voir à ce sujet les notes rédigées par Antoine Adam dans Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 1382-1385.

21 Ibid., p. 586. Tallemant des Réaux raconte grosso modo la même histoire à propos du mariage de Georges de Scudéry avec Marie-Madeleine de Martinvast, ibid., p. 684-696.

22 Les Œuvres diverses tant en vers qu’en proses…, p. 43.

23 Ibid., p. 73.

24 Qui donnera naissance à une fille, Jeanne de Costes, en 1653.

25 Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 584-588.

26 Ibid., p. 588. Les « cravates » sont des militaires à cheval : « en termes de Guerre, [ce] sont des Cavaliers qui font un Corps de Cavalerie étrangère, commandé par un Colonel » (Antoine Furetière, Dictionnaire universel, La Haye – Rotterdam, A. et R. Leers, 1690, art. « Cravates »).

27 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, art. « Incommoder ».

28 Pour mémoire, Gautier de La Calprenède s’éteint en 1663 et Madeleine de Lyée en 1668. Cette brouille a accrédité la légende selon laquelle Mme de La Calprenède aurait cherché à se débarrasser de son mari par des accidents de chasse répétés. Voir la mise au point d’Antoine Adam dans Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 1383.

29 Ibid., p. 588.

30 Voir Nathalie Grande, Stratégies de romancières…, p. 217-223.

31 Selon les notes d’Antoine Adam dans Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 1382.

32 Selon le site Geneanet, les bans de son premier mariage avec Jean de Vieuxpont en 1639 ont été publiés à Tortisambert, dans l’actuel département du Calvados, alors que les bans du deuxième mariage avec Arnould de Braque en 1642 l’ont été à Paris.

33 Sara Harvey, “Divers portraits” : étude…, p. 415-416.

34 Ibid., p. 422.

35 Voir les arguments avancés par Laurence Plazenet, « Un faux problème d’attribution… », p. 345-346.

36 Les Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane, Paris, C. de Sercy, 1661, n. p.

37 Ibid., n. p.

38 Ibid., n. p.

39 René Démoris, Le Roman à la première personne. Du Classicisme aux Lumières, Paris, A. Colin, 1975, p. 144-145.

40 Les Nouvelles ou les Divertissements de la princesse Alcidiane, p. 629.

41 Et même pour la grande romancière, le tournant ne fut pas facile et elle ne retrouva pas le succès suscité par ses romans. Toutefois, même si la fin de sa carrière lui fait privilégier la forme des Conversations, jamais Madeleine de Scudéry n’a abandonné la fiction, au point d’insérer régulièrement des nouvelles dans les volumes de conversations.

42 Alain Viala, Naissance de l’écrivain…, p. 180.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Grande, « Une amatrice malgré elle ? Mme de La Calprenède »Elseneur, 38 | 2023, 101-114.

Référence électronique

Nathalie Grande, « Une amatrice malgré elle ? Mme de La Calprenède »Elseneur [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/elseneur/1424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elseneur.1424

Haut de page

Auteur

Nathalie Grande

LAMO UR 4276, Nantes Université

Professeure à l’université de Nantes, Nathalie Grande est historienne de la littérature. Elle s’intéresse depuis des années à la question de l’accès des femmes à l’écriture, aux genres qu’elles pratiquent, à leur place dans le champ littéraire du XVIIe siècle (Stratégies de romancières, Paris, H. Champion, 1999). Cela l’a amenée à s’interroger plus généralement sur les liens réciproques entre littérature et société, sur la manière dont la mixité pouvait changer la culture, en particulier à travers l’étude du phénomène galant dans la littérature narrative comique (Le Rire galant, Paris, H. Champion, 2011). Elle a édité plusieurs romans du XVIIe siècle (Madeleine de Scudéry, Mathilde, Paris, H. Champion, 2002 ; Mme de Villedieu, Le Portefeuille, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2011, et Les Amours des Grands Hommes, Paris, Société des textes français modernes, 2016). Elle a organisé près d’une dizaine de colloques, en particulier dans le cadre des travaux de la SIÉFAR (Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime). Après avoir consacré une biographie à Mme de Lafayette, elle vient de publier (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022) avec Mathieu Da Vinha les actes du colloque qui, en mars 2019 à Versailles, a commémoré le tricentenaire de la mort de Mme de Maintenon. Elle prépare une anthologie de contes de conteuses de la fin du XVIIe siècle pour les Presses universitaires de Saint-Étienne.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search