Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38« L’auteur des Proverbes m’a appr...

« L’auteur des Proverbes m’a appris… »

Mme de Maintenon et son œuvre dramatique : la posture ambiguë d’une amatrice
“The Author the Proverbes Taught Me…”. Mme de Maintenon and Her Theatrical Work: The Ambiguous Position of an Amateur Writer
Anne Boiron
p. 115-130

Résumés

Davantage connue pour son œuvre éducative que pour des textes dramatiques, Mme de Maintenon ne se considère elle-même jamais autrement que comme une amatrice. Cependant, le jugement sévère qu’elle porte dans sa correspondance à l’égard de certains amateurs nous invite à étudier plus précisément sa définition de l’amateurisme. La marquise semble en effet posséder une vision élitiste de la pratique d’amateur lui permettant de tirer une certaine fierté de ses œuvres dramatiques éducatives : les Conversations et les Proverbes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On nomme « favorites » des religieuses de Saint-Cyr pour lesquelles Mme de Maintenon ressent une af (...)
  • 2 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Glapion du 8 juin 1717, in Correspondance. Lettres de Madame de M (...)
  • 3 Mme de Maintenon, Proverbes dramatiques, Perry Gethner, Theresa Varney Kennedy (éd.), Paris, Classi (...)
  • 4 Nous utilisons « Demoiselle » avec une majuscule pour désigner les élèves de Saint-Cyr, l’école fon (...)
  • 5 Elle lui adresse par exemple en 1718 ce petit autoportrait railleur : « Une femme qui dans son temp (...)

1Le 8 juin 1717, dans un court billet à l’une de ses favorites1, Mme de Glapion, Mme de Maintenon raconte s’être rendue chez son cuisinier, souffrant, « car l’auteur des Proverbes m’a appris qu’il faut visiter les malades qu’on a chez soi encore plus que ceux des hôpitaux »2. L’épistolière fait ici référence au premier de ses Proverbes : « Tel maître, tel valet »3 qui, à travers les personnages de deux servantes, enseigne aux jeunes Demoiselles4 qu’il faut bien traiter ses domestiques pour recevoir en retour leur fidélité. Le fonctionnement du proverbe est très simple : quelques scènes servent d’illustration à un proverbe cité à la fin délivrant un enseignement moral aux Demoiselles qui le joueront. Cette simplicité, connue de tous les lecteurs des Proverbes, et la relation privilégiée que Mme de Maintenon entretient avec Mme de Glapion, ancienne élève brillante devenue Supérieure de Saint-Cyr, poussent à voir dans la périphrase « l’auteur des Proverbes » une antiphrase ironique, l’épistolière goûtant l’autodérision avec cette interlocutrice5. La citation illustre ainsi parfaitement l’ambiguïté de l’attitude de l’épistolière à l’égard de ses écrits dramatiques : tantôt dévalorisée et jugée de peu de conséquence, tantôt convoquée comme référence, cette œuvre d’amatrice est dans l’ensemble valorisée par sa créatrice et ses premiers lecteurs.

  • 6 La première édition est : Les Loisirs de Madame de Maintenon, parue en 1757 à Londres. La première (...)
  • 7 Sur le modèle des Conversations de Mlle de Scudéry, les Conversations de Mme de Maintenon mettent e (...)
  • 8 Voir Anne Boiron, « Le silence dans la correspondance de Mme de Maintenon, ou l’art d’un style qui (...)

2Les Conversations de Mme de Maintenon ne furent cependant éditées qu’à partir des XVIIIe et XIXe siècles6. Leur valeur éducative combinée à un style attique évoquant l’art de la conversation du « Grand Siècle » ont séduit un lectorat conséquent. Néanmoins, comme l’illustre ce délai entre l’écriture et la publication, Mme de Maintenon n’a jamais envisagé de publier ses œuvres de son vivant et leur destination purement scolaire ne fait aucun doute. Comme les Proverbes, les Conversations7 reposent sur une tonalité didactique assumée : aucune place à l’incertitude dans l’interprétation et peu de liberté laissée à un lecteur qu’il faut guider vers un savoir moral inflexible. Les modèles mondains de la marquise, à commencer par les Conversations de Mlle de Scudéry, semblent lointains dans cette œuvre scolaire où le style personnel cherche à s’effacer8 au profit du savoir délivré.

  • 9 À l’origine, le « proverbe » est un divertissement de la société galante (que Mme de Maintenon a be (...)

3Pourtant, comme le montre l’extrait cité au début, le statut de cette œuvre d’amatrice est plus complexe que ne le laisse présager ce premier constat. Tout d’abord, Mme de Maintenon s’est montrée très critique à l’égard des œuvres d’amateurs alors couramment utilisées dans l’éducation des jeunes gens. Ses ambitions concernant le théâtre éducatif sont en outre inégalées en son temps, puisqu’elle va jusqu’à commander à Racine des pièces de qualité pour ses élèves et à organiser des mises en scène somptueuses dignes de théâtres parisiens. La promotion de ses propres œuvres – Conversations à l’imitation de Mlle de Scudéry et Proverbes, souvenirs des jeux de salon9 – à Saint-Cyr signifierait-elle que la marquise n’est pas tout à fait à ranger aux côtés des médiocres amateurs que sont les religieuses et les jésuites écrivant des pièces ? En outre, Mme de Maintenon développe dans sa correspondance une attitude ambiguë à l’égard de ses textes, oscillant entre un dédain féminin et aristocratique, somme toute convenu, et la promotion, avec autorité, de la valeur et de l’efficacité de ses textes auprès d’un cercle de diffusion choisi. On interrogera donc la posture d’amatrice de Mme de Maintenon d’un point de vue théorique grâce à l’apport critique et réflexif fourni par sa Correspondance. Oscillant entre protestations de faiblesse et fierté, l’attitude de la marquise à l’égard de son œuvre révèle des ambiguïtés dépendant de sa finalité éducative qu’il conviendra donc d’étudier plus précisément. Or, le public, même restreint, de cette œuvre d’amatrice suppose un degré d’exigence qui ne permet pas de considérer l’amateurisme maintenonien comme une activité de dilettante manquant de savoir-faire.

La valeur incertaine de l’œuvre dramatique maintenonienne

4Dans sa correspondance, Mme de Maintenon porte à plusieurs reprises un jugement critique sur son œuvre dramatique lorsqu’il est question de la diffuser. À ces occasions, elle semble se juger plutôt sévèrement :

  • 10 Mme de Maintenon, lettre à Mme Du Pérou du 14 mai 1713, vol. 5, p. 617. M. de Bosredon est un prédi (...)

Je vous prie d’envoyer mes « Proverbes » à M. de Bosredon, où il trouvera encore autant d’instruction que dans les « Conversations », mais je ne crois ni les uns, ni les autres bien propres pour un prédicateur ; ils sont bons pour les personnes pour qui ils sont faits. Je le prie de n’en prendre aucune copie et de vous remettre le tout entre les mains quand il aura tout lu ; ils sont mal copiés et plein de fautes qui en ôtent le sens10.

  • 11 « Votre confesseur est bien content des Conversations. Elles peuvent vous aider à former la raison (...)
  • 12 Mme de Maintenon, lettre à M. de Mérinville du 31 mars 1713, vol. 5, p. 589-590.

5Ce passage témoigne du souci qu’a la marquise de contrôler la diffusion, mais également la réception de ses écrits. M. de Bosredon, jeune prêtre, ne bénéficie que d’une confiance limitée. Incertaine de la manière dont ses textes pourront être reçus à l’extérieur de son école, Mme de Maintenon ne les transmet qu’avec prudence. Cependant, les Conversations et Proverbes connaissent bien une diffusion, comme l’atteste leur transmission à Mmes de La Viefville11 et de La Mairie, qui dirigent des pensionnats. De plus, le reste de l’échange avec M. de Bosredon dénote l’autorité et la fierté que l’amatrice tire de son œuvre : ainsi, elle serait fière de « contribuer en quelque chose à faire un bon prêtre »12 grâce à ses conseils et à ses textes. Malgré une destination purement scolaire, qui la caractérise bien comme une œuvre d’amatrice, l’œuvre dramatique de Mme de Maintenon est plus souvent considérée avec fierté et assurance dans la correspondance, expliquant que son autrice en tire de l’autorité. Elle guide ainsi le jeune prêtre comme une autrice expérimentée :

  • 13 Mme de Maintenon, lettre à M. de Bosredon du 24 mai 1713, vol. 5, p. 621.

Mon approbation, sur le discours, que je vous ai entendu faire est peu de chose ; vous eûtes celle de notre Évêque et de tous ceux qui vous ouïrent. Saint François de Sales répond à un de ses amis qui le consultait sur la manière de bien prêcher, qu’il fallait prêcher souvent. Je crois en effet que la facilité de parler s’acquiert par là […]13.

  • 14 Linda Timmermans, L’Accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime, Paris, H. Champion, 2005.

6La prédication religieuse se situe clairement dans l’angle mort de l’accroissement de la participation des femmes à la vie religieuse à la suite du concile de Trente. Comme l’a montré Linda Timmermans14, le prêche reste largement un domaine masculin. Bien entendu, la marquise est pleinement consciente de ces interdits et place d’abord son énonciation sous le signe de la modestie : « peu de chose », elle passe après l’avis de l’évêque et du reste de l’assistance. Cependant, la modestie n’est que prétérition. Dix jours après avoir envoyé son œuvre à M. de Bosredon, l’épistolière n’hésite pas à donner des conseils, non sur le contenu, domaine du prêtre, mais sur la forme et la séduction de la parole. Bien que rien ne soit explicité, la succession de ces lettres invite à voir dans l’envoi des Conversations et des Proverbes moins des modèles moraux – qui ne sont « bons [que] pour les personnes pour qui ils sont faits » – que des modèles stylistiques de parole séduisante et persuasive, qualité que M. de Bosredon ne paraît pas bien maîtriser puisque l’épistolière lui conseille de s’entraîner davantage. De cet échange anecdotique au sein de la Correspondance, nous pouvons retenir trois traits essentiels à notre enquête : l’importance à accorder à l’œuvre dramatique de la marquise est relativisée par cette dernière en raison de sa finalité éducative ; cependant, elle constitue également une réalisation dont elle tire fierté et autorité, lui permettant de donner ici son avis à l’égal de François de Sales ; enfin, si ces saynètes ne sont pas considérées comme des œuvres littéraires, leur style n’en est pas moins estimé, ce qui complexifie la posture d’amatrice de la marquise.

7Cette dernière ressurgit régulièrement dans ses lettres lorsqu’il est question de ses textes pédagogiques. C’est par exemple le cas vingt ans plus tôt, alors qu’il s’agit d’éduquer non plus une Demoiselle, mais une princesse :

  • 15 Mme de Maintenon, lettre à M. de Dangeau de mars 1697, vol. 2, p. 784.

Il n’y a point de sottise dont je ne sois capable, Monsieur, quand je croirai qu’elles seront utiles à notre Princesse. J’ai fait autrefois, à Saint-Cyr, de petites conversations pour instruire les Demoiselles en les divertissant ; voyez si vous pourriez lire celles-ci tantôt. […] Il n’est pas nécessaire de vous prier de ne montrer cet écrit qu’à celles qui seront auprès de la Pr[incesse] et de ne le laisser à personne15.

  • 16 Mme de Maintenon ne publie qu’une fois de son vivant, il s’agit des Œuvres diverses d’un auteur de (...)

8Nous retrouvons ici le même dédain affiché pour son œuvre, alors que la marquise la diffuse volontiers, preuve de l’utilité qu’elle lui trouve. L’acte d’écrire est ainsi présenté comme une « sottise », les Conversations sont minorées par l’adjectif « petites », et surtout Mme de Maintenon, encore une fois, demande la confiance et le secret de son destinataire. M. de Dangeau, gouverneur de la duchesse de Bourgogne, doit considérer ces textes avec indulgence tout en ne les divulguant qu’à de rares personnes choisies. La grande prudence de l’épistolière témoigne d’une peur du ridicule qui tend à prouver qu’elle ne se considère que comme une amatrice et n’ose assumer aux yeux du public ses écrits. Les personnes à qui ils sont transmis sont donc toujours sélectionnées. Mme de Maintenon s’assure de ne pas être « trahie », ou « livrée au public » pour reprendre des expressions de l’époque et ainsi de ne pas franchir le cap éditorial16 qui semble séparer l’amateurisme de l’auctorialité. En outre, cette prudence s’explique aussi par sa position : il s’agit à la fois de ne pas sortir des attendus de sa société à l’égard de la modestie féminine, mais aussi de ne pas s’exposer au ridicule et aux critiques compte tenu de sa position à la Cour.

9En tant qu’autrice amatrice, la marquise doit donc encadrer ses écrits et leur diffusion de mises en garde et d’instances légitimatrices à même de justifier son activité. Elle étaie ainsi son désir de faire un livre rassemblant les conseils donnés aux Dames de Saint-Louis par le goût qu’on a pour son écriture :

  • 17 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Fontaines du 5 octobre 1693, vol. 2, p. 338.

Pour répondre simplement à l’avidité que vous avez pour mes écrits, je vous dirai, ma chère fille, que je voudrais bien avoir tout ce qui est de ma main à Saint-Cyr, j’en ferais un bel ouvrage et je verrais ce que j’ai dit pour ne pas le redire ; j’ôterais ce qui n’est plus de saison, je mettrais quelques raisons de mes changements et je vous assure que je ferais un beau livre, tout de mon écriture, car il me semble que c’est ce qu’on aime le mieux et c’est peut-être ce qui est le meilleur17.

10L’affection des Dames, qui transparaît dans leur attachement pour l’écriture de la marquise, et l’humilité de cette dernière viennent légitimer l’écriture féminine. La raillerie adressée aux Dames qui s’attachent trop au matériel est une louange déguisée de l’amour qu’elles éprouvent pour leur fondatrice. Elle permet en outre ici de réduire l’œuvre d’amatrice à sa matérialité : non imprimée, c’est la graphie de l’autrice qui lui donne de la valeur. Le motif permet à l’épistolière de se montrer modeste, mais aussi de s’autoriser un discours sur son texte qui laisse transparaître un rapport affectif à ses écrits. D’un côté, les antiphrases « bel ouvrage » et « beau livre » se doublent plaisamment d’un sens littéral assumé – un livre beau à regarder – et, de l’autre, le souhait de la marquise d’ôter le superflu et de retravailler son ouvrage pour le parfaire témoignent d’une recherche de qualité contredisant la négligence affichée. Mme de Maintenon est fière de son ouvrage, et, si elle demeure une autrice amatrice, les préceptes énoncés sont ceux d’une éducatrice professionnelle sûre de son fait.

Plaire et instruire : une finalité esthétique au théâtre pédagogique à Saint-Cyr

  • 18 Voir Anne Boiron, Mme de Maintenon dans ses lettres : de l’éducation des filles à la découverte de (...)

11L’œuvre dramatique de Mme de Maintenon est constamment rattachée à sa finalité. Il ne s’agit pas de plaire, mais d’abord d’instruire. L’utilité18, vocable cher à la marquise, vient sans cesse réduire d’éventuelles prétentions artistiques, tout en donnant une légitimité à la lecture et la diffusion des textes pour un public choisi. Les Conversations miment le type de discussions que la marquise voudrait observer chez ses élèves : des débats constructifs plutôt que des potins. Elles sont, comme leur modèle scudérien, censées imiter un idéal conversationnel moral tel qu’il pouvait se pratiquer dans certains salons. Mme de Maintenon – alors Mme Scarron – y était d’ailleurs réputée pour ses conversations morales :

  • 19 Mme de Sévigné, lettre à Mme de Grignan du 13 janvier 1672, in Correspondance, Roger Duchêne (éd.), (...)

Nous soupons tous les soirs avec Mme Scarron. Elle a l’esprit aimable et merveilleusement droit. C’est un plaisir que de l’entendre raisonner sur les horribles agitations d’un certain pays qu’elle connaît bien […]. C’est une plaisante chose que de l’entendre causer sur tout cela. Ces discours nous mènent quelquefois bien loin, de moralité en moralité, tantôt chrétienne, tantôt politique19.

  • 20 Certes, la littérature étant encore à inventer, elle ne peut être « reconnue ». Par cette expressio (...)

12Cette lettre témoigne de la coïncidence entre le genre de la conversation et sa pratique mondaine. On peut remarquer également ici que l’instruction morale goûtée par Mme de Sévigné se double d’un plaisir esthétique souligné par l’emploi d’un verbe de sensation « entendre ». Aussi l’impératif classique « plaire et instruire » englobe-t-il tout autant la création littéraire qu’une forme d’art de vivre, ce qui rend plus flou le partage entre l’amateurisme et l’auctorialité. Les lettres de Mme de Maintenon montrent que l’on glisse aisément de la littérature la mieux reconnue20 à la pratique de sociabilité mondaine :

  • 21 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Fontaines du 4 octobre 1695, vol. 2, p. 606.

Faites venir quelquefois des Demoiselles à vos récréations pour entendre quelque acte des saintes tragédies, une autre fois des conversations qui ne seraient pas inutiles pour donner des idées pour parler aux Demoiselles21.

13S’adressant ainsi à Mme de Fontaines, Supérieure de Saint-Cyr, l’épistolière montre l’importance pour elle de l’utilité dans l’usage de la parole à Saint-Cyr. Les « saintes tragédies », qui sont notamment les deux pièces de Racine, Esther et Athalie, sont aussi utiles que les conversations des Dames entre elles pour donner des modèles de sujets pertinents aux Demoiselles. La littérature comme la sociabilité sont ainsi perçues comme des modèles comportementaux permettant de s’approprier les préceptes moraux par imitation. En s’en tenant à ce type de déclaration, on pourrait ainsi croire que Mme de Maintenon ne se soucie nullement d’une finalité esthétique. Or, s’il faut d’abord instruire, il faut aussi plaire : l’épistolière se montre ainsi constante dans son refus de la pratique d’amateur à Saint-Cyr, refus qui questionne d’autant plus sa façon de considérer son œuvre.

  • 22 Mme de Maintenon, lettre à Mme Du Pérou du 15 mai 1697, vol. 2, p. 800-801.

Ma Sœur de Berval m’écrit, de votre part, sur les petites pièces qu’on donne dans les classes pour divertir les Demoiselles […]. Ne laissez rien composer aux Filles ; elles n’en sont pas capables et vous retomberiez aux étranges pièces de Mme de Brinon. […] Athalie et Esther seront toujours ce qu’il y a de plus beau et de meilleur à apprendre par cœur. […] [Je] m’opposerai tout de même à voir ma Sœur de Bouju s’ériger en auteur. Songez à la sanctification de vos Filles […]22.

  • 23 L’inventaire de la bibliothèque de la communauté effectué à la Révolution montre que 12 % des livre (...)

14Adressée à Mme Du Pérou, l’une des favorites de la marquise, alors Supérieure, cette lettre a le mérite de clarifier les attendus moraux et esthétiques que Mme de Maintenon fixe à la pratique du théâtre au sein de l’école. Présentée comme un divertissement et une récompense, l’activité ne doit pas cependant devenir un pur délassement : on recherche le « meilleur », c’est-à-dire ce qui est bon par son contenu. Toutefois, l’exigence morale se double d’attentes stylistiques (« plus beau ») pour le moins originales et qui témoignent de la particularité de l’éducation pensée par Mme de Maintenon. Comme l’a montré Hélène Jacquemin, ce que nous nommerions aujourd’hui littérature occupe à Saint-Cyr une importance inédite comparativement aux autres institutions éducatives, y compris celles des garçons23. Cela est cohérent avec l’éloge effectué de l’œuvre de Racine et le blâme porté à l’encontre de Mme de Brinon dont les « étranges pièces » ont été avantageusement remplacées. Les élèves comme les maîtresses ne doivent ainsi pas composer de pièces, d’une part pour éviter un péché d’orgueil nuisible à leur « sanctification », mais aussi et surtout en raison de la piètre qualité de leurs textes. Derrière ce rejet semble ainsi transparaître une appréciation en creux des Proverbes et Conversations qui, échappant à la critique de l’amateurisme, semblent se rapprocher de la catégorie des œuvres qu’il est légitime d’apprendre parce qu’elles sont « belles et [bonnes] », à défaut d’être les « meilleur[es] ».

  • 24 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Montfort du 20 septembre 1691, vol. 2, p. 140.

15Cette lettre date de 1697 et témoigne de la position qui se maintiendra à Saint-Cyr jusqu’à la Révolution, car c’est véritablement dans ces années 1697-1701 que les contours de l’éducation saint-cyrienne s’affirment avec force après les remises en question qu’ont suscitées les polémiques autour de la représentation d’Esther. Face aux critiques provoquées par ces représentations devant la Cour en 1689, l’épistolière avait en effet remis en cause la place de la littérature dans l’enseignement des jeunes filles : « Ne leur apprenez point les conversations que j’avais demandées […] »24. Succès mondain, les représentations d’Esther ont été critiquées d’un point de vue moral par l’Église : de la comédienne à la prostituée, le glissement est bien vite réalisé dans les discours, d’où un retour à plus de rigueur morale dans l’éducation. En 1693, la littérature est encore condamnée dans l’enseignement des jeunes filles et, avec elle, l’œuvre de la marquise :

  • 25 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Fontaines du 27 février 1693, vol. 2, p. 294.

Nous voulions une piété solide, éloignée de toutes les petitesses des couvents, nous voulions de l’esprit, de l’élévation, un grand choix dans nos maximes, une éloquence dans nos instructions, une liberté entière dans nos conversations, un tour de raillerie agréable dans la société, de l’élévation dans notre piété, un grand mépris pour les pratiques des autres maisons, etc. Vous savez où nous avons été et d’où il faut revenir25.

  • 26 Mme de Maintenon, lettre à Mme Du Tourp du 21 janvier 1694, vol. 2, p. 383. Les « Jaunes » sont les (...)

16Ce qui est particulièrement intéressant dans ce passage, c’est la dimension esthétique condamnée dans l’ancienne éducation saint-cyrienne. La « petitesse » était refusée quand « l’esprit, […] l’élévation », « l’éloquence », la « liberté » dans la parole, et le « tour de raillerie » étaient recherchés. Or, on remarque que ces traits distinctifs rejetés en tant qu’orgueilleux correspondent tous à une finalité esthétique et à des ambitions proches de celles d’un auteur. Ces ambitions reviendront rapidement à Saint-Cyr. En 1694, Mme de Maintenon juge qu’« il est honteux que toutes les Jaunes apprennent encore à écrire »26. Dans la même lettre, elle demande ensuite à ce que les élèves sachent « bien lire, bien écrire, bien compter », l’adverbe ayant toute son importance à une époque où les filles poussent rarement loin la maîtrise de ces rudiments. La présence de littérature, notamment via le théâtre, à Saint-Cyr concourt ainsi à former les élèves à « bien lire » et « bien écrire ». Elle témoigne des ambitions d’une éducation et, avec elle, d’une exigence à l’égard des œuvres étudiées, qui valorisent celles de la marquise.

Une œuvre aux exigences esthétiques et intellectuelles fortes

17Ce rejet temporaire témoigne des contradictions auxquelles les femmes nobles et chrétiennes sont confrontées lorsqu’il s’agit d’écrire. D’une part, la religion comme la place de la femme dans la société commandent la discrétion et le silence. Mais, d’autre part, une femme noble doit bien parler. Les compétences stylistiques et langagières sont une part importante d’un habitus noble que Mme de Maintenon revendique et qui lui permet d’ailleurs de justifier la propagation de ses œuvres à d’autres institutions, tout en en limitant l’usage.

  • 27 Mme de Maintenon, lettre à Mme de La Viefville du 9 avril 1713, vol. 5, p. 594.

Il faut élever vos bourgeoises en bourgeoises ; il ne leur faut ni vers, ni Conversations ; il n’est point question de leur ouvrir l’esprit. Il faut leur prêcher les devoirs de la famille, l’obéissance pour le mari, le soin des enfants, l’instruction à leur petit domestique, l’assiduité à la paroisse le dimanche et les fêtes, la modestie avec ceux qui viennent acheter, la bonne foi dans leur commerce, etc27.

18Terrible pour des lecteurs modernes, cette citation s’inscrit parfaitement dans les impératifs d’une éducation d’Ancien Régime où l’on peut orienter l’instruction en fonction de la place que l’on occupera dans la société, celle-ci étant connue d’avance. Écrite à Mme de La Viefville, qui essaie d’appliquer les méthodes de Saint-Cyr dans son pensionnat, cette lettre fait l’éloge de l’œuvre théâtrale de Mme de Maintenon en la refusant aux bourgeoises. Elle n’a donc pas qu’une finalité pratique, ne se réduit pas à une somme de préceptes à ânonner : elle demande au contraire une « ouv[erture de] l’esprit » de l’élève. La marquise martèle aussi ce précepte à Mme de La Mairie qui a le même but dans son propre pensionnat et bénéficie également des Conversations pour ses jeunes élèves nobles uniquement :

  • 28 Mme de Maintenon, lettre à Mme de La Mairie d’avril 1713, vol. 5, p. 609.

Je ne songerais pas à leur ouvrir l’esprit [aux bourgeoises] par des Conversations, vers et jeux, qu’on leur apprend à Saint-Cyr, mais leur ferais jouer, comme les enfants ordinaires, pourvu qu’ils n’aient rien d’immodeste28.

19Les Conversations sont ainsi mises sur le même plan que des « vers et jeux » qui se distinguent de la façon de « jouer [des] enfants ordinaires ». L’œuvre de la marquise présente donc une valeur distinctive qui la fait rentrer dans la catégorie du loisir lettré et mondain. Sans être une autrice, l’amatrice est cultivée et tire fierté de sa compétence tout en cherchant à la transmettre à ses égales. Il ne faudrait donc pas lire l’amateurisme de la marquise à la seule aune de la modestie. Bien au contraire, comme le pointaient les prêcheurs conservateurs à l’encontre du théâtre à Saint-Cyr, il y a une forme d’orgueil qui pourrait le rapprocher de la position d’auteur, même si l’épistolière s’en défend. En tout état de cause, cet amateurisme est celui d’une élite culturelle, et n’est donc pas ouvert à tous.

20Puisque cette œuvre est distinguée, elle demande également des capacités interprétatives qui la différencient d’un écrit purement utile :

  • 29 Mme de Maintenon, lettre à Mme de La Viefville du 19 mars 1713, vol. 5, p. 579.

Votre confesseur est bien content des Conversations. Elles peuvent vous aider à former la raison des enfants. Mais souvenez-vous que les perroquets apprennent tout ce que l’on veut sans l’entendre et que si vous n’expliquez aux enfants ce que vous leur apprenez, ce sera un temps perdu pour vous et pour elles29.

  • 30 Les élèves âgées de onze à treize ans.

21Fière de l’approbation qu’elle a reçue, Mme de Maintenon n’hésite donc pas à diriger la lecture de ses textes et ainsi en fournit une sorte de manuel d’utilisation. Il ne s’agit pas de les réciter bêtement, mais d’en comprendre la pensée, en remarquer le raisonnement, en somme, d’en faire le commentaire. Elle s’adonne elle-même à l’exercice avec ses propres élèves. Dans un entretien de 1705, Mme de Maintenon prépare ainsi la classe Verte30 à remarquer qu’à chaque personnage correspond une façon de parler dans ses Proverbes, aussi les Demoiselles doivent-elles s’exprimer comme des Demoiselles :

  • 31 Mme de Maintenon, Lettres et entretiens sur l’éducation des filles, 2e éd., Théophile Lavallée (éd. (...)

« Voyez, ajoute-t-elle dans une instruction, comme je fais parler chacun son langage, les laquais comme parlent les laquais ; une honnête personne dirait-elle jamais “Dites-le à Monsieur et à Madame aussi, si vous voulez” ? »31.

22Mme de Maintenon incite donc ses élèves à la réflexion stylistique, mais également à des exercices d’application afin de favoriser une lecture personnelle capable de leur ouvrir l’esprit, pour reprendre ses termes. L’épistolière recommande ainsi l’identification littéraire ; elle y fait appel dans cette lettre à Mlle de Glapion, encore Demoiselle de Saint-Cyr :

  • 32 Mme de Maintenon, lettre à Mlle de Glapion de 1690, vol. 2, p. 97-98.

Dieu veuille vous pénétrer de cet esprit-là [du christianisme] comme vous paraissez l’être de celui d’Esther ! Songez comme elle était remplie de Dieu, combien elle se confiait en lui, comme elle lui reportait tout et priez avec autant de ferveur qu’elle32.

23Mme de Maintenon convoque la connaissance précise du texte d’Esther par Mlle de Glapion, qui avait participé aux représentations de la pièce en 1689. La jeune fille est invitée à s’identifier au personnage-titre, à se mettre à sa place pour ensuite passer de cette méditation à l’action, à savoir la prière. On peut imaginer que le même genre d’exercice était proposé, notamment en faisant endosser aux jeunes filles dans les Conversations et les Proverbes des rôles ne leur correspondant pas naturellement et leur ouvrant ainsi l’esprit.

24Cette utilité supérieure des textes littéraires, nourrissant davantage la réflexion, permet à Mme de Maintenon de justifier, malgré les critiques qu’elle a essuyées, la continuation des représentations théâtrales à Saint-Cyr (elles perdureront jusqu’à la Révolution, mais devant un public restreint) :

  • 33 Mme de Maintenon, lettre à Mme Du Pérou du 4 février 1702, vol. 3, p. 342-343.

Mon dessein [en faisant écrire de « belles tragédies »] a été d’éviter les mauvaises compositions des religieuses, telles que j’en avais vu à Noisy. J’ai cru qu’il était raisonnable et nécessaire de divertir les enfants et je l’ai vu pratiquer dans tous les lieux où l’on en a rassemblé. Mais j’ai voulu, en divertissant ceux de Saint-Cyr, remplir leur esprit de belles choses, leur donner de grandes idées de la religion, élever leur cœur aux sentiments de la vertu, orner et cultiver leur mémoire de choses dont elles ne seront point honteuses dans le monde, leur apprendre à prononcer, les occuper pour les retirer des conversations qu’elles ont entre elles et amuser surtout les grandes qui, depuis 15 ans jusqu’à 20, s’ennuient un peu de la vie de Saint-Cyr33.

25La pratique se trouve ainsi justifiée par son esthétisme, son utilité morale, son incitation à la réflexion et son aspect divertissant. Il est frappant de revoir le mépris de la marquise à l’égard des amateurs puisqu’elle dénonce les « mauvaises compositions des religieuses ». Au contraire, sa propre œuvre, représentée toute sa vie et au-delà à Saint-Cyr, échappe implicitement à la critique : autorisée à l’instar des œuvres d’auteurs aussi professionnels que Racine, il est clair qu’elle est la production d’une amatrice, certes, mais élitiste. De plus, outre l’utilité du contenu moral, on peut remarquer que Mme de Maintenon vante le fait de « remplir [les] esprit[s] de belles choses », ce qui semble correspondre à une ambition intellectuelle dépassant le simple catéchisme et répondant à un habitus noble cultivé. Enfin, l’importance soulignée du divertissement n’est pas à négliger puisqu’elle montre que cette œuvre, comprenant les Conversations et Proverbes, fait plaisir, divertit actrices et spectateurs, et remplit donc le contrat d’une première diffusion réussie, même si elle est restreinte à un public choisi d’amis et d’éducateurs partageant les mêmes valeurs. La grande différence avec l’œuvre de Mlle de Scudéry, qui fait bien de Mme de Maintenon une amatrice, tient dans le contrôle de cette réception étroite et le refus de se soumettre à la critique.

Conclusion : une amatrice et son modèle34

  • 34 Nous ne nous adonnerons pas ici à une étude comparative de l’œuvre de Mme de Maintenon et de Mlle d (...)

26Lors de la publication des Conversations de Mlle de Scudéry, Mme de Maintenon écrit deux fois à l’autrice :

  • 35 Mme de Maintenon, lettre à Mlle de Scudéry du 3 mars 1683, vol. 1, p. 454-455. Mme de Maintenon se (...)

Je connais les livres que vous m’avez envoyés et je les aime fort [Conversations sur divers sujets, 1680]. Souffrez donc que je vous les rende ; vous en ferez un meilleur usage que moi et j’en ai un qui contient les trois et qui même a des fermoirs, tant je compte de les garder toujours. Je charge celui qui vous rend ma lettre de vous mettre quelque argent entre les mains35.

  • 36 Mme de Maintenon, lettre à Mlle de Scudéry du 19 août 1684, vol. 1, p. 545. Rappelons que les Conve (...)

Quoique je ne vous remercie point des lettres que je reçois de vous et de ce que vous y joignez quelques fois, croyez, Mademoiselle, que j’en fais tout le cas que je dois, que j’en fais l’usage que vous désirez, qu’elles ont l’effet que vous en devez attendre et que vous êtes fort estimée de celui dont vous faites incessamment le panégyrique. Il a entendu lire de tous côtés vos dernières Conversations, qu’il trouve aussi utiles qu’agréables36.

27Dans ces deux lettres, nous n’assistons pas à un dialogue entre pairs, mais à l’échange disproportionné entre une autrice et une mécène en position de l’aider. En 1683, Mme de Maintenon renvoie ses ouvrages à Mlle de Scudéry, non pour l’insulter – elle prend soin de souligner qu’elle les aime tellement qu’elle a fait relier ses exemplaires – mais certainement pour qu’elle puisse ainsi les envoyer à une autre personne susceptible de lui apporter une aide. De l’argent est envoyé en 1683 et, en 1684, le patronage du roi, demandé par Mlle de Scudéry dans son panégyrique, semble accordé via la réponse de la marquise. Face aux auteurs, Mme de Maintenon se place donc en amatrice. Mais, comme nous l’avons vu, cette amatrice est assurée, malgré ses protestations d’incompétence, fière de son œuvre dont elle revendique les finalités éducatives, réflexives, esthétiques et divertissantes, et de ses capacités, tant culturelles que stylistiques. Profondément nourrie par sa fréquentation des salons mondains dans les années 1660, notamment initiée à la culture et au beau langage par son premier mari Scarron, et ses amis, ainsi que ses lectures, Mme de Maintenon doit beaucoup à Mlle de Scudéry. Ses pièces comme ses lettres partagent la même réflexion morale et la même tendance au dialogue pour la mener à bien :

  • 37 Lucie Desjardins, « Lecture et discours de la morale au féminin au XVIIe siècle », in Lectrices d’A (...)

Chez Madeleine de Scudéry, la morale dialoguée rencontre les valeurs de la conversation honnête ; ailleurs, ce sera le portrait comme genre mondain qui présidera à la connaissance de soi, fondement de toutes les vertus, sans laquelle il ne saurait y avoir de morale37.

28Chez Mme de Maintenon aussi, la morale se construit par le dialogue. Les Conversations de la marquise imitent cette pratique mondaine en faisant débattre les jeunes filles sur la définition des qualités à posséder :

  • 38 Mme de Maintenon, Les Loisirs…, « Sur l’indiscrétion », p. 135.

Mademoiselle Victoire : Je sors d’un lieu où j’ai bien souffert : il y avait un très honnête homme qui était bossu ; une jeune Dame a parlé longtemps devant lui des avantages d’une belle taille : nous avons toussé et fait tous nos efforts pour la faire apercevoir de l’embarras qu’elle causait […].
Mlle Adélaïde : Voilà une grande indiscrétion. […]
Mlle Mélanie : Il faut que Mademoiselle nous la fasse connaître pour l’éviter. […]
Mlle Alexandrine : La discrétion est en effet admirable ; elle nous apprend à nous taire, elle nous empêche de parler brusquement, elle nous donne une grande attention aux autres, elle nous défend de parler de nous-mêmes, de notre naissance, de nos biens, de nos maux, de nos affaires ; elle fait que nous n’ennuyons jamais, et que nous plaisons souvent : mais je ne sais, Mesdemoiselles, si je ne suis point indiscrète moi-même, de vous en parler si longtemps38.

  • 39 Voir à ce sujet l’article de Myriam Dufour-Maître, « Une anti-curiosité : la discrétion chez Mlle d (...)

29Ce passage partage des caractéristiques de l’écriture des réflexions morales de Mlle de Scudéry. Après un temps de débat, de recherche de précisions, on propose une définition. Le débat entre les Demoiselles comme le dialogue amical permettent ainsi d’aboutir à un idéal conceptuel mis en pratique dans une prise de parole correspondant à cet idéal. Chez Mme de Maintenon comme chez son modèle, c’est donc en participant au monde, à ses conversations, que l’on peut atteindre la connaissance morale de soi et des autres39.

Haut de page

Notes

1 On nomme « favorites » des religieuses de Saint-Cyr pour lesquelles Mme de Maintenon ressent une affinité particulière : une correspondance plus fournie, des confidences et l’usage de la raillerie soulignent leur relation privilégiée. Souvent, il s’agit d’anciennes Demoiselles dont la marquise a repéré tôt le potentiel.

2 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Glapion du 8 juin 1717, in Correspondance. Lettres de Madame de Maintenon, Hans Bots, Eugénie Bots-Estourgie, Catherine Hémon-Fabre (éd.), Paris, H. Champion (Bibliothèque des correspondances, mémoires et journaux), 7 vol., 2009-2013, ici vol. 6, p. 607. Toutes les références aux lettres de Mme de Maintenon seront tirées de cette édition, nous ne préciserons donc plus que le volume et la page où trouver la lettre.

3 Mme de Maintenon, Proverbes dramatiques, Perry Gethner, Theresa Varney Kennedy (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 74.

4 Nous utilisons « Demoiselle » avec une majuscule pour désigner les élèves de Saint-Cyr, l’école fondée par Mme de Maintenon et Louis XIV en 1686.

5 Elle lui adresse par exemple en 1718 ce petit autoportrait railleur : « Une femme qui dans son temps / Fit un assez grand personnage, / Se voit disputer un potage / Au milieu de ses enfants », vol. 6, p. 758.

6 La première édition est : Les Loisirs de Madame de Maintenon, parue en 1757 à Londres. La première édition des Proverbes dramatiques date quant à elle de 1829 : Louis Monmerqué (éd.), Paris, J.-J. Blaise, 1829. Les éditions que nous utilisons pour les Conversations d’une part et pour les Proverbes d’autre part sont : Mme de Maintenon, Les Loisirs de Madame de Maintenon, Constant Venesoen (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2011, et Mme de Maintenon, Proverbes dramatiques, Perry Gethner, Theresa Varney Kennedy (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2014.

7 Sur le modèle des Conversations de Mlle de Scudéry, les Conversations de Mme de Maintenon mettent en scène quelques personnages (en général de trois à six) débattant d’une notion morale telle que « l’indiscrétion », ou « l’amour-propre ». Les personnages sont cependant toujours des Demoiselles de Saint-Cyr fictives aux personnalités diverses pouvant correspondre aux diverses élèves présentes dans l’école. Dans les Proverbes, les élèves jouent en revanche des rôles très variés : homme ou femme, noble ou valet, adulte ou enfant, ce qui permet de mettre en œuvre de façon concrète les préceptes esquissés dans les Conversations.

8 Voir Anne Boiron, « Le silence dans la correspondance de Mme de Maintenon, ou l’art d’un style qui se tait », Quêtes littéraires, no 7, janvier 2018, p. 12-22, Le Silence en mots, les mots en silence, en ligne à l’adresse suivante : https://czasopisma.kul.pl/ql/issue/view/6. Le « silence » maintenonien consiste à employer en parlant et en écrivant un style attique, dépourvu d’ornementations perçues comme une marque d’amour-propre.

9 À l’origine, le « proverbe » est un divertissement de la société galante (que Mme de Maintenon a beaucoup côtoyée avant sa faveur) : un groupe d’amis joue une petite pièce censée illustrer un proverbe et les autres amis présents doivent deviner quel proverbe est ainsi illustré. Ce jeu de devinette a évidemment des vertus pédagogiques puisqu’il capte l’attention des élèves tout en les exerçant à l’interprétation en dégageant le sens d’un message figuré.

10 Mme de Maintenon, lettre à Mme Du Pérou du 14 mai 1713, vol. 5, p. 617. M. de Bosredon est un prédicateur du Puy-de-Dôme lié à Saint-Cyr car plusieurs demoiselles de sa famille y sont scolarisées.

11 « Votre confesseur est bien content des Conversations. Elles peuvent vous aider à former la raison des enfants », Mme de Maintenon, lettre à Mme de La Viefville du 19 mars 1713, vol. 5, p. 579.

12 Mme de Maintenon, lettre à M. de Mérinville du 31 mars 1713, vol. 5, p. 589-590.

13 Mme de Maintenon, lettre à M. de Bosredon du 24 mai 1713, vol. 5, p. 621.

14 Linda Timmermans, L’Accès des femmes à la culture sous l’Ancien Régime, Paris, H. Champion, 2005.

15 Mme de Maintenon, lettre à M. de Dangeau de mars 1697, vol. 2, p. 784.

16 Mme de Maintenon ne publie qu’une fois de son vivant, il s’agit des Œuvres diverses d’un auteur de sept ans, de Louis-Auguste de Bourbon, duc du Maine (Mme de Maintenon [éd.], Paris, éditeur non connu, 1678). La gouvernante a beaucoup tenu la plume du jeune duc. Néanmoins, il ne s’agit pas d’une publication en son nom, elle ne se fait valoir qu’à travers son élève, fils légitimé du roi.

17 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Fontaines du 5 octobre 1693, vol. 2, p. 338.

18 Voir Anne Boiron, Mme de Maintenon dans ses lettres : de l’éducation des filles à la découverte de soi, thèse de littérature française, université de Nantes, 2020.

19 Mme de Sévigné, lettre à Mme de Grignan du 13 janvier 1672, in Correspondance, Roger Duchêne (éd.), Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 3 vol., 1973-1978, ici vol. 1, Mars 1646-Juillet 1675, 1973, p. 414.

20 Certes, la littérature étant encore à inventer, elle ne peut être « reconnue ». Par cette expression nous désignons des œuvres éditées que les lecteurs identifient comme appartenant aux « belles-lettres » et possédant des qualités stylistiques qu’ils jugent élevées.

21 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Fontaines du 4 octobre 1695, vol. 2, p. 606.

22 Mme de Maintenon, lettre à Mme Du Pérou du 15 mai 1697, vol. 2, p. 800-801.

23 L’inventaire de la bibliothèque de la communauté effectué à la Révolution montre que 12 % des livres possédés concernaient les belles-lettres. À titre de comparaison, chez les Capucins de Lure à la même date, seuls 5 % des ouvrages traitent des belles-lettres. Parmi les bibliothèques examinées par Hélène Jacquemin, seule celle des Jésuites de Saintes a une proportion plus importante de littérature dans ses rayonnages (19,6 %) : Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles à Saint-Cyr (1686-1973), Angers, Presses universitaires d’Angers, 2007, p. 89-91 et p. 101.

24 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Montfort du 20 septembre 1691, vol. 2, p. 140.

25 Mme de Maintenon, lettre à Mme de Fontaines du 27 février 1693, vol. 2, p. 294.

26 Mme de Maintenon, lettre à Mme Du Tourp du 21 janvier 1694, vol. 2, p. 383. Les « Jaunes » sont les élèves de la classe « Jaune », c’est-à-dire les Demoiselles ayant entre quatorze et seize ans environ. Ce sont des élèves de cet âge qui avaient joué Esther devant la Cour.

27 Mme de Maintenon, lettre à Mme de La Viefville du 9 avril 1713, vol. 5, p. 594.

28 Mme de Maintenon, lettre à Mme de La Mairie d’avril 1713, vol. 5, p. 609.

29 Mme de Maintenon, lettre à Mme de La Viefville du 19 mars 1713, vol. 5, p. 579.

30 Les élèves âgées de onze à treize ans.

31 Mme de Maintenon, Lettres et entretiens sur l’éducation des filles, 2e éd., Théophile Lavallée (éd.), Paris, Charpentier, 1861, t. 2, chap. « Instruction à la classe verte » de 1705, p. 113.

32 Mme de Maintenon, lettre à Mlle de Glapion de 1690, vol. 2, p. 97-98.

33 Mme de Maintenon, lettre à Mme Du Pérou du 4 février 1702, vol. 3, p. 342-343.

34 Nous ne nous adonnerons pas ici à une étude comparative de l’œuvre de Mme de Maintenon et de Mlle de Scudéry car celle-ci a déjà été parfaitement réalisée par Christine Mongenot dans sa thèse “Conversations” et “Proverbes” : le théâtre de Madame de Maintenon ou la naissance du théâtre d’éducation, thèse de littérature française, université Paris 12 – Val de Marne, 2006, à paraître chez H. Champion, voir notamment dans le chapitre 3 de la partie I : « Les sources mondaines et littéraires des Conversations », le passage intitulé « Des Conversations de Mlle de Scudéry aux saynètes de Mme de Maintenon : emprunt, commande ou filiation ? ».

35 Mme de Maintenon, lettre à Mlle de Scudéry du 3 mars 1683, vol. 1, p. 454-455. Mme de Maintenon se trompe en parlant de « trois » volumes : seuls deux volumes de Conversations étaient publiés à cette date.

36 Mme de Maintenon, lettre à Mlle de Scudéry du 19 août 1684, vol. 1, p. 545. Rappelons que les Conversations de Mlle de Scudéry paraissent en dix volumes de 1680 à 1692. Le premier tome des Nouvelles conversations de morale [1688] contient une « description de Saint-Cyr » très élogieuse. On sait que les Conversations de Mlle de Scudéry ont été utilisées à Saint-Cyr jusqu’à la réforme des années 1691-1693, mais elles ont disparu de l’inventaire en 1790, sûrement pour avoir été jugées trop galantes ; voir Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles…, p. 69-70.

37 Lucie Desjardins, « Lecture et discours de la morale au féminin au XVIIe siècle », in Lectrices d’Ancien Régime, Isabelle Brouard-Arends (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 477-478.

38 Mme de Maintenon, Les Loisirs…, « Sur l’indiscrétion », p. 135.

39 Voir à ce sujet l’article de Myriam Dufour-Maître, « Une anti-curiosité : la discrétion chez Mlle de Scudéry et dans la littérature mondaine (1648-1696) », in Curiosité et “Libido sciendi” de la Renaissance aux Lumières, Nicole Jacques-Lefèvre, Sophie Houdard (dir.), Lyon, ENS Éditions, 1998, p. 333-358, en ligne à l’adresse suivante : http://books.openedition.org/enseditions/24508.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Boiron, « « L’auteur des Proverbes m’a appris… » »Elseneur, 38 | 2023, 115-130.

Référence électronique

Anne Boiron, « « L’auteur des Proverbes m’a appris… » »Elseneur [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/elseneur/1433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elseneur.1433

Haut de page

Auteur

Anne Boiron

Nantes Université

Professeure agrégée et docteure en littérature française, Anne Boiron est ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon. Elle effectue ses recherches sur Mme de Maintenon, Saint-Cyr, l’éducation des filles, l’auctorialité féminine et l’écriture de soi. Membre du conseil d’administration de la SIÉFAR (Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime), elle est actuellement en poste au lycée Le Corbusier à Poissy.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search