Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Écritures contemporaines de la ...

Écritures contemporaines de la migration. Frontières, passages, errances, tragiques, Anne Schneider, Magali Jeannin, Yann Calvet, Marie Cléren (dir.)

Faouzia Righi
p. 172-178
Référence(s) :

Écritures contemporaines de la migration. Frontières, passages, errances, tragiques, Anne Schneider, Magali Jeannin, Yann Calvet, Marie Cléren (dir.), Bruxelles, P. Lang (Documents pour l’histoire des francophonies ; 54), 2023, 612 p.

Texte intégral

1Il est des périodes où certains sujets s’imposent par l’acuité de leur actualité et leur dimension humaine troublante qui interrogent tous les régimes politiques quelle que soit leur nature. C’est le cas pour la question migratoire, objet d’étude de très nombreux articles qui forment le beau volume qui paraît aux éditions belges francophones Peter Lang, sous la direction d’Anne Schneider, Magali Jeannin, Yann Calvet et Marie Cléren, intitulé : Écritures contemporaines de la migration. Frontières, passages, errances, tragiques. Organisé en trois grandes parties après une introduction rédigée par les éditrices : « Situer l’écriture des migrations contemporaines : utopies ou engagement ? », « Adopter, dire et retranscrire la voix des migrants : expériences visuelles, médiatrices et créatives », « Quels discours sur la migration dans la littérature de jeunesse ? » ; ce livre a pour ambition de cerner la parole des romanciers, des universitaires, des enseignants et des cinéastes sur la question migratoire aujourd’hui. La question de la perception de l’altérité est au cœur des réflexions menées, fondées à la fois sur la littérature générale et la littérature de jeunesse. Ce projet ambitieux a pour point de départ, ainsi que l’explique l’introduction, un colloque qui a eu lieu à Cagliari en février 2016 sur l’œuvre d’Assia Djebar. Les universitaires organisateurs du colloque écrivaient : « Assia Djebar est là, avec nous et pour nous, citoyens du XXIe siècle de douleurs, de souffrances, de migrations tragiques ». Parler de la migration revient à inscrire le geste de la création littéraire dans une perspective du « care » pour réparer le monde, comme le montre Alexandre Gefen qui est cité dans l’introduction, à propos de son essai Réparer le monde, la littérature française face au XXIe siècle. Les naufrages fréquents de bateaux de clandestins en Méditerranée interrogent notre humanité et les politiques migratoires européennes et au-delà soulèvent des questions aussi profondes que graves telles que la répartition des richesses, le développement dans le continent africain, les conflits armés et leur gestion par les grandes puissances… Le migrant dévoile, à travers sa fragilité même, les faiblesses de nos démocraties, voire la faillite d’une certaine civilisation.

*

2Dans la première partie, il s’agit de voir comment la migration traverse l’espace romanesque dans sa portée à la fois éthique et poétique. Dans « Trajet du “nous” dans le récit contemporain, d’Yvan Pommaux à Léonora Miano », Anne-Marie Petitjean analyse la dialectique entre le « nous » et le « je ». Le migrant a de multiples facettes car son départ peut avoir plusieurs raisons. Mais le statut du migrant est aussi ancien que nos littératures. Ulysse chez Homère, les juifs et Moïse dans l’Ancien Testament sont des fugitifs. Citant saint Matthieu : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », Giovanni Dotoli rappelle dans son article que la fraternité est ancrée dans les cultures méditerranéennes. Les articles vont démontrer le paradoxe entre ce constat à la fois anthropologique et historique et la réalité migratoire aujourd’hui en Europe. Giovanni Dotoli n’hésite pas à s’appuyer sur la pensée d’Emmanuel Levinas qui a pensé l’altérité comme un fondement de l’être : « Dire “tu”, c’est le fait premier du Dire ». Dans cet article, Dotoli montre encore que l’écriture poétique est également parole d’altérité : « [l]’espace poétique est un territoire ayant “un horizon d’échange”. “La vraie vie” est “rencontre” ». Il convoque dans son analyse Octavio Paz pour qui le poème est une « preuve incarnée de la fraternité universelle ». Kathleen Gyssels analyse justement comment l’art devient le lieu où s’incarne la dissidence politique à travers l’espace de migration et de refuge intellectuel que fut le Moulin d’Andé, haut lieu de rencontres, d’accueil et de création pour plusieurs artistes dont la pensée fut longtemps considérée comme une pensée de la marge. Georges Perec, Henri Kréa, Jacques Stephen Alexis, Richard Wright, Claude Lanzman, André Schwartz-Bart et tant d’autres furent accueillis par Suzanne Lipinska et son compagnon Maurice Pons au Moulin d’Andé. Dans « Tous migrants ! Le Moulin d’Andé, méridien normand d’une littérature de la migrance », le Moulin d’Andé est présenté comme l’espace d’un « cosmopolitisme décentré ». Kathleen Gyssels analyse l’intertextualité dans Les Saisons de Maurice Pons comme une preuve textuelle d’une présence exilique auctoriale : « Sans doute, Maurice Pons aura été l’héritier le plus manifeste, à travers son personnage Siméon dans Les Saisons, de l’auteur du Dernier des Justes ». Le séjour des auteurs au Moulin d’Andé avait souvent pour origine la migration forcée causée par leurs idées indigénistes, anticolonialistes, leurs discours sur les univers concentrationnaires en Amérique latine… Une trentaine des écrivains qui ont signé le Manifeste des 121 sont passés par le Moulin d’Andé. Toutefois, au grand regret de Kathleen Gyssels, il est peu fait mention de cet espace de création libre dans les histoires de la littérature, bien qu’il ait été un laboratoire des idées nouvelles et de l’avant-garde.

3Dans « Migrants sans figure », Khalil Khalsi passe en revue les textes de loi (conventions et chartes) qui définissent les différents statuts du migrant, être sans identité et sans figure dans les imaginaires collectifs : même si Derrida a pensé l’hospitalité comme un impératif humaniste, les politiques européennes demeurent des politiques sécuritaires et conditionnent l’accueil. Il propose une analyse d’un long métrage d’Hélène Crouzillat et Laeticia Tura tourné en Tunisie dans un village de pêcheurs où sont enterrés des corps anonymes rejetés par la mer. Le film est interprété comme un moyen pour mettre fin à l’anonymat dans lequel est jetée la figure du migrant en donnant la parole à la subjectivité du migrant au-delà de tout préjugé.

4Marjorie Jung interroge le lien entre écriture romanesque et déterritorialisation, qui est le destin du migrant, à travers l’analyse de deux romans : Frères migrants de Patrick Chamoiseau et Réfugié d’Emmanuel Mbolela. Sa lecture insiste sur le fait que le texte de fiction ancre le corps du migrant dans un espace où se recrée son existence à travers la trajectoire exilique et la relation nouée avec le lecteur. La déterritorialisation est ainsi subversion de l’imaginaire. L’article de Marjorie Jung souligne aussi le fait que la littérature de la migration s’inscrit dans la continuité de la littérature migrante. Dans l’article de Lila Ibrahim-Lamrous, le rapport entre poétique et éthique est également abordé à travers des corpus hybrides qui mettent en avant que le migrant est en quête d’une refondation de sa vie. La littérature tente dès lors d’apporter une solution à une crise de représentation. Tandis qu’Ana Isabel Labra Cenitagoya révèle la dimension utopique ou dystopique de certaines productions romanesques sur la migration, Christine Frotin-Bouilly procède à une lecture à la fois psychologique et sociologique des romans de Laurent Gaudé : Eldorado et Le Soleil des Scorta. La polyphonie qui caractérise ces fictions convie le lecteur à réfléchir sur l’expérience migratoire comme une expérience complexe. Ahmed Kalouaz aborde dans ses romans, qu’analyse Sylvie Dardaillon, le devenir culturel des enfants d’émigrés qui ne partagent plus les mêmes repères que leurs parents. Dans ses fictions, souvent autobiographiques, il dessine son devenir d’enfant tiraillé entre deux cultures. Mais le narrateur tranche dans Je mange dans les nuages : « Étonné chaque fois, écrit-il, je suis épris de cette France du brouillard matinal. […] Dans ce battement, il y a un pays qui respire. C’est le mien ».

5Idriss Daher God analyse l’univers fictionnel d’Abdourahman A. Waberi dans Le Pays sans ombre du point de vue de l’émigration féminine en mettant en avant les malheurs et les aliénations que les Africaines tentent de fuir en émigrant, tandis qu’Isman Oumar Houssein propose une lecture de l’errance à travers un autre roman de Waberi, paru en 2010, Aux États-Unis d’Afrique, où le monde peint renverse la réalité migratoire telle que nous la connaissons aujourd’hui puisque les pays du Sud deviennent l’espace de la migration tandis que les pays du Nord deviennent le lieu que l’on fuit. Dans ce roman, « on découvre une Afrique opulente baignant dans une opulence insolente ». La première partie s’achève par un poème inédit de Marc Alexandre Oho Bambe : « Intranquille », poème sur le départ, l’exil, le déracinement et le rêve de renaître peut-être ailleurs.

*

6La deuxième partie du volume déplace le regard interprétatif de la question migratoire en tant que représentation dans les fictions francophones et les imaginaires collectifs vers la migration en tant qu’incarnation vivante de corps et de voix qui choisissent de se déplacer et de s’exiler : « Adopter, dire et retranscrire la voix des migrants : expériences visuelles, médiatrices et créatives ». Il s’agit d’élargir le support esthétique. Delphine Robic-Diaz analyse ainsi la représentation de la crise migratoire dans les récits d’enfants à travers des courts métrages animés : Seeking Refuge (BBC, 2012), Unfairy Tales (Unicef, 2016). Alice Letoulat consacre son article au cinéma d’Aki Kaurismäki qui accorde une place privilégiée aux marginaux dans ses films : « Filmer (à) la marge : figures de migrants dans les deux derniers films d’Aki Kaurismäki (Le Havre, 2011 et L’Autre Côté de l’espoir, 2017) ». Il s’agit à chaque fois de donner voix et figure au migrant dans les plans et séquences des films pour que le migrant soit vu comme un semblable avec sa propre subjectivité et son destin à réinventer. Le film d’Alain Gomis L’Afrance (2001) a été ensuite analysé par Virginie Brinker qui montre les dilemmes face auxquels se trouve le migrant, entre rester et revenir, entre sa culture d’origine et sa culture d’adoption. Anne Schneider et Yann Calvet mènent un entretien avec la réalisatrice de La Mécanique des flux (2015), Nathalie Loubeyre, et son producteur Éric Jarno. L’entretien porte sur plusieurs éléments : les conditions de tournage, l’approche documentaire choisie et le regard désormais porté sur les migrants après la retranscription et la transmission de leurs récits. Les enjeux esthétiques sont également questionnés : poétique visuelle, tournage, point de vue filmé…

7La deuxième section de cette deuxième partie porte sur le rapport à la langue dans les récits de migration. Le départ vers Mayotte est le point nodal des textes de cette partie. Kebir Ammi propose le récit inédit d’une traversée périlleuse : « Je suis resté sur la terre ferme. Je suis dans un centre de rétention où j’attends d’être reconduit à Moroni, l’île de la malchance ». Les auteurs jouent avec la langue française qu’ils créolisent et réinventent dans une perspective décoloniale pour décrire et mettre en récit les situations migratoires. C’est ce que démontre Rémi Armand Tchokothe dans « (Dés)habiller la langue : écriture décoloniale de la “migration” vers Mayotte ». Ainsi Soeuf Elbadawi, auteur comorien, dans Un dhikri pour nos morts. La rage entre les dents, écrit-il pour évoquer le départ des barques de fortune des pauvres, une parodie de l’hymne national français qui s’ouvre sur ce vers : « allons noyés de la fratrie ».

8Le thème migratoire fut l’objet d’un atelier d’écriture dont rend compte l’article de Polytimi Makropoulou. C’est aussi une thématique à laquelle s’intéresse l’article de Magali Jeannin pendant la période de confinement : « Le groupe WhatsApp : faire lieu dans le hors-lieu ? Enjeux sociaux, politiques et éthiques de l’intégration des adultes migrants ».

*

9La troisième partie du volume est consacrée à la représentation de la migration dans la littérature de jeunesse et à toutes les problématiques qui en découlent. Euriell Gobbé-Mévellec analyse le thème de l’hospitalité dans les albums de jeunesse. Le graphisme et le choix des formes, des objets de l’enfance en lien avec les personnages décrits permettent de comprendre comment le personnage de l’enfant migrant adopte et apprivoise sa trajectoire exilique et son nouveau lieu d’ancrage. Le corpus lu est pluriel : Le Refuge de Géraldine Alibeu, Thiên An ou la Grande Traversée de Ronan Badel, Escales : carnet de croquis de Rascal et Louis Joos. L’autrice établit un parallèle entre le modèle humaniste de « l’album amicorum » comme hypotexte et certains albums de jeunesse héroïsant le personnage du migrant et insistant sur le dialogue interculturel. La question migratoire vue à hauteur d’enfant ne s’arrête pas au monde contemporain, raison pour laquelle l’article aborde des migrations plus anciennes, qui ont concerné l’Europe dans les années quarante pendant « [l]e voyage du Winnipeg, qui adopte la forme du carnet de voyage et raconte, du point de vue de José Calvet, 13 ans, la traversée de l’Atlantique par le bateau affrété par Pablo Neruda et transportant, durant l’été 1939, 2 400 Espagnols fuyant le franquisme ». De nombreux albums analysés représentent la Méditerranée comme espace où se brisent le corps et l’identité du migrant : Méditerranée (2016), Greda Armin, The Mediterranean (2017) d’Edmond Baudoin. Des albums tels Mon miel ma douceur de Michel Piquemal et Élodie Nouhen (2004), Là-bas tout au fond du dessin d’Anne Jonas et Olivier Latyk (2005), incarnent par leurs dessins un lieu de réconciliation possible pour l’enfant. Agnès Girard essaye de montrer dans son texte « Figure du migrant dans la littérature de jeunesse migrante pour les enfants non lecteurs : l’album, support adapté à une réflexion philosophique autour du thème des réfugiés » comment une réflexion philosophique sur la migration peut être menée avec des enfants non lecteurs à partir des albums. L’explication et la compréhension du fait migratoire par les enfants sont soutenues sur le plan éditorial par des organismes comme l’Unicef et Amnesty International. Le corpus des albums est riche et esthétiquement, poétiquement, très diversifié : poésie, dialogues, gouaches, dessins, photographies. Les albums questionnent les douleurs du monde d’une manière qui se veut enjouée pour ne pas offrir au regard de l’enfant uniquement que le spectacle sombre de la vie migrante. L’album jeunesse construit, ainsi que l’écrit Anne Schneider, « une reliance », c’est-à-dire une reconstitution de lien avec le passé à partir d’un nouveau point d’ancrage ; il conduit à une forme de résilience possible malgré la violence que représente le déracinement pour tout enfant. Différentes aires culturelles sont concernées par le fait migratoire que les albums reflètent, selon des esthétiques et des poétiques diverses. Marianna Missiou lit la littérature muette comme médiateur littéraire et artistique du fait migratoire, tandis que Patricia Mauclair s’arrête sur la vision de ce fait que traduit l’album jeunesse espagnol. Parler de l’horreur de la traversée, narrer le tragique de la condition migrante devenu un spectacle quasi quotidien sur les écrans est un défi pour les images et les illustrations adressées au jeune public. Le domaine italophone est analysé par Monica Venturi Delporte dans sa contribution « “S’il vous plaît, dessine-moi l’horreur !” La migration dans les bandes dessinées et les Graphic Novels italiens ». L’article de Monique Noël-Gaudreault intitulé « Réalisme et récit d’errance en littérature de jeunesse québécoise dans le roman Rohingyas d’Élizabeth Turgeon » analyse une fiction qui met en scène l’errance d’une minorité culturelle persécutée en Birmanie. L’article d’Anne Schneider s’intéresse à la littérature jeunesse traitant de la migration sous l’angle du devenir des migrants dans le lieu où ils s’installent. Dans « Adolescentes entre deux cultures : genre et migration dans cinq romans pour la jeunesse de Jeanne Benameur », elle analyse comment le personnage féminin se révolte contre les pratiques culturelles étouffantes du milieu familial pour maintenir un lien avec les origines. La problématique identitaire est lue du point de vue des études de genre. Dans Samira des quatre routes (1992), Pourquoi pas moi ? (1997), Pas assez pour faire une femme (2011), Ça t’apprendra à vivre (1998), les narratrices explorent la révolte de l’adolescente maghrébine et les possibilités auxquelles sa révolte peut donner naissance. Se réaliser signifierait, pour ces jeunes personnages féminins, avoir un espace à soi afin de pouvoir réfléchir par soi-même et contre la pesanteur du conservatisme que la cité et la famille voudraient leur imposer. Le texte d’Anne Schneider met aussi l’accent sur le parcours auctorial et autobiographique de Jeanne Benameur qui a été arrachée brutalement à sa terre natale algérienne par la guerre. Anne Schneider analyse la question du nom comme structurant le devenir exilique chez plusieurs personnages dans les romans de Jeanne Benameur. La relation mère-fille est aussi questionnée par l’autrice qui met en scène des adolescentes issues des milieux immigrés algériens qui s’élèvent de leur condition marquée par la pauvreté intellectuelle et culturelle, grâce à l’art. La libération de la parole s’effectue dans la confidence orale ou épistolaire. La sororité et la sublimation par l’art montrent le chemin d’un autre devenir pour les héroïnes féminines dans les romans de Jeanne Benameur. Et ce sont souvent, ainsi que l’écrit Anne Schneider, des structures duelles, « fondées sur des imaginaires bien plus complexes liés à la spécificité des parcours migratoires, entre exil et mémoire, lieu d’origine et lieu d’adoption, même, voire surtout, si la famille n’en parle pas », qui composent les itinéraires narratifs des personnages féminins.

10Les deux derniers articles de ce beau volume traitent de l’écriture migratoire dans un corpus hybride mais centré essentiellement sur le biographique, notamment dans des biographies postcoloniales montrant comment la crise migratoire est intimement liée à une mauvaise gestion chronique des affaires publiques dans les pays africains. Même si cela peut paraître difficile dans le contexte de la littérature de jeunesse, Maryse Condé parvient dans un roman adressé aux enfants à parler de la réalité migratoire et de l’enfance sacrifiée à Haïti. Enfin le dernier article, « Un théâtre géopoétique de l’enfance : trajectoires et errances enfantines dans le répertoire dramatique contemporain pour la jeunesse », analyse un corpus de pièces de théâtre qui mettent en scène les trajectoires d’enfants à la recherche de nouveaux lieux pour s’établir et se réinventer. Cet article de Laurianne Perzo montre comment le théâtre pour la jeunesse expose les raisons de l’exil dans des pays que la jeunesse fuit à cause des guerres ou du sous-développement. Les enjeux dramatiques de la rupture et de la résilience sont analysés, comme la façon dont le spectacle théâtral opère un changement et un déplacement du point de vue par rapport à la réalité de l’exil.

*

11L’intérêt de ce volume tient d’une part à la grande variété des angles d’étude, qui mobilisent des disciplines diverses – littérature, philosophie, sociologie –, et d’autre part à une grande variété des œuvres analysées, tant littéraires que cinématographiques. Cette variété témoigne de l’importance cruciale de la question migratoire de nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faouzia Righi, « Écritures contemporaines de la migration. Frontières, passages, errances, tragiques, Anne Schneider, Magali Jeannin, Yann Calvet, Marie Cléren (dir.) »Elseneur, 38 | 2023, 172-178.

Référence électronique

Faouzia Righi, « Écritures contemporaines de la migration. Frontières, passages, errances, tragiques, Anne Schneider, Magali Jeannin, Yann Calvet, Marie Cléren (dir.) »Elseneur [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 14 novembre 2023, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/elseneur/1498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/elseneur.1498

Haut de page

Auteur

Faouzia Righi

Université de Caen Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search