Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTroisième série21Blogueuses, écritures autobiograp...

Blogueuses, écritures autobiographiques militantes et religiosités en Égypte, 2004-2014 : échos locaux et internationaux

Women Bloggers, Activist Autobiographical Writings and Religiosities in Egypt, 2004-2014: Local and International Resonances
مٌدَوِنات، وكتابات السير الذاتية المناضلة، والتدين في مصر- ٢٠٠٤-٢٠١٤ – أصداء محلية و دولية
Florie Bavard
p. 19-35

Résumés

Cet article porte sur les blogueuses égyptiennes engagées dans le cycle révolutionnaire et sur leurs modalités d’utilisation du répertoire religieux, areligieux ou anti-religieux. S’appuyant sur des blogs publiés entre 2004 et 2014, et des entretiens réalisés au Caire entre 2012 et 2014, il analyse la multiplicité de ces cyber-témoignages, la pluralité de leurs filiations autobiographiques et la variété de leurs échos locaux ou internationaux. En termes de diffusion, comment les référentiels (a/anti)religieux sont-ils employés pour attirer l’adhésion nationale ou internationale dans la marche vers les mobilisations ? En termes de réception, en quoi leur religiosité ou leur refus de religiosité jouent-ils un rôle dans la sélection des portraits relayés et des corps cadrés par l’historiographie occidentale ? Entre 2004 et 2006, les premières blogueuses mobilisent une diversité de référentiels religieux en posant leur « je » féminin sur le cyberespace. Puis, de mai 2006 jusqu’au lendemain de la révolution de 2011, une seconde vague de blogueuses brise des tabous aux connotations religieuses, pour en appeler à un « nous » révolté. Enfin, de 2011 à 2014, une troisième vague de blogueuses publie des articles postrévolutionnaires dont les retentissements médiatiques sont révélateurs des différents jeux d’échelles à l’œuvre dans leur diffusion.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
2004-2006 / Voix réformistes des premières blogueuses : écrire son « je » féminin dans le cyberespace
2006-2011 / Révoltes d’une deuxième vague de blogueuses : appel au « nous » national dans la rue
2011-2014 / Résonances médiatiques et orientalisme 2.0 en contexte postrévolutionnaire : une troisième vague de blogueuses entre attention internationale et coercition locale
Conclusion 

Aperçu du début du texte

Introduction

En octobre 2011, la blogueuse égyptienne Aliaa Elmahdy poste une photographie d’elle, nue. Ce cliché est internationalement relayé, mais les médias anglophones et francophones ne mentionnent presque jamais les motivations derrière son geste. Pourtant Aliaa Elmahdy légende la photo, en arabe et en anglais, pour dénoncer « l’absence de nus dans l’art ». Son discours initial est ainsi oblitéré par une telle diffusion de l’image, jugée politiquement polémique, et religieusement condamnable.

Depuis les révolutions de 2011, la figure de « la blogueuse arabe musulmane » a déclenché un engouement médiatique occidental. Cette image attire puisqu’elle traite de genre (la femme), de nouvelles technologiques (le blog), de religion (l’islam), et de politique (les révolutions). Or, bien que les Égyptiennes soient engagées sur la blogosphère depuis 2004, les cyber-militantes y sont décrites comme des « apparitions révolutionnaires inédites », et leurs pratiques ne sont souvent ni contex...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florie Bavard, « Blogueuses, écritures autobiographiques militantes et religiosités en Égypte, 2004-2014 : échos locaux et internationaux », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 21 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ema/11587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.11587

Haut de page

Auteur

Florie Bavard

Florie Bavard est doctorante contractuelle en anthropologie à l’université Paris 7 (Université Paris Diderot–Sorbonne Paris Cité, URMIS–CRH). Elle a suivi une formation en littérature (Paris IV) puis en sciences sociales (EHESS). Sa recherche actuelle, menée sous la direction de Jocelyne Dakhlia (EHESS-CRH) et de Nicolas Puig (IRD-URMIS), s’intitule « Corps et représentations en Égypte, 1860-2014 ». Après la rédaction, sous la direction de Jocelyne Dakhlia (EHESS), d’un mémoire intitulé « Des autobiographies aux blogs : écritures féminines en Égypte (1899-2012) », elle a réalisé et co-produit, en 2017, un webdocumentaire sous forme d’abécédaire interactif sur le genre : Womanhood, an Egyptian Kaleidoscope.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search