Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTroisième série22The first commercial recordings o...

The first commercial recordings of music in Aden (1935-1960) and their “digital patrimonialization”

Les premiers enregistrements commerciaux de musique à Aden (1935-1960) et leur « patrimonialisation numérique »
«التسجيلات التجارية الأولى للموسيقى في عدن (١٩٣٥-١٩٦٠) وحفظها «كتراث عام رقمي
Jean Lambert et Rafik al-Akouri
p. 137-163

Résumés

Les premiers enregistrements commerciaux de musique yéménite ont été réalisés à Aden à la fin des années 1930, pendant la période coloniale britannique. Ces disques 78 tours ont d'abord été publiés par une société étrangère, Odéon, puis par plusieurs sociétés locales, dont Aden Crown, Jafferphon et Tahaphone. Ainsi, toutes les traditions musicales urbaines du Yémen, San‘ânî, Lahjî, Hadramî, etc., ont été rapidement reconnues et diffusées dans tout le pays entre 1935 et 1960. Par conséquent, faire l’histoire de ces disques nécessite de faire l’histoire des maisons de disques et de comprendre comment la musique yéménite a été pour la première fois impliquée dans un marché mondial impliquant également des acteurs européens. Ces premiers enregistrements sont estimés à plusieurs milliers de disques, mais ils sont encore très peu connus. Il est difficile d'établir une chronologie, car les différents documents disponibles sont rarement datés. Cette recherche doit donc essayer de reconstruire patiemment une chronologie, de délimiter de manière approximative des plages de dates, des périodes et des corrélations temporelles. Comme les premiers documents qui étaient disponibles au Centre du patrimoine musical du Yémen sont maintenant en danger, il est temps de les archiver grâce à une base de données numérique. Dans le même temps, la « patrimonialisation sauvag » actuelle de cette musique sur le Web, réalisée par de nombreux acteurs privés, permet un accès facile à de nombreuses copies de ces enregistrements sonores sur des plateformes grand public, en particulier YouTube. Cela représente un énorme pas en avant pour le processus d'inventaire, permettant le développement d'une base de données sonores qui peut être partagée par plusieurs chercheurs et institutions. C'est à partir de cette première base de données que cet article tente de faire une synthèse. Mais du point de vue de la conservation, comme cette forme de stockage très aléatoire sur le Web n'est pas durable, elle laisse entièrement intacte la question de la conservation à long terme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Sources and materials
A “digital patrimonialization” of Yemeni Music
The foreign companies
The Odeon company
The Parlophon company
The local companies
The Aden Crown (al-Tâj al-‘Adanî) company
Jafferphon
Tahaphone
The Kâyâphon label
Arabian South
The Azaziphon company
Provisional conclusion
Annex 1: Statistics and estimation of the production the 78rpm records
Annex 2: Reconstitution of the chronology of the record companies in Aden (approximative dates)

Aperçu du début du texte

Before the 1930s, there were very few recordings of Yemeni music. Some rare cylinders were made by Austrian linguists in Mahra and Socotra, and by a German musicologist in the 1930s. Some of the earliest commercial recordings of Arab and Yemenite musicians were made by companies in India, but they are scattered in Indian catalogs (Kinnear 1994, 2000). Their inventory remains to be made more precisely. Similarly, some early recordings of Hadrami musicians by Indonesian companies have yet to be documented.

The first commercial recordings made in Yemen were done on 78 rpm discs, first by a foreign company and then by local companies, between the mid-1930s and the early 1960s. These recordings mainly took place in the city of Aden, which was the only cosmopolitan town in the region. In a country where oral transmission remained the main vehicle for music till the beginning of the 21th century, the existence of these recordings provides us an early archiving of Yemeni music according to m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Lambert et Rafik al-Akouri, « The first commercial recordings of music in Aden (1935-1960) and their “digital patrimonialization” », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 22 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ema/13191 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.13191

Haut de page

Auteurs

Jean Lambert

Dr Jean Lambert is an anthropologist and an ethnomusicologist specialized on Yemen and the Arabian Peninsula, as well as Lebanon and the history of Arab music. He is currently an assistant professor in the musée de l’Homme (MNHN, Paris, Laboratoire d’Eco-Anthropologie) and an associated researcher in the CREM-LESC (Nanterre University).

Rafik al-Akouri

Rafik al-Akouri is the General Director of the Center for Yemeni Musical Heritage (CYMH, Ministry of Culture, Sanaa), since 2012. Trained as an archivist, he was previously responsible for the musical archives in the CYMH from 2003 to 2011. He was involved in many national and international projects dealing with the preservation of Yemeni music, among which is UNESCO project for the preservation of the Song of Sanaa (2006-2009). He also participated in many Arab and international conferences on the preservation of music and intangible heritage.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search