Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTroisième série23Special FeatureThe Three Decisions of Umm Bîjû: ...

Special Feature

The Three Decisions of Umm Bîjû: Walking in Suez and Seeing the Ghosts of 1967 War

Les trois décisions d’Umm Bîjû : marcher dans la ville de Suez et y rencontrer les fantômes de la guerre de 1967
القرارات الثلاث لام بيجو: رؤية اشباح حرب يونيو ١٩٦٧ اثناء التجول في السويس
Nayera Abdelrahman Soliman
p. 81-103

Résumés

Umm Bîjû faisait partie des très rares personnes qui avaient décidé de ne pas quitter la ville de Suez après la guerre de 1967, alors que près de 70 % de sa population fut obligée de la quitter à cause de la guerre. Durant mon terrain de recherche en novembre 2018, elle a décidé de me faire visiter son quartier d’al-Kassâra à Suez. Cet article retrace trois décisions d’Umm Bîjû. D’abord, la décision de m’accompagner faire un tour provient de son intérêt pour la conservation d’archives personnelles de la période de la guerre et de l’exode de Suez, et montre la centralité des lieux dans le processus du souvenir. La deuxième décision décrit comment et pourquoi elle a choisi les rues dans lesquelles nous avons déambulé. Le tour révèle une histoire intime d’al-Kassâra, entrelacée avec sa propre histoire personnelle, mais aussi ses interactions actuelles avec le quartier et ses habitants. Suez a rouvert ses portes à la fin des 101 jours de siège en février 1974, et un bon nombre de ses habitants ont pu y retourner. Cependant, Suez n’a jamais retrouvé son état d’avant la guerre. A la lumière du récit d’Umm Bîjû durant ce parcours dans le quartier – sa troisième décision – cet article affirme que les années de guerre représentent un fantôme qui continue de hanter la géographie, les mémoires et le vécu quotidien des habitants de Suez.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Decision One – the Tour: Creating a personal archive of the war in Suez
Decision Two—the Route: An intimate historical tour in al-Kassâra
Decision Three—the Narrative: 1967 haunting Suez
Concluding notes on the walk

Aperçu du début du texte

Introduction

The first time I met Umm Bîjû was in March 2018 at her home near al-Gharîb Mosque in Suez. I introduced myself and my research interest in the forced migration following the 1967 war. Umm Bîjû was among the few people who decided not to leave Suez. These are the first words I recorded when I met her:

“I was married but still young in ’67 [she was born in Suez in 1944, so she was 23 years old back then]. I didn’t accept leaving [Suez]. My husband, may he rest in peace, was working in a store. He told me we should go. But where? So I told him, then we’ll stay. I volunteered in civil defense and he took an assignment to keep working in Suez to feed people who stayed: those who worked in companies, those in civil defense, the security troops. We stayed then, me as a volunteer. I used to go to the hospital to work as a nurse. There weren’t any assistants to my husband, so I worked with him. They told us if we stay, my children should not. So I took them to my mom. She had migr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nayera Abdelrahman Soliman, « The Three Decisions of Umm Bîjû: Walking in Suez and Seeing the Ghosts of 1967 War », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 23 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ema/14754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.14754

Haut de page

Auteur

Nayera Abdelrahman Soliman

Nayera is currently a PhD fellow at Freie Universität Berlin and Berlin Graduate School for Muslim Cultures and Societies. Her research project is questioning the concept of home through studying the 1967 forced migration from the city of Suez in Egypt. Graduated from the Political Science Department, Cairo University in 2012, she had her Master’s degree in Political Sociology from Sorbonne University in 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search