Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTroisième série23Research Notes(Anticolonial) Revolution as a Fe...

Research Notes

(Anticolonial) Revolution as a Felt Archive

La révolution (anticoloniale) comme une archive des sentiments
ثورة (مناهضة الاستعمار) كأرشيف شعوري
Sara Salem
p. 123-134

Résumés

Arwa Salih, éminente militante communiste, commence ses mémoires sur la révolution anticoloniale en Égypte en invoquant la notion de hanter (haunting), que l’on traduira ici par un sens littéral de « hantise » : « Je me sentais profondément détachée de la « lutte nationale » qui hante chaque phrase de ce livre. » Elle a donné un titre évocateur à ses mémoires : Le mort-né, en référence à un projet qui, inachevé, semblerait avoir « échoué », mais qui pourtant continue de tous nous obséder. Cet article affirme que le sentiment d’être hanté(e) ou l’expérience de l’échec constituent des cadrages ouvrant des possibilités nouvelles pour aborder l’anticolonialisme et ses prolongements en tant que paysage affectif. Je mobilise ici la notion de hantise telle que l’entend Arwa Salih ainsi que les travaux de Dian Million sur les archives des sentiments et la théorie du ressenti (felt theory) afin d’explorer la lutte anticoloniale et les politiques postcoloniales au prisme des sentiments. Comment analyser ces moments en faisant appel à des sentiments tels que l’espoir, la promesse, le chagrin, et d’autres encore ? J’affirme qu’une compréhension affective des événements révolutionnaires est au cœur de la théorisation du moment anticolonial et de ses effets.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
I
II
III
IV

Aperçu du début du texte

Introduction

Anticolonialism lives with us, within us, and around us. It is present in the way we arrange time and the past, in the way we narrate the nation and its borders, and in the way we tell family histories and intimacies. If we could speak of an anticolonial archive, it would mean an archive that is expansive, slippery, invisible, and uncontainable within files, rooms, or a building. An anticolonial archive is one made up of that which we might find difficult to archive: extinguished hopes, burning desires, ghosts, spectres, and dreams that remain unfulfilled. There is a haunting quality to how revolutionary feelings are remembered too; how might exploring this sense of being haunted open different registers of history? How might we think of the affective elements of revolution – past or present – as a central part of revolution itself? And what might it mean to talk about hope, fear, exhaustion, defeat, and desire as not simply responses to political events, but as constitu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Salem, « (Anticolonial) Revolution as a Felt Archive », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 23 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ema/14769 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.14769

Haut de page

Auteur

Sara Salem

Sara Salem is an Assistant Professor in Sociology at the London School of Economics. Her research interests include postcolonial studies, Marxist theory, and global histories of anticolonialism. Her recently published book with Cambridge University Press is entitled Anticolonial Afterlives in Egypt: The Politics of Hegemony (2020).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search