Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTroisième série23Research NotesA Memory Debate: The Controversia...

Research Notes

A Memory Debate: The Controversial Case of the Lesseps Statue in Port Said

Un débat mémoriel : la controverse autour de la statue de Ferdinand de Lesseps à Port-Saïd
صراعات الذاكرة في المدينة: الحالة الجدلية لتمثال ديليسبس في بورسعيد
Ahmed Elgezy
p. 145-157

Résumés

Cet article présente l’itinéraire de la statue de Ferdinand de Lesseps dans la ville de Port-Saïd à travers différentes époques de l’Histoire ainsi que les controverses autour de son éventuel retour dans la ville. Il tente d’éclairer la façon dont la mémoire collective façonne le cours des événements présents. L’article ne s’étend pas sur la vie de Ferdinand de Lesseps (et s’il mérite ou non l’érection d’une statue à l’entrée du Canal en son honneur), mais montre, à travers les débats et controverses autour de la statue, l’écart entre les points de vue des habitants de Port-Saïd sur leur passé colonial. Certains, qui convoquent le souvenir de la colonisation et surtout de l’agression tripartite (guerre de 1956), y voient une époque révolue dont les symboles ne doivent pas être restaurés. Pour d’autres, les photographies de la ville d’antan avec ses traits européens évoquent un sentiment de nostalgie pour une époque où Port-Saïd était le trait d’union entre l’Orient et l’Occident, et où vivaient des personnes de nationalités diverses. Pour ceux-là, le retour de la statue représente l’espoir du retour du tourisme et la restauration de cette époque et ces symboles imaginaires. Dans ce contexte, la statue de Ferdinand de Lesseps apparaît comme un cas de commémoration générale dont la lecture et l’interprétation évoluent dans le temps. Ainsi, l’article mobilise le cas de Ferdinand de Lesseps à Port-Saïd comme un exemple de fabrication de la mémoire collective locale, qui, si elle se confond parfois avec la mémoire nationale, possède néanmoins ses propres particularités. Si les manifestations du passé sont encore bien présentes à Port-Saïd aujourd’hui, une étude critique de l’époque coloniale et de la notion de patrimoine local, à Port-Saïd en particulier, et dans les villes du Canal de façon générale, est nécessaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Port Said destroys Lesseps: Historical understandings of Port Said’s colonial past
The rise of nostalgia: Re-thinking the statue’s significance
Between the local and the national: the statue belongs to the city’s heritage
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Figure 1. The empty base of the statue of Lesseps in front of the Suez Canal in Port Said.

Figure 1. The empty base of the statue of Lesseps in front of the Suez Canal in Port Said.

Photo taken by the author, August 24, 2021

The statue of Ferdinand de Lesseps is one of Port Said’s most famous public monuments. Located on a strategic site in the city, at the meeting point of the Mediterranean and the Suez Canal, the statue has maintained a dramatic relationship with the people of Port Said for over a century. During the colonial era, the statue was erected to commemorate Lesseps as an icon of the Suez Canal project. By the end of the Suez War in 1956, the city’s inhabitants toppled the statue because of its colonial symbolism. However, several calls for the statue’s reinstatement have reignited one of the longest-running debates in the city in the last forty years. The debate is centered between those who call for the reinstatement of the statue because it is an integral part of the city’s history and has potential touristic value, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ahmed Elgezy, « A Memory Debate: The Controversial Case of the Lesseps Statue in Port Said », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 23 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ema/14779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.14779

Haut de page

Auteur

Ahmed Elgezy

Ahmed Elgezy is currently a Master's student of Sociology and Social anthropology at the Central European University in Vienna. He is interested in questions of nationalism, popular culture, memory, and cultural heritage. Elgezy graduated from the Faculty of Medicine of the Suez Canal University in 2014 and practiced as a doctor for four years. He holds a degree in Liberal Arts from Cairo Institute of Liberal Arts and Sciences CILAS. Subsequently, Elgezy co-founded an educational initiative called Mubtada's that teaches humanities and social sciences to adolescents. Additionally, he was a member and co-organizer of Ehki ya Tarikh history workshops, and went on to co-initiate an oral history workshop entitled "We will return soon" that narrated the history of forced migration in the Suez Canal region after the 1967 war. Between 2018-2020, Elgezy worked as a cultural manager for Goethe Institute and Robert Bosch Foundation in Cairo where he implemented many cultural projects in the Nile Delta and Suez Canal regions, focusing on promoting these cities' local history and cultural heritage.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search