Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTroisième série23Sources and MaterialsLamenting Old Nubia Through Music...

Sources and Materials

Lamenting Old Nubia Through Music: Between Past and Present, Egypt and the Diaspora

Complaintes nubiennes. Chanter le déplacement entre passé et présent, Égypte et diaspora
رثاء النوبة القديمة من خلال الموسيقي: ما بين الماضي و الحاضر، في مصر و المهجر
Fayrouz Kaddal
p. 173-185

Résumés

Cet article examine la relation entre la mémoire, la musique et l’espace dans les villages nubiens déplacés, près de Kom Ombo. La construction du haut barrage d’Assouan (1964) et le déplacement de 113 000 Nubien.ne.s a laissé ces dernier.e.s face à un traumatisme de perte et de chagrin. Un nouveau genre de musique nubienne, appelé aghânî al-tahgîr ou chants du déplacement dans lesquels les Nubien.ne.s déplorent la perte de leurs maisons, provient de cette expérience traumatique. Ces chansons constituent des archives vivantes et contribuent à raconter une histoire que les Nubiens ne racontent que dans leurs veillées nocturnes, dans les rassemblements (gâ’da), dans les clubs nubiens et sur les plateformes de médias sociaux.
À travers l’analyse des poésies, des musiques et des paroles recueillies tout au long de mon travail de terrain de master (2018-2020), je donne des exemples de la façon dont 1964 et l’ancienne Nubie sont commémorés et déplorés différemment par divers groupes de Nubien.ne.s vivant dans des villages déplacés de Nubie, mais aussi par des groupes vivant en ville ou à l’étranger. Lors de mon terrain dans ces villages autour de Kom Ombo, j’ai recueilli des chansons de trois groupes ethniques: les Kunûz, les Fâdîkkâ et les Arabes de ‘Ulayqât. En dehors de Kom Ombo, j’analyse les chansons d’un groupe de musique nubien alexandrin appelé High Dam Band et d’Al Sarah & the Nubatones, un groupe soudano-américain.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Lamenting Nubia
The Fâdîkkâ
The Kunûz
Arabs of ‘Ulayqât
The Wadi Halfa Experience of lament songs
The Urban experience through High Dam Band
The diaspora with Al Sarah & the Nubatones
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Nubians are an ethnic minority living along the banks of the Nile River between South of Egypt and North of Sudan. They are known to be descendants of the ancient Kingdom of Kush. The Fâdîkkâ and the Kunûz are the main two ethnic groups in Nubia. The Nile River, being a major trade route throughout history, has allowed more groups to settle in Nubia, such as the Arabs of ‘Ulayqât. During the 20th century, Nubians have experienced displacement repeatedly, for regulating the Nile flood, maximising usage of water and land farming and generating hydro-electric power. In 1902, the British-Ottoman authorities constructed the Aswan Dam, heightened in 1912 and again in 1933. In each of these dates, the Nubians had to move, leaving their agricultural lands to drown under the Nile to move uphill. In 1964, under Nasser’s government, an estimated number of 113 000 Nubians had to be relocated to a new area, near Kom Ombo, for the construction of Aswan High Dam, resulting the drowning...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fayrouz Kaddal, « Lamenting Old Nubia Through Music: Between Past and Present, Egypt and the Diaspora », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 23 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ema/14794 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.14794

Haut de page

Auteur

Fayrouz Kaddal

Fayrouz Kaddal is a MA graduate of Sociology-Anthropology (Spring 2021) at the American University in Cairo. Her interest in migration and music, as well as being of Nubian descent has inspired her MA thesis titled “ On Displacement and Music: Embodiments of Contemporary Nubian Music in the Nubian Resettlements”. She has spent between 2018-2020 doing fieldwork in the village of her ancestors, the displaced village of Toushka, Kom Ombo. Fayrouz is also a practicing musician (Flute), who is interested in folk music, particularly Nubian music. She has collaborated on a number of artistic and musical projects: KaddalMerrill, High Dam Band, AfriCairo and Felouka.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search