Navigation – Plan du site
Partie I. Une histoire à (re)découvrir

Fathallah Mahrûs (1936 -2016). L’imagination rebelle d’un ouvrier communiste alexandrin

Fathallah Mahrûs (1936 -2016): Rebel imagination of an Alexandrian communist worker
Mélanie Henry
p. 49-68

Résumés

Cet article dresse un portrait de Fathallah Mahrûs (1936-2016), une figure du mouvement ouvrier égyptien, célèbre pour ceux qui s’intéressent à l’histoire des luttes sociales à Alexandrie ou au mouvement communiste du pays, mais aussi chez certains militants des années 2010. Fathallah Mahrûs s’était fait, selon les termes de Michel de Certeau dans Les arts de faire, passeur d’une mémoire révoltée et marginalisée d’Alexandrie. Suite à une alphabétisation débrouillarde, il a beaucoup lu et souvent écrit pour la presse communiste, mais il était avant tout un brillant orateur qui savait comprendre les rationalités multiples de ses interlocuteurs. Cet article relate son parcours archétypal mais aussi et surtout les arts de faire et de dire dont il était maître. Il allait dans les interstices de l’interprétation, saisissant le « moment opportun » pour exercer ses talents de rhétoricien et de conteur. Avec son art de la mémoire, il communiquait sa fascination pour l’inventivité ouvrière et l’histoire des siens, restituant une étendue des possibles, passés et futurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Un militant ouvrier alexandrin
Entre les mondes sociaux
Caméléon impertinent : « manières de dire »
L’imperméabilité de certaines frontières sociales
La vieillesse, la mémoire, l’écriture
« L’art du moment opportun »
Être dans le lieu « sans le posséder »
L’écriture de soi

Aperçu du début du texte

Fathallah Mahrûs devant les premières pages de son récit autobiographique (2015).

Fathallah Mahrûs devant les premières pages de son récit autobiographique (2015).

Crédits : Mélanie Henry

Introduction

« Il y a eu le soulèvement de 1977 et je n’y étais pas. Si j’avais été dans mon usine, ça aurait été différent. Ou au moins à Alexandrie » (Entretien 26/04/2012). Ainsi s’exprimait Fathallah Mahrûs (1936-2016). Avec lui, nous explorons une autre histoire possible de la ville d’Alexandrie, où il s’en faut de peu pour qu’une défaite se transforme en victoire. Célébrité dans le monde des usines de textile des années 1950 et 1970, chez les communistes et dans le milieu militant égyptien, Fathallah reste ailleurs un anonyme. Passeur entre les âges militants, il contribua à tisser les liens qui composent une communauté intergénérationnelle de rebelles alexandrins. Dans ses récits, les sujets sont des êtres collectifs dont il révèle la capacité d’agir. Ses « je » pourraient être des « nous ».

Il était un agitateur notoire. Il excellait dans les « ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Henry, « Fathallah Mahrûs (1936 -2016). L’imagination rebelle d’un ouvrier communiste alexandrin », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 17 | 2018, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ema/3793 ; DOI : 10.4000/ema.3793

Haut de page

Auteur

Mélanie Henry

MÉLANIE HENRY est doctorante en histoire au sein de l’Institut d’études et de recherches sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM). Elle explore la question de l’expérience révolutionnaire dans ses travaux qui portent sur l’histoire insurrectionnelle de l’Égypte dans la seconde moitié du XXe siècle, et plus spécifiquement sur les soulèvements de 1946 et 1977 dans la ville d’Alexandrie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals