Navigation – Plan du site
Partie II. Des dynamiques contemporaines

In Cairo’s shadow? Student activists in Egypt’s second capital and its governorates

À l’ombre du Caire ? Militants étudiants dans la deuxième capitale d’Égypte et ses gouvernorats
Farah Ramzy
p. 119-133

Résumés

À partir d’une enquête ethnographique parmi des groupes de militants étudiants dans l’Égypte post-2011, cet article compare les manifestations du « sentiment » de marginalité chez les militants alexandrins et chez ceux venant d’autres gouvernorats égyptiens. En abordant la marginalité avant tout comme un problème perçu, cet article nuance l’image de gouvernorats uniformément désavantagés et éloignés du pouvoir face à une capitale cairote toute puissante. L’observation des stratégies employées par les militants étudiants révèle que les militants alexandrins affirment leur autonomie en contrepoint de la centralité cairote et se dépeignent comme un centre de pouvoir concurrent. À l’inverse, les militants des autres gouvernorats multiplient les tactiques pour s’assurer de la visibilité de leur action collective, confortant ainsi leur dépendance vis-à-vis du centre politique. Cette étude suggère que la « dépendance » et l’« identité locale », généralement considérées comme indicateurs d’une condition de marginalité, sont plutôt des stratégies militantes pour gérer le problème perçu de marginalité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Locating marginality
Cairo, Alexandria, and muhāfazāt: The unequal burden of marginality
Different capacities for exchanges with the mainstream: Dependency, competition, and identity performance
Contentious student activism in a city unlike the others

Aperçu du début du texte

Introduction

“Despite its 9 million inhabitants, Alexandria today suffers from a feeling of regional existence in Cairo’s shadow, the highly centralized capital city. The people of Alexandria, especially those whose families have lived in the city for generations, mostly carry an explicit local identity and pride mixed with an inferiority complex towards the capital city. The question of identity and the city’s location is indeed part of a nationwide political conflict to determine what constitutes Egypt”. (Schielke 2017: 15).

This quotation from the Alexandrian magazine tará al-bahr (Sea View) paints an image of Alexandria as a city living in the “shadow” of Cairo. The terms “centralized”, “regional existence”, “suffering” and “inferiority complex” seem to portray the relationship between Cairo and Alexandria in terms of the latter’s marginality vis-à-vis an all-powerful capital. Conceptions of marginality, various as they may be, point to a “distance or exclusion from the mainstrea...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Farah Ramzy, « In Cairo’s shadow? Student activists in Egypt’s second capital and its governorates », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 17 | 2018, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ema/3821 ; DOI : 10.4000/ema.3821

Haut de page

Auteur

Farah Ramzy

Farah Ramzy is a PhD candidate at the Institut des Sciences sociales du Politique, Université Paris Nanterre and the Centre de recherche pour l’action publique, Université de Lausanne. She is an assistant lecturer in the Faculty of Economics and Political Science at Cairo University, has taught at Sciences Po Reims, and is currently hosted by the Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales in Cairo. Her research focuses on student activism in public universities post-2011.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals