Navigation – Plan du site
Partie III. Un quotidien (é)mouvant

A City of Walls. A Photo Essay on Writing on Walls in Alexandria, 2011-2017

Une ville de murs : essai photographique sur les écrits des murs d’Alexandrie (2011-2017)
Samuli Schielke
p. 157-191

Résumés

Les murs extérieurs d’Alexandrie sont remplis d’écritures. Graffitis au pochoir, messages à la bombe aérosol, annonces peintes, notes au stylo-bille, autocollants et panneaux créent une conversation anonyme composée de différents messages rivalisant pour l’espace, messages en général éphémères et parfois poétiques. Les graffitis politiques en particulier, sont devenus pendant et après la révolution de 2011, le lieu d’un débat souvent incorrect avec des graffitis supprimés, biffés ou modifiés par d’autres. Mais les messages d’amour, les phrases religieuses et les annonces ont d’importantes choses à dire. Les écritures sur les murs tridimensionnels de la ville se mêlent souvent avec les murs métaphoriques des médias sociaux alimentés par les commentaires ou les conversations poétiques et éphémères des habitants qui se déplacent à travers leur ville. Parfois, les différentes poétiques et matérialités des écritures murales convergent quand les médias sociaux font mine de reproduire ou d’imiter des photos de graffitis. Aujourd’hui, à Alexandrie, les deux manières d’écrire sur les murs sont répandues, produisant des espaces et des relations sociales dans la ville. Ces formes de présence et de conversation textuelles quotidiennes repoussent les limites d’une interprétation classique opposant langage littéraire et langage courant. Elles disent aussi des histoires importantes de coexistence entre différentes visions et façons de vivre dans une ville plurielle, mais non pluraliste.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction — Walls, writings, cities
Struggles and genres, alterations and transformations
Poetry of open-air and virtual walls
Conclusion: Speaking out loud and remaining invisible

Aperçu du début du texte

Introduction — Walls, writings, cities

In 2011, a single word could be found on walls all over Alexandria: Leave (see figure 1). When it was sprayed in January or February 2011, there was no need to say who the addressee was. That much was clear, and the message was everywhere.

Figure 1. “Leave”

Figure 1. “Leave”

Kom El-Dikka, Alexandria, November 2011.

Source: Samuli Schielke

Writing on walls is as old as writing, which has a very long history in Alexandria and Egypt. The story might begin, if not with the invention of writing, then at least with the spread of literacy that made writing in the open widespread, pragmatic, and plural in its uses. The story might also begin with the availability of spray paint, which made it possible to write large, visible messages very quickly. The story could also begin with Alexandriaʼs iconic wall-writer Gamal El-Dowaly (Khaled 2012; Abu El-Maʽati 2016), a dedicated fan of the Ittihad football team, who wrote and signed his messages on walls...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuli Schielke, « A City of Walls. A Photo Essay on Writing on Walls in Alexandria, 2011-2017 », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 17 | 2018, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ema/3858 ; DOI : 10.4000/ema.3858

Haut de page

Auteur

Samuli Schielke

Samuli Schielke is a social and cultural anthropologist. Born in Helsinki, Finland, in 1972, he received his PhD in Social Sciences from the University of Amsterdam in 2006. He is currently a research fellow at the Zentrum Moderner Orient in Berlin. His ongoing ethnographic research in Egypt touches on topics of religion and morality, aspiration and frustration, migration and imagination, conventional understandings revolutionary politics and literary lives, class, and social mobility. He is the author or editor of the books You’ll Be Late for the Revolution (in Arabic, 2011), The Perils of Joy (2012), Ordinary Lives and Grand Schemes (with Liza Debevec, 2012), The Global Horizon (with Knut Graw, 2012), In Search of Europe? (with Daniela Swarowsky and Andrea Heister, 2013), Egypt in the Future Tense (2015), and Until the End of Oil (in Arabic, 2017). He has co-directed three films: Messages from Paradise #1 (2009) with Daniela Swarowsky, The Other Side (2010), and The Secret Capital (2013) with Mukhtar Shehata.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals