Navigation – Plan du site

A Southern connection: Chadian extraversion policies and the repercussions for the Libyan territory

La politique tchadienne d’extraversion et ses répercussions sur le territoire libyen
Ismaël Maazaz
p. 31-43

Résumés

Fondé sur des recherches de terrain réalisés au Tchad, cet article examine la politique d’extraversion du Tchad et ses répercussions sur la recomposition du territoire libyen après 2011. Il postule que le positionnement de plus en plus extraverti des acteurs étatiques et non-étatiques tchadiens contribue à une redéfinition du système de frontières libyen. Alors que la Libye a historiquement influencé la formation de l’État tchadien, la fragmentation du centre politique libyen a transformé ce dernier en cible des initiatives de politique étrangère façonnées par les poids lourds des puissances mondiales mais également des pays frontaliers. La nouvelle politique tchadienne d’extraversion bénéficie de la réputation solide de son armée et de la rente stratégique liée au positionnement du Tchad au carrefour de zones de turbulences. Cette politique d’extraversion pourrait s’accommoder de l’initiative fédéraliste initiée par des autorités libyennes régionales, malgré le rejet formel des médiateurs internationaux. Si l’implantation de mouvements armés luttant contre le régime tchadien dans la zone frontalière tchado-libyenne n’est pas une nouveauté, la possibilité de leur implication directe ou indirecte dans le processus politique libyen suscite en revanche des réactions d’inquiétude au sein des deux pays et de leurs interlocuteurs. Il convient de s’intéresser à cette région dans la mesure où une partie du futur politique du Tchad et de la Libye est susceptible de s’y jouer.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Chadian-Libyan agency between war and peace
The new Chadian extraversion policies
The repercussions of these policies for the territorial reset of Libya
Conclusion

Aperçu du début du texte

Since 2011, the countries that share their borders with Libya have been looking anxiously at the factious contests at play in Cyrenaica, Fezzan and Tripolitania. The Skhirat agreements signed in in Morocco in 2015 have failed to unite the existing competing leaderships of the Government of National Accord (GNA), the General National Congress (GNC) and the Libyan National Army (LNA) led by General Khalifa Haftar in the East. Observers and involved policy-makers have set off repeated alarm bells with regard to the possibility of a partition of Libya, given the diverging pathways of the three historical regions. Both veiled and outspoken foreign interventions in Libyan are currently being scrutinised in the literature. This interest especially concerns Egypt, given the Al Sissi regime’s ambiguous support of General Khalifa Heftar in Eastern Libya. The case of Chad attracts less attention, which is probably a result of the more infrequent coverage the country triggers.

Based on field re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismaël Maazaz, « A Southern connection: Chadian extraversion policies and the repercussions for the Libyan territory », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 18 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ema/3951 ; DOI : 10.4000/ema.3951

Haut de page

Auteur

Ismaël Maazaz

ISMAËL MAAZAZ is a second year PhD student in African Studies at the Centre of African Studies, Edinburgh University. He is currently a research administrator at the French Institute for Research in Africa (IFRA) of Ibadan, Nigeria. His research includes the politics and geopolitics of Chad and the urban transformations affecting N’Djamena, its capital. Focusing initially on the role of civil society in monitoring oil revenues in Chad, Ismael has broadened his scope to include the use of natural resources – notably water – in urban public spaces. Ismaël holds Master’s Degrees from the University of Edinburgh and the Institute of Political Studies, Lille, France.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals