Navigation – Plan du site

Siradjouba, laboratoire de la gestion des frontières par le Mali

Siradjouba, a laboratory of Malian border management
Yves Béringue
p. 45-63

Résumés

Le village malien de Siradjouba se situe dans la région historique et culturelle du Wassoulou, à cheval sur le Mali et la Guinée, à environ 250 km au sud de Bamako, au cœur d’une région d’exploitation aurifère et d’orpaillage artisanal. Il a attiré mon attention par la récurrence de litiges l’opposant aux localités voisines de Guinée depuis un siècle. L’objectif ici est de confronter l’administration de cet espace frontalier périphérique aux politiques territoriales menées par le Mali depuis son indépendance. Deux périodes sont privilégiées : les années qui suivent l’indépendance du Mali, temps de construction nationale, et depuis 1995, quand le Mali conçoit et promeut le concept de « pays-frontières ».

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le Mali indépendant et son territoire
Spécificités d’un territoire hérité
Discours du Mali sur son territoire après l’indépendance
Siradjouba, laboratoire de l’émergence du sentiment national
Aux confins du Mali
Un litige foncier dans les années 1960
Le Mali contemporain et son territoire
Violences autour des enjeux miniers
Le débat sur les origines des villages
La politique nationale des frontières du Mali
Conclusion

Aperçu du début du texte

Cet article propose d’examiner l’administration d’un espace frontalier malo-guinéen par la République du Mali depuis son indépendance. L’objectif est de mettre en miroir discours et politiques nationales menées par le Mali et pratiques spatiales observées dans un espace frontalier périphérique, le village de Siradjouba, situé dans la région culturelle du Wassoulou. Un focus sur un village « à la frontière », sur les bordures du territoire d’un État permet d’étudier les pratiques et les discours « d’en bas » et d’interroger la notion de marge, à la fois géographique, sociale et politique (Bennafla 2012 : 24). Associé dans l’imaginaire collectif à l’exclusion, le terme de marge est polysémique et flou, il renvoie étymologiquement à l’idée de bord, d’extrémité. D’un point de vue géographique, la notion de marge s’applique aux mêmes situations que celle de confins, laquelle souligne davantage l’idée de limite, d’une séparation entre espaces contigus, génératrice de contraintes spatiales...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Béringue, « Siradjouba, laboratoire de la gestion des frontières par le Mali », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 18 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ema/3994 ; DOI : 10.4000/ema.3994

Haut de page

Auteur

Yves Béringue

YVES BÉRINGUE est doctorant en histoire, affilié à l’IMAf (UMR 8171) à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Son travail de recherche, sous la direction du professeur Pierre Boilley a pour sujet La frontière entre Mali et Guinée, d’une limite intra-impériale construite par la France à une frontière interétatique (de 1878 à 1956). Dans la continuité de nombreux travaux sur les frontières africaines (réseau ABORNE et Frontafrique), son objectif est de considérer la frontière entre Guinée et Mali dans sa globalité et le temps long, afin de cerner la spécificité d’une limite intra-impériale, devenue frontière nationale. L’auteur est professeur agrégé au lycée Joachim du Bellay à Angers.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals