Navigation – Plan du site

Somaliland et Soudan du Sud : créations d’États et identité(s) nationale(s), entre reconfigurations et statu quo

States and National Identity Shaping in Somaliland and South Sudan: between redefinition and status quo
Géraldine Pinauldt et Nathalie Coste
p. 83-109

Résumés

L’ébranlement des frontières au Moyen-Orient et au Sahel a commencé bien avant 2011 si l’on considère que le Somaliland et le Soudan du Sud appartiennent à l’ensemble géopolitique du Grand Moyen-Orient et du Grand Sahel, bien que géographiquement à sa marge. Dès 1991, le Somaliland déclare unilatéralement sa désunion d’avec la Somalie et rétablit les frontières coloniales. Le Soudan du Sud, quant à lui, proclame son indépendance et se détache du reste du Soudan en juillet 2011, aboutissant à l’établissement de nouvelles frontières internationales. Cet article présente une analyse comparative des dynamiques de sécession et de statogénèse de ces deux espaces, à la fois proches et éloignées. En effet, il met d’une part en évidence des rapports entre État dit « amputé » et État sécessionniste mais avec des conceptions centre/périphéries divergentes. Il révèle d’autre part, dans les deux cas, une réappropriation de l’histoire coloniale et de ses référents, qu’il s’agisse des bornes spatiales et temporelles des territoires concernés, ou des contours spatiaux et temporels de la citoyenneté.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Des dynamiques de sécession et de statogénèse à la lumière de conceptions différenciées au centre
L’émergence et les déterminants des rébellions
La sécession : une diversité des revendications pour un même dénouement
Aboutissement inégal des statogénèses et construction de l’appareil étatique
Vieilles frontières, jeunes identités territoriales ?
La construction du territoire sud-soudanais : tensions et oscillation entre politiques de décentralisation et de différenciation, et politiques de recentralisation et d’uniformisation
Somaliland : à État hybride, territorialité hybride ? Concilier le continuum spatio-clanique et l’État westphalien
Les contours de la nationalité/citoyenneté
Conclusion

Aperçu du début du texte

La Grande Corne de l’Afrique s’avère être une région singulière. Elle est l’un des points de crise récurrents du système international depuis le xixe siècle, pour deux grandes raisons géostratégiques : la situation de l’Éthiopie comme « château d’eau » de l’Afrique et l’accès à la mer Rouge, devenu un enjeu décisif depuis l’ouverture du canal de Suez en 1869. Par ailleurs, elle est le lieu de certains des plus longs conflits civils du xxe siècle, et constitue aussi l’un des points d’ancrage de la rivalité Est/Ouest pendant la Guerre Froide. Elle est enfin la région du continent qui est et a été engagée dans le plus de processus de sécession, à tous les degrés. Il s’agit d’une zone laboratoire où se créent les États et où les rapports de force entre les régimes en place et les groupes armés qui les contestent conditionnent l’articulation entre le(s) territoire(s), la/les population(s) et l’autorité centrale. Elle a vu naître les seules nouvelles entités à vocation étatique en Afrique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Pinauldt et Nathalie Coste, « Somaliland et Soudan du Sud : créations d’États et identité(s) nationale(s), entre reconfigurations et statu quo », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 18 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ema/4102 ; DOI : 10.4000/ema.4102

Haut de page

Auteurs

Géraldine Pinauldt

GÉRALDINE PINAULDT est docteure en Géographie/Géopolitique, affiliée au Centre de Recherche et d’Analyse Géopolitique (CRAG) de l’Institut Français de Géopolitique de l’Université Paris 8. Spécialiste de la Corne de l’Afrique, et plus particulièrement des mondes somali, ses recherches portent sur la perception de l’espace et des territoires, et sur les mobilités (du nomadisme pastoral aux circulations marchandes transfrontalières, en passant par les migrations forcées et les diasporas). Cette approche particulière du rapport au territoire vient nourrir l’analyse des évolutions géopolitiques et géoéconomiques actuelles dans la région. Ses travaux s’appuient sur les résultats de longs séjours de terrain en Éthiopie, au Somaliland et à Djibouti.

Nathalie Coste

NATHALIE COSTE est doctorante en science politique/relations internationales, affiliée au Centre de Recherches Internationales (CERI) de Sciences Po Paris et au CEDEJ-K à Khartoum. Spécialiste des conflits séparatistes et de la construction de l’État en Afrique, ses recherches s’intéressent à la création d’État comme option de résolution des conflits au Soudan et au Soudan du Sud, ainsi que sur les implications des interactions opportunes et inopportunes entre les différents acteurs des scènes locales, régionales et internationales directement ou indirectement impliqués dans ces conflits. Ses recherches s’appuient sur de longs séjours de terrain au Soudan, au Soudan du Sud et aux États-Unis.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals