Navigation – Plan du site

Le gouvernement des mines au Soudan : entre opportunisme et autoritarisme

Authoritarian governance and state-building in sudanese mining activities
Raphaëlle Chevrillon-Guibert
p. 111-127

Résumés

À l’instar de nombreux pays sahéliens, le Soudan connaît depuis dix ans un véritable boom minier principalement alimenté par une production artisanale, bien que le gouvernement cherche plutôt à encourager le secteur industriel sur le modèle du secteur pétrolier. Contrairement à ce dernier et son économie très enclavée, le nouveau secteur minier qui se développe présente d’importants enjeux territoriaux du fait de la localisation des gisements dans les différentes régions du Soudan et de leur exploitation artisanale par un grand nombre d’individus. Cette contribution analyse ces enjeux en étudiant la façon dont sont gouvernées localement les mines. Elle montre quelles négociations s’opèrent localement entre les orpailleurs, les populations, l’État et ses différents échelons, leur variabilité et la façon dont elles participent à un mode de gouvernement des mines à la fois autoritaire et fluide.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Réguler l’orpaillage pour mieux contrôler la rente minière et les frontières
Des régulations à l’origine de nouvelles pratiques
Des régulations à l’origine d’une compétition entre les différents échelons territoriaux de l’État
Des rapports populations/territoires/État en tension mais fluides et variables
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’année 2011 a marqué un tournant majeur pour le Soudan amputé de près d’un quart de son territoire avec la sécession de sa région Sud qui a obtenu l’indépendance en juillet de cette année. Cet événement s’avère historique sur le plan international avec l’entrée d’un nouvel État dans le concert des nations, sur le plan régional puisqu’il suppose pour chaque État riverain de repenser sa place dans un nouveau système d’États, mais aussi sur le plan national où il signe l’échec d’un projet politique national. 2011 ouvre donc une nouvelle ère pour le régime de Khartoum.

D’un point de vue économique, le Soudan a perdu avec la création du Soudan du Sud près des deux-tiers de ses champs pétroliers qui alimentaient depuis les années 2000 une économie pétrolière vitale pour le régime puisqu’elle procurait l’essentiel des devises étrangères du pays et une rente précieuse permettant au régime de s’affirmer comme un État développeur (Verhoeven 2015) alors qu’il était contesté par les armes dans ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaëlle Chevrillon-Guibert, « Le gouvernement des mines au Soudan : entre opportunisme et autoritarisme », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 18 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ema/4176 ; DOI : 10.4000/ema.4176

Haut de page

Auteur

Raphaëlle Chevrillon-Guibert

RAPHAËLLE CHEVRILLON-GUIBERT est politologue, chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et affectée à l’UMR Prodig (CNRS-Universités Paris 1-4-7, IRD, AgroParisTech). À partir d’une approche d’économie politique, elle travaille sur les modes de gouvernement autoritaires ainsi que sur les problématiques liées à l’islam politique. Aujourd’hui elle aborde ces sujets en étudiant la gestion des ressources naturelles et les conflictualités que leur accès et leur exploitation génèrent en Afrique sahélienne (principalement au Soudan, mais aussi au Tchad et en Mauritanie) et au Maroc.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals