Navigation – Plan du site

Penser les frontières au Moyen-Orient et au Sahel : enjeux et concepts

Thinking about the borders in the Middle East and the Sahel: issues and concepts
Daniel Meier
p. 165-176

Résumés

Cet article entend revenir sur le rapport conceptuel entre l’objet frontière et la région du Moyen-Orient et du Sahel. Il se propose de détailler le champ des études spécialisé sur ces questions, les border studies. Il s’agira de comprendre en quoi les apports conceptuels de ce domaine d’études permettent de systématiser l’étude des frontières dans cette région et on évaluera les enjeux et les limites de ces conceptualisations dans l’aire concernée. Pour cela, nous examinerons dans un premier temps les enjeux d’une conceptualisation interdisciplinaire articulant espace, pouvoir et identité/altérité. Dans un second temps, les concepts et approches seront détaillés et mis en lien avec la région Moyen-Orient/Sahel pour en montrer les dimensions opératoires et les éventuelles limites. Dans un troisième temps, nous proposerons un exemple d’une recherche de terrain au Liban où le concept de « borderscape » récemment forgé au sein des border studies peut être utilisé avec profit.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les enjeux d’une conceptualisation interdisciplinaire
Des concepts et leurs usages
Un exemple de terrain : les border studies au Sud Liban

Aperçu du début du texte

La première image qui vient à l’esprit lorsqu’on accole « frontières » avec « Moyen-Orient », est celle des accords Sykes-Picot (1916) que la France et la Grande-Bretagne ont élaborés, il y a cent ans, pour se partager le Moyen-Orient sur les décombres de l’Empire ottoman (Barr 2011). Outre le fait qu’il ne s’agissait pas précisément de frontières mais bien de zones d’influence, ces accords n’en sont pas moins devenus, dans le contexte des soulèvements arabes et de la faillite des États post-coloniaux, l’icône de l’hégémonie occidentale sur la région. La mise en scène de « l’effondrement de Sykes-Picot » par l’État islamique en juin 2014 lors de sa prise de contrôle de la frontière syro-irakienne en est la plus directe illustration (Luizard 2015). Quoi qu’il en soit, le renversement de plusieurs régimes autoritaires et la contestation de plusieurs autres ont avant tout soulevé la question de la légitimité des régimes en place, mis en avant des revendications identitaires et donc rep...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Meier, « Penser les frontières au Moyen-Orient et au Sahel : enjeux et concepts », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 18 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ema/4339 ; DOI : 10.4000/ema.4339

Haut de page

Auteur

Daniel Meier

DANIEL MEIER est docteur en sociologie politique du Graduate Institute, Université de Genève. Après plusieurs années de terrain au Moyen-Orient, il a été Visiting fellow au St Antony’s College (Oxford) ainsi qu’au centre de recherche international sur les frontières de l’Université Queen’s (Belfast). Il enseigne actuellement à Grenoble et Turin. Rattaché au laboratoire PACTE depuis 2014, il a participé au programme européen EUBORDERSCAPES. Ses recherches portent sur les questions de réfugiés et de frontières au Moyen-Orient. Auteur de plusieurs ouvrages et spécialiste du Liban, il dirige actuellement un projet centré sur les espaces interstitiels aux frontières. Il est l’auteur de Shaping Lebanon’s Borderlands (IB Tauris, 2016).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals