Navigation – Plan du site

Introduction : les zabbâlîn, un objet sur-étudié ?

Introduction to the special issue: the Zabbaleen's community, an over-studied object?
Pierre Desvaux
p. 9-32

Résumés

Cette introduction propose un cadre analytique de la surétude appliquée à l’exemple des chiffonniers cairotes (connus sous le nom de zabbâlîn). Je cherche notamment à mettre en avant les conditions d’émergence des processus de surétude telles qu’étudiées par la littérature scientifique produite à ce sujet. Cette dernière fait ressortir des points concordants entre différents exemples de communautés touchées (marginalisation, expérience d’une forme de crise plus ou moins récente, localisation accessible) qui permettent de mieux comprendre les mécanismes de la médiatisation des zabbâlîn. Je propose également d’interroger les liens entre cette médiatisation importante de la communauté liée au travail de nombreux acteurs (chercheurs, journalistes, documentaristes, association de développement etc.) au regard de(s) économie(s) de production du savoir au sens large ainsi qu’aux biais entrepreneurialistes et orientalistes qui sous-tendent cet intérêt démesuré.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Étudier la surétude
Les conditions d’émergence de la surétude
Conséquences de la surétude
Les zabbâlîn : un objet surétudié ?
La construction historique de la surétude
Quand le stigmate rejaillit sur le chercheur et/ou le journaliste : le prestige de l’enquête sur les zabbâlîn
Le romantisme postmoderne : entrepreneurialisme environnemental et néo‑orientalisme
La surétude comme phénomène multiforme

Aperçu du début du texte

« Une maison typique Navajo est un habitat indien où vivent huit anthropologues »
(Sukarieh et Tannock, 2013)

L’objectif de ce numéro consiste à interroger les ressorts de l’importance démesurée de la représentation d’une communauté représentant environ 100 000 personnes (Florin 2015) au sein d’une ville d’environ 20 millions d’habitants (Barthel 2017). Les chiffonniers du Caire, ou zabbâlîn en arabe, occupent une place particulière dans les études de science sociale consacrées à la capitale égyptienne, notamment le plus grand quartier où ils habitent et travaillent, Manshiyyat Nâsir (voir l’article de G. du Roy dans ce numéro). De plus, et au-delà de la fascination exercée par ce groupe social sur les chercheurs, on peut noter que l’attrait pour la communauté concerne également des journalistes (puisque d’innombrables articles de presse ont été écrits à leur sujet), des documentaristes ou encore des associatifs (religieux ou développementalistes) avec la présence importante et répété...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Desvaux, « Introduction : les zabbâlîn, un objet sur-étudié ? », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 19 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ema/4452

Haut de page

Auteur

Pierre Desvaux

Pierre Desvaux est chercheur associé au laboratoire PACTE (Université de Grenoble Alpes). Il a achevé en 2017 une thèse de doctorat portant sur une analyse comparative des flux de déchets au Caire (Égypte) et à Lyon (France). Ses travaux portent sur les enjeux associés aux services urbains, particulièrement aux déchets, et au métabolisme urbain analysé via une méthodologie qualitative centrée sur l’étude des flux et des transformations de la matière. Il travaille également sur les enjeux liés aux comparatismes dans l’optique d’une meilleure prise en considération de la diversité des expériences urbaines à l’échelle mondiale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals