Navigation – Plan du site

Imaginer les marges urbaines du Caire : les zabbâlîn en récits

Imagining Cairo’s urban margins: the Zabbaleen in stories
Gaétan du Roy
p. 33-50

Résumés

Les zabbâlîn sont célèbres et il convient de prendre cette célébrité en compte dans l’analyse de cette communauté d’éboueurs-recycleurs. Cet article propose de présenter les différents imaginaires qui ont été projetés sur les quartiers de chiffonniers ainsi que la façon dont ces derniers se les sont réappropriés en fonction d’enjeux locaux. Les visions projetées de l’extérieur sont soit extrêmement négatives, soit à l’inverse, elles versent dans une forme de romantisme. Ainsi le lieu de vie de zabbâlîn peut apparaitre comme une sorte d’hétérotopie, un lieu autre, tant les projections imaginaires semblent nous en dire plus sur ceux dont elles émanent que sur les chiffonniers eux-mêmes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Un lieu aux marges de la ville ?
L’apparition des chiffonniers sur la scène publique égyptienne
Le Muqattam se constitue en vitrine du développement
Les chiffonniers sous le regard aimant de Sœur Emmanuelle
Abûnâ Sam’ân au cœur des dynamiques sociales du Muqattam
Persistance des clichés
Reprises locales de l’image du quartier
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les chiffonniers du Caire occupent une place singulière dans l’imaginaire des marges urbaines aussi bien pour les Égyptiens que pour les étrangers qui s’intéressent à la mégapole. Cette image ambigüe oscille entre deux extrêmes. Les zabbâlîn symbolisent pour beaucoup de Cairotes une forme d’arriération (takhalluf) et une source de danger sanitaire, alors qu’ils sont valorisés, souvent auprès d’un public international, pour leur activité au service de l’intérêt général, voire même planétaire à travers l’assimilation de leur travail de recyclage à de bonnes pratiques écologiques. Singulière également est la place qui est faite aux zabbâlîn dans le cinéma égyptien et l’ampleur de leur célébrité internationale du fait, surtout, de Sœur Emmanuelle et des spécialistes du développement urbain qui ont beaucoup écrit sur les chiffonniers. La notoriété du prêtre de la communauté du Muqattam, le père Sam‘ân, a encore élargi cette audience auprès d’un public égyptien et occidental.

Ce lieu et l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaétan du Roy, « Imaginer les marges urbaines du Caire : les zabbâlîn en récits », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 19 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ema/4505 ; DOI : 10.4000/ema.4505

Haut de page

Auteur

Gaétan du Roy

GAÉTAN DU ROY est docteur en histoire. Il a consacré sa thèse au quartier du Muqattam et à la façon dont cette localité s’est structurée au croisement de différentes logiques so-ciales. Il a proposé une véritable ethnohistoire abordant l’ensemble des scènes sociales qui se croisent en ce lieu (église coptes, activité caritatives et développementalistes, poli-tique locale et mouvement chrétiens charismatiques). Depuis 2015, il a entrepris des tra-vaux prenant pour objet les relations interconfessionnelles en Égypte, à partir de l’étude du quartier de Shubra au Caire. A travers cette approche aux frontières de l’histoire de l’anthropologie, il entend proposer une nouvelle manière d’appréhender l’évolution des frontières ethno-confessionnelles au Moyen-Orient, prenant en compte les émotions, les pratiques spatiales et les discours situés. Il est actuellement postdoctorant à la Berlin Graduate School Muslim Cultures and Societies et chargé de recherche FNRS, rattaché au Laboratoire de recherches historiques de l’Université catholique de Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals