Navigation – Plan du site

Interview avec la réalisatrice Julia Varga

Propos recueillis par Gaétan du Roy et Natalia Duque le 10 juillet 2017
An interview with filmmaker Julia Varga, by Gaétan du Roy et Natalia Duque (10th of July 2017)
Julia Varga
p. 51-60

Résumés

Julia Varga a filmé durant de longues années au Muqattam. Elle a suivi plusieurs personnages qui ont souhaité s’investir dans la vie de leur quartier après la révolution de 2011. Elle raconte dans cet entretien sa rencontre avec le Muqattam et ses habitants et réfléchit aux raisons qui expliquent pourquoi ce lieu attire tant de chercheurs, artistes et écrivains. Julia Varga dissèque avec beaucoup de lucidité l’attractivité du lieu et se positionne par-rapport aux représentations qui circulent sur les zabbâlîn.

Haut de page

Notes de la rédaction

NATALIA DUQUE QUINTERO, née en 1982 à Cali en Colombie, est réalisatrice de documentaires. Elle a notamment réalisé un long métrage intitulé L’atelier du calligraphe, Atelier Graphoui, Films Passages, 2017, tourné en Égypte. Elle a vécu au Caire avec son compagnon, Gaétan du Roy, entre 2011 et 2013. Ils étaient présents au Caire durant les tournages de Julia Varga, à propos desquels s’est noué entre eux un dialogue amical.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Gaétan du Roy (GdR) Comment as-tu connu le quartier des zabbâlîn et comment es-tu arrivée là la première fois ?

Julia Varga (JV) Je suis arrivée là parce que l’école des Beaux-Arts m’avait envoyée à Beyrouth pour faire une résidence d’un mois. Je n’y connaissais rien et c’était une grande découverte. J’ai passé un mois là-bas. Et à partir de là, le Monde Arabe a commencé à m’intéresser.

J’ai ensuite rencontré Anna Roussillon par hasard alors que je revenais à peine de Beyrouth. Elle m’a dit qu’elle avait grandi en Égypte et je lui ai proposé qu’on y aille ensemble. C’était en 2003 mais j’ai fini par y aller seulement en 2007. J’étais dans une période où je touchais à tout, des peintures, des sons, et d’autres choses… J’ai beaucoup marché au Caire pour découvrir la ville. Anna m’a emmenée dans la Cité des morts mais ça ne retenait pas mon attention. Par contre depuis ce quartier, je regardais de l’autre côté de l’autoroute [vers Manshiyyat Nasir, ndlr] ces terrasses peintes individuel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Varga, « Interview avec la réalisatrice Julia Varga », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 19 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ema/4537 ; DOI : 10.4000/ema.4537

Haut de page

Auteur

Julia Varga

JULIA VARGA est née à Cluj-Napoca en Roumanie en 1972 et est d’origine hongroise de Transylvanie. Elle est diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Art de Cergy-Pontoise en 2003. Artiste plasticienne, son travail se présente sous la forme de photographies, diapo-ramas vidéos, films et installations. Il a donné lieu à des expositions personnelles à Metz dans la Galerie Octave Cawbel et à Budapest à la Fiatal Művészek Galériája. Elle a bénéficié d’une résidence à Beyrouth avec le soutien de l’AFAA, puis à l’IUFM de Cergy-Pontoise. Julia Varga appréhende tour à tour divers phénomènes sociaux, via une approche qui peut s’apparenter à l’ethnologie. Elle prépare actuellement un documentaire sur le Muqattam centré sur l’histoire d’un habitant du quartier décidant de s’impliquer dans la vie de son quartier après la révolution.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals